Intrigue Spéciale [ En Cours ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Mar 26 Avr - 21:25

Plus le sénateur continuait son discours, plus Drew désirait laisser exploser tout l'étendu de son pouvoir et faire un carnage. Seulement il devait attendre ce signal, signal qui semblait ne jamais arriver tant le jeune garçon avait du mal à réprimer ses émotions. De plus il sentait quelque chose, il avait le pressentiment d'être sous la surveillance de quelqu'un sans parvenir à repérer qui était cet individu dans la foule, il devait donc redoubler de prudence pour ne pas se faire arrêter avant que la fête ne commence. Puis finalement les choses commencèrent à s'emballer, il y eu d'abord tout ce matériel électronique, les caméras et autres, qui se mirent à sauter, provoquant la fin de la diffusion de la conférence. Mais plus encore, alors que la foule commençait déjà à s'agiter face à cette incident technique qui était loin d'être dû au hasard, une femme se mit à hurler, happée par des flammes qui se dessinaient peu à peu au sol. A cause de sa petite taille Drew ne vit pas tout de suite que les flammes au sol dessinaient un ouroboros, mais au moment où il prit de la hauteur pour regarder au dessus de ce mur de feu, il comprit. Jamais il n'aurais cru qu'il puisse comprendre ce signal aussi clairement, pour un serpent qui se mordait la queue s'en était bien un, il n'y avait pas de doute là dessus. Seulement, du fait de s'être mit à l'écart, deux murs de feu barraient son chemin jusqu'au sénateur vu que cela formait une boucle, bien trop grande pour être contournée suffisamment vite.

Pour ne rien ajouter des bombes fumigènes étaient lancées depuis un lieu que Drew ne pouvait voir et baissaient la visibilité de l'endroit. Mais plus qu'une gène c'était là sa chance, rien de mieux pour se déplacer en étant partiellement caché, au moins comme ça il pourrait réchapper à celui qui l'observait avec de la chance. Restait le problème des murs de feu, il devait impérativement traverser avant que le sénateur ne se retire. Il pensa à utiliser son pouvoir pour sauter par dessus les flammes, seulement il sentait très mal la réception une fois qu'il serait passé. Une autre solution était de créer une main suffisamment large pour écraser les flammes le temps de passer, sans lui offrir un chemin sûr au moins il éviterait de s'embraser et ne subirait que des brûlures minimes. Finalement les flammes finirent par s'atténuer d'elles même, elles s'éteignaient, mais autant était-ce son problème, autant il en avait besoin. En effet, avec une fumée pareil, déjà qu'elle attaquait les poumons du pauvre garçon, les ombres n'étaient pas vraiment au rendez vous, tout était atténué, au moins les flammes avaient l'avantage de contrer un peu cet effet en fournissant une source lumineuse si fortes que les ombres provoquées par celle ci suivaient la même logique. De ce fait, pour na pas rater sa chance de peut être porter un coup fatal à ce sénateur truc muche, il s'élança de toute ses forces, courant à travers la foule apeurée et sautant pardessus le premier mur de feu, la chaleur lui donnant une sensation de brûlure qui ne dura heureusement que peu de temps. Il continua sa course tout en laissant déjà s'exprimer son pouvoir, de l'autre côté du second mur de plus en plus faible se formant des mains noirs progressant lentement vers la position de l'homme à tuer. Finalement Drew passe lui aussi de l'autre côté et, concentrant toute la rage qu'il avait emmagasiné, lança son pouvoir sur le politicien, les faibles ombres devenant une myriades de longs et puissant bras noirs de tailles plus ou moins grandes fondant directement sur le sénateur.

Drew savait très bien qu'il n'avait que un coup depuis cette position avant d'être repéré, de ce fait il n'attendit pas de voir le résultat de son attaque et déguerpit au plus vite vers un endroit un peu plus à l'écart sans quitter la zone. Il avait vraiment du mal à respirer, son corps était jeune et fragile et il ne possédait donc qu'une faible résistance aux grenades fumigène. Il fallait ajouter à cela que l'attaque qu'il avait porté sur la position du sénateur était pas une petite, bien au contraire il voulait provoquer de gros dégâts, les doigts acérés de ses ombres ne manquant pas de lacérer ce qui passerait sous leurs griffes, quoi que ce soit, mais la contre partie c'était une dépense d'énergie importante. Le pire dans tout ça c'est qu'il n'y voyait rien, ça vision se brouillait, ses yeux brûlaient à cause de la fumé, il ne pouvait même pas savoir si il avait fait mouche ou non. Quoi qu'il en soit il ne pouvait pas rester là, immobile, il devait se déplacer et se camoufler dans la foule, il avait la terrible impression de ne pas avoir échappé à la personne qui le surveillait. Seulement il était à bout de force, il avait mal calculé son coup, il était obligé de s'arrêter quelques minute pour reprendre son souffle. Il s'appuya contre un poteau, respirant bruyamment et avec difficulté avant de se laisser tomber à genoux. Juste quelques minutes, il avait besoin de quelques petites minutes pour récupérer et repartir à l'attaque si il avait manqué sa cible. Il restait cependant sur ses gardes, ils ne voulaient pas être prit par surprise, car même si il était fatigué ce n'était pas la première fois qu'il concentrait toute son énergie dans son pouvoir pour se défendre, quitte à être manipulé tel une marionnette.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
۞ Mutante Hostile ۞

avatar

Iseult O'Reilly
۞ Mutante Hostile ۞

◊ Nombre de Messages : 88
◊ Nombre de Messages RP : 29
◊ Age : 27
◊ Informations :
La présentation d'Iseult
Les Tribulations d'Iseult

◊ Age du Personnage : 35 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Phytokinésie


Informations

» Métier: Chanteuse lyrique

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Mar 26 Avr - 23:30

Une bienheureuse rencontre que celle de Rose Bouquet, qui détourna l'attention de Jace, alors focalisée sur les furoncles du vieillard, vers les traits si charmants de la jeune française, qui par maints aspects lui rappelait la jeune captive du fameux poème éponyme, celle dont la grâce décore le front et les discours. Assurément, Rose maniait une langue délicieuse, et l'était tout autant. Le jeune homme la salua poliment en feignant l'étonnement à ses questions dont il devinait sans surprise le but.

«Je ne m'intéresse pas à la politique, en vérité., je ne suis là que pour les affaires. »

La conversation se perdit dans les cris, les acclamations, les vivats, les huées, les hurlements, les clameurs, les protestations … Un véritable tohu-bohu de tous les diables s'agitaient devant eux, faisant un tel tapage qu'il fut impossible pour Jace de distinguer les derniers mots de Rose sur ses lèvres, et pourtant, il l'avait l'oreille d'un musicien accompli capable de distinguer les nuances sonores les plus légères, les plus basses, les plus douces. Soudain, des bruits d'une toute autre nature ajoutèrent à la cacophonie magistrale qui se préparait, larvée dans ce début d'émeute. Autour d'eux, les caméras de plusieurs journalistes venus spécialement pour couvrir l'événement explosèrent. Jace eut à peine le temps de voir le vieillard emporté dans les abysses par une salve d'éclats de verre avant de se tourner lui-même, protégeant son visage sous la couche de tissu léger dont sa veste était filée. Hélas, quelques bouts de verres griffèrent de façon superficielle ses tempes, car, par chance, il n'avait reçu que les reliquats de la salve qui avait tué le vieil homme.

Cela ne suffisait guère, il fallait, pour que la panique fût totale, complète et communicative, qu'une autre bizarrerie de ce genre se manifestât dans l'instant qui suivit. Les cris déchirants d'une femme dont le corps avait pris feu captèrent l'attention de la foule, et le silence revint presque tant la stupeur de tous était palpable à la vue du spectacle effroyable qui s'offrit alors aux yeux de toutes les personnes présentes, partisans ou non du sénateur infortuné car dans l'esprit de tous, il était désormais clair que le discours allait devoir être reporté. Ce que vit Jace le paralysa dans un instant de pure détresse, si bien qu'il manqua de perdre le contrôle de lui-même. La figure symbolique d'Ouroboros était apparu sur le corps embrasé. Ce serpent qui se mord la queue symbolise un cycle d'évolution refermée sur elle-même, entremêlant les idées de mouvement, de continuité, d'autofécondation et, en conséquence, d'éternel retour. Jace ne s'y trompa guère, ce même symbole figurait sur le somptueux bijou présenté quelques temps auparavant par l'asiatique dont il ignorait jusqu'au prénom. Se pouvait-il que ce personnage si mystérieux et si impressionnant fût mêlé à cet événement tout aussi mystérieux et impressionnant ? Mais l'heure n'était pas à la réflexion, mais à l'intuition et à l'action, car l'air résonnait soudain d'une pulsion de mort.

La peur avait pris comme une traînée de poudre, et s'il n'avait pas été si terriblement entouré par la foule, il eût sans doute trouvé la situation digne de s'en amuser. Dans la cohue, Rose avait chu sur lui, sans violence, mais les gens autour d'eux s'agitaient avec une telle frénésie qu'il lui fut difficile de se relever sans lutter pour ne pas crever là, piétiné comme un chaton égaré. Il posa un regard sur Rose et devina d'un coup d'oeil que celle-ci avait l'air tout autant déterminée que lui à quitter les lieux au plus tôt pour échapper à la foule. Mais ce n'était pas là une simple émeute, et Jace le savait très pertinemment. De nombreux mutants assemblés ici verraient là l'occasion rêvée de faire de sinon un carnage, au moins de l'esbroufe. Que faire, Jace ? Utiliser ton pouvoir ? Ce serait le plus sûr, mais pas forcément le plus sage. Patiente un peu … Lutte … Fraie toi un chemin parmi ces imbéciles hurlants comme des nouveaux-nés braillards et à peine torchés …

Ajoutant au chaos de la situation, les fumigènes avaient produit leur petit effet, et Jace prit soin de garder le foulard qu'il portait ce jour – un superbe foulard français d'une marque innommable, car la somptueue pièce de tissue serait perdue après l'événement – en travers de son visage pour le protéger des effets nocifs des fumigènes. Il choisit d'avancer à travers la foule en appliquant la méthode du champ de maïs : choisir une direction, s'y tenir jusqu'à être en dehors du champ de maïs. Il choisit son point d'arrivée, terrain connu et donc plus sûr que partout ailleurs dans les alentours, car qui savait si quelques personnages mal intentionnés ne profiteraient pas de ce grand désordre pour perpétrer quelques meurtres ou larcins dans les coins sombres, sinon pire ? Jace jeta un rapide coup d'oeil derrière lui, mais il ne sut distinguer si Rose le suivait ou si elle avait choisi son propre chemin pour quitter les lieux. De fureter du regard ne lui fut d'aucun secours, il ne distinguer que des corps perdus dans la fumée, et seule était tout à fait sûre la position du bûcher maudit. En glissant les yeux de son côté, il crut d'ailleurs distinguer la figure d'un enfant le traverser, songeant alors que le pauvre gamin devait n'être plus désormais qu'un toast carbonisé.

Sa fugue inénarrable à travers la foule des gens qu'il devait esquiver lui rappela les vieilles leçons sur le parquet si propre du conservatoire de Cracovie ... Entrechat, arabesques, sauts de biche, pointes et grand écart, tout lui revenait en mémoire, mais lui semblait bien inutile en dehors de la souplesse et de l'agilité qui lui restait de ces années où il avait été à la fois musicien et danseur pour une compagnie de haut niveau. Que ce temps lui semblait loin, lui qui peinait désormais à faire à peine plus d'un mètre !



SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

avatar

Curtis Langford
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

◊ Nombre de Messages : 124
◊ Nombre de Messages RP : 30
◊ Age : 27
◊ Informations : _
Fiche de Curtis Langford
Sujets & Relations

◊ Age du Personnage : 33
◊ Pouvoirs / Armes : Clairsentance & Omnilinguisme


Informations

» Métier: Professeur d'archéologie

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Mer 27 Avr - 0:23

Solveig se débrouillait toujours très bien pour calmer Curtis, mais là, elle pouvait y mettre tout son cœur, ce n’était pas une simple altercation avec son frère ou alors une engueulade avec un homme qui avait manqué de respect à sa copine, pire encore, son chien qui avait dévorer ses recherches. Il y avait trop d’élément qu’elle ne pouvait contrôler et surtout pas Curtis, ce qui avait tendance à le mettre en rogne. David, toujours sous les yeux, il essayait de se frayer un chemin. Il ne cessait de se retourner, même quand il ne voyait plus le visage de Solveig. Si cela ne tenait qu’à lui, il l’aurait entrainé avec lui, loin d’ici. Il savait que quand elle décidait quelque chose, mieux valait ne pas l’en empêcher, question de respect aussi. Puis tant qu’à faire, des deux, elle était la plus forte et la plus gâtée en pouvoir offensif ou défensif. Ce fut quand même à contre cœur qu’il la voyait s’éloignait de lui. Elle lui demanda de veiller sur David, ça oui, il le pouvait, mais calmer les gens alors qu’il était aussi paniqué voire même agacé par ce qui se passait. Puis pourquoi des milliers de personnes écouteraient un pauvre professeur avec un gamin ? Sincèrement, elle lui demandait un miracle. Il tenta de se frayer un chemin. Il aida quelques personnes qui étaient tombés et qu’on piétinait. Il en profita pour dire ses quatre vérités sur les personnes violentes et égoïstes. Il se calma aussitôt, quand il vit deux personnes se mettre dessus pour trois fois. Il serait seul, il aurait surement fait partie de l’un d’eux, mais là il avait David et son corps petit format. Quelle galère.

Il se baissa à la hauteur de David et lui chuchota.

_Garde un œil sur ce qui se passe. S’il arrive quelque chose de dangeureux, t’auras qu’à me taper dans le ventre…

Il releva la tête et observa les alentours. Il cherchait un endroit sûr. Ce n’était pas une chose facile. Car il devait rester près aussi. Voyons voir… Il essayait aussi de voir, s’ils ne trouvaient pas les auteurs de ses attentats, pour tenter de leur demander de s’arrêter là. Puis alors, il se tourna vers la scène. Il faillit courir, de peur et d’inquiétude. Un enfant au milieu des flammes qui se dissipaient peu à peu. Mais alors, une aura noire et terrifiante l’entourait, des ombres comme animées tout autour de lui, l’air sûr de lui. Il resta là, une main ferme sur l’épaule de David, de peur qu’il lui échappe par inattention. Finalement, le garçon s’éloigna pour s’appuyer contre un poteau. Malgré l’angoisse qu’il pouvait communiquer et la force de son pouvoir, Curtis ne pouvait pas le laisser comme ça. Il reconnaissait ces enfants un peu avancé et forts ou vifs comme David, mais il restait dans une morphologie fragile. Il fit demi-tour et s’approcha de lui, tirant l’autre gamin par le bras. Il jeta un bref coup d’œil autour de lui. Hm, il ne vit rien, mais il ne fallait pas sous-estimer ses policiers trop suspicieux.
Il passa David derrière lui pour faire bouclier et avança les mains en l’air. Il ne voulait pas énervé Drew. Il finit par prendre sa main et l’emmener un peu plus loin. Comme si ce n’était pas assez, le voilà avec deux très jeunes garçons. Ils étaient non loin, à quelques mètres, sur une petite dune où la pancarte « pelouse interdite » était écrite. Il était plus en hauteur et on respirait mieux. Il l’observa en biais et finit simplement par grogner.

_Tant d’effort pour rien et ne créer que la merde… Après on s’étonne qu’on s’acharne sur les gamins… Vous le cherchez tous…

Puis alors, il put voir un peu mieux au-dessus de la tête des gens. Solveig était sur l’estrade. Il soupira en jetant un paquet de bonbon à Drew. Heureusement qu’il avait toujours de quoi grignoter. Il était si pâle et sa nonchalance soudaine lui avait fait pensé qu’il manquait d’énergie. Rien de mieux que du sucre. Elle était complètement folle et investie. C’était aussi ce qui lui plaisait. Il jaugea ensuite les policier et autre membres du SWAT, voire des personnes étranges qui auraient pu voir Drew à l’œuvre et en vouloir à sa vie. Fillan se dessina ensuite dans la foule. Il siffla, les mains dans sa bouche, espérant attirer l’attention, pour qu’il se joigne à lui avec Svetlana. Il allait faire un infarctus si cela continuait…


Spoiler:
 

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Pacifiste ۞

avatar

Shawn Sciuto
۞ Mutant Pacifiste ۞

◊ Nombre de Messages : 419
◊ Nombre de Messages RP : 20
◊ Age : 28
◊ Informations : Fiche de présentation
Fiche sujets et relations
Missions

◊ Age du Personnage : 25 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Pyrokinésie et Pyrurgie / Un colt


Informations

» Métier: Photographe

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Mer 27 Avr - 12:57

Elle ne me reconnaissait pas, enfin c'était ce que ça donnait comme impression (après tout, une fille m'ayant connu et ne me sautant pas dessus, c'était anormal !) mais peut-être bien que la blondinette était du genre de miss poulpe (entre blondes vous comprenez) et qu'elle m'en voulait de ne pas avoir donné de nouvelles pendant quelques années ? Après tout, on ne se connaissait pas au final, elle m'avait juste tripoté le flanc, évité que je me vide de mon sang et certainement, sauvé la vie, rien qu'une personne normale ne ferait pas évidemment ! Quel dommage, je me souvenais bien de son côté frigide qui ne rigolait pas aux blagues (très drôles soit dit en passant), que je lui faisais, peut-être bien qu'elle s'était décoincée avec l'âge qui sait ? Je me retournais le cerveau pour essayer de dégoter son prénom, un truc bizarre, un nom de fée,... Morgane ? Carabosse ? Non, un truc aussi ridicule je ne l'aurais jamais oublié, mais ça reviendrait en temps et en heure ! La demoiselle me demanda avec raison, ce qui serait le pire, après m'avoir balancé que je n'avais peur de rien. C'était faux, j'avais peur des blondes énervées, enfin surtout depuis que miss poulpe avait suggéré qu'elle allait tabasser mes prétendantes à coup de Chanel à talons. Haussement d'épaules de ma part alors que je lui réponds du tac-au-tac.

« Peur de rien, oh pas vraiment, j'ai une grande peur des gens qui n'ont pas d'humour. Bah, je dirais que ça serait mieux qu'il le pense, au moins ça sera réduit à néant s'il lui arrive malheur, alors que si c'est un texte, bah... Ça serait comme de se débarrasser d'un messager, un coup dans l'eau. »

Alors que je me donnais la peine de répondre si gentiment à la jolie blondinette à mes côtés, le gars devant nous se retourna en fronçant les sourcils devant ce que je venais de dire. Pas content ? Il pensait que je comptais tuer le Sénateur ? C'était mal me connaître, j'étais pacifiste après tout, même si je devais avouer que ce n'était pas noté sur mon front (et de toute manière lui me voudrait du mal alors il ne le verrait pas). Arborant un sourire volontairement niais, je haussai les épaules en lui rétorquant quelque chose d'un ton amusé.

