I Missed U | && Piotr.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

avatar

JiaLi Hills
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

◊ Nombre de Messages : 509
◊ Nombre de Messages RP : 3
◊ Age : 28
◊ Informations :
Fiche
Sujets & Relations

◊ Age du Personnage : 24ans
◊ Pouvoirs / Armes : Téléportation


Informations

» Métier:

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: I Missed U | && Piotr. Mer 17 Aoû - 18:57

Ce n’était pas un endroit que JiaLi aurait pu qualifier de très très accueillant. Elle laissait ses yeux glisser sur les murs presque à nu en remontant lentement l’étroit couloir assez sombre et plutôt gris. Et le silence ? Oh un silence de mort convenait parfaitement à la description, ses pas avaient d’ailleurs beau être bien feutrés, par habitude, ils étaient très nettement audibles sur le plancher grinçant et résonnaient légèrement à cause de l’absence totale d’autre son. Les portes n’étaient pas nombreuses sur ce palier et à vrai dire la chinoise se demandait si d’autres gens vivaient à cet étage. Et si Lui vivait bien ici..

JiaLi avait cette impression étrange et fatigante d’avoir retourné l’intégralité de la ville avant de trouver cet endroit et de rejoindre ce vieil immeuble situé bien à l’écart du centre-ville. En soi, elle n’était pas quelqu’un qui renonçait facilement, sa présence pour preuve, mais si aujourd’hui était encore un nouveau leurre, toutes les pistes qu’elle s’était évertuée à déterrer et à suivre s’arrêteraient net et toutes les recherches effectuées tomberaient en désuétude comme de multiples impasses. Autant dire que ce n’était pas une option qu’elle envisageait sérieusement, non, dans sa tête elle avait fini par trouver. Il était par là, derrière une de ces portes closes et usées par le temps. C’était comme si la mutante pouvait le sentir, ce qui lui paraissait complètement ridicule pensé comme ça. En tout cas la description du jeune locataire correspondait, aussi bien physiquement que dans son comportement. Les habitants du quartier que JiaLi avait pu interroger, des immigrés pour la plupart, surement des clandestins dans le lot même, lui avaient dépeint un jeune homme aimable mais très discret. Et ici, les gens n’avaient pas pour habitude de se questionner les uns les autres d’après les difficultés qu’elle avait eues pour avoir des réponses. Des fois elle n’en revenait pas elle-même de toute l’énergie qu’elle avait mise là-dedans et de toutes les personnes à qui elle avait demandé de l’aide. Mais franchement, s’il y avait une chose à regretter, c’était de l’avoir laissé la dernière fois..

C’est là qu’elle se rendit compte : D’un moment à l’autre JiaLi allait peut-être se trouver devant lui et il fallait avouer qu’elle n’avait pas du tout réfléchi à la manière dont elle allait réagir, ou pire : à la façon dont lui allait réagir ! L’angoisse et la nervosité montèrent d’un cran assez soudainement et sa main gauche vint triturer l’ourlet du bas de son t-shirt alors qu’elle continuait à marcher. Après tout, même si elle s’en rappelait aussi bien que de son petit déjeuner du matin, leur dernière conversation ne datait pas d’hier et pour tout dire, beaucoup de choses avaient changé pour elle depuis, ça devait être pareil pour lui. Quelle gourde. Elle se revoyait encore dans l’ancien appartement, accueillie comme dans un vrai foyer au moment même où elle avait oublié ce que cela pouvait bien signifier. JiaLi s’était toujours estimé extrêmement chanceuse d’être tombée sur lui peu de temps après son évasion de la base où elle avait été retenue et testée de bien trop longues années. Une petite lueur dans un énorme brouillard.. de courte durée malheureusement. Encore aujourd’hui, elle se persuadait qu’elle avait bien fait de partir du jour au lendemain. A cette époque-là elle était bien moins douée pour la cavale et ils auraient fini par être retrouvés à cause de ses maladresses. Au début, c’était temporaire, « le temps que ça calme », c’était exactement les mots qu’elle avait écrit sur le mot qu’elle avait laissé. Et puis les jours étaient passés, ils s’étaient transformés en semaines, puis en mois. Quand enfin elle était revenue, JiaLi n’avait même pas eu l’occasion de pénétrer dans l’immeuble. Celui-ci était surveillé. Matérialisé une poignée de minutes dans la pièce où elle avait brièvement vécu et elle avait comprit qu’Apocalypto était passé par là, que ce n’était pas elle qu’ils guettaient mais bien lui. Elle n’y avait jamais remis les pieds.

