Entretien d'évaluation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
۞ Mutant Hostile ۞

avatar

Salvatore Gambino
۞ Mutant Hostile ۞

◊ Nombre de Messages : 37
◊ Nombre de Messages RP : 14
◊ Age : 33
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 64 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Détection des mutants


Informations

» Métier: PDG de la Gambino Pleasure SA

» Statut RP:

» Particularités:

MessageSujet: Entretien d'évaluation Ven 8 Juil - 11:41

Salvatore Gambino était un homme très occupé, ne serait-ce que par le fait qu’il était le président directeur général de la société de loisir créée par son père, Vito. Il devait ainsi répondre à de nombreux impératifs qui concernaient les différents secteurs de la société, mais surtout veiller à la développer pour qu’elle soit toujours plus rentable. Ce n’était pas une mince affaire, mais ça ne l’empêchait pas de diriger en personne le secteur principal de la Gambino SA, à savoir le Casino Gambino. En effet, si la famille Gambino était venue s’installer dans les Nevada, près de 50 ans plus tôt, s’était pour se lancer dans les jeux d’argent et surtout, s’implanter dans l’ouest. Aujourd’hui, ils pouvaient clairement dire qu’ils avaient réussi leur pari puisque le casino familial était sans doute aussi rentable que les établissements similaires de Las Vegas.

Achaea était une ville peu développée dans le secteur des loisirs et du tourisme, ne présentant guère de quoi s’amuser et se détendre, en comparaison des grandes villes voisines. La construction du casino et de l’hôtel de luxe avait commencé à changer ça, mais ce n’était pas encore une grande réussite. La ville se développait doucement, attirant toujours plus de gens, mais il fallait avouer que la guerre que se livraient les mutants et le gouvernement n’arrangeait pas leurs affaires. Oh, bien sûr, cette guerre était secrète, mais elle avait malgré tout des répercussions visibles. Et ça, c’était mauvais pour le tourisme, mais il y avait fort à parier que ce n’était pas la préoccupation principale de l’Opération Apocalypto. C’était d’autant plus vrai quand on voyait le genre de personne qu’elle recrutait. Winchester… Déjà quand il était simple policier, cet homme était tout sauf heureux de vivre. Alors maintenant, ça devait être une horreur quotidienne que de le côtoyer. Il était d’ailleurs étonnant de voir qu’il ne s’était pas encore manifesté alors que cela faisait plusieurs années que Vittorio avait été arrêté. Mais peut-être que cela valait mieux ainsi.

Assis à son bureau, Salvatore reprit le dossier qu’il avait posé devant lui. Depuis quelques temps, il avait décidé de revoir tous les dossiers de ses employés et d’interroger leurs superviseurs pour savoir si le travail qu’ils fournissaient était dans un juste milieu, s’ils remplissaient toutes les attentes ou au contraire, s’ils n’étaient que peu productif. Cela permettait de se libérer du personnel superflu et aussi de repérer d’éventuelles taupes infiltrées dans leur milieu. De plus, quand il s’agissait du personnel important, Salvatore faisait le nécessaire pour s’entretenir directement avec eux. C’était le meilleur moyen de se faire sa propre opinion et cela permettait aussi d’aborder un autre aspect de son travail : la recherche de mutants.

En effet, Salvatore Gambino avait commencé à mettre en place depuis quelques années un groupe de mutants hostiles à l’Opération Apocalypto. Ils étaient encore peu nombreux mais cela commençait lentement à changer. Le plus difficile était évidemment de trouver les mutants les plus utiles pour le combat. De par son propre pouvoir, Salvatore arrivait à repérer très rapidement les mutants, mais ça n’était pas pour cela qu’il en venait à connaître leurs pouvoirs. Pour cela, il fallait réussir à établir un certain degré de confiance entre lui et eux, ce qui n’était pas gagné d’avance sachant qu’il était leur employeur. Souvent, les mutants avaient peur que ce soit là une raison de les mettre à la porte et par conséquent, ils n’osaient pas avouer la vérité à leur sujet. D’autres fois, c’était simplement Salvatore qui n’abordait pas le sujet parce qu’il sentait de lui-même que la personne, même si elle avait un pouvoir qui pourrait leur servir, ne serait jamais prête à partir en guerre contre une organisation paramilitaire gouvernementale. Il lui fallait donc chercher encore et toujours.

