Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Liam Winchester
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 7431
◊ Nombre de Messages RP : 481
◊ Age : 28
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 32 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Un Colt M1911A1 9mm, l'équipement de base d'un Agent Spécial Apocalypto


Informations

» Métier: Agent de l'équipe spéciale 'Bastet' - Policier (sous couverture)

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Mar 9 Aoû - 12:37


Leeloo S. LittletonLiam Winchester


     Cela faisait déjà quelques mois que le cobaye #53 avait été autorisé à quitter l'enceinte de l'asile qui abritait la base de l'Opération qui se situait à Achaea même. Autant dire que l'idée n'avait absolument pas enchanté Liam qui avait très vivement manifesté son opposition au projet des chercheurs, pourquoi laisser sortir un cobaye ? Ils allaient bientôt proposer des télévisions câblées et un accès à internet aux cobayes de la base Ptah ? L'esprit cartésien de l'Américain avait été très vivement contrarié par tout cela et encore davantage par le fait que les chercheurs lui déclarèrent sans aucune gène qu'ils se moquait éperdument de l'avis d'un « simple » agent Bastet, qu'ils étaient responsables de « Leeloo » et qu'il n'avait pas son mot à dire dans cette affaire. Pour le coup, le chercheur avait terminé sa journée à l'infirmerie parce que l'agent Winchester n'avait pas du tout apprécié de se faire parler de la sorte par un « petit con » qui ne savait même pas différencier un mutant dangereux d'un simple humain. Une réaction un peu prompt, le temps que les mots sortent de la bouche de l'inconscient, Liam l'avait déjà collé contre le mur derrière en lui collant au passage, son poing dans la figure. Rien de bien grave, le « crac » sonore qu'avait produit son nez en se cassant sous l'impact était plus impressionnant que douloureux et le jeune chercheur avait au moins compris qu'il valait mieux éviter de s'en prendre verbalement à quelqu'un au caractère aussi peu amène. Bien évidemment, les menaces habituelles de le faire virer étaient arrivées, mais le concerné savait bien que ses responsables n'allaient pas le virer pour faire plaisir à un petit crétin qui faisait un excès de zèle.

     Quoi qu'il en soit, tout cela n'avait été d'aucune utilité, si ce n'est se faire remonter les bretelles par Dorian, une fois de plus, bien que de manière très « superficielle » étant donné que l'agent Paradise savait bien que le caractère très irascible de son agent allait de paire avec son travail très satisfaisant. C'était la seule chose positive chez lui, qu'il soit doué dans son métier, cela rattrapait généralement son côté asocial et c'était sans aucun doute ce qui lui sauvait la mise lorsque le sujet de son renvoi était glissé sur le tapis. Après de multiples discussions avec Dorian, il en était toujours arrivé au même point : celui-ci refusait formellement de glisser les protestations de son agent dans une conversation avec Sahid Al-Mansûr qui avait été en grande partie mêlé aux sorties du cobaye #53. Encore un chercheur qu'il ne pouvait pas voir, décidément, le monde se liguait contre lui. L'ancien policier avait toujours eu du mal à comprendre qu'on puisse autoriser une telle chose à être membre de l'Opération, Dorian ne cessait de lui dire que c'était un bon élément, mais Liam ne rêvait que d'une chose : lui coller une balle en pleine tête. Il est vrai que la jeune fille était particulièrement utile, après tout c'est à partir de son don que les scientifiques de l'Opération étaient parvenus à la réalisation des balles qui privaient les mutants de leurs pouvoirs, mais malheureusement, l'agent spécial avait eu l'occasion de connaître les limites de ces balles.

     Il n'y a pas si longtemps, environ un an, il avait récolté une semaine de congé forcé avec passage obligatoire par la case hôpital après avoir manqué d'être écrasé par un mutant possédant le don de gigantisme et de force accrue. La balle avait été presque sans effet sur l'homme qui possédait un organisme beaucoup plus fort que les autres mutants et l'ancien policier avait précédé comme habituellement : tiré la balle, avancé pour le neutraliser pour de bon, seulement le mutant avait riposté aussitôt, ayant récupéré son don en moins de deux. Liam s'était retrouvé avec quelques cotes enfoncées et c'est uniquement grâce à Dorian qui se trouvait sur le terrain avec eux ce jour là, qu'il avait réussi à s'en tirer. Bien sûr, Leeloo n'était pas plus responsable de cet incident que les scientifiques, après tout le métabolisme de chacun était différent et le militaire se voyait donc mal pouvoir leur reprocher quelque chose qu'ils ne pouvaient pas gérer. Et pourtant il le faisait. Sa haine déjà féroce à l'encontre de la jeune mutante avait encore gagné un cran et rien que de la voir lui faisait ressentir un dégoût plus que celui qu'il ressentait face à un mutant « neutre ».