Bien sûr qu’elle avait songé à le chercher dès cet instant, mais par où commencer ? Elle n’avait rien, aucun indice, pas de ressources. Et puis il y avait eu Dakota et Genesys. Les années suivantes leur avait totalement été consacrées afin qu’elle vive et non plus qu’elle se contente de survivre mais aussi pour avoir quelque chose à donner. La chinoise s’était trouvé une famille qui lui avait apprit tout ce qu’elle avait manqué de la plus simple connaissance de la lecture et de l’écriture jusqu’à la maitrise raisonnable de son pouvoir et de l’art de se défendre. Oh oui, elle avait changé, peu physiquement mais elle était tellement plus résistante maintenant que la gosse fugitive perdue dans le monde d’avant. C’était ce qui lui avait permit d’en arriver là finalement.

Là, c'est-à-dire face à cette porte alors que sa respiration devenait plus lourde. JiaLi appréhendait méchamment de découvrir ce qu’il y avait derrière, ou ce qu’il n’y avait pas. Elle vérifia machinalement les notes qu’elle avait griffonnées au stylo bille sur la paume de sa main droite, en calligraphie chinoise comme tout ce qu’elle écrivait. Le trait s’effaçait, elle avait les mains moites et elle se mordit la langue en se confirmant à elle-même qu’elle était bien au numéro qu’on lui avait indiqué. Elle aurait bien enfoncé ses poings dans les poches de son jean jusqu’à les crever si elle n’en avait pas eu besoin pour frapper.. elle hésitait. Ça semblait carrément plus facile dans la théorie, de se pointer comme une fleur ici !

« Je sais pas de quoi t’as peur ma grande.. En plus tu sais que tu peux bouger à des kilomètres en même pas quelques secondes. De toute façon il n’y a pas de raison que ça se passe mal, il ne va pas te geler sur place. Au pire abstiens-toi de faire des gestes brusques on sait jamais.. Pff si ça se trouve il ne va même pas te reconnaître et tu vas foirer toute ton entrée en essayant de lui rafraichir la mémoire. J’espère au moins qu’il est là par contre.. impossible que je me sois plantée ou alors ils se sont bien foutus de moi.. oh putain j’ai envie de vomir ; super cadeau pour le paillasson.. »

Grimace dégoutée, puis long soupir. JiaLi reconnaissait ses propres signes d’anxiété, penser à voix haute en faisait parti, effectivement -en même temps c’était assez difficile à rater comme truc même si c’était inconscient chez elle-. Comme pour être sûre de ne passer pour une dingue aux yeux de personne, elle regarda frénétiquement dans le couloir pour s’assurer que personne ne l’avait vue ni entendue. Remarque elle l’aurait su s’il y avait quelqu’un puisque c’était encore plus calme que dans un cimetière. Remarque numéro deux, elle s’en foutait un peu quand même. Le problème c’était qu’à ce rythme-là, il serait sorti tout seul le temps qu’elle prenne son courage à deux mains et qu’elle frappe à cette saloperie de porte. Autant dire que le dépit était de plus en plus grand.

« Bouuuh, allez.. »

JiaLi leva la main à la hauteur de son visage mais elle finit par appuyer le plat de sa main sur la surface au lieu de toquer. Elle dût bien s’y reprendre à trois ou quatre fois. Passant sa main sur son front d’abord, remettant une mèche de cheveux derrière son oreille ensuite.. tous les moyens furent bon pour reculer l’échéance. Trop bête. Si bête qu’elle manqua de peu de sursauter quand elle entendit un léger bruit à l’intérieur. Voyons le bon côté des choses : il y avait quelqu’un. Inutile de continuer à tergiverser, elle frappa enfin en ravalant un petit son aiguë. Elle vint même appuyer son front sur la porte dans un souffle

« Piotr, ouvre s’il te plait. C’est moi.. »

« Moi », ça c’était de l’indice hein ! En même temps elle n’allait pas sortir les cotillons et déclarer son état civil. Bref, ce serait surprenant qu’il la reconnaisse grâce à un murmure, surtout après tout ce temps mais bon, pas impossible. C’était si beau l’optimisme au milieu d’un coup de stress.