C’était pour cela qu’il avait fait convoquer Electra Willington, une jeune femme qui s’occupait des plus riches clients du casino, tentant de leur faire dépenser le maximum d’argent possible, par tous les moyens envisageables. De ce qu’il lisait dans son dossier, elle était plutôt douée dans ce domaine et il n’y avait absolument rien à redire sur ses stratégies commerciales. Mais ça ne coûtait rien de s’entretenir avec elle pour savoir ce qu’elle avait à dire sur sa situation, si elle avait des doléances ou des demandes à faire entendre, voir si elle avait des remarques particulières. Levant les yeux sur l’horloge accrochée au mur, Salvatore se rendit compte qu’il avait dépassé l’heure du rendez-vous d’une petite minute. Tendant la main, il appuya sur le bouton de l’interphone et communiqua avec sa secrétaire.
« Mademoiselle Willington est déjà arrivée ? Bien, faites-là entrer. » Raccrochant, le vieil homme se leva de sa chaise pour se diriger vers la porte qui s’ouvrait déjà, accueillant la jeune femme. « Bienvenue, mademoiselle. Je vous en prie, prenez place. » Désignant le fauteuil qui faisait face à son bureau, Salvatore en fit le tour pour retourner s’assoir à sa place. « Puis-je vous proposer quelque chose à boire ? Un café ? Un thé ? Peut-être quelque chose de plus rafraichissant ? » Laissant à la jeune femme le temps de répondre, le vieux mafieux passa la commande à sa secrétaire avant d’entrer dans le vif du sujet. « Je viens de consulter une nouvelle fois votre dossier et je dois bien avouer que vous remplissez parfaitement les conditions stipulées dans votre contrat. Les clients à votre charge ont en effet dépensé énormément d’argent chez nous et je dois avouer que c’est une très bonne chose. Ça n’a toutefois pas du être facile avec chacun d’eux. Avez-vous rencontré des difficultés particulières ? pensez-vous que l’on peut améliorer certains aspects de votre travail ? »

SIGNATURE


***

Un homme qui ne passe pas de temps avec sa famille n’est pas vraiment un homme.

Double compte de Lukaz Le Guen.
Pour me contacter, envoyez les MP à ce dernier. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutante Non Recensée ۞

avatar

Electra Willington
۞ Mutante Non Recensée ۞

◊ Nombre de Messages : 45
◊ Nombre de Messages RP : 16
◊ Age : 26
◊ Informations : |Présentation

|Relations & Sujets

◊ Age du Personnage : 40 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Succube


Informations

» Métier: Hôtesse au casino Gambino

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Entretien d'évaluation Lun 18 Juil - 22:57

C'était une journée comme une autre. Electra n'avait pas la prétention de revendiquer un quotidien extraordinaire, mais elle devait avouer qu'au fil de l'été, une certaine monotonie s'était emparée d'elle. Ce n'était pas quelque chose qui lui déplaisait, d'habitude, mais au rythme du soleil étouffant qui révolutionnait autour d'elle, elle avait tendance à souvent s'ennuyer.

C'est donc avec une certaine forme de soulagement que la belle se rendait au casino Gambino, où l'ambiance festive et électrique lui changeait les idées. La foule commune qui se pressait chaque soir dans l'établissement éclaircissait ses sombres idées, et elle affichait à son sourire serein devant tous ses clients. Elle savait bien qu'elle avait une conduite irréprochable au sein du casino, et que son don lui permettait un chiffre d'affaires assez conséquent. Electra aimait l'idée d'être aussi lisse et efficace, et très rigoureuse aux yeux des spectateurs extérieurs. Dans le fond, elle comprenait qu'il s'agissait surtout d'une immense mascarade, d'une comédie dramatique qu'elle jouait tous les jours en revêtant un rôle universel.