     L'ancien policier s'était donc préparé avec l'équipement traditionnel de l'agent spécial, puis il avait pris le chemin pour se rendre dans la zone réservée à Leeloo puisque ses collègues pour la mission du jour n'étaient pas encore arrivés. Il allait encore devoir patienter pour changer. A mi-chemin entre l'aile des Bastet et l'aile des chercheurs, la demoiselle était enfermée dans une chambre qui résistait à ses dons et comme un chien, on ne la sortait que de temps en temps - du moins jusqu'à ce qu'elle obtienne cette fameuse autorisation - sort peu enviable, mais juste pour la souillure qu'elle portait en elle. Il fit toutefois un crochet par le bureau de son supérieur qui lui avait demandé de passer rapidement avant de prendre ses ordres de la journée, l'agent Dorian qui semblait pouvoir deviner toutes ses pensées, lui demanda s'il comptait rendre visite à « Leeloo ». Liam rétorqua qu'il avait voir le cobaye #53 et son supérieur se pencha derrière son bureau avant de sortir une peluche représentant un otarie avec une tête plutôt... effrayante, puis la tendit à l'agent Winchester en lui demandant de l'offrir à Leeloo. Il arborait un sourire montrant clairement qu'il savait que Liam allait le remballer, ce qu'il ne manqua pas de faire, reniflant d'agacement avant de tourner le dos à son chef pour se diriger vers la zone réservée à la jeune femme. Le militaire attrapa l'espèce de bracelet qui résistait à son don qu'il devait lui enfiler à chaque sortie pour éviter qu'elle ne puisse s'enfuir sans qu'il ne puisse la retenir, un bracelet qui l'électrisait si elle tentait de s'enfuir puisque les balles faites à partir de son gène mutant ne fonctionnaient pas sur elle, logique me direz-vous. L'agent Winchester ouvrit alors la porte de sécurité de sa chambre après être passé par la reconnaissance digitale et d'ADN, puis il pénétra dans la pièce pour trouver la jeune femme assise dans un coin, sans bouger. Elle leva les yeux à son entrée et il s'approcha d'elle avant de lui ordonner quelque chose, sans aucune délicatesse ou compassion dans la voix.

     « Debout »

     Il aurait parlé plus aimablement à un animal sans aucun doute et lorsque la jeune femme fut redressée, il lui attrapa le poignet sans délicatesse pour lui enclencher le bracelet autour. Habituée au traitement du militaire, la demoiselle ne devait pas se formaliser de l'aversion qu'il montrait clairement à son égard. Normalement elle n'avait aucun besoin de le porter lorsqu'elle était à l'intérieur, mais comme Liam lui rendait « visite », il préférait prendre une certaine sécurité et surtout avoir éventuellement une chance de la faire souffrir. Sadique ? Non, il la détestait tout bonnement, c'était aussi simple que cela.

     « Si tu fais quelque chose, tu sais ce qui t'attendras. »

     L'électrisation, ou au pire la mort, Liam ne faisait pas dans la dentelle et déjà qu'il n'était pas du genre à laisser partir une mutante qu'il ne connaissait pas, il n'hésiterait pas à descendre la jeune femme si elle partait sans son autorisation. Mais étrangement, la jolie mutante semblait prendre plutôt bien le traitement qu'il lui réservait depuis des années, seulement l'ancien policier ne cherchait pas à comprendre le pourquoi du comment. Il y avait belle lurette qu'il avait cessé de chercher à comprendre les mutants et encore depuis plus longtemps les femmes. Le regard de jais du trentenaire observa le visage de la brune quelques instants, une simple expression de haine et de dégoût, il ne pouvait pas la voir comme une jeune femme « normale » comme Dorian ne cessait de le faire. C'était une erreur de la nature tout simplement.

     « Alors, ça fait un moment que tu as le droit de sortir, j'imagine que t'as clairement compris que ce n'est pas pour toi non ? À moins que tu ne sois encore plus stupide que je ne le pensais, ce qui serait franchement difficile. »

     L'insulter, la rabaisser, c'était le seul moyen qu'il avait trouvé jusqu'à ce jour pour pouvoir l'atteindre sans se mouiller trop. Oh, ça ne le gênerait pas de se faire enguirlander pour avoir été trop brutal avec elle, mais il était vrai qu'elle avait une certaine importance pour l'Opération et il ne pouvait pas prendre le risque de la blesser trop gravement. C'était justement ce qui l'emmerdait. Leeloo n'avait jamais l'air d'être vexée par ses paroles et ça l'agaçait encore plus que le fait qu'elle puisse gambader presque librement dans les rues de la ville. Bien décidé à la dégoûter de sa liberté, il ajouta quelques mots.

     « Tu sais que dernièrement un groupe de jeunes a tué une mutante avec des pierres ? Tout ça parce qu'elle se baladait toute seule dans la rue, ça pourrait bien être toi la prochaine, tu te rends compte de ce que tu ferais à l'Opération ? »

     Tenter de la faire culpabiliser, derrière lui la porte de la chambre de Leeloo se refermait automatiquement en raison de la sécurité, mais cela ne dérangea nullement l'agent spécial qui pouvait sortir en deux temps trois mouvements si jamais cette gamine commençait à trop l'agacer. La passivité était le meilleur moyen d'énerver Liam, elle excellait dans cet art.

SIGNATURE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Leeloo S. Littleton
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 19
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 24
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 25 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Blocage des pouvoirs et Intangibilité


Informations

» Métier: Aucun

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Mar 9 Aoû - 15:13

       La pièce n'est pas vide, pas vide de meubles. Leeloo les connaît par cœur, à défaut de ne pas pouvoir les apprendre encore plus. Ses pas sont léger, on a l'impression qu'elle se tient sur la pointe des pieds quand elle avance mais ce n'est qu'une illusion d'optique. La vérité c'est qu'il ne lui suffit que de quelques pas alors à quoi bon poser le pied en entier lorsque se pencher vaut tout autant. Mais, comme tout n'est pas à porter de jambe, il faut parfois se déplacer, c'est ce qu'elle avait fait pour se retrouver à l'opposer de son lit, là, penchée sur une sorte de comode où se trouvaient trois ou quatre boîtes à musique et peluches. Leeloo en remonte une, la musique résonne. La pièce n'est pas vide, pas vide de bruit. Elle adorait cet air répétitif, rien que le tintement de la clef dans les rouages la faisait vibrer avant même que le son ne sorte. Puis au bout de quelques secondes, le silence. La seule et unique chose qu'il lui était donnée d'entendre sans délai était son propre souffle et, faute de s'y être habituée, elle était incapable d'en saisir la moindre note. La jeune Littleton remonte alors encore une fois la machine, glas de l'art, d'ici quinze seconde ce sera la fin. De toute façon la musique n'est belle que si elle ne dure pas. Elle s'assit. Pourquoi sortir ? Pourquoi faire ? La pièce n'est pas vide, il n'y a pas de raison de fuir.
Les heures passent. La musique s'est arrêtée depuis longtemps, néanmoins la patience dont fait preuve Leeloo en arrive à lui faire oublier le silence. Il ne se passe pas grand-chose dans sa tête, à peine de quoi réfléchir. A quoi bon réfléchir si les autres le font pour vous. Leeloo n'a pas bougé, elle attend. Ca ne la dérange pas le moins du monde, elle ne s'en rend pas compte, comme pour son souffle : elle y est habituée, et puis le temps n'est pas si long à regarder défiler. Elle fixe les deux points centraux de l'horloge digitale, un clignotement est égal à une seconde, elle compte. Il lui arrive de faire cela très longtemps, puis, faute d'inattention, elle recommence, tant et si bien qu'elle est au final incapable de dire le nombre total de secondes qu'elle a passé à essayer de les compter. On s'occupe comme on peut. Puis lorsque la musique et les heures commencent à l'ennuyer, elle fixe le sol avec une attention particulière, le genre d'attention qui vous fait oublier tout le reste.