« Bah quoi ? Si je voulais le tuer je le ferais, je le dirais pas à tout va ! Je dois parler plus fort pour que vous entendiez ce qu'on se dit ? Ou ça va le volume ? Désolé je me suis pas encore installé la haute définition mais c'est en projet. »

Le gars qui devait être un cousin de ma voisine de chambre qui passait son temps à regarder qui sortait de chaque chambre, se retourna pour reporter son attention sur le Sénateur qui reprenait son discours avec entrain. Visiblement il croyait à fond ce qu'il disait, mais ce n'était que des mots, ça ne faisait pas particulièrement peur, lorsqu'on avait vu ce dont l'Opération était capable, et même expérimenté, des mots de la bouche d'un gros Sénateur ne faisaient pas plus qu'une piqûre de moustique. Ça démangerait quelques temps, mais au final, on finirait par oublier à condition de ne pas frotter trop fort ! Après cela, les choses s'emmêlèrent un peu, je ne comprenais plus la moitié de ce qui se passait, les caméras se mirent à exploser (et là je me souvins que la jeune femme s'appelait Pixie, comme les pixels !), puis une nana se mit à hurler à la mort alors que des flammes naissaient le sol. Mon attention se porta alors que les environs, cherchant un Pyrurgiste capable de faire quelque chose de ce genre, mais rien ni personne de ma connaissance ! Alors que des bombes fumigène commençaient à libérer leur gaz étouffant, je me retournai vers la jolie miss pixel, elle m'avait sauvé la mise une fois alors autant l'aider pour le coup non ? J'ôtai ma veste avant de la lui passer.

« Tenez, mettez ça sur votre tête et couvrez-vous la bouche et le nez en plissant des yeux, enfin sauf si vous voulez ressembler à un lapin qu'a la myxomatose demain ! »

Pas très efficace pour draguer en imaginant qu'elle envisageait de sortir en boîte et galant comme je l'étais, je ne pouvais pas la laisser se retrouver toute seule au milieu de la fumée, sait-on jamais si quelqu'un avait les mains baladeuses ! Je lui choppai le coude avant de l'entraîner sans lui demander son avis auparavant, si elle préférait rester là, elle n'avait qu'à le dire mais bon, c'était peu probable ! Alors que je regardais le dessin de flamme, je le vis s'éteindre soudain, pourtant il n'y avait personne avec un extincteur dans le coin... À part l'agent de police que je reconnus comme étant un des Bastet de l'Opération. Ma main se resserra légèrement sur le coude de la poupée Russe, mais je me repris en détournant l'attention pour entraîner la demoiselle dans la foule.

« Je crois que le mieux c'est de rester au centre, au moins on ne risque pas de se prendre quelque chose dessus parce qu'on nous prendrait pour des mutants en fuite ! » Je regarde la fille en souriant. « A moins que ça ne soit votre cas ? »

C'était le contraire, mais elle n'avait nul besoin de le savoir, pour le moment du moins.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutante Hostile ۞

avatar

Kaileen Moore
۞ Mutante Hostile ۞

◊ Nombre de Messages : 1156
◊ Nombre de Messages RP : 69
◊ Age : 23
◊ Informations : Relations&Sujets
Présentation

◊ Age du Personnage : 22 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Insensibilité à la douleur / Arme à feu


Informations

» Métier: aucun

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Mer 27 Avr - 13:28

Bien entendu, la suite du discours ne me plaisait pas plus que le commencement. Je continuais de scruter la foule, totalement indifférente désormais à la présence des forces de l’ordre et autres enquiquineurs de première. Je n’avais besoin que d’une chose : que quelqu’un, n’importe qui, fasse taire ce sinistre imbécile. J’avais beau savoir que ça ne pouvait que faire empirer les choses, j’avais besoin de faire quelque chose. Et qu’on ne me demande pas de m’asseoir et d’attendre bien sagement que la justice fasse son œuvre. Justice, bien sûr. Comme si cette notion existait encore.

Je tombais alors sur une silhouette qui pour une raison totalement inconnue m’avait marquée. Je remarquais alors, mal à l’aise, que l’homme me regardait avec un sourire. Lentement et avec soin, il articula quelques mots, sans les prononcer, j’en aurais mis ma main à couper. « Attire l'attention sur toi lorsque le serpent se mordra la queue. » Problème, ça ne voulait pas dire grand-chose. Le temps que je cherche du regard l’inconnu, il avait déjà changé de position. Du moins le supposais-je, incapable de le retrouver. Je retournais la phrase étrange dans tous les sens, finis par conclure qu’il devait s’agir d’un quelconque signal. En attendant, comment attirer l’attention dans une foule pareille sans me mettre en danger. Excellente question. Si je m’étais écoutée j’aurais sorti mon arme et tué quelqu’un. Seulement, les retombées risquaient d’être… dévastatrices. Super mission. Il faut dire que j’étais l’incarnation de toutes ces personnes prêtent à tout pour le bien commun… Et c’est ironique.

Alors que jusque là, j’étais restée face à la tribune, je fis brusquement volte face, me frayant un chemin dans la foule pour atteindre un endroit moins paumé au milieu de tout ce petit monde. Perdue en plein cœur de ce fatras humain, je pouvais toujours espérer attirer l’attention de qui que ce soit en priant. A part ça… Alors que je m’éloignais, un son clinquant… de verre qui se brise. Je fis à nouveau demi-tour, perplexe, pour voir un bien étrange spectacle. Les caméras avaient visiblement cessé de retransmettre l’allocution du Sénateur. Une fumée épaisse sortait de chacune d’entre elles, leurs vitres avaient explosés, blessant certaines personnes au passage. Très rassurant. Et pourtant, j’étais au moins sûre que ce n’était pas le signal de quoi que ce soit. Non, celui-ci vint juste après. Une femme hurla brusquement, un hurlement de douleur qui laissa place aux flammes. Des flammes qui ne s’étendaient cependant pas au hasard. Je vis le symbole de l’Ourobouros, l’éternel recommencement, se dessiner avec netteté. Bon. Au moins, je me devais d’avouer que comme directive, il n’y avait pas plus clair. Ce qui signifiait aussi qu’il était temps pour moi de faire ma part du boulot. Du coin de l’œil, j’aperçus la petite silhouette du gamin étrange passer par-dessus le feu, qui commençait pourtant à diminuer de lui-même. Je suivais la trajectoire de sa course, et remarquais qu’il se rapprochait du sénateur. Enfin un mioche qui n’avait pas froid aux yeux. Problème : si je l’avais remarqué, d’autres aussi. Et il ne pouvait pas tout faire, ce gosse.

Solution : à moi d’être plus remarquable qu’un pauvre gamin isolé. Là, ça ne devrait pas être trop dur. Ma réflexion qui n'avait pas duré si longtemps pris fin. Décision prise. J’avais autant de chance par moment que je pouvais avoir de malchance. Croisant les doigts, j’espérais que cette fois, le hasard ferait bien les choses. Jusque là, j’étais restée impassible dans la foule affolée. Premier moyen de se faire remarquer dans cette nuée bourdonnante, qui suintait la peur. Je me retournais vers les policiers et policières postées un peu partout autour de nous. Une vraie nasse. En ronchonnant qu’il y avait intérêt à ce que je reçoive de l’aide en cas de problèmes, et avec l’impression d’aller à contre courant, je me dirigeais vers les forces de police encore à l’écart qui essayaient tant bien que mal de gérer ce bordel. En les engueulant. Si, si, je vous jure. N’ayant pas envie de tuer quelqu’un alors que j’étais totalement piégée, j’improvisais un peu. Beaucoup.

« Tout ça, c’est votre faute ! Vous pourriez pas faire votre boulot, bordel de dieu ?! Et après on s’étonne que tout parte en cacahuète ! J’en ai ras le bol de tout ça, ras le bol de voir qu’on peut foutre tout ce qu’on veut dans cette ville. »

Cerise sur le gâteau, je serrais le poing et l’envoyais joyeusement dans la figure de l’homme le plus proche, avec un certain plaisir, je dois bien l’avouer. Je passais juste pour une illuminée complètement à l’ouest, mais ça avait le mérite d’attirer les regards. Avant que les réactions des gens, hébétés pour l’heure, je m’éloignais. Consciente que frapper un agent de police ne se ferait pas sans dommage, je cherchais à me protéger d’eux. Arme au poing. Et en criant que puisqu’ils n’étaient pas fichus de faire quelque chose, j’allais ramener l’ordre. Je faisais assez de bruit, certes, tout ça dans le vent. Mais j'étais assez douée pour jouer un rôle. Etape suivante, sauver ma peau. La fumée qui posait son voile impénétrable sur les lieux un peu plus à chaque seconde m’y aida pas mal. Maintenant qu’elle commençait à se répandre, je trouvais qu’il était inutile d’attirer encore trop de regards. Je savais cependant que quelques personnes au moins allaient essayer de me retrouver. Protégée par la jolie brume qui entourait les lieux, j’avançais vers la tribune, avec l’intention de voir comment allait le sénateur machinchose. En espérant qu’il allait très mal. Je rangeais mon Glock au passage. Je devais bien avouer que, oui, je m’amusais comme une folle.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Liam Winchester
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 7431
◊ Nombre de Messages RP : 481
◊ Age : 28
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 32 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Un Colt M1911A1 9mm, l'équipement de base d'un Agent Spécial Apocalypto


Informations

» Métier: Agent de l'équipe spéciale 'Bastet' - Policier (sous couverture)

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Mer 27 Avr - 14:33

Spoiler:
 

     Liam en avait marre de tous les bras cassés qui étaient engagés dans la police de nos jours, rien qu'à voir la manière dont ils regardaient la foule apeurée sans oser y pénétrer de peur de tomber sur un mutant, le Bastet comprenait que ça risquait de leur compliquer la tâche. Il n'était pas stupide - même si certains disaient le contraire - et avait bien remarqué que les hostiles - puisqu'il n'y avait pas de doute que c'était eux les responsables de tout cela - comptaient sur le manque d'expérience de ces personnes. Ils n'étaient pas des agents de l'Opération, donc nullement formé pour faire face à des mutants aussi organisés. Ironiquement, récemment un haut gradé de l'Opération avait balancé lors d'une réunion, que les hostiles n'étaient pas du tout organisés et qu'ils n'avaient aucun moyen de se regrouper pour lancer une attaque digne de ce nom. Ils ne pouvaient pas percer une brèche dans l'armure de l'Amérique. Et bien cette armure, c'était comme le bouclier d'un chevalier du Zodiaque, prétendument indestructible, mais cassé à chaque épisode. Visiblement les hostiles avaient trouvé quelques relations parmi les mutants, à moins qu'ils ne se soient organisés simplement entre eux, ce qui était aussi une possibilité. Peut-être Genesys ? Allez savoir, avec les mutants, il fallait s'attendre à tout.

     Quoi qu'il en soit, le Bastet ne quittait pas le gamin solitaire du regard, un gosse seul, c'était forcément louche et la suite indiqua à l'agent de l'Opération, qu'il avait été bien inspiré. La fumée commençait à lui brûler les yeux, dans cette malchance, ils avaient de la chance, Theo possédait un équipement amène de le protéger contre tout cela logiquement, tout comme le fait que les agents moins équipés étaient moins performants, mais ce qui signifiait aussi que les autres mutants étaient dans l'impasse. Il fallait voir le bon côté des choses, ironique pour un pessimiste comme l'Américain. Le gamin se mit soudain à bouger, il s'élança à travers la foule en direction du pupitre du Sénateur, Liam voyait gros comme une maison le fait que ce soit un mutant. Attrapant son talkie-walkie, il s'adressa aussitôt à Theo qui était en lien avec eux, permettant aussi aux autres Bastet de voir qu'il y avait du monde qui voulait faire sa fête au Sénateur dans le coin.

     « Paradise, vous avez de la visite, protégez le Sénateur ! »

     Il savait certainement ce qu'il avait à faire et pour une fois, Liam ne se fit pas de soucis pour la sécurité de l'homme qu'ils devaient protéger. Le gamin avança vers le cercle de flammes qui venait de disparaître, puis il parvint à le dépasser, sans vraiment que l'agent spécial ne comprenne comment est-ce qu'il se débrouillait. Il ne savait pas vraiment si c'était en raison de la fumée qui commençait à lui brûler les yeux et à rendre tout difficile à distinguer, mais il lui sembla voir des formes sombres sur le sol, des ombres peut-être ? Possible, il avait déjà vu bien pire que ça. Alors qu'il s'élança à la suite du gamin qui avait visiblement tenté quelque chose contre le Sénateur, vu qu'il commençait à s'enfuir, le policier tira son arme hors de son holster, bien décidé à ne pas le laisser s'en aller aussi facilement. La fumée pouvait l'aider, certes il préférait ne pas avoir à buter du mutant au milieu de la foule, mais s'il n'avait pas d'autres choix ma foi, être invisible du public ne serait pas du luxe. Après avoir réussi à suivre à peu près correctement la silhouette du gamin dans la foule, il s'occupa d'armer correctement son arme, regrettant toutefois de ne pas avoir son autre équipement, puis il commença à le chercher dans les environs, en silence. Il avait entendu une voix s'élever au moment où il s'approchait du lieu ou était le gamin, une fille qui hurlait contre l'incompétence des flics, ce que Liam ne pouvait blâmer, mais il y avait Suarez et les autres pour s'occuper d'elle en cas de besoin, l'agent Winchester avait repéré une cible plus importante. Le bruit de son arme qui se chargeait lui sembla énorme et il décida de jouer la diplomatie - une fois n'est pas coutume - afin de voir si le sale gosse allait se rendre. Il ne savait même plus s'il était dans le coin ou s'il avait déjà réussi à se faire la malle ailleurs. Saleté de fumée, saleté de mutants.

     « Sors de là ou ça risque de mal finir pour toi. »

SIGNATURE




Dernière édition par Liam Winchester le Mer 27 Avr - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/

avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Mer 27 Avr - 16:35

- Tout va bien monsieur ?

Arthur cligna des yeux, un peu hébété, et regagna le monde réel. Qui quoi où ? Il sentait une main sur son épaule et après quelques secondes occupées à reprendre pied avec la réalité, il baissa les yeux sur une femme qui le regardait d'un air soucieux. Elle fronça les sourcils et répéta sa question d'un air soucieux. Le jeune homme, un peu surpris que dans une foule aussi compacte et en plein discours quelqu'un se préoccupe de sa santé, hocha la tête et mit quelques secondes à répondre.

- Oui ça va merci, juste un vertige.

Cette excuse ne sembla pas convaincre la femme, qui semblait décidée à le soigner contre son gré. Sans se préoccuper des « chut » courroucés que quelques uns leur balançaient, elle repartit à l'assaut.

- Vous pouvez avoir confiance, je suis infirmière, fit-elle d'un ton persuasif.

Arthur se retint de toute commentaire sur la déformation professionnelle. Une telle dévotion envers son prochain, c'était rudement rare, autant ne pas décourager les bonnes volontés. Cependant, il avait tout intérêt à se soustraire rapidement à l'intérêt de la donzelle ; s'il voulait pouvoir faire son travail correctement, il devait rester concentré. C'était déjà assez difficile avec les répercutions de son pouvoir, mais si en plus on s'amusait à lui parler...


- Non vraiment, tout v...

Arthur se figea, les yeux fixés devant lui. Il l'avait clairement senti cette fois ; quelque chose allait arriver. Une demi-secondes plus tard, les caméras explosaient, les unes après les autres. Il avait immédiatement levé les yeux vers Solveig, qui elle le regardait en fronçant les sourcils, comme s'il était responsable. Comprenant qu'elle croyait que c'était le fait d'une dérive de son pouvoir, il secoua vivement la tête pour la détromper. L'infirmière, qui avait suivi l'échange silencieux entre eux-deux, lui posa une ou deux questions inquiètes, auxquelles il ne répondit pas, trop préoccupé à chercher autour de lui d'où viendrait l'attaque, car attaque il était sûr qu'il y aurait, et il n'avait pas besoin d'avoir d'instinct sur-développé pour ça. Les murmures de la foule se faisaient plus pressants, tous s'inquiétaient et le sénateur hésitait aussi, se demandant s'il devait ou non continuer son discours.

Des hurlements se firent entendre alors dans la foule ; de là où il était, Arthur ne pouvait guère voir ce qui se passait vraiment, mais il vit les flammes apparaître et brûler quelques personnes. La panique lui monta à la tête comme un verre de whisky. Il chancela et manqua de vraiment se trouver mal, pour le coup, s'effondrant à moitié sur l'infirmière. Pourquoi, mais pourquoi fallait-il que ça soit une attaque par le feu ? Heureusement, c'était assez loin de lui ; il réussit à ne pas tomber dans les pommes mais resta paralysé, tenant à peine debout. Faisant des efforts surhumains pour se maîtriser, il réussit à se dominer et à ne pas se mettre à huler comme un hystérique.


- Vous feriez mieux de partir d'ici en vitesse, balbutia-t-il bien que cela paraisse évident.

Des grenades fumigènes explosèrent alors, diminuant la visibilité et recouvrant la foule d'un brouillard irritant. Cela avait au moins l'avantage de masquer les flammes de sa vue. En faisant un effort d'imagination, il parvenait à se dire qu'elles étaient trop loin et qu'il ne risquait vraiment rien. Arthur remonta son T-shirt sur son nez pour essayer de se protéger comme il pouvait. Autour d'eux, tout le monde hurlait et se bousculait pour essayer de trouver une sortie, créant une panique générale qui le gagnait presque. Faisant un effort pour garder son calme, il fit un salut de la tête à l'infirmière et fendit la foule en direction du pupitre du sénateur. Solveig allait vouloir le protéger des Hostiles et faire en sorte qu'il ne lui arrive rien (même si s'occuper d'une ordure pareille serait sans doute difficile), il était presque sûr de la retrouver là-bas s'il suivait sa logique. Il fendit donc la foule comme il pouvait, profitant de sa grande taille pour dominer les autres. Manifestement, le feu avait été éteint, par intervention humaine ou mutante. Il respirait mieux d'un coup, et réussit à se concentrer pleinement sur ce qu'il faisait, malgré un malaise rémanent. Il fallait qu'il soit au maximum de ses capacités ; lui qui détestait l'action, il allait être servi... Tout en progressant difficilement, il sortit son téléphone portable et essaya d'appeler Solveig. Il y avait peu de chance pour qu'elle réponde, mais il pouvait toujours essayer.