SIGNATURE



Feel the rain on your skin, no one else can feel it for you, only you can let it in. No one else can speak the words on your lips. Today is where your book begins. The rest is still unwritten..
Côté Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Neutre ۞

avatar

Piotr Zakharine
۞ Mutant Neutre ۞

◊ Nombre de Messages : 134
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 29
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Cryrurgie et Cryokinésie


Informations

» Métier: Garagiste

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: I Missed U | && Piotr. Sam 20 Aoû - 11:48

     La rencontre avec l'homme qui s'était présenté comme « son père » remontait à seulement quelques jours, pourtant le jeune Russe avait l'impression que cela c'était déroulé il y a des mois, voir des années. Piotr n'avait pas cherché à trop en savoir plus sur Boris, après tout même si l'ancien prisonnier et époux infidèle avait fait preuve de gentillesse et presque de bienveillance à l'égard de son rejeton, celui-ci ne semblait pas enclin à le laisser entrer aussi aisément dans sa vie. Pour tout dire, même si le blond avait désiré pouvoir ouvrir la porte qui bloquait l'accès à ses sentiments, il n'aurait pas pu, comment voulez-vous le faire lorsque vous êtes habitués à vous défendre avec vigueur dès que quelqu'un tentait de vous avoir ? C'était comme ça, le jeune garagiste avait tout simplement été suffisamment poli pour ne pas passer pour un danger potentiel auprès de son géniteur - qui ne l'oublions pas, était en prison pour meurtre - mais sans pour autant donner l'impression qu'il désirait se lier avec lui. Pour être sincère, le jeune slave ne savait même pas ce qu'il voulait, avant de rencontrer son « père » pour la première fois, le jeune neutre aurait juré corps et âme qu'il ne voulait qu'une chose : la mort de cet homme. Mais à ce jour, après avoir brièvement discuté avec l'évadé, Piotr avait quelques doutes. Il se détestait pour s'être aussi aisément laissé manipuler par le Russe, mais c'était comme ça, peut-être bien que l'époux infidèle qu'il était, avait trouvé une raison de se comporter « correctement » et qu'il avait banni le vice et le meurtre de son mode de vie ?

     C'était une possibilité à ne pas écarter, même si, pour être sincère, Piotr avait beaucoup de mal à envisager que ce puisse être quelque chose d'envisageable. Les chercheurs de l'Opération lui disaient souvent que le vice, le meurtre et la délinquance étaient ancrés dans les gènes comme le gène mutant l'était. Ils dépassaient un peu leur rôle de chercheurs en parlant avec lui de leurs pensées personnelles, mais Piotr avait retenu chacun des mots qui lui avait été confié. Visiblement ils s'imaginaient avoir la possibilité de « supprimer » le gène qui poussait aux comportements répréhensibles et aux choses de ce genre, tout comme ils parviendraient à supprimer le gène mutant de l'organisme de ses porteurs. Pour le moment ils n'y étaient pas arrivés, tout le temps que le jeune homme avait passé dans cette cellule de l'Opération, il n'avait eu que solitude et souffrance, mais sans que jamais ce froid qui se dégageait de lui ne s'atténue. Ils voulaient faire beaucoup certes, mais ne parvenaient pas à faire grand-chose. Il avait perdu ses craintes bien rapidement, voyant leurs recherches stagner, puis il y avait eu la rumeur d'une mutante capable d'agir de la sorte, de supprimer les pouvoirs des autres. Est-ce que c'était possible ? Piotr n'y avait pas trop cru sur le moment, puis il l'avait vue à l'action un jour, un exercice comme un autre, elle avait touché le mutant qui n'avait plus réussi à utiliser son don. Pourquoi la nature les créait si elle autorisait leurs semblables à les priver de leurs pouvoirs ? Il ne comprenait pas.

     Assit sur la chaise à côté de la petite table de sa chambre de bonne, Piotr songeait à tout cela, aux paroles de Boris au sujet d'un prétendu « dieu » qui lui aurait indiqué le bon chemin à suivre. Comment est-ce qu'il était possible que ce soit réel sachant que les scientifiques montraient – à grand renfort de preuves – que la race humaine était sur Terre en raison d'autre chose que d'une création divine ? Il ne s'était jamais intéressé à tout cela pour être franc, les croyances, les adorations, la religion, tout le dépassait et de haut, il préférait largement s'en tenir aux faits palpables et utiles comme : comment fuir et échapper à l'Opération ? Il ne travaillait pas aujourd'hui, contrairement aux jeunes de son âge le blond ne s'amusait pas à sortir pour profiter des derniers jours de vacances, il ne savait pas ce que c'était ce sentiment étrange de bientôt devoir retourner à l'école. Tout cela le dépassait et de loin. Depuis combien de temps attendait-il à fixer le ciel par sa fenêtre ouverte ? Bonne question, peut-être quelques minutes, quelques heures, depuis le lever du soleil pour être précis.