        Liam rentra. Du carrelage ses yeux bleus passèrent à l'Agent qui se tenait toujours aussi raide et peu avenant qu'à son habitude. Il lui dit de se lever, Leeloo avait commencé à le faire à peine la première syllabe prononcée. Elle se laissa attraper la main, ce bracelet elle ne le sentait même plus contre sa peau, tout comme son souffle, tout comme le temps. Si on lui mettait le bracelet c'était qu'ils allaient sortir, ce genre de logique est souvent juste. La demoiselle raisonne comme un chien : lorsqu'elle voit la laisse elle comprend qu'elle sort, c'est aussi simple que ça. N'ayant nullement la capacité, ni l'envie, de dénigrer en quoique ce soit les chiens, elle, elle voyait à cet instant plus Liam comme quelqu'un qui lui permettrait de sortir qu'une visite de courtoisie sans but : Liam n'est jamais courtois. Jusqu'à présent elle était restée silencieuse, et ce malgré les presque menaces de son collègue quant au fait de faire "quelquechose", c'était plutôt vague, alors elle continua à rester immobile, à ne faire que le regarder tout en constatant avec un léger sentiment d'impuissance qu'il n'avait toujours pas changé. A la remarque de l'Agent Leeloo eut un léger sourire, ça faisait longtemps qu'il n'avait pas envoyé de pique de ce type :


- « Non, bien sûr. Mais même si ce n'est pas pour moi, le simple fait que je puisse en profiter me fait plaisir. »


        Elle ne vit pas tout de suite le rapprochement entre elle et la mutante qui s'était fait tuée. Elle due attendre que Liam le fasse pour réaliser entièrement ce qu'il essayait de lui dire. L'annonce de la mort d'une mutante. Voilà que Liam s'inquétait pour elle, c'était plutôt gentil de sa part, étonnant même. L'idée que Liam n'était pas si méchant se renforça dans l'esprit de la jeune femme. Elle attendit un instant. S'ils ne sortaient pas alors pourquoi Liam lui avait mis le bracelet ? En général c'était beaucoup plus formel : entrée, bracelet, sortie, mission, retour. Aujourd'hui c'était différent, peut-être un peu trop pour Leeloo qui était formatée pour un quotidien bien défini. Outre ce mal être qui naissait en elle, ses yeux s'écarquillèrent légèrement. Elle s'élança vers le bas de sa bibliothèque, se saisit d'un dictionnaire et commença à le feuilleter. A,B,C,D,E,F... Elle semblait chercher quelque chose, et au bout d'une bonne quarantaine de secondes elle trouva enfin ce qu'elle voulait :


- «, fit-elle, enjouée, en se relevant et tournant le dictionnaire vers Liam, lapider. Elle s'est faite lapider. »


        Tant d'engouement pour un seul mot. Le fait est qu'elle l'avait lu il y avait de ça deux ou trois jours. Oui, oui : "lu". Leeloo se permettait de lire le dictionnaire, pour elle c'était d'ailleurs normal : un livre ça se lit. Mais comme le dictionnaire n'était pas un livre ordinaire, il devait être lu de façon extraordinaire et la jeune Littleton s'amusait à prendre une page au hasard et à la lire, autrement dit ce n'était pas parce qu'elle était à la lettre L de lapider qu'elle avait lu toutes les autres avant. Elle était fière de sa trouvaille et fière d'apprendre à Liam le mot 'Lapider' qui résumait à merveille son expression "tuer une mutante avec des pierres". Elle n'avait toujours pas relever le fait que ça pouvait être elle à la place de cette mutante, sûrement car elle ne s'en rendait pas compte. Ca ne pouvait pas lui arriver, personne ne savait sa situation mise à part l'Opération :


- « Elle ne me laissera pas me faire lapider. »


        Elle, la base, l'Opération, Apocalypto dans son ensemble. Elle pensait dur comme fer que Dorian ne la laisserait jamais mourir, la simple pensée pour cette homme la remplissait d'une impression de sécurité incomparable. Et puis des cailloux lancés par des enfants ça ne pouvait pas faire si mal, si ? A l'évidence Liam n'avait pas dit des enfants mais des jeunes, pour Leeloo les jeunes étaient des enfants donc l'un dans l'autre elle ne pouvait que comprendre à moitié ce qu'il disait :


- « Il doit falloir beaucoup de cailloux pour tuer quelqu'un... »


        Elle sembla très pensive, comme si elle réfléchissait à un endroit où on pourrait trouver beaucoup de pierres. Et surtout où des enfants et une mutante pouvaient se trouver ensemble, dans un sens la mort d'un mutant ça aurait dû enjouer Liam plutôt que de l'alerté. Au moins elle savait à quoi s'attendre si elle allait sur une plage de galets.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Liam Winchester
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 7431
◊ Nombre de Messages RP : 481
◊ Age : 28
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 32 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Un Colt M1911A1 9mm, l'équipement de base d'un Agent Spécial Apocalypto