SIGNATURE


Dernière édition par Arthur S. Malone le Jeu 28 Avr - 7:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
۞ Mutante Non Recensée ۞

avatar

Electra Willington
۞ Mutante Non Recensée ۞

◊ Nombre de Messages : 45
◊ Nombre de Messages RP : 16
◊ Age : 25
◊ Informations : |Présentation

|Relations & Sujets

◊ Age du Personnage : 40 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Succube


Informations

» Métier: Hôtesse au casino Gambino

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Mer 27 Avr - 17:34

Electra s'efforçait de maintenir son attention pleine et totale, autant par rapport à ce qui se passait sur l'estrade qu'autour d'elle, quand soudain un homme attira son regard. Par réflexe, la belle lui sourit, même si celui qui se présentait comme un journaliste n'était pas tout à fait à son goût. Elle hocha la tête en affirmant ce qui se lisait sur son visage ; non, elle n'était pas d'accord avec ce que disait alors le Sénateur. Bien évidemment, elle n'en rajouta pas plus et ne fit jamais mention de sa petite particularité génétique, mais il était tellement rassurant de voir qu'il restait quelques personnes sensées... Il lui proposa alors un verre un peu plus tard, et elle laissa échapper un petit rire. Encore un qui ne doutait de rien ! Elle allait lui répondre, quand tout sembla virer au drame.

D'abord les caméras. Dans des sifflements effrayants, des éclatements de verre brisé et des bruissements métalliques, elles éclatèrent les unes après les autres. Le regard perdu d'Electra, dont le visage s'était subitement durci, passait d'explosion en explosion, dont l'une d'elle fut très proche. Elle eut un mouvement de recul parfaitement naturel, les sourcils froncés, prête à se défendre ; le journaliste, sûrement dans un accès de galanterie, étendit son bras devant elle comme une défense, un barrage. Elle pesta, prête à le chasser, mais bientôt ce fut un véritable mur de flammes qui s'éleva non loin, semblant naître d'une pauvre femme qui se mit à hurler de douleur. La panique commençait à gagner la foule, le discours du Sénateur passé aux oubliettes ; et le feu paraissait lécher le sol dans un symbole étrange qu'elle crut reconnaître.

Electra était dans une situation qui ne lui plaisait pas outre-mesure. Que contrôler, que maîtriser dans un environnement aussi changeant et dangereux ? Elle tâcha de rester calme quelques secondes pour étudier la scène, mais bientôt la chaleur du feu la fit reculer. Bousculée par quelques gus qui voulaient prendre la fuite en arrière, elle remarqua que son journaliste voulait aussi se faire la malle. Sans réfléchir, elle le retint d'une poigne de fer et déversa sans contrôler un flot puissant de ses phéromones, qui à n'en pas douter, ne toucherait pas uniquement sa cible.

- " Vous allez restez avec moi et m'aider !" commanda-t-elle d'une voix implacable, mais avec un sourire à se faire damner les anges.

Elle savait que cela marcherait. Etourdi, sûrement fou de désir, le journaliste resta sagement à ses côtés et permit à Electra de se décaler vers une zone moins dangereuse, sur le côté. Les flammes semblaient s'être calmées, fait tout à fait étonnant. Dans la mêlée, Electra croisa quelques policiers, dont l'un qui courait en portant un extincteur ; un peu en retard, tout de même ! La belle tourna son attention vers le Sénateur, consciente que ce serait sans doute le bon moment pour faire usage d'une plus grosse dose de son pouvoir, mais alors...

Alors vinrent les grenades fumigènes. Par réflexe, bien que la fumée soit encore assez éloignée d'elle, Electra se couvrit la bouche et le nez de sa main. Mais quelle idée de venir, bon sang ! Elle savait que cela se déroulerait ainsi, et pourtant elle avait écouté son intuition et cet homme étrange, et elle était venue... Son don serait inutile, ici...

Ses yeux clairs virent fondre un gosse, puis des ombres sur l'estrade, des images incompréhensibles... Elle crut même apercevoir Liam Winchester en tenue de policier, mais rien n'était moins sûre. Fait très étonnant, elle se sentait en danger ; ce qui n'était pas arrivé depuis des années, grâce à tous ses efforts, à son contrôle minutieux sur sa vie... La voix dans sa tête prit le déguisement de son instinct de survie ; défends-toi de la seule manière que tu connais.

C'est ainsi que, sans trop savoir à quoi cela pourrait lui servir, Electra, bien accompagnée de son fidèle journaliste-protecteur, laissa s'envoler dans l'air remuant des phéromones nombreuses et agressives... Quiconque passerait à leur portée...

Hé bien, deviendrait un allié très précieux !

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Chasseur de l'Opération Apocalypto ۞

avatar

Theo Paradise
۞ Chasseur de l'Opération Apocalypto ۞

◊ Nombre de Messages : 506
◊ Nombre de Messages RP : 61
◊ Age : 25
◊ Informations : |Présentation

|Relations & Sujets

|Missions

◊ Age du Personnage : 24 ans
◊ Pouvoirs / Armes : - Equipement de base des chasseurs


Informations

» Métier: Chasseur / Photographe

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Mer 27 Avr - 18:18

Bien sûr, tout se mit à capoter, il n'en avait pas douté une seule seconde. Alors qu'il continuait de scruter la foule, ignorant cette pauvre secrétaire qui s'était glissée derrière lui, le Sénateur poursuivait, intraitable, son odieux discours. Le jeune homme se permit de l'examiner, du moins le peu qu'il pouvait en voir de sa position privilégiée. Un demi-profil, son beau costume, ses mains qui s'agitaient tandis qu'il égrenaient ses mots. Theo, en faction, serrant dans ses mains son M-16 rutilant et dans son implacable rigidité, ne put s'empêcher de soupirer bruyamment. Heureusement, personne ne l'entendit, et il était suffisamment impressionnant, dans sa tenue de soldat, pour qu'on se retienne de le fixer trop longtemps. C'est alors que les caméras se mirent à exploser.

Cela lui rappela une scène pas si lointaine dans une galerie du centre-ville d'Achaea. Ses sourcils se froncèrent sous son masque tandis que le discours s'interrompait et qu'il percevait du mouvement autour de lui. La foule compacte étouffa quelques cris, perdus sous le grésillement continu des appareils électriques. Theo s'avança un peu de l'homme à protéger, prêt à bondir sur n'importe qui. Les petits caniches qui suivaient le politicien partout où il allait en lui demandant ce qui pourrait lui faire plaisir se massèrent autour de lui, priant pour qu'il s'en aille dès à présent. Le chasseur ne pouvait que les approuver : extrader le Sénateur très tôt l'empêcherait de se retrouver confronté à des dangers qui semblaient soudain très proches.

Et soudain, une sorte d'explosion enflammée embrasa une femme - d'après les cris aigus qu'il entendait de sa place - et un véritable symbole se dessina. Theo s'interrogea une seconde sur la signification de ce signe, mais abandonna très vite, sans comprendre. L'important était de protéger le Sénateur. Le jeune homme sortit du petit recoin de l'estrade qui le cachait globalement aux yeux des spectateurs, et passa devant le Sénateur, l'arme au poing. Sécurité enlevée. L'adrénaline parcourut son corps comme une décharge électrique, éloignant toutes pensées qui n'appartiendrait pas au moment, le rendant aussi efficace que possible. Alors que les flammes disparaissaient, des grenades fumigènes furent tirées ; ce qui était bien le cadet de ses soucis. Son masque le protégeait de la fumée et il parvenait à distinguer encore très nettement la foule. Il se tourna vers le Sénateur, juste alors que son talkie-walkie lui faisait parvenir la voix douce et mélodieuse de Winchester. De la compagnie, heiin ? Hé bien, elle allait être reçue façon Paradise, cette compagnie !

Bondissant au centre de l'estrade, Theo se tourna à demi vers le politicien.

- " A terre !" beugla-t-il.

Juste à temps d'ailleurs pour voir ce qui lui tombait dessus. Une bruine de sueur couvrit soudain son front, son épine dorsale, ses bras couverts par son uniforme et l'intégralité de sa pilosité s'hérissa violemment. Il ne parvenait pas à concevoir ça ; même le pire déchet des Mutants ne pouvait produire cette horreur. Des bras, des espèces de membres ratatinés, noirs comme l'ébène, fondaient sur lui, telles des ombres menaçantes jaillissant d'un affreux cauchemar oublié. Bien entendu, Theo comprit qu'il n'était pas directement visé par cette attaque ; n'empêche que le Sénateur, au sol et sûrement recouvert par quelques sous-fifres, était moins à découvert que lui. Au sol, la foule paniquée commençait à disperser et les hurlements allaient bon train. Theo leva son M-16. Il savait qu'il y aurait sans doute des balles perdues, quelques dommages collatéraux, mais sa mission indiquait clairement que la vie du Sénateur était aujourd'hui bien plus importante.

Il plaça son oeil sur la visière et tira une rasade de balles sur les mains cauchemardesques, s'assurant tout de même de tirer assez haut pour ne pas tuer un spectateur sur le coup. Le bruit des coups tirés, amplifiés par l'acoustique de l'estrade, ne manquerait pas d'effrayer le monde ; mais c'était bien le cadet de ses soucis. Au contraire, que les pauvres quidams inutiles qui pullulaient, pourrissaient leur opération s'enfuient, cela ferait de la place !

Mais il était évident que Theo n'avait pas complètement détruit les mains noires, qui malheureusement, s'approchaient de plus belle. Il lâcha son arme, qui, retenue par la lanière qui l'accrochait à sa taille, glissa sur son flanc : dans ce très court laps de temps, Theo, étourdi mais enflammé, avait sorti de son holster son arme de poing. Conscient d'être fort mal placé, à la place la plus visible de tout ce petit monde, le jeune homme recula de quelques pas alors que l'ombre des membres formaient des tâches tenaces sur son corps. Pour faire bonne mesure, il prit dans l'étui sur son torse son couteau d'opération spéciale, un très beau Smith & Wesson ; ainsi armé des deux mains, il fut prêt lorsque les mains furent sur lui... L'une d'elles lui lacéra la jambe bien avant qu'il ne réagisse, faisant siffler son couteau. Mais étaient-elles au moins sensibles à ce genre d'attaques ??! Theo tira dans l'amas noir avant de brusquement abandonner sa position. Bondissant en arrière, il attrapa violemment le bras du Sénateur et tâcha de le tirer en arrière, là où le rideau de l'estrade laissait entrevoir une sortie de secours.

- " Retraite ! On se casse !"

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Mer 27 Avr - 18:39

Barbara l'avait relevée brusquement, mais aussitôt elle se couvrit la tête pour se protéger des flammes qui semblait surgir d'une femme. S'était-elle immolée ou s'agissait-il d'une combustion spontanée...et mutante ? Les deux jeunes femmes se frayèrent un chemin au milieu des cris, des hurlements, des bousculades. Rose avait perdu de vue Jace mais ce n'était pas sa priorité. Elle avait vu un enfant, un tout petit gamin d'à peine dix ans, au milieu du chao qui s'approchait lentement du Sénateur. Cet enfant était en danger. Il fallait faire quelque chose. Elle partit donc pour le tirer de cet enfer mais Barbara la retint.

« Non! tonna-t-elle
« Quoi?! hurla Rose. Qu'est ce qu'il y a ?
« N'y va pas...Il va se passer quelque chose de moche, tu n'y peux pas grand-chose...
« Tu plaisantes?
Ignorant les mises en garde de la femme outrepassée Rose poussant tous ceux qui se mettaient sur son chemin, soudain, derrière la silhouette massive d'un homme elle le vu. Le feu. Le cercle. Le serpent. Merde comme on disait. Ce signe, ce serpent elle le connaissait. Barbara apparu à ses côtés plus blême encore qu'elle avait la couleur du papier.

« Je ne dois pas rester, dit-elle. Tu sais ce que ça signifie.
« J'ai besoin de toi, tu ne t'en vas pas.

Plusieurs personnes avaient pris feu et visiblement le responsable était ce signe. Celui d'Ouroboros. Le visage de l'enfant revint à l'esprit de la rouquine. Elle tourna les talons et se rua littéralement dans la direction opposée suivie par Barbara et ses hurlements. Alors que tout le monde cherchait à quitter les lieux la jeune femme n'écoutait plus sa raison mais son coeur qu'elle croyait brisé se réveiller et s'émouvoir pour ce petit garçon. Elle parvint enfin à le distinguer au milieu d'une foule éparse et paniquée. Tout à fait calme voire stoïque faisant face à Farinelli qui tardait à être évacué et dont Rose s'en fichait éperdument. Elle courut dans sa direction nullement gênée par sa robe noire. Et s'approcha de lui sans qu'il ne la vu et machinalement presque mécaniquement l'enlaça sans aucune autre pensée que celle de protéger cet enfant.

« C'est bon, tu es en sécurité, dit-elle d'une voix douce.

A l'instant où elle eut prononcé ces mots, des mains glacées et trempées pour certain agrippèrent ses épaules violemment et tentèrent de la faire lâcher prise. Elle cria et finalement céda. Propulsée en arrière, elle cria encore. Des cadavres qu'elle n'avait pas l'habitude de voir l'avaient repoussée et s'approchait de Barbara.

« Barbara! Pourquoi...? gémit-elle. Pourquoi?
« Tu ne sais pas ce que sait. Cet enfant est mauvais. C'est mauvais, ce signe, tu ne vois pas? dit la blonde en s'approchant suivi par les cadavres qu'elle avait elle-même appelé.
« Depuis quand sais-tu faire ça? demanda Rose toujours à terre.
« Je n'en sais rien, je l'ai voulu, j'ai réussi pour la première fois. Ecoutes, cet enfant, ne lui vient pas en aide, il a quelque chose à faire, c'est un mutant je le sais, tu le sais je le vois, je le sens alors il faut que nous partions...

_______________

Spoiler:
 

SIGNATURE


Dernière édition par Rose Bouquet le Ven 29 Avr - 4:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
۞ Administratrice - Chercheuse de l'Opération ۞

avatar

Pixie L. Yulianov
۞ Administratrice - Chercheuse de l'Opération ۞

◊ Nombre de Messages : 1718
◊ Nombre de Messages RP : 56
◊ Age : 28
◊ Informations : More about the girl
Join the PixieLand
Barbie Scientist's Missions

◊ Age du Personnage : 22
◊ Pouvoirs / Armes : Bombe lacrymo


Informations

» Métier: Scientifique {Chercheuse Apocalypto}

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Jeu 28 Avr - 12:53

A priori ça passait. Cela dit ça n’avait pas l’air de le déranger puisqu’il poursuivait, se moquant toujours plus du nombre incalculable de partisans du Sénateur qui les entouraient en applaudissant comme des otaries devant une sardine. De nouveau elle réajusta ses lunettes d’une pression de son majeur -vieux tic nerveux- et haussa les épaules, préférant écouter Farinelli qui reprenait sa propagande plutôt que d’émettre un quelconque avis -rappelez-vous, elle était là pour le boulot-. Le raisonnement de Shawn n’était pas bête mais s’il avait prêté plus d’attention à l’enthousiasme provocant du discours, il aurait peut-être comprit que le Politicien lui-même était interchangeable. C’était comme s’il était venu pour s’accrocher une cible sur le front et Pixie prit soudainement un air très sérieux en regardant vers l’estrade et scruter la sécurité en place. Y’avait un truc bizarre, nan ?

Elle aurait pu étudier la question si Monsieur n’avait pas continué à faire des siennes. Vous savez ce qu’on dit à propos des.. hum, idiots : ils osent tout et c’est à ça qu’on les reconnaît. Je vous laisse tirer vos conclusions à ce sujet.. Parce que l’homme qui était devant eux aimait visiblement écouter les conversations et la leur ne lui convenait pas. La pensée qu’elle allait finir par tuer son aimant à problèmes du jour traversa l’esprit de la blonde qui serra les dents en se demandant pourquoi ça lui arrivait à elle, ici et aujourd’hui. Shawn aggravait son cas. C’est vrai qu’ils ne se connaissaient pas et que vu comme ça elle ne pouvait pas lui en vouloir de quoique ce soit. Sauf que Pixie connaissait un tas de gens comme lui sous forme de dizaines de dossiers qui racontaient des vies, des pouvoirs, des génomes entiers, des résultats de tests.. La différence avec lui c’était qu’en plus de ces informations, elle y associait un risque, un choix, une voix, une certaine déviance -probablement une inquiétante tendance à l’ataraxie- et un humour plus que discutable. Alors on va dire que c’était surtout lui qui ne la connaissait pas..

La fée du folklore lui donna un coup de coude dans les cotes pour le faire taire, mouvement qui se termina par quelques petites tapes innocentes sur son épaule dans l’espoir vain de paraître naturelle et amicale. Pixie sortit son sourire radieux d’ingénue, assorti d’une magnifique imitation de confusion. Le tout sonnait subtilement condescendant mais de l’autre côté son index tapota discrètement sa tempe, histoire de signaler l’endroit où se situait le problème chez son charmant voisin.

Problème de diarrhée verbale. Il parle mais il ne pense pas, on peut pas tout avoir.

Tenta-t-elle en penchant la tête, le visage toujours figé de la même expression trop avenante. Par contre dès que le gars les quitta des yeux, tout retomba : main, sourire et même léger affaissement des épaules. Elle vrilla brusquement Shawn de ses yeux clairs avec une moue accablée d’incompréhension mais secoua la tête en soupirant au lieu de prendre le temps de lui demander à quoi il jouait ; à la place la Chercheuse lui lança l’attaque Groz’yeux, allez savoir, peut-être que ce serait super efficace. Il devait avoir une bonne étoile en béton, des anges gardiens, une carte chance ou un autre truc du genre auquel Pixie ne croyait habituellement pas ; mais c’était pas possible autrement, logiquement ce type aurait dû être mort.. et depuis longtemps même. A se demander comment il survivait affublé d’un culot pareil.

Et puis tout dégénéra subitement, les caméras se mirent à exploser en la faisant sursauter et la panique se répandit comme une traînée de poudre. Il y eut aussi ce cri strident pas très loin d’eux à l’endroit où les flammes incendiaient une femme. Pixie jura en se retournant et chercha à travers la foule. Les agents de sécurité hurlaient des ordres et elle crut bien reconnaître une voix lointaine, ça bougeait aussi près du Sénateur pendant que les fumigènes commençaient à la prendre à la gorge. Elle toussa en grimaçant mais Shawn réagit plus rapidement qu’elle. A peine face à lui, elle se retrouva avec sa veste -avec la curieuse vision d’être un chaton abandonné à qui on venait de filer un carton pour se protéger de la pluie-, elle se figea un instant comme une conne devant ce nouvel ahurissant trait d’esprit. Elle avait toujours été meilleure en théorie qu’en pratique mais de toute façon il était déjà entrain de l’entraîner plus loin, par réflexe elle résista un peu avant de se laisser embarquer, rabattant de son bras libre l’une des manches de la veste devant son visage pour protéger sa bouche et son nez. En regardant en arrière, elle reconnu le symbole embrasé..

Ils sont tombés en plein dans le panneau..