Pour une fois, elle assurait un service en journée - elle avait plutôt l'habitude de ferrer les grosses baleines à la nuit tombée - et c'est avec une grande surprise qu'elle accueillit la nouvelle qu'un de ses supérieurs lui annonça. Le grand patron, alias monsieur Salvatore Gambino, la convoquait pour un peu plus tard dans l'après-midi. Elle acquiesça distraitement, remercia le messager, et s'éloigna en activant furieusement son cerveau.

Pourquoi cette soudaine panique ? Elle venait à l'instant de se jeter une couronne de fleurs, car elle était irréprochable, pas vrai ? En se mordillant nerveusement les lèvres, Electra scruta toutes les possibilités pour expliquer cette convocation subite. Bien sûr, elle songea tout de suite à cette affaire de meurtre qui avait ébranlé la presse voilà déjà quelques temps, et pour laquelle l'aimable policier Winchester l'avait interrogé. Est-ce que, finalement, l'enquête ne l'avait pas tout-à-fait innocenté ? Est-ce qu'elle allait avoir des problèmes, est-ce que son patron allait lui annoncer qu'elle était virée parce qu'elle donnait une mauvaise réputation à l'établissement ?

Avec un léger rire incrédule, Electra se força à se calmer. Son esprit dérouté prenait des directions improbables, il fallait qu'elle soit plus rationnelle. Cela devait être sans importance, un petit entretien, comme ça ; peut-être un bilan de son travail ? En souriant, elle alla jusqu'à imaginer l'hypothèse miroitante d'une augmentation sensible, et se remit au travail en attendant l'heure fatidique.

Elle arriva dix minutes en avance, le temps pour elle d'arranger ses cheveux, de lisser les plis éventuels de sa tenue, sous l'oeil amusé de la secrétaire de Salvatore Gambino. Elle hésita longuement, les mains au-dessus du chemisier, en se demandant s'il valait le coup de libérer un bouton de plus, et puis finalement, oublia cette idée. Il ne fallait surtout pas qu'elle parte dans cette optique, c'était ridicule et pouvait s'avérer dangereux. Cet homme était son patron, il avait une certaine réputation dans la ville ; c'était un homme marié, qui plus est. Non, ce n'était pas comme ça qu'elle s'en sortirait, elle se raccrocha donc à sa sincérité et son professionnalisme. Soupir crispé, juste avant que la secrétaire ne lui indique qu'elle pouvait entrer.

Electra se leva donc, souffla posément en vérifiant si ses mains n'étaient pas moites, puis elle s'engagea vers la porte, l'ouvrit. Le grand directeur était déjà devant elle, l'accueillant poliment. Elle lui serra la main en le saluant à son tour, un léger sourire aux lèvres, avant de prendre la chaise qu'il lui indiquait.

- " Merci, je vais prendre un café." répondit-elle sans précipitation.

Le fait que l'homme lui propose quelque chose à boire détendait quelque peu l'atmosphère et la décrispait, et elle se demanda si c'était calculé. Sans se départir de son discret sourire, engageant et aimable, elle attendit que son patron en vienne à lui demander ce qu'il voulait.

Hé bien, Electra s'était inquiétée pour rien... Elle avait toujours vu cet homme comme quelqu'un d'intouchable, de froid et distant, mais elle devait avouer que ce qu'elle entendait lui faisait nettement plaisir. Il avait l'air content d'elle et de son travail, et sans même s'en rendre compte, elle souffla doucement, satisfaite. Rassurée, même, en se disant qu'elle n'avait absolument plus rien à craindre de cette entretien, que l'histoire de meurtre était déjà loin derrière elle.