Informations

» Métier: Agent de l'équipe spéciale 'Bastet' - Policier (sous couverture)

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Mar 9 Aoû - 17:58

     Elle avait le don de l'agacer, l'agent sentait sa patience s'envoler tout doucement alors qu'il la regardait, non, correction, qu'il la dévisageait. Leeloo avait cet air stupide qu'elle arborait toujours, Dorian n'arrêtait pas de corriger Liam en lui disant que c'était de la naïveté et de la confiance et non de la stupidité, mais pour un esprit aussi fermé que celui de l'Américain, naïveté et stupidité était un pléonasme. Il s'était attendu à ce qu'elle recule en silence, mais certainement pas à ce qu'elle se jette sur sa bibliothèque pour commencer à chercher un livre, un dico plus exactement, provoquant un froncement de sourcils quelque peu interloqué chez l'agent. Qu'est-ce qu'elle faisait ? Est-ce qu'elle était en train de chercher la définition d'un mot ? Il lui fallait un traducteur ou quoi ? Un soupir agacé et impatient traversa les lèvres de Liam alors qu'il la regardait chercher son mot, puis finalement se redresser pour tourner son dictionnaire vers lui et lui lâcher un mot. Est-ce qu'elle s'amusait à jouer les dictionnaires des synonymes ou quoi ? Il parlait « simplement » parce qu'à ses yeux ce n'était qu'un mutant et par extension, une gamine stupide. Visiblement les chercheurs ne faisaient pas que lui apprendre à développer ses pouvoirs, mais ils se permettaient aussi de perdre du temps à lui apprendre des choses inutiles, comme lire par exemple. Grimace légèrement moqueuse qui se dessina sur le visage fermé de l'agent spécial alors qu'elle déclarait avec un air sûre d'elle, que l'Opération ne laisserait jamais faire une telle chose. Il haussa légèrement les épaules en détournant son attention de la mutante, parcourant rapidement le peu d'affaires qu'il y avait dans la pièce tout en répondant d'un ton où se mêlait moquerie et méchanceté, bien que la jeune femme ne le comprenait peut-être pas de la sorte.

     « T'as prévu d'écrire un dico des synonymes où quoi ? Je te pensais moins futée que ça, remarque t'es pas blonde, peut-être que ça relève un peu le niveau. »

     Il en revint à elle, posant un regard toujours aussi hostile sur son minois. Elle a une jolie bouille de gamine alors qu'elle a déjà dépassé la majorité depuis un bon moment, pourtant l'agent ne voit en elle qu'un monstre qui devrait être rayé de la carte. Il n'est pas sûr qu'elle comprenne la référence à sa coloration capillaire, après tout elle reste tout de même très sommaire sur bien des plans, au final cela n'est pas si amusant de se moquer de quelqu'un qui ne peut pas comprendre que vous vous foutez de sa gueule. Quelques secondes de silence qui s'égrainent alors que Liam le laisse se poser tout doucement, le silence c'est une chose qu'il affectionne, la seule chose qui lui plait dans cette vie de merde en réalité, mais il faut bien le briser, ils ne vont pas rester à ses regarder en chiens de faïence pendant des heures. C'est lui qui prend la décision de la relancer.

     « L'Opération elle te protège de ce qu'elle peut. Qu'est-ce que tu crois ? Je te signale qu'on a comme ordre de ne pas s'approcher de toi lorsque t'es en ville, un caillou bien placé et en trente secondes tu peux être allongée par terre, terminé. C'est rapide de tuer quelqu'un tu sais, si tu restais au moins dans la même zone que nous, ça serait différent, mais là.... »

     Nouveau haussement d'épaules, il cherche simplement à lui faire comprendre par A + B que tuer c'est comme de claquer des doigts. Il est bien placé pour le savoir, Liam avait déjà été contraint de tuer un humain lorsqu'il était encore flic, un délinquant qui venait de tirer sur son collègue, une balle entre les deux yeux et c'était réglé. Il était quelque peu malheureux de constater que la seule qualité digne d'intérêt de l'Américain était de supprimer la vie de ses semblables. Les mutants, il ne les comptait même plus, déjà ils n'étaient pas humains et ne marquaient absolument pas son esprit ou sa mémoire, puis ensuite, ils étaient bien trop nombreux et Liam avait autre chose à faire que de se soucier d'eux. La culpabilité ne faisait pas vraiment partie de son caractère. Nouvelles secondes de silence avant qu'il ne reprenne d'un ton toujours aussi outrageant.

     « Beaucoup de cailloux dis-tu ? Non pas vraiment, il suffit de bien savoir viser et tu peux tuer quelqu'un en un coup. C'est comme avec une balle tu vois, tu peux en tirer autant que tu veux sur quelqu'un et ne parvenir qu'à le blesser, alors qu'avec une balle bien placée, terminé ! »

     Il planta son regard d'ébène dans les yeux clairs de la jeune femme, ce qu'il aurait envie de lui montrer comment est-ce que ça se passait, un peu bêtement il se demanda si elle parviendrait à faire passer sa balle à travers elle ou si elle en crèverait sagement. Difficile de savoir étant donné qu'il ne pouvait – malheureusement – pas le vérifier. Dans une idée fixe, il glissa sa main vers son holster, elle devait être habituée à ce mouvement, mais bien évidemment il ne comptait nullement lui coller une balle dans la tête. Dorian n'aurait pas franchement apprécié et il était pratiquement certain que cela aurait signifié une fin de sa collaboration avec l'Opération. Même s'il avait envie de lui régler son compte, il avait davantage envie de débarrasser cette ville de la vermine mutante. Ouvrant la poche supérieure du holster, il tira son arme de son rangement avant d'enclencher le système qui maintient le chargeur en place, puis récupère celui-ci d'un geste habitué pour avoir été mille fois répété. Liam glisse à nouveau l'arme vidée dans son holster avant d'éjecter une balle du chargeur puis de la prendre entre son index et son pouce et la placer entre lui et Leeloo à hauteur de visage pour lui permettre de la voir.