Les mutants qui faisaient ça bien sûr, qui d’autre ? Est-ce que c’était ça le plan et que c’était pour ça qu’elle reconnaissait autant d’agents de l’Opération ? Ce nouvel incident allait renforcer la véracité des propos de Farinelli.. Est-ce que par le plus grand des hasards on avait omit de l’informer de ce qui allait forcément arriver avant de la jeter au milieu de ce bordel ? Oh le Professeur Al-Mansûr allait en entendre parler ! Ils s’arrêtèrent, toujours au milieu de la foule. D’après le mutant, c’était mieux pour eux qu’ils ne cherchent pas à fuir pour ne pas être pris pour cible. Heureusement qu’il y avait plus important en ce moment sinon suite à sa question, Pixie aurait pu avoir une furieuse envie de le frapper jusqu’à ce que mort s’en suive -ça aurait été long, je vous l’accorde-. Presque quatre ans après, il recommençait à se foutre de sa gueule, et toujours avec le sourire quoi ! Il avait de la chance d’être fatalement séduisant, c’était peut-être ce qui le sauvait en fait.

T’as raison, c’est bien le moment de faire l’imbécile !

Mais elle regardait déjà ailleurs, perchée comme elle pouvait sur la pointe des pieds pour essayer de voir le plus loin possible. La chasse était ouverte et en ce moment, oui elle avait peur.. Un miracle qu’eux deux n’aient pas encore été pris dans un affrontement quelconque. D’ailleurs c’était vraiment bizarre, ils avaient croisés des chasseurs et ces derniers n’avaient absolument pas réagis. Est-ce qu’elle était la seule à se rendre compte que Sciuto, un des plus grand échec d’Apocalypto n’est-ce pas, était juste sous leur nez ? Il fallait croire que oui, en soit c’était plutôt une bonne chose, enfin à priori. C’est elle qui le tira par le bras cette fois, peu importe ce qu’il puisse en dire, il ne fallait pas rester là c’était le meilleur moyen de se prendre une balle perdue surtout dans toute cette fumée qui lui brûlait les yeux.. et elle avait déjà donné. Lui aussi d’ailleurs il devait se souvenir de ce que ça faisait. En fendant la foule sans ménagement dans la direction opposée à l’estrade, elle essaya de couvrir le brouhaha ambiant.

Est-ce que tu sais qui a fait ça ? T’as vu d’où ça venait ?

Ce qu’on pouvait dire de Pixie, c’est qu’elle avait certaines manifestations de courage mais qu’elle était loin d’être très téméraire. Ses neurones s’agitaient dans son brillant cerveau mais sans grand résultat pour le moment. Ils passèrent près d’une femme entrain de crier sur des policiers mais c’était le cadet de ses soucis. Tout ce qu’elle voyait pour l’instant, c’était l’endroit un peu plus dégagé en face d’eux. Elle y voyait des silhouettes, un homme et deux gamins.. Elle préféra quand même s’arrêter à quelques mètres pour faire volte-face sur Shawn.

Si tu vois la moindre chance de te tirer d’ici, tu te poses pas de question et tu le fais.

En effet, ce n’était pas une question. Oh c’est sur que c’était pour son bien mais disons qu’aussi, Pixie craignait de voir un agent de la base la reconnaître devant Shawn, et que ce dernier fasse le lien..

SIGNATURE




Dernière édition par Pixie L. Yulianov le Jeu 28 Avr - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

avatar

Fillan Davis
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

◊ Nombre de Messages : 314
◊ Nombre de Messages RP : 36
◊ Age : 31
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 21 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Ombre


Informations

» Métier: Etudiant en archéologie

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Jeu 28 Avr - 16:00

Fillan attendait la réponse de son amie quand il entendit des sifflements derrière eux. Avec toute cette pagaille, ce n’était pas anormal ni surprenant mais encore fallait-il les entendre. Se retournant, le jeune homme put apercevoir son professeur, Curtis, qui lui faisait signe. Il était encore avec David et un autre gosse. Décidément, il devrait se reconvertir en nounou… Mais ! C’était la solution ça ! Faisant face à Svetlana, le jeune Amérindien s’adressa à elle. « Svetlana, y a Curtis là-bas. Tu devrais peut-être le rejoindre, il va avoir du mal avec deux gosses. » C’était un moyen d’aider l’archéologue et de protéger la jeune femme. Même si ses pouvoirs n’étaient pas les plus offensifs, Curtis restait un homme bien bâti à même de lutter au corps à corps. « Je peux te demander un service ? De veiller sur David. Mais fait gaffe, le traite pas comme un gamin ! Il en a horreur. On va dire qu’il est différent… Mais j’aimerais pas qu’il lui arrive malheur. Tu peux voir ça ? Moi j’ai d’autres trucs à faire. T’inquiète pas, ça va bien se passer. On se retrouve plus tard. Courage ! »

Faisant volte-face, Fillan laissait Svetlana prendre les choses en main de ce côté. Quant à lui, il s’enfonçait déjà dans le brouillard que le gaz laissait encore sur la place. Ca n’allait pas tarder à se dissiper et il fallait en profiter tant qu’il était temps. Pénétrant dans le nuage, Fillan laissa peu à peu place à une ombre… Il avait disparu, fusionnant avec sa propre ombre et se déplaçait maintenant directement sur le sol. Il ne savait pas encore quoi faire mais quand il entendit des cris, il se dirigea directement vers eux. Il valait mieux éviter tous les ennuis possibles. Sortant du gaz, il put apercevoir une jeune femme qui frappa sans réelle raison un agent de police. Elle était folle ou quoi ? Peut-être une mutante… Ou une folle. Suite à cela, elle se mit à s’éloigner en courant, arme au poing et criant à tout va. Oui, ça devait bien être une folle… Mais avec le stress, ça pouvait mal finir pour elle si les policiers se laissaient aller. Et pire, on risquait d’attribuer sa mort aux mutants. Ils étaient toujours les coupables idéaux…

Glissant vers eux, puisque c’est à cela que ses déplacements pouvaient être apparentés, Fillan s’approcha doucement. Un petit groupe cherchait visiblement cette femme un peu trop folle et ils allaient très certainement lui faire passer l’envie de recommencer. Avec le gaz, on ne la voyait pas vraiment, mais le souci des gaz, c’est qu’une fois libéré, ils se dissipent vite. En gros, d’ici à quelques minutes, la place risquait d’être totalement nettoyée et à ce moment, les cibles seraient très vite repérables. Il fallait tenter un truc… N’importe quoi. Mais quoi ? Arrivant à hauteur des policiers, Fillan eut une excellente idée, du moins dans son esprit. Ils ne pouvaient pas le voir, non ? Alors autant se servir de cet atout. Prenant une voix étouffée, il s’adressa à eux, en prenant soin de positionner son visage au niveau d’un de leurs talkies-walkies.
« Ici l’agent Winchester. Que tous les policiers se dirigent vers la tribune. Il faut protéger le sénateur ! » Phrases courtes, qu’on ne reconnaisse pas la voix. Après, il fallait espérer que l’agent Winchester, cet homme dont Larry Way avait parlé, soit présent. Et surtout, que ces flics ne connaissent pas sa voix. Maintenant, il ne pouvait rien faire de plus à ce niveau. Restait à espérer qu’ils mordent à l’hameçon !

Glissant plus loin en contournant le groupe, Fillan chercha la jeune femme. Il la retrouva assez vite, sa vitesse étant plus grande que celle de piétons. Mais que faisait-elle ? Elle allait vers l’estrade ! Mais c’était une folle ou quoi ? Ou un piège… Non, pas ça. Mais il fallait la prévenir ! S’approchant d’elle, Fillan lui parla.
« Eh toi ! Nan, pas derrière, par terre. Je suis l’ombre ! Faut pas aller vers là ! L’estrade est trop dangereuse, tous les flics vont y aller ! S’ils te voient, t’es foutue. En plus, le gaz va sans doute se dissiper bientôt. Tu devrais plutôt partir si tu veux pas mourir criblée de balles ! Je suis sûr qu’en plus, il doit y avoir des tireurs d’élite sur les toits ! Je peux t’aider ! Suis-moi, par là ! » Il n’avait aucune certitude sur ce qu’elle ferait, mais au moins, il avait essayé. Et si avec ce qu’il avait dit elle décidait de continuer, c’est qu’elle méritait d’être enfermée. Ou qu’elle était immortelle…

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.trimatrici.fr/
۞ Maître du Jeu ۞

avatar

Maitre du Jeu
۞ Maître du Jeu ۞

◊ Nombre de Messages : 77
◊ Nombre de Messages RP : 31
◊ Age : 29
◊ Informations : None
◊ Age du Personnage : Tous et pourtant aucun...
◊ Pouvoirs / Armes : Tout et rien à la fois...


Informations

» Métier:

» Statut RP:

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Jeu 28 Avr - 18:42

     Les choses s'étaient envenimées, ça tournait mal pour pas mal de monde, l'agent Al-Mansûr l'avait très clairement remarqué, elle tournait, tel un fauve aux aguets, autour de la foule, repérant quelques journalistes qui s'enfuyaient en se couvrant le visage comme ils pouvaient pour éviter de subir les effets des gaz. Quelques agents s'occupèrent de les intercepter histoire de vérifier leur identité, les détecteurs ne fonctionnaient toujours pas. Du côté du Sénateur, l'intervention très efficace du jeune chasseur avait sauvé pas mal de monde, la jeune secrétaire qui lui faisait de l'œil depuis avant se laissa tomber sur le sol en versant toutes les larmes de son corps alors que d'un ton autoritaire, l'agent Paradise ordonnait à tout le monde de vider les lieux. Sa tenue avait été lacérée par l'attaque d'un jeune mutant qui avait trouvé refuge auprès d'un homme bien intentionné. Malheureusement celui-ci ne se doutait pas qu'un agent spécial était à ses trousses et avait flairé l'arnaque, pointant le petit groupe de son arme. La subtile tentative de sauvetage que Curtis Langford venait de faire avait été très bien pensée, aucun doute que sa compagne serait très fière de lui, malheureusement le fait que le jeune mutant se soit fait remarquer bien avant son attaque jouait en leur défaveur. En protégeant ce mutant il risquait d'attirer l'attention sur lui et David, à voir si le jeu en valait la chandelle. Quoi qu'il en soit, l'agent Winchester n'était pas du genre à lâcher prise aussi facilement, le trio devait trouver rapidement une solution, sous peine de voir les trois mutants arrêtés, ou peut-être bien pire.

     L'avocate s'était avancée jusqu'au devant du pupitre, sans grimper sur l'estrade pour autant, inutile de dire que cela aurait été suicidaire, à travers la foule le jeune chasseur aurait pu lui tirer dessus en la prenant pour une hostile. Son téléphone se mit à vibrer dans sa poche, la jeune femme tira rapidement l'appareil et s'apprêta à répondre au moment même où Theo Paradise fit feu sur les mains lancées par Drew. Sous le coup de la surprise, le téléphone échappa des mains de la Norvégienne et éclata sur le sol. Arthur entendit un bruit étrange dans son portable, comme si la communication venait soudain de couper, mais il entendait aussi des bruits de tirs non loin de là, rien de bon qui se préparait ! Il avait réussi à s'éloigner de la foule, mais il se trouvait aussi en zone dégagée, zone dangereuse par conséquent. Le jeune antiquaire, attiré ici par l'appât du gain, se retrouvait perdu parmi la foule, il avait largué la jeune procureur qui avait commencé à converser avec lui, mais le symbole apparut juste avant ne lui était pas inconnu. Alors qu'il s'éloignait doucement de l'agitation, il rentra dans un policier qui venait d'intercepter quelqu'un et qui le repoussa avec vigueur en plein sur une jeune femme qui se trouvait non loin de là. Electra, puisqu'il s'agissait d'elle, avait utilisé son don comme l'asiatique l'espérait, déployant ses phéromones qui pouvaient séduire n'importe quel homme, aussi réticent soit-il. Le jeune antiquaire ressentit aussitôt le vif besoin de protéger cette créature de rêve, ce qui n'échappa pas à la belle mutante.

     Shawn, évadé de son état, avait fait preuve de galanterie en protégeant la demoiselle qui se tenait à ses côtés, mais visiblement celle-ci ne voyait pas les choses sous le même angle. En l'embarquant avec lui, elle courrait le risque d'être classifiée comme rebelle, bien que le visage du jeune mutant n'était reconnaissable que des personnes qui ne lui voulaient pas de mal. Restait à espérer que cela leur serait salutaire. De là où ils se trouvaient, les jeunes gens sentirent tout à coup un énorme coup de vent qui fit s'envoler les quelques feuillets qui traînaient sur le sol, où figurait le discours du Sénateur. Bonne ou mauvaise chose ? La technique de Fillan portait ses fruits, les policiers crurent que l'agent Winchester s'était effectivement adressé à eux, l'un du groupe trouva d'ailleurs qu'il avait décidé d'emprunter un ton plus aimable qu'à son habitude, une bonne chose. Ils répondirent par radio qu'ils se rendaient là-bas, chose qui ne manqua pas de surprendre tous les autres agents de l'Opération qui ne comprenaient pas la teneur de ce message. Après s'être glissé jusqu'à Kaileen, il éveilla l'intérêt du policier qui s'était fait agresser par la jeune femme. En effet, ce dernier s'était lancé à la poursuite de la demoiselle armée de son Glock, ne tenant pas à laisser une folle furieuse armée, il se tenait juste derrière eux, l'arme au poing et bien qu'il ne voyait pas Fillan, il avait entendu un murmure étrange à peine couvert par la foule. Levant son arme vers la jolie hostile, il pointa sa tête en lui hurlant de lever les bras sans quoi il ferait feu.

     Les choses se compliquaient pour tout le monde.

     C'est à ce moment que Chow Watanabe décida de lancer la seconde phase de son attaque. Les mutants recrutés ça et là représentaient une bonne force de frappe, mais ils servaient surtout de jeunes chiens fous, attirant l'attention des agents de l'Opération pour les faire se dévoiler, permettant de la sorte aux véritables dangers de se présenter. Au cours de ses périples, Chow avait eu le temps de se former une vraie petite armée, entouré par des mutants aux pouvoirs très dangereux pour la race humaine et il comptait bien s'en servir. Suivant de loin le petit discours de ce Sénateur, l'homme avait souri. Il avait vu Hitler, Staline, l'empereur du Japon et bien d'autres personnes qui représentaient un danger pour leur culture, ils étaient tous morts, lui était encore en vie. Chow croyait en sa capacité à changer la face du monde et il n'avait pas tort.

     La fumée des fumigènes commençait à s'estomper peu à peu alors que les protagonistes de la scène entendirent soudain un bruit étrange suivi d'un énorme courant d'air qui acheva de balayer les relents de fumée qui traînaient paresseusement sur la place. Là où se tenait une foule compacte quelques instants avant, l'on voyait quelques personnes éparses, la foule s'était clairsemée, de nombreux participants s'étant enfuis en étant contrôlés quelques rues plus loin, mais là où se tenait le Sénateur quelques instants auparavant, se tenait un homme étrange. Une capuche recouvrait son visage, ses mains tendues en avant, c'était lui qui avait balayé toute la fumée à l'aide de son don d'Aérokinésie. Theo Paradise avait été bien inspiré d'éloigner le Sénateur, sans quoi il se serait trouvé à la merci de cet homme, cela leur laissait quelques instants de sursit. Amateur des entrées dignes de ce nom, Chow décida d'intervenir à ce moment. Un bruit étrange se fit entendre, un applaudissement qui se répercuta sur les façades des bâtiments alentour, attirant l'attention sur un homme que beaucoup connaissaient ici. De taille moyenne, il avait le visage marqué de nombreuses cicatrices, Chow Watanabe était le chef présumé des hostiles, on lui prêtait un don de régénération et une intelligence qui découlait de siècles passés à étudier auprès des plus grands. Vêtu d'une tenue de la Chine antique, l'homme marcha d'un pas tranquille jusqu'à se trouver non loin de l'agent Al-Mansûr. C'était surprenant de le voir se présenter de la sorte en public alors qu'il était le plus recherché des mutants de ce monde. Cessant les applaudissements qu'il venait d'offrir à la foule, l'homme prit la parole d'un ton charismatique qui imposait le respect.

     ▬ Il est plaisant de constater à quel point ce sujet déchaîne les foules. Au contraire, il est malheureux de constater à quel point la stupidité humaine peut vous rendre inaptes à voir l'évident. Vous considérez tous les mutants comme des dangers pour votre petite race, mais vous ne comprenez pas que nombre d'entre eux tentent de vous protéger de nous, ceux que vous appelez hostiles. À semer le vent l'on récolte la tempête mes amis, je crains de devoir vous annoncer que vous vous trahissez vos frères de sang, vous ne valez pas mieux que cette racaille que vous défendez. J'ai longtemps subi la haine des humains, la haine des blancs, celle des riches à l'égard des pauvres, votre race possède le gène de la haine, au final, vous haïssez ce que vous ne comprenez pas. Il serait vain d'espérer pouvoir nous supprimer, nous ne sommes que l'évolution la plus parfaite de votre race entachée par la stupidité et d'autres sentiments aussi vains. Ce sera ma dernière offre, ceux qui ne désirent pas subir les conséquences du discours de votre Sénateur, je vous laisse la possibilité de vous en-aller. Mes frères, si vous désirez vous joindre à nous, il est encore temps, après quoi, il sera trop tard, je vous promets une vie en paix une vois que les humains comprendront qu'ils ne doivent pas nous haïr mais nous craindre. Choisissez votre camp et assumez. »

     Ce discours avait été prononcé sur un ton qui ne laissait aucune réponse, les protagonistes l'observaient, tétanisés, tous ignoraient qu'ils étaient sous le contrôle d'un mutant qui empêchait au cerveau d'envoyer les ordres offensifs au reste du corps. Tenter de lever son arme pour pointer le chef des hostiles serait vain, Chow savait s'entourer des bonnes personnes. Les quelques humains qui prirent peur s'en allèrent, quelques mutants s'écartèrent du groupe principal, décidant certainement que le sort des hostiles était préférable au reste. L'hostile inspira alors, posant sa main sur un katana de très belle facture, accroché à sa ceinture, puis il se détourna, accordant simplement un sourire qui ne faisait que renforcer son charisme, à la chef des Bastet qu'il frôla légèrement avant de disparaître derrière un bâtiment qui se trouvait juste à côté sans que personne ne puisse se lancer à sa poursuite. Puis ce fut la débâcle. Le départ de l'hostile avait eu pour effet d'annoncer à ses hommes qu'ils pouvaient lancer l'offensive. Le Pyrokinésiste responsable du cercle de flamme arrive, formant des boules de feu avec ses mains qu'il envoya sur les spectateurs restant. Celui qui s'était occupé de mettre tout le monde hors d'état de nuire s'était enfuit avec Chow, tout le monde retrouva sa mobilité alors que plusieurs silhouettes se dessinèrent soudain. Des plantes se mirent à sortir du sol, brisant le macadam pour saisir quelques personnes à la jambe et les traîner sur le sol. Les bouches d'incendie explosèrent alors que l'eau se mettait à geler à même le sol, rendant les environs aussi glissants qu'une patinoire, certaines personnes se sentirent prises de vertiges horribles, leur cœur s'emballait comme s'il était sur le point d'exploser, leur flux sanguin augmentait à la vitesse grand V. Les mutants de Chow commençaient à s'amuser avec la foule, seuls les mutants « invités » par le chef des hostiles étaient épargnés, les autres subissaient simplement.