     Un bruit léger à l'extérieur de sa chambre attira l'attention du jeune homme, les murs de l'immeuble étaient minces comme de papier, il suffisait de les frôler pour que le bruit soit audible dans les appartements. Pas très pratique lorsqu'on cherchait à garder les choses aussi secrètes que le slave, mais étant donné que les visites étaient très rares, Piotr n'avait pas trop à se soucier de tout cela. Aussitôt, le Russe se redressa, poussant légèrement sa chaise pour s'approcher de la porte comme s'il s'attendait à voir un chasseur de l'Opération débarquer dans sa chambre. Ils avaient eu Aelys, pourquoi est-ce qu'ils ne l'auraient pas lui ? Le blond tendit l'oreille, entendant un bruit léger sur sa porte, comme si quelqu'un frappait pour attirer son attention. Un voisin qui venait lui demander un service ? C'était peu probable, la moitié parlaient aussi mal la langue que lui et n'étaient même pas capables de lui faire comprendre ce qu'ils voulaient, sans compter qu'en général ils ne discutaient pas entre eux. Piotr ne connaissait même pas ses voisins pour dire. Puis une voix, féminine, son prénom, « moi », une phrase qui n'aurait rien dû lui dire normalement, mais étrangement, cela éveilla quelque chose en lui. Il connaissait cette intonation, cette manière de ne pas donner de renseignements utiles, le jeune homme sentit son cœur rater un battement, il esquissa un geste vers la porte comme s'il voulait l'ouvrir, puis hésita. Est-ce que c'était un piège ? Il garda sa main tendue en l'air, pensant le pour et le contre, puis s'approcha finalement. Il n'y avait qu'un moyen de le savoir. Le blond concentra une petite quantité d'énergie pour se préparer à se défendre - si jamais - puis tourna la poignée de la porte qui racla légèrement le sol en s'ouvrant.

     ▬ Jia Li ? »

     C'était ce qu'il avait cru reconnaître comme voix, depuis le temps le blond avait effacé Hanae de son esprit et de sa mémoire, seule Aelys pouvait encore compter pour lui, mais elle était enfermée et ne risquait pas de revenir près de lui pour lui remonter le moral. Les yeux hétérochromes du neutre se baissèrent légèrement pour se poser sur le minois si connu de celle qui se trouvait bien être son amie. Une expression de trouble et de surprise passa sur le visage de Piotr, qu'est-ce qu'elle faisait donc là ? Ils ne s'étaient plus revus depuis longtemps, par sa faute principalement, mais disons que de devoir fuir en permanence n'était pas vraiment le meilleur moyen pour réussir à se faire des amis et à entretenir ces amitiés. Seulement il n'avait aucune excuse, la belle jeune femme était dans le même cas que lui. Constatant qu'il la dévisageait d'un air un peu stupide, il s'effaça légèrement, l'attrapant pas la main pour la tirer à l'intérieur comme si cette porte branlante et ces murs fins pouvaient la protéger. Réflexe naturel, il referma la porte derrière lui, sans oublier d'enclencher la sécurité, puis se retourna vers la demoiselle pour la regarder quelques instants, ne sachant pas trop comment ordonner ses pensées.

     ▬ Je.... Comment.... ? »