     « Tu vois ça ? Ça suffira très largement à tuer n'importe qui, je suis sûr que même toi avec ton pouvoir, tu ne pourrais rien y faire. Crois-moi, mieux vaut que le gars qui ait ça soit de son côté, sinon tu ne feras pas long feu. Tu sais, y'a pas mal de gars en ville qui tuent les mutants à vue, même des potes à toi. »

     À comprendre d'autres mutants, il refusait presque de leur donner un nom comme si le simple fait de les qualifier signifiait qu'il leur accordait une certaine importance. En réalité c'était exactement ça, tout comme il refusait de lui donner un prénom. Cobaye #53 alias le boulet, voilà tout ce qu'elle était pour lui. En macho raciste qu'il était, l'agent Winchester n'avait pas apprécié sa petite intervention visant à lui apprendre sa propre langue, elle était un peu trop jeune pour pouvoir prétendre lui enseigner quoi que ce soit, puis surtout trop mutante. Il posa la balle sur le meuble à côté de lui, sans quitter la jeune fille du regard, puis comme dans un avertissement il glissa quelques mots d'un ton peu aimable.

     « Pas touche. »

     Il aurait parlé à un chien qu'il n'aurait pas été moins aimable. Liam détourne enfin son attention de la jeune femme pour regarder une fois de plus les environs. Ces peluches, il était pratiquement sûr que c'était son supérieur qui les lui avait donné, Liam n'arrivait jamais à comprendre ce que Dorian pouvait bien apprécier chez cette gamine. Le fait qu'il soit aussi aimable avec lui – pas au point de lui offrir des peluches évidemment – n'était pas pour lui remonter le moral. Ne quittant pas son expression pour le moins hostile, il décida de faire une entorse à ses règles de comportement, à savoir ne jamais parler directement à Leeloo puisqu'il ne la considérait pas comme digne d'intérêt, puis il lâcha à nouveau quelques mots.

     « L'agent Whitewood t'aime bien de ce que je vois, franchement je me demande bien à quoi ça peut te servir toutes ces conneries, à quoi bon t'apprendre des trucs de toute manière ça ne te servira à rien. Il planta son regard noir dans celui de Leeloo avant de conclure. Tu comptes neutraliser les mutants à coup de définitions de dico ? Tu devrais redescendre sur Terre, tu ne sers qu'à neutraliser des cibles, pas à faire la discussion, pour ça y'a des humains. »

     Liam, ou l'art de casser les rêves des gens parce qu'il est tout simplement incapable d'en avoir pour lui-même.

SIGNATURE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Leeloo S. Littleton
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 19
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 24
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 25 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Blocage des pouvoirs et Intangibilité


Informations

» Métier: Aucun

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Mar 9 Aoû - 22:00

- « Merci. »

        Nouveau sourire, il était en forme aujourd'hui ce Liam. Quelque part il reconnaissait qu'elle était plus intelligente qu'hier, ce n'était pas rien surtout de sa part. Leeloo retourna vers le meuble et rangea le dictionnaire, elle n'avait pas du tout relevé l'agacement ni même les réactions de son collègue, l'habitude, encore l'habitude. C'est ce qui la rythmait, les habitudes c'était tout ce qui lui restait alors elle s'y accrochait de toutes ses forces. Dans la bibliothèque s'entassaient des livres de différentes épaisseurs, tous lus. Dès qu'elle en avait un nouveau elle le lisait et puis elle le rangeait et ne le sortait plus. La jeune Littleton faisait parti de ces personnes qui détestaient lire deux fois la même chose, dès qu'elle se mettait à relire un livre la suite de l'histoire lui revenait instantanément et elle n'éprouvait donc plus le besoin de lire, pire elle s'en lassait immédiatement. D'un œil extérieur à l'Organisation, disons pour les visiteurs qu'elle n'avait jamais, tous ces livres convenaient parfaitement à une personne de son âge. La réalité était tout autre. Très en retard, la majorité de sa bibliothèque était largement au-dessus de son niveau de lecture actuel, d'où l'omniprésence du dictionnaire et plusieurs autres lexiques qu'elle ne comprenait pas toujours. Un léger silence s'était installé pendant qu'elle était accroupie à farfouiller pour trouver une place qui avait étrangement disparu, celle-là même qui avait servi au dictionnaire. Il faut dire qu'elle était plutôt remplie à rabord, un peu comme la commode de peluche. Chacun ses passions.
Lorsqu'elle se releva, elle se redirigea vers Liam. Ce qu'il dit la fit s'asseoir sur son lit, deux mètres à peine les séparait. C'était vrai qu'ils n'avaient pas le droit de l'approcher mais quelque part elle n'était jamais vraiment seule, est-ce que ces gens interviendraient ? Sûrement. Mais après ce que venait de dire Liam elle avait un doute. Un doute léger mais qui avait suffit à remettre en question son assurance. L'histoire de la balle l'avait nettement fait réfléchir... Etait-elle capable d'éviter une balle ? Ses réflexes et son pouvoirs seraient-ils assez rapides et efficaces pour qu'en moins d'un quart de seconde tout se mette en marche ? Rien n'était moins sûr. De toute façon, qu'importe la personne, mutant ou non, l'effet de surprise était souvent synonyme de victoire, c'était d'ailleurs grâce à cet effet qu'Apocalypto récupérait les mutants. Si ces derniers savaient qu'ils perdaient leur pouvoir ils courraient au lieu d'essayer de les affronter. Son collègue lui présenta une balle, elle savait ce que c'était, rien que par le fait qu'elle en voyait tout les jours mais Liam était plutôt enclin à oublier tout ce qu'il faisait en sa compagnie. Elle n'était pas d'accord avec lui, tirer sur les mutants à vu ce n'était pas possible, personne ne savait qui était mutant ou non, ce qui était d'ailleurs dommage. Elle se tût. Argumenter n'aurait servi à rien. Elle le laissa parler, quelque part il avait raison.