     Mais cela n'était qu'une simple diversion, le gros de l'action allait tomber sur le moins expérimenté des Bastet. Theo avait attiré le Sénateur plus loin, à l'abri des mutants qui s'étaient regroupés pour s'amuser avec la foule. Alors qu'il pensait que la situation se déroulait bien, le jeune homme sentit tout à coup une énorme douleur se faire sentir au niveau de sa poitrine et il ne parvint pas à étouffer un cri de douleur. Lâchant son arme de poing, Theo leva les yeux pour voir la jolie secrétaire le regarder de ses yeux niais. Elle ne souriait plus, sa main tenait un couteau certainement dissimulé dans son corsage juste avant, elle venait de se taillader la poitrine et avait utilisé son don de transfert des blessures pour toucher le jeune agent. Elle le regarda d'un air désolé, la jolie demoiselle n'était pas secrétaire, on oubliait tellement rapidement leur rôle que personne n'avait remarque le subtil changement entre le véritable secrétaire et une mutante à la solde de Chow. La belle ôta le casque de Theo qui était tombé à genoux sous le coup de la douleur et passa sa main sur sa joue avant de lâcher quelques mots.

     ▬ Je suis désolée. »

     Les Sénateur était dans la pièce d'à côté et n'avait pas assisté à la scène, les autres membres du SWAT s'étaient éloignés pour surveiller les environs et aider les agents à l'extérieur. Il n'y avait que le jeune homme dans le coin et il vit la jolie demoiselle se diriger vers la pièce où se trouvait l'homme qu'il devait protéger. Elle n'avait pas désiré le tuer, peut-être était-ce une faute, quoi qu'il en soit, c'était visiblement elle la véritable arme du chef des hostiles et tous s'étaient laissés berner.

-------------------------

HP : Donc voilà, le gros de l'action est lancé ! Je n'ai pas précisé ce que chaque participant subissait comme pouvoir, vous prenez celui qui vous semble le plus approprié pour vous XD Les mutants « avec » Chow sont épargnés (Jace, Electra, Drew et Kaileen), tous les autres participants sont touchés !

Vous avez donc 4 mutants « importants » et dangereux, vous devez vous débrouiller pour les localiser et les éliminer ! Il y a : un Pyrokinésiste, un phytokinésiste, un Cryokinésiste et un qui contrôle le flux sanguin ! Après il y a des « secondaires », je vous laisse les inventer, vous pouvez faire intervenir un qui se transforme en belette si ça vous fait plaisir, à vous de voir. Je précise que les agents de l'Opération peuvent demander des renforts, il y a des tireurs d'élite dans le coin et un hélicoptère qui se situe à deux/trois minutes de là. Vous avez aussi les policiers à votre service !

Vous ne pouvez pas réagir avant que les attaques soient lancées, donc vous subissez obligatoirement un effet au moins, à vous de choisir lequel. Vous n'avez pas le droit de tuer les quatre pnjs principaux, vous décrivez une action et moi je définie si c'est réussi ou non ! Pour les autres pnjs, c'est comme bon vous semble.

Pour Theo, tu es donc seul dans le siège du gouvernement, dans le couloir. Le sénateur est dans la pièce d'à côté, il est avec deux autres politiciens, les agents du SWAT sont aux environs mais n'ont pas entendu ton agression. Tu as une blessure assez importante au niveau du torse et dès que tu bouges tu ressens une grosse douleur ! La secrétaire a envoyé ton arme à l'autre bout du couloir, mais n'a pas ôté ton talkie-walkie ! Tu peux demander de l'aide à un PNJ policier/du SWAT ou a un PJ ;)

Pour finir, une demande simple : lisez les messages des autres joueurs u_u si j'ai demandé des messages courts c'est pour que vous puissiez tout lire et éviter les bugs temporels comme on vient d'avoir.
Rose, si Curtis explique qu'il prend Drew avec lui et qu'il le camoufle comme si c'était son gamin, puis que moi avec Liam je dis que je le vois chez Curtis, tu ne peux pas poster après en disant que tu câlines Drew avant qu'il ne s'enfuit. Il faut essayer de garder un semblant de logique, comme ton message ne correspondait pas à ce qui était dit, je n'ai pas pu t'intégrer à mon message, donc surveillez tous ce que vous écrivez, après j'ai du mal à vous intégrer si vos messages sont hors sujet. Donc attention au temps, si vous avez un doute, demandez à la personne concernée ou postez sur le flood ! ;)

Je vous laisse faire comme vous voulez désormais, avancez autant que vous voulez, je posterai à nouveau dimanche soir normalement, peut-être un petit message de temps en temps si vous tentez une action, mais n'hésitez pas à prendre des libertés du moment que c'est plausible, plus vous avancez dans l'action en étant logique, plus vous serez récompensés !

SIGNATURE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
۞ Chasseur de l'Opération Apocalypto ۞

avatar

Theo Paradise
۞ Chasseur de l'Opération Apocalypto ۞

◊ Nombre de Messages : 506
◊ Nombre de Messages RP : 61
◊ Age : 25
◊ Informations : |Présentation

|Relations & Sujets

|Missions

◊ Age du Personnage : 24 ans
◊ Pouvoirs / Armes : - Equipement de base des chasseurs


Informations

» Métier: Chasseur / Photographe

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Jeu 28 Avr - 19:47

Theo souffla, la chaleur moite dans son casque paraissant l'étouffer de plus en plus. Il avait, semble-t-il, repoussé temporairement les mains cadavériques et ne pouvait que s'en féliciter. Il garda cependant son arme au poing, conscient qu'il y aurait sans doute bien d'autres dangers à éviter, à lui et au cher Sénateur Farinelli. Il recula donc, entraînant son homme avec lui, se répétant avec une conviction aveugle, un peu éperdue, qu'il gardait la maîtrise totale de la situation.

Un vent fort souffla toute la fumée de la grande place, aussi soudainement que tous les autres étranges évènements. Le jeune chasseur comprit que c'était sans doute là l'oeuvre d'un Mutant, mais au lieu de fuir au plus vite par la petite sortie vers laquelle il avait poussé le Sénateur, il traîna stupidement en arrière pour observer la suite de la situation. Apparu alors un homme, si près de lui que Theo crispa ses doigts sur son arme, vêtu d'un vêtement de type asiatique et armé d'un katana. Ses beaux yeux froids s'écarquillèrent sous la surprise de reconnaître le chef des Hostiles, un homme incroyablement dangereux ; son premier réflexe fut de lever son M-16 pour le tenir en joue. Mais rien à faire, il était paralysé par on ne sait quel prodige, il avait beau forcer sur ses bras, tenter l'impossible mouvement, son corps entier était tétanisé. Ce fut donc avec une furieuse frustration que Theo suivit la litanie du Mutant recherché, sans pouvoir le neutraliser. Ses paroles lui arrachèrent une exclamation de dégoût, mais toujours immobile, il se fit un sage spectateur, n'écoutant qu'à moitié, songeant simplement à son petit protégé qui l'attendait sans doute à l'arrière.

Vint un temps où il put enfin se libérer de l'entrave invisible, mais Chow avait déjà disparu. A sa place, ils laissaient quelques dangereux acolytes qu'on voyait apparaître de ci, de là, là où auparavant se massait la foule compacte. Theo vit de loin les différentes attaques portées sur les malheureux spectateurs, et les autres, ses collègues, peut-être des amis, la lieutenant Zuarez, Zahira Al-Mansûr, et Pixie aussi, sans doute... Le jeune homme fut surpris de constater une étonnante augmentation de son rythme cardiaque à cette pensée - il n'avait pas l'impression de s'inquiéter autant, quand même - juste avant de comprendre que cette attitude n'était tout simplement pas normal. Le sang semblait lui fouetter les tempes, son coeur pulsait sauvagement sous son torse malmené, s'agitant dangereusement. Une attaque mutante, sans aucun doute. Sans réfléchir plus longuement, Theo bondit et rejoignit l'endroit où, théoriquement, était passé le Sénateur pour se planquer avec sa suite.

Un couloir, qu'il avala d'une allure souple et bondissante, confiant, assuré, malgré ses cheveux qui collaient de sueur sur son visage, l'égratignure de sa jambe, le tempo fou de son petit coeur qui priait pour que Farinelli soit toujours sain et sauf.

Et là, nouveau coup de théâtre, plus inattendu et désagréable que les autres, et de loin. Ce fut d'abord une surprise ahurie qui le cueillit en marche, et Theo s'arrêta naturellement, sans comprendre, avant que la douleur ne noie l'entièreté de son thorax. Il gémit, portant les mains à son torse en lâchant misérablement son arme. La stupéfaction laissait place à la souffrance pure et dure ; même si ses yeux papillonnaient toujours sous l'effarement, il ne pouvait ignorer la tache rouge sombre, pourpre même, qui salissait ses gants et son uniforme pourtant intacte. C'était comme si on venait de le poignarder ; et pourtant, personne ne l'avait approché.

Il leva les yeux, et la silhouette de la petite secrétaire qui lui avait tourné autour s'imprima dans ses pupilles. Theo tâcha de faire un pas en avant, crispant ses paumes autour de la plaie ; cependant, il eut comme un étourdissement et ses jambes se dérobèrent sous son poids. Il avait affreusement mal, mais la honte fut une grosse claque anesthésiante lorsqu'il fixa de son regard enragé sur la midinette qui s'approchait de lui. Il avait été si stupide, si naïf, si inattentif... C'était son boulot de les préserver de ce genre de dangers, et voilà qu'il tombait dans le piège grossier dressé par une gonzesse en plein milieu d'un couloir désert... Il songea un instant qu'il pouvait dire adieu à sa promotion, étourdi par la douleur, avant de comprendre qu'il allait, aussi et sans doute, mourir.

Le choc le laissa immobile alors que la jeune femme faisait valdinguer son arme plus loin et lui retirait son casque. Theo ne put savourer la douceur de l'air frais ; son visage bouillonnant, humide de sueur se tordait toujours à cause de la plaie de son torse. Ses mâchoires serrées, contractées à l'extrême, lui donnait l'air d'un molosse prêt à mordre ; et pourtant il ne fit rien. Il sentit les doigts de la fausse secrétaire lui caresser la joue et il eut envie de l'insulter, de la frapper - peut-être plus encore. Au lieu de quoi il laissa les petites étoiles qui jaillissaient devant ses yeux assombrir quelques secondes sa vision, et tenta de reprendre son souffle. Et dire qu'il était tombé à genoux devant elle, lui ! Elle s'éloignait... en le laissant en vie - amoché, certes, mais en vie. Ce geste rempli d'une sorte de pitié, ou d'il ne savait quel autre sentiment minable, combla son supplice d'une rage nouvelle, et d'un geste plein de hargne, Theo arracha le talkie-walkie accroché à son flanc et l'enclencha. Il choisit de contacter la première personne qui lui vint à l'esprit ; ce serait peut-être une bêtise, une erreur, et au pire il appellerait d'autres renforts par la suite. Mais là, à cet instant, il songeait que le plus efficace dans une telle situation, ce serait sûrement...

- " Winchester, j'ai besoin d'aide..." marmonna-t-il d'une voix sourde et précipitée, laissant une partie de son corps reposer contre le mur à sa gauche. "Je me suis fait attaquer dans le couloir... La cible est en danger, dépêchez-vous !"

Cette fois, il pouvait vraiment dire adieu à sa promotion, c'était clair... Il laissa retomber le petit appareil, furibond, fixant le dos de cette traîtresse qui s'éloignait et qui allait certainement terminer son sale boulot... Non ! Cette pensée le força à se redresser sur ses jambes, bien qu'il se tienne toujours au mur. Ses esprits lui revenaient doucement, même si la douleur était toujours présente. Sans réfléchir, en se répétant que maintenant, tout ce qui comptait, c'était la mission (et peut-être un doigt de vengeance), quand bien même il se ferait virer demain, Theo saisit d'une bonne poigne son Smith et Wesson et le projeta, comme un poignard de lancer, directement dans le dos de la secrétaire qui allait passer la porte où le Sénateur s'était enfui. Il reprit le talwie-walkie, s'apprêtant à rappeler de l'aide, et croisant les doigts pour que la vitesse fulgurante de son envoi prenne la secrétaire par surprise...

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutante Non Recensée ۞

avatar

Svetlana Iorichenko
۞ Mutante Non Recensée ۞

◊ Nombre de Messages : 717
◊ Nombre de Messages RP : 50
◊ Age : 31
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 20 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Chronokinésie


Informations

» Métier: Etudiante et bibliothécaire

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Jeu 28 Avr - 19:54

Avoir des nouvelles de son ami contenta Svetlana, savoir qu'il allait bien et se remettait de la mauvaise passe qu'il venait de traverser amena un sourire aux lèvres de la jeune femme. Voir qu'il abordait l'avenir de manière positive la rassura, elle préférait cela plutôt que la dépression profonde. Savoir rebondir dans la vie, repartir suite à des déboires en tout genre était un état d'esprit que lui avait inculqué son père. En tout cas, Fillan était d'accord avec elle concernant le discours du sénateur et sa manière violente d'exposer les choses. Elle hocha la tête quand il mentionna une hypothétique attaque qui, si elle survenait, alimenterait la haine contre les mutants et donnerait d'autant plus de poids au programme du sénateur, à sa campagne à l'encontre des personnes comme elle. Farinelli poursuivit son discours sur le même ton, l'étudiante prenait les notes nécessaires pour écrire son compte-rendu pour son prof de droit. Svetlana se sentait toute de même atterrée par les propos de l'homme politique, elle frissonnait rien que de penser à l'avenir qu'il réservait aux êtres différents du commun. Le sénateur rappela certains évènements marquants de ces dernières années mettant en cause les mutants et leurs actions hostiles. Elle se rappelait parfaitement la fête d'Halloween vu qu'elle était présente au moment des faits, elle avait entendu parler des autres, elle comprenait que les humains en veuillent aux mutants mais tous n'étaient pas des hostiles souhaitant prendre le pouvoir et réduire la race humaine à néant...

Elle en était à ce point de réflexion quand des explosions se produisirent. Rentrant instinctivement la tête dans les épaules, Svet regarda autour d'elle pour repérer leur source. Les caméras explosaient les unes après les autres, répandant autour d'elle des morceaux de verres, blessant les personnes les plus proches. Pour ajouter à la confusion, une femme hurla, en feu. La panique saisit le public et généra des mouvements de foule. La jeune russe eut le temps d'apercevoir un ouroboros de feu avant que des fumigènes ne soient laisser dans la foule, augmentant la peur des gens. Fillan lui saisit le bras, l'amenant à l'écart de la foule. Qui sème le vent, récolte la tempête, disait l'adage. Le sénateur venait de réveiller l'hostilité...

Crispée sur son carnet, Svetlana écouta les conseils de Fillan tout en se demandant qui était ce « on », ce « nous » préparé à faire face à ce genre d'attaque... Questions qu'elle brûlait de poser au jeune homme, mais ce n'était ni lieu ni le moment. Se ressaisissant, elle répondit à son ami.

- Oui je peux me débrouiller seule mais que comptes-tu faire?

Elle n'eut guère à attendre avant d'avoir une réponse. Après qu'il lui eut signaler la présence de Curtis qui leur faisait de grands signes, et demander de prendre soin d'un dénommé David, demande qu'elle accepta d'honorer, le jeune amérindien fila vers l'estrade où se tenait quelques instants plus tôt le sénateur. La fumée l'empêchait de voir ce qu'il était advenu de l'homme politique. Alors, Svetlana se dirigea rapidement vers Curtis et les deux enfants qui se trouvaient à ses côtés. Évitant au maximum les bousculades, ce qui n'était pas chose simple, elle parvint à rejoindre le professeur d'archéologie qui avait réussi à trouver un îlot de calme dans le chaos environnant. Et ce fut avec une grande surprise qu'elle le vit.

- Drew?

Mais que faisait-il ici? Surtout qu'il ne semblait pas du tout dans son assiette. Si elle avait eu connaissance de l'attaque qu'avait mené l'enfant à l'encontre du sénateur, elle n'aurait peut-être pas réagi ainsi. Mais voilà qu'une nouvelle personne se joignit au quatuor. Un policier armé s'approchait et le son de sa voix n'était pas inconnu de la jeune femme. Pourtant elle ne put approfondir la question car la fumée se dispersa et un applaudissement attira l'attention de toutes personnes présentes sur un homme vêtu à l'antique mode chinoise. Charismatique, il s'adressa à son public en des termes qui n'admettaient aucune contradiction. Svetlana l'identifia comme hostile et ses paroles la braquèrent comme celles du sénateur. Et dès le départ du chinois, ce fut l'enfer. Littéralement...

Boules de feu, plantes agressives, glace... Les hostiles s'en donnaient à cœur joie. S'arrachant au spectacle de ce désastre, Svetlana rangea instinctivement son carnet dans son sac et se tourna vers Curtis, lui préconisant de fuir avant d'attraper par le bras Drew et David et d'essayer de quitter la zone. Mais elle n'avait parcouru que quelques mètres quand elle fut prise de vertiges, qui lui soulevèrent le cœur... Sa perception fut perturbée, elle lâcha les garçons, tituba avant de s'effondrer lourdement sur les genoux. Restant consciente, s'agrippant à l'herbe, elle lutta contre les symptômes et les effets de ce pouvoir, mais pour les effacer totalement il fallait trouver leur possesseur. Profitant d'une accalmie dans ses vertiges, Svet jeta un regard aux alentours, repérant le pyrokinésiste parfaitement identifiable avec ses boules de feu, ainsi qu'une personne marchant nonchalamment au milieu des victimes et qui ne semblait pas avoir de pouvoir apparent. Elle se devait d'agir... Alors tentant le tout pour le tout, jaugeant que la distance n'était ps trop grande, elle décida de l'utiliser...

Frappée d'un nouveau vertige, l'étudiante se crispa attendant que la vague passe, puis fit un petit geste de la main en direction de l'homme qu'elle supposait être un hostile, dans l'intention de le figer. Geste qui pouvait passer pour un simple geste de défense comme si elle voulait empêcher cet homme d'approcher plus. Est-ce que son action allait réussir vu le pouvoir qu'elle subissait? Et si c'était le cas, la durée d'emprisonnement n'était pas infinie, et si elle venait à quitter les lieux son influence disparaitrait. Quelqu'un devrait s'occuper de lui définitivement, tant qu'il était figé.


SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

avatar

Fillan Davis
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

◊ Nombre de Messages : 314
◊ Nombre de Messages RP : 36
◊ Age : 31
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 21 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Ombre


Informations

» Métier: Etudiant en archéologie

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Jeu 28 Avr - 20:10

Fillan avait tenté d’aider au mieux cette jeune fille qui était soit une mutante désorientée, soit une folle évadée d’un asile, mais il n’avait visiblement pas réussi à atteindre son but. A priori, les policiers ne les suivaient plus, mais ça ne voulait pas dire qu’ils étaient sortis de l’auberge pour autant… L’un d’entre eux avait en effet réussi à les retrouver… Et il pointait son arme sur la jeune femme sans lui laisser une chance de riposter. Si elle se retournait et tentait de l’abattre, il risquait fort de tirer le premier et ça en serait alors fini pour elle. Que faire ? Intervenir ? Mais dans ce cas, il agresserait un humain et c’était ce qu’ils devaient justement éviter, eux, les membres de Genesys… D’un autre côté, en ne faisant rien, il condamnait la mutante… Dans ce cas, c’était décidé.

Sans rien dire, l’ombre glissa sur le sol, rapidement et presque sans se faire repérer, dans cette fumée. Fillan se positionna juste derrière le policier, mais il ne pouvait malheureusement rien faire sous cette forme, son ombre étant incapable d’agir sur la matière. Il devait donc reprendre forme humaine… C’est ce qu’il fit. Lentement, c’était comme s’il émergeait du sol, se redressant derrière le policier. C’était tellement étrange… En quelques secondes, il avait repris sa forme initiale et il tapota sur l’épaule du policier, dans le but d’attirer son attention. Surpris, ce dernier se retourna et il eut juste le temps de voir arriver le poing de Fillan. Sous le choc, il vacilla et tomba au sol, sans bouger. Le jeune mutant n’avait pas frappé fort, mais juste assez pour avoir le temps de s’enfuir. Shootant dans l’arme, il l’envoya valser au loin avant de rejoindre la jeune femme qu’il avait tenté d’aider, un sourire aux lèvres.
« On ferait mieux de changer de direction, l’estrade, c’est vraiment pas la meilleure idée, vu le monde qui doit nous y attendre. J’ai des amis par là, si tu veux. Ils sont des nôtres… Mais il faut faire vite, sinon, ça sera la merde. »

Il ne pensait pas si bien dire… D’un seul coup, la fumée se dissipa, laissant place à un mutant seul. Un aérokinésiste. Ainsi donc, c’était bien eux, les hostiles. Mais pas n’importe lesquels, ceux qui avaient déjà attaqués ici plusieurs années plus tôt. Genesys les connaissait et, dans une certaine mesure, ils étaient alliés… Mais il fallait croire que le chef de ce groupe avait eu d’autres plans en tête aujourd’hui… Des applaudissements retentirent et un homme surgit de nulle part… On aurait dit un survivant de la Chine impériale. Etait-il vraiment aussi vieux ou n’était-ce là qu’un déguisement ? Il n’eut guère le temps de se poser plus de questions. En effet, l’homme en question s’adressa à eux tous, humains, mutants et Apocalypto. Il les compara à des traitres, eux, membres de Genesys et leur proposa de se joindre à lui dans sa croisade, sans quoi, il serait trop tard… D’accord, Law avait été l’un de ces humains qu’ils haïssaient tant, mais était-ce une raison pour tout abandonner ? Il fallait espérer que la plus grande majorité ne soit pas comme ça, qu’elle soit meilleure et prête à changer, si on lui en donnait l’occasion. C’était cela le plus dur, défendre malgré la haine pour changer les mentalités. C’était ça, Genesys.

Finalement, cet homme les laissa sur place et repartit comme si de rien n’était sans que personne ne fasse quoi que ce soit. Et ce fut le début de la fin… Plusieurs mutants se mirent à attaquer la foule. Un pyrurgiste lança des boules de feu, des plantes sortirent de sol, un cryrurgiste transforma la place en patinoire tandis que d’autres semblaient en proie à une grande souffrance. Fillan fut de ceux-là. Son cœur s’emballait tandis qu’il se sentait pris de vertiges. Il s’effondra au sol, haletant et ne savait pas quoi faire. Peut-être qu’en ombre, il ne subirait plus cela ? Il n’en savait rien et de toute façon, arriverait-il seulement à se transformer ? Son regard se porta sur la jeune femme qu’il avait tenté d’aider. Elle ne ressentait rien… Etait-elle avec eux ?
« Pou… Pourquoi ? On est… tous frère ? Des… mutants ? Aide-moi… S’il… te plait… »

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.trimatrici.fr/
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

avatar

Curtis Langford
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

◊ Nombre de Messages : 124
◊ Nombre de Messages RP : 30
◊ Age : 27
◊ Informations : _
Fiche de Curtis Langford
Sujets & Relations

◊ Age du Personnage : 33
◊ Pouvoirs / Armes : Clairsentance & Omnilinguisme


Informations

» Métier: Professeur d'archéologie

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Jeu 28 Avr - 20:47

Curtis râla en voyant Fillan se défiler. Vraiment, il s’amusait tous avec son pauvre cœur. Il fit bien heureusement Svetlana marché en leur direction. Il surveillait les alentours au cas où, la jeune étudiante serait en danger. Il vérifia l’état de Drew qui n’allait pas forcément mieux. Puis ensuite Solveig. Il sursauta, entendant des coups de feu. Il ferma les yeux et mit une main sur son cœur. Des larmes lui montaient aux yeux et les piquaient fortement. Faîte qu’elle soit toujours en vie. La jeune femme s’approcha de lui et il sursauta, la serrant brièvement dans ses bras un petit instant. Rassuré. Déjà une. David ! Il se retourna. Il était calme, lui aussi le regard vifs sur ce qui se passait. Deux… Il ne s’attarda pas sur le fait que la jeune blonde avait l’air de connaitre ce jeune mutant au pouvoir dangereux et puissant.

Tout allait si vite. Il n’avait pas le temps de comprendre ce qui se passait, ni même de voir. Il regardait derrière lui, ils pouvaient tous facilement prendre la fuite. Encore heureux, il ne savait pas que Liam était sur leurs pas. Il aurait été capable de se tirer une balle sincèrement, sachant qu’il n’arrivait toujours pas à voir sa dulcinée avec la fumée encore persistante. Soudain, tout s’évapora et un nouveau mouvement de foule, plus positif. Des applaudissements ? C’était une mise en scène ? Non, un homme étrange et charismatique avait l’air de lancer un débat contre les paroles du Sénateur. Il l’écouta, aussi agacé que quand Farinelli parlait. Il sortait des idioties ! Ce n’est pas comme ça qu’on allait convaincre les gens qu’on avait notre place et surtout pas par la force. On ne serait pas plus honorable que ces extrémistes pro-humain.

Il disparut et alors qu’il pensait que c’était finit, ce fut pire. Ce n’était que le commencement. Les hostiles ne se cachaient plus. Ils attaquaient même. Ce n’était pas des petits pouvoirs. Il devint blême. Il resta figé regardant l’horreur qui se passait. L’apocalypse. Solveig était à l’extrême opposé, près de l’estrade. Non, pas ça. Svetlana attira son attention pour lui dire de fuir. Il ne l’écoutait pas. Ses yeux ne quittaient pas le carnage.

_Va-t-en avec les petits s’il te plait. Je ne pars pas sans Solveig…

Le jeune homme ne vit pas Svetlana s’effondrer sur le sol. Pas touché par l’homme qui jouait avec le sang des gens, il était descendu de la petite colline en vitesse. Il n’avait qu’un chemin, celui qui menait à Solveig et il comptait arriver jusqu’au bout. Il se mit à courir et soudain, fit plus ou moins face à Liam. Il ne le connaissait pas, mais son air déterminé l’effrayait, et surtout, il était armé. Il n’eut pas le temps de lever les mains pour demander supplice, que le sol se transforma en glace. Il tomba aussitôt, pas préparé à un tel environnement. Il glissa sur plusieurs mètres, de quoi ronger une bonne partie du trajet qui le séparait de Solveig. Ses genoux avait lourdement cogné et le lançait abominablement. Il se releva malgré tout, porté par la peur de voir son âme sœur mourir. Agrippé à l’estrade, il se traina jusqu’à elle. Puis alors qu’il criait son nom, tendant la main sur la sienne, il la tira sur le sol.

Les deux corps s’écoulèrent et une boule de feu passa au dessus de leur tête. Il la serra fort, embrassant sa tempe. Il lui chuchota, exténué par tant d’effort.

_Pour celui-là, c’est à toi de prendre la relève… Ensuite, on rentre putain !!! Il faut qu’on rentre…

Il se mit en position assise et tenta de ne pas se concentré sur son genoux égratigné dont le sang commençait à se voir sur son pantalon.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Liam Winchester
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 7431
◊ Nombre de Messages RP : 481
◊ Age : 28
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 32 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Un Colt M1911A1 9mm, l'équipement de base d'un Agent Spécial Apocalypto


Informations

» Métier: Agent de l'équipe spéciale 'Bastet' - Policier (sous couverture)

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Jeu 28 Avr - 21:46

     Liam attendait impatiemment que ce gamin se montre, il se demandait si son côté égoïste allait prendre le dessus et qu'il s'amuserait à mettre ce père et son mioche en péril en refusant de se montrer. Il avait simplement flairé le fait que ce mioche devait être mutant, pour sauter comme ça au milieu des flammes sans ne rien ressentir, il fallait être anormal et c'était le principe même des mutants non ? Le policier s'approcha encore des trois silhouettes qu'il avait repérées, peut-être qu'on pouvait le prendre pour un crétin, mais ça ne signifiait pas pour autant qu'il l'était. Le trentenaire avait remarqué que le gars qu'il avait repéré quelques instants auparavant avec son épouse et son mioche, avait soudain récolté d'un gamin en plus, c'était à ça que servaient les premières analyses d'une foule. Un peu comme le jeu des différences, l'américain avait toujours été très fort à ce petit jeu là. Alors qu'il approchait du trio qui lui tournait le dos, Liam eu la très désagréable surprise de ressentir un violent courant d'air qui acheva de balayer les restes de fumée qui se situaient sur la place. Un lieu ventilé comme celui-ci avec aussi peu de grenades fumigènes, c'était rapidement joué, la fumée ne restait pas plus de quelques minutes. Puis tout s'enchaîna rapidement, un applaudissement se fit entendre, il contrastait autant avec ce qui se déroulait, qu'il était aussi mal venu qu'un fou rire en plein milieu d'un enterrement. Le policier regarda les environs, cherchant de son regard de jais qui était le responsable de toute cette connerie, lorsque son regard se posa sur une silhouette non loin de là : le chef des hostiles.

     Le Bastet leva son arme pour s'apprêter à faire feu, mais ses muscles restèrent bloqués, il ne parvint pas à redresser son canon, plus il forçait, moins son corps lui obéissait et il dû se rendre à l'évidence : quelqu'un se servait de son pouvoir pour le bloquer. Regardant rapidement les environs alors que le discours haineux du mutant résonnait, Liam constata que cela semblait être le cas de tous les agents présents ici, tout le monde semblait absolument hypnotisé par les paroles de l'hostile. Avec agacement, l'agent spécial constata que l'hostile avait l'air largement plus convainquant que le crétin de Sénateur qu'ils devaient protéger, quel crétin ce mec. Finalement, Chow s'en alla, après avoir réussi à convertir quelques personnes et l'agent Winchester fut sincèrement étonné de voir que les hostiles laissaient filer des civils, il avait envisagé qu'ils s'occuperaient d'eux tous, mais s'était visiblement trompé. Peut-être bien qu'ils se feraient tuer au détour d'une ruelle allez savoir, avec ces créatures, il fallait s'attendre à tout. Un regard vers l'estrade apprit à Liam que Theo avait emmené le Sénateur en sécurité, tant mieux, au moins un qui remplissait correctement sa mission, l'attention du Bastet se reporta sur le trio alors qu'un bruit retentit soudain, des boules de feu passèrent très près du policier et touchèrent des civils derrière lui. Ni une, ni deux, il réagit instantanément, s'éloignant de la zone de quelques pas avant de sentir quelque chose lui attraper le pied. Baissant les yeux, son regard se posa sur une grosse liane qui venait de s'enrouler autour de sa cheville et la seule solution qu'il trouva fut de se servir du couteau qu'il gardait sur lui pour tenter de trancher le végétal.

     Cela ne sembla pas plaire à la liane qui lui balança un coup en plein visage, manquant au passage de lui arracher son arme et après quelques coups bien placés, la plante relâcha sa prise et le policier parvint à s'écarter de la zone de danger. Le temps qu'il reporte son attention sur le gamin mutant, il constata avec amertume qu'un nouvel élément venait faire capoter son plan : Svetlana. Elle ne devait pas savoir qu'il était contre les mutants, question de couverture et elle avait remplacé le père de famille auprès des deux enfants, il plia donc rapidement en retrait afin d'éviter qu'elle ne le remarque. Sa lèvre saignait très légèrement, rien de bien douloureux, alors qu'il avançait vers l'estrade, le trentenaire tomba sur le père de famille qui cherchait visiblement sa femme, avec un peu de chance ils se feraient cramer tous les deux tiens. L'autre glissa sur le sol soudain devenu aussi instable qu'une patinoire, puis alors que Liam s'apprêtait à aller porter secours à un flic en difficulté, il entendit son talkie-walkie se mettre en marche : la voix de Theo se fit entendre, suffisamment sérieuse pour qu'il comprenne qu'il fallait réagir immédiatement. Aussitôt dit, aussitôt fait, le policier quitta les environs du regard pour se diriger au pas de course vers le pupitre, l'Aérokinésiste avait changé de place, le trentenaire avait donc la voie libre et en moins de deux il fut près de la porte du siège.

     Theo était en mauvaise position, sur le sol, il avait attrapé son arme qu'il venait de lancer sur la secrétaire qui lui tournait le dos. Liam ne comprenait pas cette réaction, mais lorsqu'il vit la jeune femme armée d'un couteau, le chasseur la tenue pleine de sang, son esprit ne chercha pas bien loin et identifia la nana comme étant un danger important. Elle ne le voyait pas avec la porte vitrée fermée et s'approcha de Theo avec son arme. Le Bastet leva son colt, visa la tête de la blondinette, puis appuya sur la détente. La vitre explosa en mille morceaux sur le sol au moment où la tête de la fille recula sous le coup du choc de la balle, elle ouvrit les yeux de surprise avant de s'affaisser sur le sol. La détonation avait attiré quelques regards sur eux et Liam pénétra aussitôt dans le bâtiment avant d'attraper Theo pas sa tenue pour le remettre sur pied, avec son aide bien évidemment.

     « Je savais que cette fille n'était pas nette vu comme elle vous regardait. »

     Une boutade ? On pouvait presque prendre ça comme de l'humour, une fois n'était pas coutume, pas de reproches ni d'insultes, c'était vraiment étonnant. Il fallait dire que Liam n'avait pas soupçonné la gamine une seule seconde et ça devait être le cas de tout le monde. Après que les autres membres sur SWAT se soient pointés et aient rejoints le Sénateur, Liam reporta son attention sur Theo avant de lâcher quelques mots.

     « Il y a une tripotée de mutants là-dehors, il faut s'en débarrasser, par n'importe quel moyen. »

     La menace ne serait pas écartée tant que tous les mutants hostiles ne seraient pas neutralisés et visiblement ils avaient du pain sur la planche. Attrapant son talkie-walkie, Liam changea de fréquence pour se brancher sur celle de la police avant de s'adresser aux tireurs d'élite.

     « Le Sénateur est en sécurité, mais on a besoin de vous pour localiser les autres mutants, ne vous gênez pas pour faire un carton les gars. »

     Le ton était donné. Pas de pitié.

SIGNATURE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
۞ Seconde de l'Opération Genesys ۞

avatar

Sólveig K. Bjørn
۞ Seconde de l'Opération Genesys ۞

◊ Nombre de Messages : 682
◊ Nombre de Messages RP : 73
◊ Age : 28
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 30 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Pyrurgie et Pyrokinésie / Une Bombe au Poivre


Informations

» Métier: Avocate dans le cabinet Balch & Bingham, LLP

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Jeu 28 Avr - 22:08

     Sólveig avait entendu son téléphone sonner au moment où elle arrivait en vue du pupitre du Sénateur, puis glissant sa main dans sa poche, elle avait tiré son cellulaire de sa protection pour décrocher. La demoiselle n'eut pas le temps de savoir qui cherchait à la joindre, des bruits de tir retentirent et sous le coup de la surprise, elle laissa tomber son téléphone sur le sol où il explosa en morceaux. Instinctivement, la Norvégienne recula, cherchant à se mettre à l'abri, puis elle percuta quelqu'un de plein fouet. Tournant les yeux, l'avocate vit Arthur derrière elle, rassurée par cette présence familière, la jeune femme lui adressa un bref sourire rassurant tout en lui parlant assez rapidement pour que personne ne cherche à les écouter.

     « Il faut mettre les enfants à l'abri et les autres humains aussi ! Il y a beaucoup trop de monde pour prendre le risque de les laisser ici ! »

     Arthur ne devait pas trop savoir quoi faire pour arranger tout cela, mais il était la seule présence rassurante qu'elle avait sous la main. Les choses s'enchaînaient trop vite pour que la jeune femme comprenne ce qui se passait, elle voyait simplement que la fumée se dissipait peu-à-peu et qu'ils auraient peut-être plus de chances une fois que tout serait redevenu « normal ». Seulement, les choses leur échappèrent, celui qui avait tout programmé depuis le début entra en action, un mutant doué du pouvoir de contrôle de l'air se débrouilla pour faire évacuer la fumée de la place, permettant à tous les protagonistes de voir le désastre. La foule était beaucoup moins nombreuses, certaines personnes avaient été bousculées et envoyées au sol, d'autres s'étaient enfuis aux premiers coups de feu et le pupitre était parsemé de petits trous provoqués par des balles. Elle y avait échappé de peu. Sentant qu'elle avait du mal à déglutir, la jeune femme essaya de se reprendre rapidement alors qu'elle entendit un applaudissement retentit, attirant toute l'attention sur lui. Les yeux d'azur de la jeune femme se posèrent sur une silhouette familière : Chow, elle n'avait déjà rencontré à plusieurs reprises en tant que seconde de Genesys et cela n'annonçait rien de bon. Ayant saisi le bras d'Arthur, l'avocate resserra sa prise sans le remarquer et écouta avec effroi le discours qu'il prononçait, une incitation pure et simple à la haine ! Pourvu que personne ne se laisse berner ! Elle ne comprenait pas pourquoi les policiers ne tiraient pas avant de se douter que Chow devait avoir tout prévu, puis il s'en-alla comme il était venu, laissant simplement quelques mutants qui s'occupèrent de les attaquer aussitôt.