- " Travailler ici est très agréable, je n'ai pas rencontré de difficultés particulières avec des clients. Oh bien sûr, il arrive que certains d'entres eux se montrent un peu trop pressants, ou alcoolisés ; mais le service de sécurité est à ce titre tout aussi efficace." - une pause, un sourire un peu plus amusé - "Enfin, pour être tout-à-fait honnête, un agent de police est venu me trouver pendant mon service, il y a quelques temps. C'était à propos du meurtre de Mr Greene, un client régulier, qui s'est déroulé à deux pas d'ici. Il avait l'air convaincu que nous étions responsables. Je pense que vous le connaissez, il s'agit d'un certain agent Winchester ? Je dois avouer que cette histoire m'a fait un peu peur..."

Electra fit une pause, le temps de vérifier la réaction de Mr Gambino et d'écouter ce qu'il pouvait à voir à dire là-dessus. Elle rajouta tout de même, se sentant comme une écolière qui doit s'exprimer le mieux possible pour convaincre et avoir une bonne note :

- " Quant à une éventuelle amélioration, je vous disais à l'instant que mon travail me plaît énormément. Pour être mieux, il faudrait simplement interdire l'accès à ce genre de personnage..."

Dévoilant ses dents, Electra montrait bien qu'elle plaisantait. Elle aurait bien aimé pouvoir lui décrocher un sourire, si elle ne pouvait pas compter sur son pouvoir !

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Hostile ۞

avatar

Salvatore Gambino
۞ Mutant Hostile ۞

◊ Nombre de Messages : 37
◊ Nombre de Messages RP : 14
◊ Age : 33
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 64 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Détection des mutants


Informations

» Métier: PDG de la Gambino Pleasure SA

» Statut RP:

» Particularités:

MessageSujet: Re: Entretien d'évaluation Ven 29 Juil - 15:37

Salvatore Gambino avait fait convoquer Electra Willington dans le but de lui faire passer un entretien d’appréciation, comme cela devenait monnaie courante dans toutes les entreprises du monde. Aussi, lorsque l’heure du rendez-vous était arrivée, il avait demandé à sa secrétaire de faire entrer la jeune femme, ce qui ne mit pas longtemps à se faire. Se levant, le vieil homme accueillit son employée avant de retourner s’asseoir à son bureau en lui proposant quelque chose à boire. Cette dernière demandant un café, il transféra la commande à sa secrétaire avant d’entrer plus avant dans le vif du sujet. Calme tout en essayant de rassurer la jeune femme, Salvatore lui fit part de ses impressions au sujet de son travail avant de lui demander si elle n’avait pas rencontré des difficultés en l’exécutant. Enfin, il souhaitait aussi savoir si elle avait des suggestions à faire afin d’améliorer ses performances.

Mademoiselle Willington sembla rapidement rassurée, ce qui n’avait rien de surprenant puisqu’il n’y avait absolument rien à lui reprocher. Si tous les employés étaient aussi productifs qu’elle, l’entreprise serait au moins dix fois plus rentable qu’elle ne l’était déjà. La jeune répondit ensuite aux questions, mentionnant le fait que son travail était très agréable et qu’elle n’avait encore jamais rencontré de difficultés avec des clients, même si certains se laissaient parfois emporter par l’abus des petits plaisirs terrestres. Salvatore répondit à son sourire amusé, comprenant parfaitement ce qu’il en était. Après tout, quand on tenait un établissement de ce genre, on était forcément confronté aux gens un peu éméchés voire profondément alcoolisé, mais cela faisait partie du jeu et on ne pouvait pas vraiment faire sans.

Toutefois, mademoiselle Willington amena ensuite la discussion sur un réel problème qui l’avait visiblement troublée. Quelques temps plus tôt, un client de l’établissement avait trouvé la mort non loin du casino et cela, dans d’étranges circonstances. Monsieur Greene, visiblement. Salvatore avait déploré cette perte, même s’il ne connaissait pas personnellement cet homme. Il était parmi leurs plus gros clients et l’un de ceux placés entre les mains habiles de la jeune femme. Il semblait donc normal que la police vienne lui poser quelques questions étant donné qu’elle avait passé beaucoup de temps avec lui. Mais de là à la soupçonner elle… Voir le casino ! Ce n’était que de la folie et des spéculations sans le moindre fondement. Un instant, Salvatore pensé contacter mademoiselle Bjorn pour qu’elle se renseigne à ce sujet, mais il repoussa cette idée lorsqu’il entendit la suite.