     Pas très clair, il n'avait jamais été doté d'une éloquence à faire pâlir un marchand de chaussures, mais bon, disons qu'elle avait réussi à le prendre de court. Comme les mots refusaient de sortir, le blond se laissa aller à s'autoriser un bref instant « d'intimité », s'approchant de la jeune femme, il passa ses bras autour d'elle pour la serrer dans ses bras. Piotr n'était pas du genre tactile, en temps normal il aurait même refusé de lui prendre la main pour la tirer à l'intérieur, mais elle, c'était différent, elle connaissait son passé, elle connaissait son don, elle savait tout de lui, ou presque, comment pourrait-il trouver une autre excuse pour refuser d'agir comme il en avait envie avec elle ? Jia Li n'avait jamais été dégoûtée de sentir son corps glacial contre elle, certaines personnes disaient que ce n'était pas vrai, mais il voyait bien qu'elles étaient complètement pétrifiées dès qu'elles sentaient le contact froid de sa peau. L'enlaçade ne dura que quelques instants, autant parce qu'il craignait qu'elle ne le repousse que par habitude de ne pas imposer aux autres ce qu'ils pouvaient ne pas vouloir. Puis il recula légèrement, seulement un pas, mais qui suffit à l'éloigner suffisamment de la jeune femme pour ne pas l'importuner. Est-ce qu'il allait se récolter une gifle ? Les femmes étaient imprévisibles il commençait à le savoir désormais.

     ▬ Comment est-ce que tu m'as retrouvé ? Enfin, je ne te fuyais pas tu sais, mais je ne pouvais pas faire autrement, j'en suis désolé. Quelques instants de silence. Tu ne devrais pas te promener seule dehors Jia Li, c'est dangereux surtout pour toi, je ne voudrais pas qu'il t'arrive malheur. »

     Il avait été tenté d'ajouter « par ma faute » puisque c'était souvent le cas, les gens semblaient disparaître dès qu'ils trainaient un peu avec lui, ou peut-être n'était-ce que le fruit du hasard ? Peu importait, elle était là, ça lui réchauffait le cœur – au sens figuré évidemment – c'est en posant les yeux sur son joli minois que le slave se rendit compte qu'elle lui avait vraiment manqué. Difficile de se rendre compte qu'une chose nous manquait lorsqu'on l'avait avec nous quotidiennement, rien de mieux qu'une absence pour voir que les gens comptaient pour nous. Un léger soupir, il passa sa main dans ses cheveux dans un tic nerveux – pour une fois qu'il ne portait pas de casquette – puis glissa quelques mots dans un murmure, comme une confidence timide.

     ▬ Je suis content de te revoir, tu m'as manqué. »

     Une fois n'est pas coutume, un sourire se dessina sur les lèvres pleines du jeune neutre, un sourire sincère pour changer.

SIGNATURE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

avatar

JiaLi Hills
۞ Membre de l'Opération Genesys ۞

◊ Nombre de Messages : 509
◊ Nombre de Messages RP : 3
◊ Age : 28
◊ Informations :
Fiche
Sujets & Relations

◊ Age du Personnage : 24ans
◊ Pouvoirs / Armes : Téléportation


Informations

» Métier:

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: I Missed U | && Piotr. Mar 20 Sep - 18:56

Et si, malgré la toute puissance de son auto-persuasion, ce n’était pas Piotr qui vivait là ? Si, encore pire, la poursuite de longue haleine après les vague traces du Russe n’avait été qu’une vaste mise en scène pour la piéger ? Elle imaginait d’ici les sangles à ses poignets ; la cage étroite, vitrée, composée d’elle ne savait quoi, qui l’empêcherait à nouveau de se dématérialiser pour réapparaitre ailleurs ; les produits chimiques, toxiques, qui coulaient en continu dans ses veines.. Eh ben quelle horreur. JiaLi n’aimait pas la paranoïa et toute la méfiance qui naissait d’elle mais malgré ses ressources et l’abri sûr fourni par Genesys, elle gardait encore de vrais réflexes de proie gravés dans son fonctionnement. On n’oublie jamais ce qu’est d’être traqué. Mais elle n’allait pas tarder à en avoir le cœur net, alors même qu’elle sentait une présence toute proche et que la porte se mit lentement à s’ouvrir, il ne suffit finalement que d’un nom pour que tous les doutes possibles s’envolent en un instant. Le sien, son prénom.. Piotr l’avait reconnue alors ? En tout cas elle su avant même que le battant dévoile le garçon qu’il ne pouvait s’agir d’aucun autre. Impossible d’imiter la façon dont il avait toujours prononcé son prénom, avec ce fort accent venu du froid. La porte s’entrebâilla d’abord, éraflant un peu plus le plancher du seuil et sans savoir pourquoi, JiaLi eut un mouvement de recul, de ces réflexes que l’on peut avoir lorsque nous sommes habitués à être sur la défensive sans doute.. En une fraction de seconde, les prunelles sombres de la belle remontèrent le long se la silhouette du jeune homme jusqu’à tomber dans ses yeux vairons, ainsi le temps sembla se figer pour leur laisser le loisir de réaliser.