     Une boule de feu se dirigea droit sur les deux Genesys, Sólveig risqua le tout pour le tout, persuadée que dans la folie générale personne ne ferait attention à elle, elle se plaça devant Arthur, plaçant son dos en direction de la boule de feu qui la percuta de plein fouet. La jeune femme n'avait pas eu le temps de la détourner, mais elle était naturellement ignifugée et ne pouvait pas être brûlée. Pour ses habits, c'était autre chose, la brune sentit son haut s'enflammer heureusement rapidement éteint par une bourrasque lancée par le contrôle de l'air de l'autre mutant. La jeune femme poussa fortement Arthur avant de lui hurler dessus.

     « Va te mettre à l'abri, tout de suite ! »

     Laissant Arthur s'en aller sans autre choix que de lui obéir, la jeune femme se détourna de la foule pour essayer de cibler l'endroit où se trouvait le Pyrurgiste, en vain, il était introuvable. Ses yeux balayaient les environs avec rapidité et inquiétude, elle ne pensait qu'à une chose : le trouver pour protéger les gens, les agents de l'Opération aussi bien que les civils et surtout Curtis et les enfants. Ses pensées orientées vers le jeune homme, elle fut surprise d'entendre sa voix, tourna rapidement la tête pour le voie apparaître devant elle comme par magie, lui tendant sa main qu'elle attrapa. Puis il l'attira au sol au moment où une boule de feu réchauffa l'atmosphère en passant au-dessus d'eux. Elle se sentait mieux maintenant qu'elle savait qu'il était là et qu'il allait bien, mais il ne fallait pas se reposer sur ses lauriers pour autant ! Alors qu'il lui déclarait que « celui-ci » était pour elle, Sólveig hocha la tête avant de se redresser en répondant rapidement à Curtis.

     « Reste derrière moi, tu ne risqueras rien ici ! »

     Ses vêtements brûlés le témoignait ! La jeune femme vit de nouvelles boules de feu se diriger vers le public, elle ne pouvait pas envoyer de boules elle-même sous peine d'être repérée, ce serait pire que tout. Son don servait aussi à contrôler le feu et elle fit tout ce qui était possible afin de détourner les boules envoyées par le Pyrurgiste histoire d'épargner la foule. L'autre devait s'énerver, il devenait de plus en plus productif et elle finirait par ne plus suivre la cadence sans se faire remarquer. Priant pour que Shawn comprenne qu'elle avait besoin de lui, la belle inspira longuement en lâchant quelques mots à Curtis.

     « Promis mon amour, dès que tout ça est terminé, je te cuisinerai tous les macarons que tu voudras ! »

     Elle ne perdait pas le nord !

SIGNATURE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://liberty-high.forumactif.fr/

avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Ven 29 Avr - 1:47

[oui je sais c'est très long, pardon XD mais j'ai rattrapé mon retard et j'avais plein de chose à dire *.* si y'a des choses qui collent pas, prévenez moi ^^]

Une chose était certaine, le sénateur savait comment organiser une fête sympa. Tout ce qu’il manquait à Esperanza pour se mettre définitivement bien, c’était un mojito. Avec beaucoup de sucre de canne, et tout un sceau de glace pillée.
Et côté glace, pour l’instant elle avait de quoi faire…
Ca avait été le bordel complet pendant plusieurs longues minutes. Cet empoté de Sénateur avait tout gagné, c’était à peine s’il avait eu le temps de terminer l’intro de son discours. D’abord les caméras, ensuite ils avaient eu droit à leur propre kameamea qui avait mit le feu à deux ou trois personnes. Pour parfaire le spectacle son et lumière, ils avaient ensuite eu droit aux fumigènes, puis Sangoku avait fait son apparition en personne. Le mutant hostile le plus balaise du monde, rien que pour eux, dans sa tenue d’apparat et tout le bataclan. La classe quoi…
Pendant une vague seconde de flottement étrange, la mexicaine avait hésité entre aller demander son autographe, ou lui coller une balle dans le crâne. Ce type était une légende vivante, la tête emblématique de la résistance mutante… il ressemblait un peu à une vieille tante délurée avec ses manières de bridés, mais ça, c’était une autre histoire.
La seconde de flottement s’était évaporée, et Esperanza avait fait son choix. La balle dans le crane évidemment. Il lui avait fallut du temps pour comprendre qu’une force extérieure entravait ses mouvements (en fait c’était Hank qui lui avait lancé quelque chose du style « Arrête un peu Zuarez, tu vois bien qu’on est bloqué »), et même lorsqu’elle avait finalement pigé, elle avait continué à forcer, et à forcer encore, persuadé qu’elle allait pouvoir rompre ce putain de sortilège satanique par sa seule volonté de fer. Ca n’avait pas marché évidemment, et elle en était juste ressortie terriblement frustrée et proche de l’anévrisme.
Du coup elle n’avait pas écouté un traitre mot du discours mégalo du grand méchant loup. De toute façon ils racontaient tous la même chose ces gens-là, si on l’avait entendu une fois, on l’avait entendu une fois de trop. Surtout que son boulot à elle, c’était de les faire taire. La seule pensée un peu raisonnée qui lui avait traversé l’esprit mis à part « Tire ! Putain TIRE ! », c’était une vague peur concernant sa supérieur. Chow s’était tenu tout près d’elle durant tout son petit discours, et au moment où il s’était éclipsé, il s’était tourné vers Zahira. Pendant un instant, toujours piégée, Esperanza avait eu peu que le katana accroché aux hanches de Chow ne termine en travers de la gorge d’Al-Mansûr. Ca lui aurait même parut évident qu’il le fasse. Pourtant ça n’était pas arrivé, et la jeune flic avait remercié la Sainte Vierge, sans pour autant se laisser impressionner ou freiner.

Avec tout ça, Esperanza avait complètement perdue la petite brunette à l’air revêche que Hank lui avait signalé un peu plus tôt. Cette petite garce avait joué son rôle, maintenant c’était clair. Dans l’agitation, la chasseuse n’avait pas eu l’occasion de lui mettre la main dessus, elle avait été trop prise par tout le reste. Mais cette chienne avait essayé d’attirer l’attention sur elle, pour elle ne savait quelle raison exacte. De toute manière, la mexicaine avait vu l’arme à feu, et ça lui suffisait amplement pour la considérer comme dangereuse et projeter de lui faire la peau.
Pour ça, il allait falloir qu’elle la retrouve. Sauf que lorsqu’on était Lieutenant ça n’était pas aussi facile que ça. En plus de flinguer des mutants, il fallait gérer un minimum les troupes. Sans compter que ces cons de flics étaient aussi utiles qu’une paire de gants au mois d’août une fois qu’il s’agissait de mutants. Un phytokinésiste et quelques tentacules et on ne pouvait plus rien en tirer. Des gonzesses. Heureusement que Hank était légèrement moins con. Sans formation, il était plus où moins arrivé à la suivre. Dans un premier temps, la mexicaine avait évalué le bordel sur la place, tout en laissant une partie de son esprit s’égarer du côté de Théo. Elle crevait d’envie de lui demander de faire un rapport sur sa situation via talkie, mais elle n’avait malheureusement qu’une seule bouche et pas une seconde à perdre pour jouer les mères poules. Bref, sa bouche était pour l’instant occupée à aboyer des ordres. Elle devait même les hurler à tord et à travers, sans réelle assurance que tout le monde l’entende, tant la situation était merdique.

Des gerbes de flammes voletaient dans tous les sens et embrasaient les quelques arbres qui ponctuaient la place déjà ravagée. Des trombes d’eau glacée et de goute gelée en petits grêlons retombaient en rafale sur tout le périmètre, détrempant leur vêtements sans pour autant réussir à calmer les incendies qui se déclaraient un peu partout. Pour finir, la nature elle-même semblait s’être levée du mauvais pied, et de longues lianes craquelant le béton du sol fendaient l’air comme de grands bras décharnés. Ca lui rappelait un peu le tout dernier chapitre de la Bible tout ça… celui qui parlait d’Apocalypse. Ses patrons avaient choisi un nom d’enfer pour l’agence, où alors ils avaient carrément de l’humour.

Peu importait. Esperanza s’était chargé d’analyser la situation et de rassembler les troupes autour d’elle pour les disposer aux endroits stratégiques les mieux protéger. Elle comptait beaucoup sur les Sniper pour descendre les hostiles qui, pour le moment, menaient encore la danse. Il y avait des civiles dans à peu près tous les coins, blessés, paniqués, en fuite. Au sol, tirer devenait un risque de toucher un innocent. Esperanza ne voulait pas de ça dans son dossier. Cela dit, ça tirait quand même dans tous les sens…
Où était ce gros con de Winchester quand on avait besoin de lui, hm ? Ils manquaient d’effectif pour encercler tout ce beau monde, et il allait falloir qu’elle se la joue commando.

Elle laissa Hank et les autres flics continuer à faire diversion pour s’éclipser discrètement dans l’intention de prendre à revers cet enfoiré de pyro. Pour l’instant, et c’était étonnant, il n’avait pas encore fait trop de dégâts. Seulement le feu était une vraie calamité, elle savait cela d’expérience, elle qui avait si longtemps vécu dans le désert. Certains incendies étaient terriblement ravageurs et elle avait de toute manière très envie de se le faire, parce qu’elle était tigre de feu dans cette connerie d’astrologie chinoise, et que les machins asiatiques étaient aux goûts du jour, merci Chow.
Seule et discrète, elle avait réussit à se faufiler et à se caler dans un angle parfait pour lui tirer une bale dans le foie. Histoire qu’il souffre un peu avant de claquer. Ce fut seulement à ce moment-là qu’elle regretta de ne pas porter son équipement habituel.
Ce fut aussi a ce moment-là que la voix de Winchester s’éleva dans son talkie, pour griller tout son travail de discrétion…

« Le Sénateur est en sécurité, mais on a besoin de vous pour localiser les autres mutants, ne vous gênez pas pour faire un carton les gars. »

Les yeux sombres de la mexicaine s’étaient arrondit, prise d’un moment de panique que le pyro l’ai entendu venir par derrière. Si elle réussissait à l’avoir, Winchester serait le prochain sur sa liste noire !

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
۞ Mutante Hostile ۞

avatar

Kaileen Moore
۞ Mutante Hostile ۞

◊ Nombre de Messages : 1156
◊ Nombre de Messages RP : 69
◊ Age : 23
◊ Informations : Relations&Sujets
Présentation

◊ Age du Personnage : 22 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Insensibilité à la douleur / Arme à feu


Informations

» Métier: aucun

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Ven 29 Avr - 8:58

J’atteignais presque l’estrade quand une voix retentit. Le gros souci venait qu’en me retournant, je ne vis personne. Enfin, personne en train de m’adresser la parole, du moins. La voix m’éclaira cependant, et je baissais le regard sur une ombre solitaire. Ah. Sympa comme pouvoir. Je fronçais les sourcils quand il m’apprit que l’estrade était sur le point de devenir un nid à vipères. Je soupirais, et levais joyeusement les yeux au ciel. En tout cas, je n’allais pas me précipiter vers un piège. J’essayais de me faire une idée sur la nature de cette personne, puis avec une imprécation, décidais que faire un peu confiance risquait moins de me tuer que de rester dans mon coin.

Pourtant, avant d’avoir fait ne serait ce qu’un micro pas, j’entendis une voix derrière moi me beugler de lever les mains en l’air. Je me retournais avec des gestes lents et mesurés, les mains bien en évidence. Alors là, je séchais. Je n’étais pas encore à l’épreuve des balles. Pas que je sache, en tout cas. Je fixais cependant avec un air de dédain vraiment horripilant l’agent de police en face de moi… avant de me forcer à conserver cette attitude hautaine. Derrière l’autre idiot, un jeune homme était en train d’apparaître. J’avais bien envie de me frotter les yeux, histoire d’être sûre que je m’étais pas shooter une fois de trop. Pourtant, le coup de poing qu’il mit au policier était bel et bien réel. Avec un regard d’habituée, je jugeais que ça ne nous laissait pas beaucoup de temps pour disparaître, mais c’était déjà ça. Le jeune homme se dirigea vers moi avec un sourire aux lèvres, m’enjoignant à nouveau de le suivre.

La seconde d’après, la situation changea du tout au tout. La fumée qui envahissait les lieux depuis un moment se dissipa brusquement, chassée par une bourrasque qui n’avait rien de naturel. Après des applaudissements, celui qui m’avait fait venir ici apparut. Je fronçais les sourcils. Ça n’annonçait rien de bon pour la suite. J’estimais n’avoir rien à craindre, mais ce n’était sans doute pas le cas de mon sauveur. Je m’apprêtais à lui dire de filer avant que quoi que ce soit ne lui arrive, quand il commença à parler. Son petit discours bien ficelé attira à lui quelques autres mutants, fit partir des spectateurs avisés. Je n’étais toute fois pas d’accord avec tout ce qu’il avait dit. Certes, je méprisais Genesys, qui n’était pas toujours des plus efficaces. Il ne me serait pas venu à l’idée de les rejoindre, de la même manière que je n’appartenais pas au groupe d’hostiles de l’asiatique… De là à dire qu’ils étaient des traîtres. Mouais. Fallait pas exagérer non plus. Ils faisaient de leur mieux de la manière qu’ils pensaient adéquates. Penser cela m’écœurait, mais ce n’était ni plus ni moins que la vérité.

Avec un mauvais pressentiment, je le vis disparaître. Ça, c’était le signal de la charge ou je ne m’y connaissais pas. Et effectivement… Le chaos se déchaîna sur la place. Toujours aussi étonnée, je vis des plantes pousser un peu partout, du feu et de la glace agresser la foule. Le monde était sans dessus dessous. Je remarquais avec une certaine rapidité que seules quelques personnes (dont le petit mioche) étaient épargnées. De quoi me faire signaler tout de suite à tout le monde. Enfin, je savais ce que je risquais en me pointant ici. J’observais le spectacle avec un certain détachement… pour me retourner vers le jeune homme qui m’avait aidé alors qu’il s’effondrait. Visiblement à la torture il me regarda sans comprendre. Comme si j’étais responsable de tout ça. Je me penchais vers lui, et lui disais d’une voix inquiète :

« Je n’y suis pour rien ! J’ai simplement… Oh, oublie ça. Bien sûr qu’on est tous frères, et bien sûr que je vais t’aider. »

Sans tergiverser davantage, je le saisissais sous les bras, et l’éloignait tant bien que mal de l’endroit.

« Accroche toi, et essayes de te transformer. M’étonnerait qu’une ombre ressente la même chose, au pire des cas, la douleur sera atténuée. Essaye du plus fort que tu peux. »

Je me forçais tant bien que mal à garder une voix maîtrisée, alors que j’aurais voulu laisser percer toute ma colère. De quel droit cet idiot torturait-il les autres mutants bon sang ? Les imbéciles qui coopéraient avec le gouvernement, passe encore, les autres, très peu pour moi. Il fallait se poser des limites. Je continuais à parler au jeune homme, tandis que je le tirais hors de là. Avec un peu de chance, on sortirait de la sphère d’influence du mutant responsable. Je doutais de cette hypothèse, mais bon. Enfin, j’aurais voulu pouvoir le porter, mais j’étais dix fois plus petite que lui, et je ne m’appelais pas superman, alors…. Finalement je le laissais à l’écart, là où les manifestations de pouvoir étaient les moins importantes. Je le regardais, toujours aussi mal en point, et lui marmonnais :

« Tu ne bouges pas d’ici, je vais essayer d’arranger ça. »

Oui, je me doutais bien qu’il n’allait pas disparaître dans son état, mais bon.

« Et si t’arrives à te transformer, préviens moi. J’ai pas vocation à risquer ma peau pour rien, par principe. »

Je partais en courant dans l’autre sens, scrutant avec attention la foule du regard. Et en essayant d’éviter les lianes et le feu, qui malgré toutes les bonnes intentions des attaquants, risquaient de me blesser. Tous les hostiles étaient assez facilement remarquables, grâce à leur pouvoir, mais je finis par remarquer qu’un homme arpentait la foule sans manifestation apparente de pouvoir. En croisant les doigts pour que ce soit le bon, je me rapprochais plus calmement. Je ne tenais pas à le voir se retourner, parce que s’il s’apercevait que j’avais des intentions hostiles à son égard, ça risquait de mal tourner pour moi. J’étais insensible à la douleur, mais les vertiges et autres, je les sentais très bien. Je remarquais par la même occasion une jeune femme blonde qui esquissa comme un geste de défense à l’égard du mutant. Grâce au vacarme ambiant, ma « cible » ne m’avait pas entendu arriver… En espérant que la jeune femme était elle aussi une mutante, et que son pouvoir me serait utile, je serrais mon poing (encore) et frappait de toutes mes forces (en me bousillant les doigts au passage) dans l’espoir de l’envoyer dans les bras de Morphée.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Ven 29 Avr - 9:33

Arthur entendit le téléphone de Sólveig sonner deux fois, avant que des coups de feu retentissent non loin. Avec la visibilité fortement diminuée, il ne voyait pas d'où ils venaient. Au bout du fil, le portable de Sólveig émit un bruit étrange qui avait de quoi l'inquiéter pour la peau de l'avocate. Rangeant son propre téléphone désormais inutile, il fonça en avant à défaut de savoir quoi faire d'autre, espérant arriver dans une zone où il y verrait plus clair dans tous les sens du terme. Se faisant, il heurta l'avocate qui elle était entrain de reculer, et qui eut l'air soulagée de le voir. Soulagement hautement partagé par Arthur qui, pourtant peu démonstratif, la saisit brièvement par le bras. C'était sa façon de montrer qu'il était content de la voir en un seul morceau. Elle lui enjoignit rapidement de mettre les enfants et les humains à l'abri, ce qu'il voulait bien, mais il était bien en peine de faire quoi que ce soit avec son pouvoir qui se révélait complètement inutile dans ce genre de situation. A vrai dire, il ignorait également le pouvoir de Sólveig, question de sécurité, elle pourrait certainement faire quelque chose de plus concret. Lui pouvait toujours servir de soutient moral, au hasard.

Avant qu'ils aient pu se décider à agir, les évènements s'enchainèrent à toute vitesse, ne leur laissant pas le temps de réagir. La fumée se dissipa sous l'effet d'un puissant courant d'air, probablement l'œuvre du mutant près du pupitre, laissant voir un spectacle de désolation. En voyant les impacts de balle, Arthur déglutit, songeant qu'il s'en était fallu de peu pour qu'il se retrouve sur la trajectoire. Puis Chow fit son apparition et prononça son discours, discours qui n'avait pas grand-chose à envier à celui du sénateur, sauf que la population visée n'était pas la même. Paralysé et incapable de réagir, le mutant sentait Sólveig lui serrer le bras à lui en faire mal, sans pouvoir se dégager. Sans pouvoir faire un seul mouvement, il ne put qu'écouter Chow jusqu'au bout. C'était la première fois qu'il le voyait en personne, bien qu'à Genesys on lui ait souvent parlé de lui. Il aurait préféré que cette rencontre n'arrive jamais.