L’agent Winchester. Effectivement qu’il le connaissait. Cet homme avait visiblement juré leur perte et il cherchait n’importe quelle raison pour leur mettre tout ce qu’il pouvait sur le dos. S’il était un policier sérieux à l’époque, il semblait visiblement qu’il avait sombré dans une sorte de folie malsaine. Mais qu’il recommence à leur créer des problèmes et il risquait d’avoir une très mauvaise surprise. Il fallait par ailleurs apporter ces nouvelles informations à Seth, cela pourrait l’aider.
« Ne vous inquiétez pas mademoiselle, nous allons veiller à ce que ce genre de problèmes ne se reproduise pas. En théorie, l’agent Winchester était interdit dans nos établissements, mais il semblerait qu’il soit difficile de se débarrasser ainsi d’un représentant de la loi. Il cherche à nous nuire depuis de très nombreuses années mais il n’avait encore jamais menacé nos employés de cette manière. Je contacterais rapidement notre service judiciaire et nous feront le nécessaire pour déposer une plainte à son encontre. Je reverrais aussi les détails avec la sécurité. S’il revient vous causer du tort, n’hésitez pas à nous le signaler. Il ne faut pas prendre cela à la légère. »

Concernant la proposition d’amélioration de son travail, la jeune femme se montra moins expansive. Son travail lui plaisant grandement, elle ne voyait rien pour le rendre encore mieux, si ce n’était le simple fait d’éviter les gens comme l’agent Winchester. Toutefois, cette question venait juste d’être réglée. Alors qu’il allait reprendre la parole, on frappa à la porte. Invitant la personne à entrer, Salvatore vit sa secrétaire apporter les deux tasses de café. Elle déposa sur le bureau et repartit après avoir été remerciée par son patron. Ce dernier invita mademoiselle Willington à se servir avant de reprendre la parole. « Concernant les visiteurs indésirables, comme je viens de vous le dire, nous ferons le nécessaire à ce niveau. Ensuite, je peux comprendre que votre travail vous plait, mais je doute que tout soit si parfait ! » Souriant, Salvatore tentait de lui faire comprendre qu’elle n’avait rien à craindre à parler. On pouvait toujours tout améliorer en cherchant un peu. « Toutefois, c’est à vous de voir à ce niveau là. Comme je vous l’ai dit, votre travail est plus qu’intéressant pour nous et je n’ai donc rien à redire à ce sujet. Je dirais donc que notre entretien peut s’arrêter là. Toutefois, j’aurais un autre sujet à discuter avec vous, si vous le souhaitez bien. » Reprenant position sur son fauteuil, Salvatore se pencha sur son bureau, prêt à aborder un sujet beaucoup plus sérieux et difficile, dans un certain sens. « Ce sujet concerne votre particularité, si je puis dire. Oui, je sais qui vous êtes réellement parce que nous partageons ce patrimoine. En clair, ce que je dis, c’est que comme vous, je suis un mutant, ce qui explique en partie l’acharnement de l’agent Winchester à l’encontre de notre famille. Mais n’ayez crainte, votre secret est bien gardé avec nous. Nous pouvons d’ailleurs même vous fournir une protection bien supérieure à celle que vous avez connus jusque là. Mais tout cela ne dépend que d’un seul critère. Vous. Seriez-vous prêtes à nous accorder votre confiance, sans réellement savoir dans quoi vous vous lancez ? Et vous pouvez me répondre sincèrement. Ne tenez pas compte du fait que je suis votre employeur. Ici et maintenant, nous ne sommes que deux adultes discutant de nos avenirs. A vous de choisir votre voie. »

SIGNATURE


***

Un homme qui ne passe pas de temps avec sa famille n’est pas vraiment un homme.