- « C'est peut-être parce qu'elles sont inutiles que je les aime bien. »

        Que dire de plus ? Dans sa voix aucune animosité, juste une profonde naïveté et une nuance de bienveillance. Dehors elle avait tout autant de mal à se lier avec les gens, elle en avait peur. Peur de ces personnes qu'elle n'avait jamais vu, sans se douter un instant que c'était la raison même de ses sorties : découvrir les autres. Elle se surprenait parfois à parler à ses peluches, à leur susurrer des mots, des confidences. Aussi seul soit un être humain il a besoin de parler, ici Leeloo et Liam pouvait s'apparenter à l'aventure de Robinson Crusoe : l'un civiliser, Liam, Robinson et puis Vendredi, Leeloo. La question était de savoir qui avait le plus besoin de qui, Robinson ne serait-il pas devenu complètement fou et asocial sans son compagnon de fortune ? C'était peut-être ce qui était arrivé à son collègue, à en juger par son humeur. Si tel était le cas alors ses hostilités n'étaient pas de sa faute mais de la société qui ne l'écoutait pas. Pour faire la discussion il y avait les humains, ceux de l'extérieur n'étaient pas très bavard. Pour faire la discussion il y avait Dorian, Liam, et tous les autres. Seulement certains mutants aussi essayaient de faire la conversation, ce qui, en soi, détruisait toute la théorie de l'Agent Winchester.
La jeune femme donna une petite impulsion sur son lit avec son propre poids. Assise comme elle l'était elle ne touchait presque pas le sol avec le bout de ses pieds. Elle se laissa rebondir, semblant jouer de rien et s'amuser de peu. Leeloo jeta un bref regard à ses peluches, sur la commode, un lion à l'aspect aussi pitoyable que démoli qui régnait en maître, sa préférée, l'une de seules qui avait survécu à son enfance. Il en avait vu passer des crises mais elle avait survécu. Aujourd'hui c'était une "connerie qui ne servait à rien" et pourtant il paraissait faire un pied de nez au temps qui lui rendait la vide dure. Puis il y avait aussi cette chose bizarre à laquelle on ne pouvait accorder que le fait qu'elle soit sphérique et multicolore, une sorte de ballon qui ne roulait pas, elle, elle l'aimait parce qu'elle était étrange. Liam avait raison, ça ne servait à rien. Les boîtes à musique étaient différentes, elle rompaient le silence et trompaient l'ennui :

- « Tu as besoin de quoi, Liam ? »

        Elle n'avait pas décroché son regard de sa commode, elle fuyait les yeux inquisiteurs de son collègue. Il avait le don pour lui faire perdre ses moyens. Sa voix s'était voulue blanche, vide d'émotions et sans pensée apparente. Si l'Agent était venu c'était pour une raison, non ? Or il ne l'avait pas dit. Il lui avait mis le bracelet mais ils n'étaient pas partis, qu'attendait-il d'elle ? Il était peu probable qu'il soit venu pour discuter, comme il le disait si bien : pour ça il y a les humains. Bien que lui parler enchantait la demoiselle, il lui était difficile d'admettre que son collègue aurait pu changer du jour au lendemain pour venir discuter sans raison. Sur ce point les deux individus étaient profondément différents : Liam avait besoin d'une raison pour agir, Leeloo, elle, faisait au gré de ses envies et de ses possibilités. L'homme avait eu beau faire de l'humour, il savait pertinemment comment Leeloo procédait pour neutraliser les mutants, pour la simple et unique raison qu'elle était là pour ça. Malgré tout elle était pensive, elle se trahit en remettant l'une des bretelles de son débardeur en place alors qu'elle n'avait pas bougé. Elle avait envie de sortir, elle aimait cette sensation, cette pression qui montait lorsqu'elle s'approchait de sa cible, ç'aurait été mentir de dire qu'elle n'éprouvait pas un certain plaisir à mettre les siens derrière les barreaux pour les biens de la société.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Liam Winchester
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 7431
◊ Nombre de Messages RP : 481
◊ Age : 28
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 32 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Un Colt M1911A1 9mm, l'équipement de base d'un Agent Spécial Apocalypto


Informations

» Métier: Agent de l'équipe spéciale 'Bastet' - Policier (sous couverture)

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Mer 10 Aoû - 12:50

     Inutiles, c'était exactement de la même manière que Liam voyait la petite brune, même s'il était vrai qu'elle pouvait servir pour pas mal de choses, il avait beaucoup de mal à envisager qu'elle ne puisse pas être remplacée par ces fléchettes qui contenaient des bribes de son ADN. Les mutants étaient inutiles, comme les bibelots et les relations autres que professionnelles et lorsqu'on voyait que Liam ne fréquentait personne en-dehors du travail et que son appartement était spartiate, inutile de préciser que les mutants n'avaient pas non plus leur place. Il la regarda alors qu'elle observait ses peluches, ça lui faisait un peu penser à ces prisonniers qui avaient de temps en temps le droit d'avoir une télévision ou quelque chose d'autre pour rendre leur quotidien plus agréable. La bonne blague, Liam passait tout son temps à bosser pour l'Opération, il ne pouvait tout bonnement pas accepter qu'une mutante puisse avoir des loisirs alors que lui tirait un trait sur sa vie personnelle pour se débarrasser des mutants. Après, ce n'était pas comme si ça pouvait le déranger, bien au contraire même.