Le chef des Hostiles s'en alla tranquillement, laissant derrière lui quatre mutants qui se chargèrent aussitôt d'attaquer la foule. Encore sous le choc, Arthur ne réagit pas tout de suite et ses yeux s'agrandirent d'horreur lorsqu'il vit une boule de feu foncer droit sur lui. Il n'aurait jamais le temps de l'éviter, aussi se prépara-t-il mentalement à une mort lente et atroce. Pourquoi, lui qui détestait tellement le feu, fallait-il qu'il périsse immolé ? Sérieusement.

Au tout dernier moment, Sólveig se plaça devant lui, prenant la boule de feu de plein fouet dans le dos. Cela eut au moins le mérite de faire réagir Arthur qui hurla son nom en la retournant sans ménagement, s'attendant à voir un carnage de peau brûlée. Aussi fut-il comme frappé par la foudre en voyant que sous les lambeaux consumés de son vêtement, l'avocate ne présentait pas la moindre blessure. Il la lâcha, hébété, alors qu'elle le repoussait brusquement en lui hurlant de se mettre à l'abri. Ouh, hé bien volontiers. Comme elle le disait-elle même, « il est dangereux d'être trop zélé ». Arthur traça en zigzag à travers ce qui restait de la foule, mort de trouille à l'idée de se prendre une boule de feu en traitre. Mais elles semblaient toutes dévier de leurs cibles ; sans doute l'action d'un autre mutant. Après la petite scène avec Sólveig, il avait son idée sur le mutant en question. Ce feu omniprésent, même s'il ne blessait personne pour le moment, le rendait presque fou et il n'arrivait pas à faire quelque chose de plus constructif que de courir plus ou moins droit devant lui. C'est ainsi qu'il manqua de trébucher sur une femme blonde affalée sur le sol, accompagnée du gamin qui était avec Sólveig et son jules au début du discours. Il se rappela alors les paroles de la jeune femme « protéger les enfants et les humains ». S'il paraissait à se ressaisir suffisamment pour les mettre à l'abri...

Faisant un effort surhumain et s'enfilant un comprimé de morphine pour se donner du courage, il saisit délicatement la donzelle et l'aida à se remettre sur pied.


- Vous êtes avez Sólveig ? Je t'ai vu avec elle au début du discours. Elle m'a demandé de vous mettre à l'abri.

Haha super, mais où ? Peut-être dans les rues adjacentes, s'il les aidait à fuir, mais il avait peur d'être un poids mort plutôt qu'autre chose. Une arme, il lui fallait une arme. Il balaya les alentours du regard, se concentrant sur son intuition, se disant qu'un policier ou autre pouvait giser abattu par un mutant, et qu'il pourrait le dépouiller.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
۞ Mutant Pacifiste ۞

avatar

Shawn Sciuto
۞ Mutant Pacifiste ۞

◊ Nombre de Messages : 419
◊ Nombre de Messages RP : 20
◊ Age : 28
◊ Informations : Fiche de présentation
Fiche sujets et relations
Missions

◊ Age du Personnage : 25 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Pyrokinésie et Pyrurgie / Un colt


Informations

» Métier: Photographe

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Ven 29 Avr - 10:20

Je ne me souvenais pas que la poupée Russe avait autant de répondant, ni qu'elle savait jouer des coudes, heureusement que ma musculature était très développée (si, si) sans quoi j'en aurais eu le souffle coupé ! Le fait que j'étouffe un cri d'indignation ne venait que du fait que je faisais semblant pour ne pas trop qu'on se fasse remarquer bien évidemment ! Le regard de la jolie demoiselle se posa donc sur moi (elle ne pouvait pas s'empêcher de me regarder décidément) et elle me balança un regard digne d'une blonde énervée, autant dire aussi effrayant qu'un lapin armé d'une ventouse ! Quoi qu'il en soit, tout s'enchaîna rapidement et finalement on se retrouva assez rapidement au milieu de la foule, la poupée Russe attifée de ma veste (que je ne prêtais qu'aux jolies blondes) et elle trouva encore le moyen de me faire la morale. C'était toujours le moment de faire l'imbécile ! Ce que je ne me privai pas de lui faire remarquer bien évidemment, sinon ça n'était pas drôle !

« C'est toujours le bon moment et je ne fais pas l'imbécile, je me démarque simplement ! »

C'était très subtil comme différence, mais c'était vrai ! Alors que la blondinette s'amusait à jouer les chiens de prairie en se redressant sur ses pieds pour regarder les environs, je me mis à regarder autour de nous, cherchant des yeux quelqu'un qui me semblait apte à gérer le situation. La jolie avocate était non loin de là, accrochée à un autre gars (qui n'était pas son époux, elle choisissait un drôle de moment pour le tromper), mais visiblement trop occupée pour se soucier de ce qui se passait autour d'elle. Je fermai les yeux un instant pour éviter l'épaisse fumée qui perdait toutefois en présence (ça serait bien la veine de me retrouver les yeux rougis le lendemain alors que je ne devais pas être ici). Finalement les questions débarquèrent, j'avais presque oublié la propension des nanas à lunettes pour poser des questions auxquelles je n'avais pas de réponses. Je me retournai vers elle en lui lâchant quelques mots.

« Je sais bien que j'ai une tête de terroriste, mais quand même, je ne suis pas au courant de toutes les attaques de ce genre ! En plus j'ai oublié ma bombe à l'hôtel ! »

Tout ceci sans cesser de la tirer sans ménagement évidemment vu que je m'étais auto-proclamé directeur du PBD (protecteur des blondes en détresses), mais elle semblait bien décidée à jouer la maîtresse d'école en m'abreuvant encore de conseils, s'arrêtant pour le lâcher que si j'avais une chance de me tirer, je devais le faire. Un sourire se dessina sur mes lèvres (très décalé avec la situation mais bon, c'était moi !), avant que lui réponde.

« Je constate que tu m'as reconnu, t'inquiète miss pixel, c'est seulement les gens qui ne me veulent pas de mal qui me reconnaissent, tu ne me pensais quand même pas assez stupide pour venir ici sans couverture ? »

Visiblement si, et pourtant je n'étais pas blond. Elle me brisait presque le cœur tiens ! Mais avant que je ne puisse mimer une profonde tristesse (j'avais des années d'expérience évidemment), la situation prit un nouveau tour. Un rapide coup de vent qui n'avait rien de naturel balaya la place, emportant les relents de fumée qui traînaient partout, puis un applaudissement attira l'attention de tout le monde. Un mec habillé d'une manière qu'Ella aurait qualifiée de « dépassée et plus à la mode » se présenta, certainement un hostile, personnellement je ne l'avais jamais rencontré sans quoi je n'aurais pas oublié sa dégaine (un katana quand même, il faudrait lui parler des armes à feu je crois), puis après un discours qui n'avait rien de très nouveau comparé à celui du Sénateur (enfin mis à part le fait que lui prenait ça de l'autre point de vue, me donnant la vague impression d'assister à une dispute conjugale), il disparut sans que personne ne l'arrête ! Et bien, pour une fois que j'aurais été heureux de voir des gars de l'Opération, ils n'étaient pas là ! Bande de bras cassés. N'ayant pas trop de temps de m'énerver (et pas l'envie surtout), je vis soudain des boules de feu apparaître de partout alors que je sentis mes pieds se dérober sous moi. Avant que je comprenne ce qui se passait, je me retrouvai les fesses sur une couche de glace, assit sur le sol (dommage que Pixie n'ait pas jugé bon de mettre une jupe je vous dis), puis comme une plante se décida soudain à prendre la jolie plante à mes côtés pour cible, je lui attrapai la cheville et la tira. Pixie se retrouva les fesses sur la glace en évitant de se prendre une branche en plein visage, et il me fallut quelques instants avant de trouver comme me remettre d'aplomb pour aider la demoiselle à faire de même.

« Pas la peine de me remercier bien sûr ! »

Elle risquait de se casser le derrière mais ce n'était pas très important comparé à une paire de lunettes brisées (vous avez déjà vu le prix que ça coûtait si vous n'alliez pas chez Optique 2000 ?). Après avoir redressa la jeune femme, je tournai la tête en direction de la belle avocate qui me regardait au même moment, elle avait détourné les boules de feu, une Pyrurgiste comme moi ! Mais la belle ne voulait pas griller sa couverture, au sens propre comme au sens figuré, et il fallait que je m'occupe du reste. Léger sourire avant que je ne regarde Pixie.

« Si t'as peur d'attirer l'attention sur toi, je te conseille de t'éloigner. »

Après quoi, je me servis de mon don pour envoyer des boules de feu en direction du mutant qui se situait non loin de là, tournant le dos à une jolie policière typée, peut-être bien que ça lui sauverait la mise allez savoir ! Après quelques secondes, alors que je tournai la tête vers Pixie, je constatai qu'elle était aux prises avec une nouvelle plante (décidément jalouse) et j'en profitai pour laisser tomber une boule de feu sur la raine à mes pieds histoire de libérer la jolie chercheuse.

« Tu vas finir par avoir une dette d'honneur avec moi ! »

HP : Bon, j'ai passé tout rapidement pour essayer de tenir les 800 mots donc désolé si ce n'est pas détaillé ! Sinon Pixie je te laisse inventer tout ce que tu veux à ce niveau, notre vie est entre tes mains Sourire

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

avatar

Fillan Davis
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

◊ Nombre de Messages : 314
◊ Nombre de Messages RP : 36
◊ Age : 31
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 21 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Ombre


Informations

» Métier: Etudiant en archéologie

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Ven 29 Avr - 12:16

Avant que la douleur ne le frappe, Fillan avait repéré plusieurs mutants qui s’en prenaient à tous les gens présents. Un d’eux contrôlait le feu et ce n’était donc pas une cible à privilégier. Mieux valait le laisser à Solveig, lui. Visiblement, on avait aussi un marchand de glace et une horticultrice. Et vu le mal de crâne qu’il se choppait, on devait aussi avoir un mutant capable de contrôler la douleur ou autre chose de ce genre, mais c’était difficile de le repérer lui. Et de toute façon, il n’était pas en état de le faire, pris de vertiges et d’un mal de tête violent. Il se demandait si la responsable était la jeune femme qu’il avait aidée ou si elle était liée à ces types, vu qu’elle ne souffrait pas. Peut-être ni l’un, ni l’autre en fait, vu qu’elle décidait de l’aider à son tour. Qu’il essaye de se transformer ? Bonne idée, oui, sauf qu’il n’arrivait pas à se concentrer avec ses tempes qui faisaient bourdonner son cerveau. « J’essaye… Mais je peux pas ! Faut l’arrêter d’abord ! »

Alors que la jeune femme le saisissait par le bras pour le tirer au loin, Fillan la remercia de son attention. Au moins, elle avait peut-être été avec eux avant, mais maintenant, elle avait revu son point de vue. S’attaquer à des humains, c’était une chose, mais s’attaquer à des mutants, c’était beaucoup plus risqué… L’hostile avait sûrement foiré son coup, là. Tout du long, le jeune mutant essayait de se transformer, mais il n’y parvenait toujours pas, comme si ce pouvoir ne dépendait pas d’une sphère d’influence précise. Finalement, la jeune fille le laissa à un endroit précis en lui demandant de ne pas bouger, comme si pour l’instant il avait le choix. « D’accord… » Elle revint sur ses pas, rapidement mais prudemment. Fillan la suivit du regard et il constata qu’elle cibla un homme précis, se dirigeant vers lui d’un pas assuré avant de lui envoyer valser son poing dans les dents. Presque instantanément, l’Amérindien sentit la pression qui lui battait les tempes disparaître tandis que son mal de tête se dissipait, doucement, mais sûrement. Au moins, il pouvait à nouveau se concentrer convenablement maintenant.

Cherchant à calmer son cœur, Fillan respira lentement et profondément, observant au passage la place. La jeune fille avait sans doute mis le mutant KO, mais c’était encore à voir. Au moins, il avait perdu le contrôle de son pouvoir. Plus loin, un mutant qu’il crut reconnaître comme étant Shawn Sciuto – mais était-ce réaliste comme pensée ? – s’attaqua au pyrurgiste à la manière d’un personnage de BD japonaise. Cela ne laissait donc que deux mutants en totale liberté d’action, le cryrurgiste et la photokinésiste… Il fallait donc intervenir une fois de plus. Se mettant debout sur ses pieds, Fillan ferma les yeux et respira profondément, jusqu’à ce qu’il se sente partir… Et tant pis si quelqu’un le voyait ! Comme il l’avait fait devant une louve sauvage dans la forêt, il redevint une ombre, glissant sur le sol.

Se dirigeant vers l’endroit où se trouvait la jeune femme qui l’avait aidé, Fillan la prévint comme elle le lui avait demandé.
« Merci. Grâce à toi, j’ai pu me transformer de nouveau. A mon tour de faire quelque chose maintenant. Evite de te faire prendre ! On se retrouve plus tard ! » Sans lui laisser le temps de répondre, il glissa à travers la place et se dirigea vers le manipulateur de la glace. Ce dernier dut voir arriver une menace, puisqu’il tenta de geler le sol sous ses pieds, mais malheureusement pour lui, une ombre ne dérape pas… Fillan traversa la surface gelée sans le moindre souci et se glissa dans l’ombre du mutant pour passer inaperçu, espérant que ce dernier détourne son attention ailleurs. Là, il reprit forme, en tentant de reproduire l’exploit qu’il avait perpétré contre le policier un peu plus tôt, tout en sachant qu’il n’était absolument pas doué pour le combat… Alors qu’il allait frapper le cryrurgiste, ce dernier lui donna un coup de coude dans l’estomac, lui coupant le souffle par la même occasion. Plié en deux, Fillan crut que la fin arrivait quand la main de son adversaire se dirigea vers son visage. Il n’allait quand même pas le congeler comme ça ? Réagissant par instinct, il se jeta en avant et envoya bouler le mutant au sol. Ils étaient maintenant à terre tous les deux, luttant pour tenter de prendre le dessus. Le jeune Amérindien savait qu’il ne tiendrait pas longtemps et il espérait que quelqu’un viendrait l’aider rapidement. Sinon…

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.trimatrici.fr/

avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ] Ven 29 Avr - 13:38

Spoiler:
 
----------------------------

Barbara aida Rose à se relever au milieu de la panique général. La jeune rouquine regarda autour d'elle, elle avait perdu Jace de vu. Il avait du être entraîné dans le mouvement de foule qui fuyait du cercle concentrique autour du symbole de feu. Elle regarda Barbara; elle l'avait appelée par mégarde mais tant pis son aide ne serait pas de trop. La blonde allait ouvrir la bouche lorsqu'une bourrasque souffla et balaya les fumigènes. La foule s'était calmé tout le monde scrutait l'horizon l'où une silhouette se découpait dans la fumée balayée. Un homme étrangement vêtu avançait. C'était un vieil asiatique. Un de ces personnages qui imposent immédiatement le respect et dont le visage paraissait avoir fait toutes les guerres tant il était sérieux. Il applaudissait visiblement satisfait du trouble occasionné. Le monde semblait avoir retenu sa respiration.

« Je sais...je sais qui est cet homme, murmura Barbara le visage blême au possible. Il va savoir que nous sommes ici....
Rose se retourna vers la blonde, le visage interdit puis brusquement reposa les yeux sur l'inquiétant vieillard. Puis d'une voix puissante, assurée et brutale, il prit la parole. Les yeux de la rouquine ne cillèrent pas alors que son amie semblait prête à prendre la fuite à chaque instant en reculant lentement pas à pas. Son discours était tout aussi violent et choquant que celui du sénateur mais à ceci près qu'il était radicalement opposé et concernait l'extermination de la race humaine et l'avènement des mutants. Certains s'enfuirent en hurlant à la mort au milieu d'un silence glaciale. Enfin, il se tut. Et sortit un très beau et très grand katana japonais mais au lieu de lancer l'offensive comme Rose le craignait, il fit volte-face et avec un sourire perceptible mais qui n'avait rien de sympathique et qui engendrait au contraire la crainte, il disparut. Le cerveau de la jeune femme semblait ankylosé parce qu'elle venait de voir et d'entendre, elle ne réalisait pas vraiment. Et puis...Rose fut très violemment projetée au sol par Barbara lui évitant une mort certaine. Une immense boule de feu l'avait prise pour cible. D'autres lui succédèrent et jaillir de par et d'autres. A terre la jeune femme avec le cadavre réanimé de sa compatriote gémissait. Elle s'était légèrement écorché la joue avec le béton. Ce ne fut rien en comparaison avec le spectacle qui prenait place: des lianes et de gigantesques plantes animées et agressives surgissait de terre et s'en prenait violemment à la foule. Les bouches d'incendies volaient en éclats, l'eau qui en sortait devenait immédiatement glace. Certaines personnes explosaient même en mares de sangs qui se répandaient ici et là dans l'horreur général. Barbara aida à nouveau Rose à se mettre sur ses jambes alors que la jeune femme tremblait de tout son soûl pâle à jalouser les morts.

« Allez! l'encouragea Barbara. Allez Rose, il faut se mettre à l'abri!

Un homme qui reculait d'effroi devant une de ces plantes s'embrocha devant les deux jeunes femmes sur les piques de glace d'une bouche d'incendie, éclaboussant de son sang la rouquine. Elle n'eut pas la force de hurler, sinon c'est ce qu'elle aurait fait, elle avait froid, très froid, elle respirait avec difficulté et son coeur frappait contre sa poitrine comme s'il voulait sortir. Soudain, la plante qui s'était attaquée à l'homme embroché cibla désormais les deux françaises.

« Rose, Rose, Rose!!!!!! hurla Barbara alors que la plante leur fonçait dessus en prenant de la vitesse et que la jeune femme ne bougeait plus et que son regard flottait dans le vide.
Presque à une seconde de l'impact les yeux de la rousse se posèrent sur le végétal maudit et un instant après, bon nombre de corps, dont celui de l'homme embroché, se placèrent devant elle pour la protéger. Ils furent balayés les uns après les autres mais tous se relevèrent en vacillant quels que furent leurs états, calcinés, écorchés, à vif, démembrés, transpercés. Barbara tira Rose d'un coup pour qu'elle finisse enfin par bouger.

« Tu as eu une bonne idée, quand tu es à proximité de cadavres si tu les réanime, tu sera moins fatiguée que si tu en convoques un, lui dit-elle. Viens on doit se mettre à l'abri.
Le regard de la blonde balayait la scène apocalyptique lorsque ses yeux se posèrent au cours d'un furtif moment dans ceux d'une connaissance: Shawn Sciuto... Elle agrippa Rose et courut avec elle en direction du siège du gouvernement en se frayant un passage dans les débris de l'estrade.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Intrigue Spéciale [ En Cours ]


SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas

Intrigue Spéciale [ En Cours ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A p o c a l y p t o :: ◄ Archives RP-