Double compte de Lukaz Le Guen.
Pour me contacter, envoyez les MP à ce dernier. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutante Non Recensée ۞

avatar

Electra Willington
۞ Mutante Non Recensée ۞

◊ Nombre de Messages : 45
◊ Nombre de Messages RP : 16
◊ Age : 26
◊ Informations : |Présentation

|Relations & Sujets

◊ Age du Personnage : 40 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Succube


Informations

» Métier: Hôtesse au casino Gambino

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Entretien d'évaluation Mer 24 Aoû - 0:39

Parler de ce satané Winchester semblait avoir intéressé son employeur. Electra écouta attentivement ce qu'il avait à lui dire sur le sujet, car elle était au courant des rumeurs qui planaient : on disait qu'une mésentente très forte existait entre la famille Gambino et ce prétentieux policier qui était venu lui causer des soucis quelques temps plus tôt. Visiblement, tous ces commérages étaient fondés, car Salvatore ne tarit pas d'une froide explication à son sujet. Il précisa qu'il ne fallait pas prendre cet homme à la légère, qu'il avait déjà eu de nombreuses fois la tentation de freiner l'établissement. Cela ne l'étonnait en rien quand elle se souvenait de cet homme, et surtout de l'attaque qu'il avait dirigé contre elle... Bon sang, cela remontait déjà à longtemps, mais Electra n'avait en rien oublié le jour où Liam l'avait blessé à la hanche au cours d'une de ses missions. Un peu mal-à-l'aise, la quarantenaire se demanda s'il fallait préciser qu'il faisait partie de cette Opération noire qui pourchassait les Mutants. Comment savoir si l'homme qu'elle avait en face d'elle, son patron tout de même, n'était pas également un fervent admirateur de cette traque contre les gens de sa race ? Non, elle ne prendrait pas le risque. Ce serait révéler au grand jour qu'elle était elle-même un de ces monstres décrits par cette agence hors-norme, et ce n'était pas à l'ordre du jour. Du moins, bien sûr, c'est ce qu'elle croyait à cet instant.

- " Bien sûr, ce serait fait. J'imagine qu'il ne reviendra pas de sitôt, cela dit. Il a l'air plutôt médiocre." souffla-t-elle en un sourire, après la déclaration rassurante de son employeur.

Hé bien, elle n'aurait jamais pensé que Salvatore Gambino puisse avoir ce côté... paternel. L'adjectif semblait exagéré dans cette situation, mais c'est l'impression qu'avait Electra en l'observant, et en l'écoutant. Il pouvait paraître si impressionnant parfois, mais là, en face d'elle, il était apaisant et compréhensif. Les derniers doutes et sursauts d'angoisse de la belle s'évaporèrent alors.

On toqua à la porte, et la secrétaire qu'elle avait vu dans l'entrée pénétra dans le bureau après l'invitation de monsieur Gambino. Elle déposa les deux cafés, Electra murmura un remerciement, et disparut ensuite par la porte restée ouvertes quelques secondes. La tasse chaude entre les doigts, l'hôtesse sirota quelques gorgées en écoutant son patron lui dire qu'il y avait forcément quelque chose à améliorer. Savourant le délicieux café, la belle réfléchit un instant et se dit que cela ne coûtait rien d'avancer un petit problème qu'elle avait déjà rencontré. Evidemment, si Salvatore n'avait pas insisté, Electra aurait gardé le silence, considérant qu'elle n'avait vraiment pas à se plaindre - mais puisqu'elle y était si sympathiquement convié :

- " Hé bien, il est vrai que j'ai parfois eu à me plaindre de services un peu longs." avoua-t-elle à demi-mots, avant d'ajouter : "Ce n'est pas invivable, mais j'ai du plusieurs fois assurer le remplacement de nuit de quelques collègues, et les nuits cumulées peuvent être difficiles sans jour de congé dans la semaine. Notez bien, et sans flatterie inutile, que si cela ne change pas, je ne m'en plaindrais pas outre-mesure."