Piotr n’avait pas beaucoup changé, moins que la chinoise aurait pu le penser en tout cas. Peut-être avait-il grandi un peu puisqu’elle se tenait le menton levé, à moins que ce soit déjà le cas avant.. elle ne s’en souvenait plus. Mais sinon ses cheveux, ses yeux, cette corpulence qui elle ignorait pourquoi lui paraissait tellement fragile.. elle le retrouvait comme elle l’avait laissé par le passé et ceci avait le don d’effacer une partie du temps ; ce qui ne l’empêchait pas d’être obligée de se dire que malgré les allures surréalistes de l’instant, les retrouvailles étaient bel et bien entrain d’avoir lieu. Après tout, JiaLi avait pu s’y préparer jusqu’au dernière moment. Cependant elle n’osa rien dire de peur de troubler les pensées de son ami et de provoquer une mauvaise réaction. Pas de geste brusque, elle se l’était bien dit juste avant de vouloir abattre ce mur d’incertitudes. Ce n’était pas l’envie qui lui manquait de prononcer quelques mots irréfléchis mais elle se fit violence pour attendre, attendre encore sans le quitter des yeux qu’il choisisse ce qu’il voulait faire d’elle maintenant. D’un côté, JiaLi aurait été déçue et très vexée qu’il lui claque la porte au nez après tous les efforts qu’elle avait fait. Heureusement, ce ne fut pas ce qui se produisit, à la place, sans même qu’elle ne lutte ou qu’elle en ait l’intention, Piotr la tirait à l’intérieur et les enfermait tous les deux. On est jamais trop prudents.. alors le temps s’écoula de nouveau normalement et elle se mit à sourire en se retournant vers lui. Elle lui coupait le sifflet hein, la sensation était drôlement satisfaisante mine de rien. « Comment ? » Mais parce qu’elle était très très forte, c’est tout. JiaLi leva furtivement les yeux au ciel en soupirant joyeusement

« Hé, on dirait que t’as vu un fantôme.. »

Ça pouvait paraître étrange comme murmure amusé. Quand Piotr l’avait ramassée en pleine misère au détour d’une ruelle, la brune ressemblait à Bambi essayant vaillamment de se tenir sur ses pattes. Aujourd’hui, tout était très différent, elle ne fondrait pas en larme comme autrefois, elle ne se recroquevillerait pas sur le sol comme une petite chose incapable de savoir comment elle devait agir.. Mais chaque chose en son temps, le garçon la fit taire d’un seul geste et le simple fait de se sentir entourée de ses bras la poussa à fermer les yeux une seconde. Que Piotr agisse comme ça ne pouvait que signifier qu’il était heureux de la voir, n’est-ce pas ? L’initiative ne pouvait être anodine, elle le connaissait trop pour ça, et fébrilement, elle frissonna à son contact. Mais cette sensation-là était bonne, comme un souvenir qui refaisait surface que JiaLi se rappelait parfaitement avoir déjà ressenti mais qui se réveillait ancré dans la réalité. Passant à son tour ses bras autour de lui, elle attrapa ses épaules et serra ponctuellement, contre lui, à la façon d’une réponse muette mais bien évidemment positive. Jamais la chinoise ne l’aurait repoussé, pour rien au monde. Aussi lui laissa-t-elle le temps qu’il lui fallait en profitant, et quand Piotr se détacha d’elle pour reculer d’un pas, elle se contenta de redresser la tête en lui souriant. Aucune peur n’avait sa place ici, elle aurait voulu qu’il le comprenne avant de prononcer ces mots, bien qu’elle voie tout à fait ce qu’il essayait de lui dire.

« Hum, ça n’a pas été une mince affaire, et c’est une très longue histoire ! » JiaLi avait poussé un profond soupir. Elle ne pouvait nier que l’épreuve avait été éreintante mais il n’y avait pas de trace de reproche dans ses expressions. Après tout pas une seconde, l’idée que ce soit elle qu’il pouvait fuir ne lui avait traversé l’esprit. Comme lui, elle connaissait la nécessité de se cacher. Ceci dit, elle lui opposa son index levé en haussant les sourcils. Sa voix chanta. « Mais d’abord il va falloir que tu m’excuses. »

Frénétiquement, la brune remua la tête en cherchant autour d’elle, puis elle trépigna avant d’entendre ce qu’il ajouta pour que JiaLi se mette à rayonner, s’exclamant juste avant d’aller disparaître direction.. bah les toilettes.