     Elle coupa court à ses pensées en lui demandant ce qu'il dont il avait besoin. Les yeux d'ébène du policier se plantèrent dans le regard de la jeune fille, il savait bien qu'il parvenait à la mettre mal à l'aise dans certains cas, elle avait beau être naïve, elle n'était pas stupide pour autant. Même si Liam ne cessait de lui dire le contraire, il savait que Leeloo pouvait comprendre lorsqu'on avait une profonde aversion à son égard, de plus il ne se gênait pas pour le lui dire clairement, comment pourrait-elle encore avoir le moindre doute à ce sujet ? Il haussa légèrement les épaules comme s'il était venu discuter avec elle pour le plaisir, chose tout simplement impossible puisque « plaisir » et « mutant » chez lui n'était possible que lorsqu'il y avait le mot « exécuter » pour les lier. Un nouveau moment de silence qui – il l'espérait vraiment – pourrait peut-être la mettre mal à l'aise, le silence d'un interlocuteur était bien différent du silence qu'elle avait lorsqu'elle était seule ici.

     « Te mettre du plomb dans la cervelle. Enfin.... Il glissa son regard vers la balle posée à ses côtés avant d'en revenir à son minois. Au sens figuré, malheureusement, t'as pas à avoir peur. »

     Pourtant son ton montrait clairement qu'au contraire, elle aurait été bien inspirée de le craindre. Une contradiction plus qu'évidente, il aurait apprécié de pouvoir le faire au sens littéral du terme, mais ce n'était pas possible une fois de plus. Liam recula légèrement, attrapant une nouvelle fois sa balle pour saisir son chargeur et glisser la balle dedans avant de récupérer son arme de service pour enclencher le chargeur dedans avant d'engager la première balle. Dorian détestait qu'il agisse de la sorte, mais l'agent spécial n'aimait pas s'amuser à déclencher la sécurité, engager la première balle et patienter un peu avant de faire feu, il préférait que tout se déroule rapidement et parfaitement. Cela fait, Liam enchaîna sur le même ton.

     « Ne crois pas que je m'inquiète de ta petite santé, en fait ça serait même tout le contraire, mais t'es bien trop utile à l'Opération pour que je puisse accepter qu'on te laisse te balader le nez à l'air dans la rue. Il la regarda avant de soupirer d'agacement. Rien qu'à te voir on capte directement que t'es une fille complètement dans son monde, rien qu'à cause de ton air paumé tu risques de tomber sur des crétins qui voudront te faire ta fête, si ce n'est pas autre chose. »

     En temps normal, dans une discussion avec une personne « normale », il n'aurait nullement eu besoin de lui expliquer ce que « autre chose » signifiait, mais il n'avait aucune envie de partir dans ce genre de discussion. Lui savait ce que certains gars un peu bizarres qui avaient fumé un joint qui ne passait pas, pouvaient avoir comme idée devant une fille avec son air. Il avait enregistré assez de plaintes de viols lorsqu'il était encore policier, pour savoir que les humaines « normales » avaient déjà beaucoup de choses à craindre. Leeloo ne pigerait rien à ce qui pourrait lui arriver et bien que les chasseurs ne resteraient jamais trop loin, il était facile de la braquer avant qu'ils ne puissent intervenir. Sans lui laisser plus l'occasion de comprendre ce qu'il voulait dire par là, l'agent Bastet continua.

     « Tu vois peut-être là l'occasion de pouvoir te balader dans les rues de la ville, mais tu oublies que si on t'as toujours gardée enfermée ici c'est pour une bonne raison, tu crois franchement qu'on peut te lâcher dans la rue comme ça et que tu t'en sortiras toute seule ? Tu devrais au moins être accompagnée par un chasseur. »

     Il ne la quittait pas du regard, vue de l'extérieur, leur conversation pouvait avoir l'air d'être celle d'un père qui s'inquiétait pour sa fille alors que la réalité était toute autre. En réalité, Liam avait surtout peur que la jeune femme puisse se rendre compte que la vie réelle était bien plus divertissante que celle que l'Opération lui offrait. Donnez le goût de la liberté à un chien et il s'enfuira dès que possible pour tenter de reprendre sa liberté, c'est une mauvaise idée, les mutants ne sont pas différents des animaux et il ne peut pas croire que Dorian se laisse rouler par les chercheurs. Qui leur certifiait que Leeloo n'allait pas être mise en contact avec des mutants qui lui montreraient qu'elle était sur la fausse route ? Liam croyait se souvenir qu'elle avait de la « famille » en Amérique, il était possible que l'un d'eux décide de la retrouver après avoir entendu parler d'elle ou l'avoir aperçue. Il chassa rapidement ses pensées.

     « Je vais être franc, je m'en fiche pas mal que tu te fasses avoir dans une ruelle, à la rigueur ça m'emmerderai que ce soit quelqu'un d'autre que moi qui te règle ton compte, mais je ne crois pas que Dorian où les chercheurs soient enchantés par l'idée de t'avoir perdue. »

     L'agent Winchester fut tenté de lui déclarer qu'elle était beaucoup trop utile et que sa mort réduirait beaucoup d'années de recherche à néant, mais d'un autre côté il ne voulait pas prendre le risque de lui faire se rendre compte qu'elle n'avait qu'une utilité pratique et qu'elle n'était pas considérée comme « de la famille » par beaucoup de monde. Combien de fois est-ce que Dorian lui avait demandé de faire preuve de gentillesse et d'essayer de mettre la jeune femme à l'aise pour qu'elle s'imagine qu'ils n'étaient qu'une seule et grande famille ? C'était peine perdue avec lui, il ne se gênait pas pour lui faire comprendre qu'elle était indésirable et qu'il préférait encore lui plomber la cervelle que de la voir partir avec d'autres mutants. Ce point était clair quoi qu'il en soit, il l'avait souligné à Sahid en lui disant clairement que si jamais Leeloo se faisait rouler par des mutants et tentait de fuir avec eux, il s'occuperait personnellement de son compte, exit les tentatives de la récupérer. Un chien qui a mordu ne peut plus avoir la confiance de son maître.