Elle détestait paraître doucereuse, ou lèche-bottes et sa déclaration lui donnait cet effet. Elle n'inculpait pas la faute à son patron si des hôtesses abandonnaient leurs services de nuit pour cause de famille, car après tout, elle était la seule à être célibataire et sans enfant, il était presque normal qu'elle soit assignée au travail nocturne. Elle se plaignait simplement car elle n'avait que son dimanche de libre, ce qui était souvent fatiguant.

Salvatore enchaîna en disant qu'il avait un autre sujet à aborder avec elle, et elle se tendit imperceptiblement sur son fauteuil, attentive, sa tasse à la main. Son visage avenant sembla soudain se fissurer. Sa particularité. Il savait, Gambino savait qu'elle était une Mutante. Les yeux de la belle s'arrondirent, elle entrouvrit la bouche, prête à bégayer un flot d'explications nébuleuses, mais elle savait que son renvoi était désormais inévitable. Et dire qu'elle avait réussi à cacher son pouvoir pendant 40 ans aux autorités, et voilà que son patron savait...

Mais en fait, il ne semblait pas qu'il y ait des raisons de paniquer... Suspicieuse, Electra attendit la suite, et dégringola encore de quelques étages. Tout cela était parfaitement impossible. Voilà qu'on lui disait que son patron était un Mutant également, qu'il pouvait lui offrir une protection, que cela ne tenait qu'à elle. Qu'il était normal que Winchester s'attaque ainsi à eux - donc il savait, il devait forcément savoir pour Apocalypto. Electra tombait des nues, et pendant de longues secondes, elle fut incapable de parler, ou même de bouger, son café à la main qui menaçait de se renverser tant ses doigts tremblaient, invisibles heureusement à Salvatore car cachés par son bureau.

Que répondre ? Devait-elle vraiment se jeter à corps perdu dans elle ne savait quoi ? Que lui proposait-il exactement ?
Mais cela fut assez rapidement balayé par le rythme soudain accéléré de son coeur. Peu importait les détails, finalement. Elle avait en face d'elle quelqu'un qui reconnaissait en elle une égale, une Mutante tout comme lui, et qui ne la jugeait pas pour ça ; au contraire ! Il voulait lui faire une place, la protéger et la faire participer. Doucement, timidement, les lèvres d'Electra s'étirèrent. C'est ce qu'elle avait toujours attendu. Pouvoir se battre - contre quoi, contre qui, elle verrait plus tard - sans se cacher, et pour ses principes. Elle s'avança un peu sur son fauteuil.

- " C'est d'accord. Je veux dire, je vous suis. J'ai très envie de me sentir utile, et je suis sûre que mon.. mon pouvoir pourrait vous être vraiment très utile. Je dois dire que je suis vraiment surprise par cette proposition, mais qu'elle me met en joie."

On ne pouvait faire plus sincère. Electra avait l'air quelque peu émue, et en baissant légèrement la tête vers son café qu'elle touilla simplement pour occuper ses mains, elle se gifla mentalement. Si elle paraissait vulnérable, tout s'écroulerait, elle en était certaine. Elle se demanda si Salvatore connaissait son don, et espéra aussi qu'il ne désirerait pas qu'elle lui montre sur lui. Ce serait vraiment, vraiment gênant pour le coup.

- " Vous désirerez peut-être également savoir que je nourris mes propres griefs contre ce Liam Winchester. Il y a un an, il m'a traqué avec son équipe de bras cassés, et m'a blessé. S'il s'avère que vos actions se dirigent contre eux, j'aimerais être de ceux qui s'occupent de lui..." ajouta-t-elle avec un sourire de félin avant de reprendre une gorgée de café.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Entretien d'évaluation


SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas

Entretien d'évaluation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A p o c a l y p t o :: ◄ Lieux de Détente :: ◄ Casino Gambino-