« J’espère bien ! Toi aussi, tu m’as manqué. »

Mais là, l’envie était trop pressante pour continuer à discuter. C’était peut-être le stress, avec le froid. Bof, ce n’était pas si important hein. Quand elle réapparut, JiaLi était aussi pleine de vitalité que si elle sortait de cure de thalasso. Visiblement, elle n’avait pas les inquiétudes de son ami, et puis elle avait fait attention en venant ici. Définitivement, sa condition avait changée depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus. Elle ironisa joyeusement

« C’est assez difficile de me suivre tu sais. » Mais elle reprit rapidement un peu de sérieux. « J’aurais dû revenir plus tôt.. quand je suis retournée à l’appartement, j’ai vu qu’ils l’avaient trouvé. J’ai eu peur. » Face à Piotr, JiaLi fixa une seconde ses yeux bicolores avant de détourner son propre regard, hésitante. Elle finit par marcher un peu dans l’espace sommaire en balançant ses bras d’avant en arrière, avant de s’asseoir à la première place qu’elle trouva. « Mais quand j’ai apprit que ce n’était pas toi qu’ils avaient pris, j’ai commencé à retourner la ville. » Comment elle l’avait su, c’était encore plus épique et elle lui expliquerait sans doute en temps et en heure, mais de but en blanc, ça ferait surement beaucoup trop. Ce n’est qu’à partir de ce moment que la brune cessa d’éviter de le regarder en face. Elle se releva d’ailleurs, incapable de rester en place, incapable également de ne pas accompagner ses mots de grands gestes des bras. « Ça m’a prit un temps fou. Tu n’as pas laissé de traces, même pour quelqu’un comme moi. » Elle haussa les épaules en penchant la tête sur la droite. « Du moins jusque là. »

Pendant tout ce temps où elle avait lancé ses recherches et parlé à tout un tas de gens, JiaLi s’était rendue compte à quel point Piotr semblait ne jamais avoir existé à Achaea. Sa réapparition, aussi discrète que soudaine, lui avait fortement fait penser qu’il s’agissait d’un retour. Heureusement que sa participation à Genesys lui avait apprit à poser les bonnes questions, aux bonnes personnes.

« Je te promets que tu n’as pas à t’en faire pour moi. J’ai grandi. »

Bon, elle n’arrivait pas à se décider sur la position à prendre ou le comportement à adopter alors la chinoise alla se rasseoir, ou plutôt alla se laisser retomber lourdement. Difficile de pouvoir mettre des années sans aucun contact, à plat sur la table, n’est-ce pas ? Soupir.

« Piotr.. J’ignore ce que je peux faire. Et évidemment que je me demande ce qu’il s’est passé, pourquoi tu es parti et pourquoi tu es revenu.. mais à l’époque tu ne m’as pas vraiment posé de questions, alors je ne vais pas te le demander, d’accord ? Tu feras comme tu le sens.. Mais moi j’étais tellement inquiète, j’avais besoin de te voir. Tu comprends ? »

C’était peut-être trop sentimental, une façon gnian-gnian de voir les choses.. mais imaginer Piotr, celui qui lui avait sans aucun doute sauvé la vie autrefois, seul.. c’était juste pas envisageable. Elle avait dit qu’elle reviendrait et JiaLi respectait sa parole donnée. Qu’importe si leurs chemins devaient à nouveau se séparer à l’avenir. Pour l’instant, se trouver là avec lui, s’il y avait une chose qu’elle lui devait, c’était au moins celle-ci. Malgré son calme à cet instant, sa combativité de chaque seconde vis-à-vis de son anxiété névrotique, la brune ne prenait pas non plus un ton grave. C’était un moment heureux, ça le resterait. Un sourire accompagna le rire silencieux qu’elle ne put retenir.

« J’ai rencontré Nikita.. Il y a quelques temps seulement. »

SIGNATURE



Feel the rain on your skin, no one else can feel it for you, only you can let it in. No one else can speak the words on your lips. Today is where your book begins. The rest is still unwritten..
Côté Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I Missed U | && Piotr.


SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas

I Missed U | && Piotr.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A p o c a l y p t o :: ◄ Quartier Pauvre :: ◄ 247 Prospector Street-