     « Est-ce que les chercheurs t'ont dit quelque chose ? T'es larguée comme ça dans la nature ou tu as au moins des informations à respecter ? J'imagine que tu sais bien que t'as aucune intérêt à quitter cet endroit ? »

     Il avait presque l'air prévenant avec elle, un comble, vu comme elle était naïve peut-être bien qu'elle s'imaginerait qu'il avait sincèrement des inquiétudes à son sujet. Il se refusait à l'idée même qu'elle puisse envisager qu'il s'inquiète franchement pour elle, c'était une chose impensable, Liam n'appréciait pas que les gens puissent croire qu'il était bienveillant avec eux. Il fallait écraser les espérances avant qu'elles ne commencent, malgré ses efforts, l'agent spécial ne parvint pas à retenir ces quelques mots.

     « De toute manière, personne ne voudra de toi dehors, t'as que les chercheurs sur qui compter. »

     Il sous-entendait clairement « pas moi non plus », il ne voyait en elle qu'une arme de plus.

SIGNATURE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Leeloo S. Littleton
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 19
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 24
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 25 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Blocage des pouvoirs et Intangibilité


Informations

» Métier: Aucun

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Mer 10 Aoû - 16:40

        Liam avait raison, sa première sortie n'avait pas été simple, pire elle avait été catastrophique. Cependant elle était de nouveau sortie quelques jours plus tard et aujourd'hui peinait à s'en passer et ne se régulait que parce qu'elle avait eu la directive de ne pas donner trop de travail - tout du moins elle l'avait interprété de la sorte. Leeloo n'avait jamais pris au premier degré les menace de mort de Liam, elle ne se doutait pas un instant qu'il puisse réellement lui vouloir du mal, il se cachait c'était tout. Il se cachait comme elle se complaisait dans l'écoute d'une mélodie sans intérêt particulier. Pour cette raison elle n'avait pas peur de l'Agent, du moins pas tout le temps. Parfois il parvenait vraiment à la faire sursauter rien qu'en bougeant un bras, mais sur le terrain il fallait avouer que l'homme était bien différent. Quoique... Elle ne le regardait toujours pas, le simple fait de croiser ces deux billes noires qui lui servaient d'yeux lui donnait des frissons lorsqu'il parlait des mutants. Il les haïssait plus que tout et ça se voyait dans le léger sadisme qui se dégageait de son expression. Fixer c'est provoquer alors au risque de le fixer sans s'en rendre compte elle préférait se concentrer sur autre chose, tout sauf lui en somme. Mais comme tout membre du genre humain, aussi soumise, naïve et craintive soit-elle, il lui arrivait de ne pas être d'accord. Elle n'était pas dans son monde, certainement pas. Leeloo se savait plus en sécurité dans l'Opération, elle ne parvenait d'ailleurs pas à l'oublier, mais de là à dire que ça se voyait c'était du Liam tout craché. Cela n'arrivait pas souvent mais la demoiselle s'était presque vexée. Il était vrai qu'elle avait entendu pas mal de remarque à son sujet, s'était faite abordée par plusieurs personnes parfois pour lui demander de l'argent - qu'elle donnait car n'en trouvait que rarement l'utilité. Que se serait-il passé si elle n'avait pas donné l'argent ? Ces gens faisaient-ils partis des crétins dont parlait Liam ? Quelque part peut-être qu'elle donnait ce qu'on lui demandait pour être tranquille, inconsciemment sans doute. Alors oui, peut-être qu'elle était un peu dans sa bulle, mais elle ne s'inventait pas un monde à elle toute seule, elle n'était pas folle.

        Si c'était pour être accompagnée alors autant tout arrêter. C'est ce qu'elle pensa à peine la phrase de son collègue terminée. Non, être avec un chasseur était certainement une bonne idée mais elle n'en avait pas envie. Leeloo n'avait pas beaucoup de désirs, ni même de volonté, mais au moins elle savait ce qu'elle voulait en temps et en heure. Aujourd'hui elle ne voulait pas accepter cette suggestion à peine camouflée. Liam se faisait étrangement amical - du point de vue de quelqu'un qui parlait à Liam bien sûr. Il avait beau démentir, Leeloo avait vraiment l'impression qu'il s'inquiétait, et ça, ça ne lui ressemblait pas. Qu'y avait-il de si dangereux dehors ? Qu'y avait-il pour que Liam se comporte de la sorte à son égard ? Les yeux de Leeloo vinrent soudain se fixer dans ceux de son interlocuteur, elle se surprit presque elle même tant sa voix trahissait le fait qu'elle s'était sentie offensée :

- « Et alors ? Ce n'est pas parce que j'ai l'air d'être perdue que je le suis. Toi t'es bien complètement antipathique et pourtant y a des gens pour te parler. Les seules consignes qui m'ont été données consistent à neutraliser un mutant et d'appeler l'Opération si j'en croisais un, ce qui ne risque pas d'arriver puisqu'ils se cachent au moins autant que toi. »

        La jeune Littleton avait presque dit ça en un seul souffle, libérée d'un poids qu'elle ne pensait pas si gros elle se ravisa et se remit à fuir le regard de Liam. Elle n'aimait pas être seule avec lui, même si techniquement elle n'était jamais vraiment seule. L'Agent avait du charisme, un charisme écrasant qui pulvérisait sur place la faible assurance des autres s'il ne les estimait pas. Les chercheurs et Dorian, voilà qui était sa famille, une famille ça s'entraidait et le travail - bien qu'il y ait une forte coordination et une assistance primordiale - ce n'était pas la famille. Leeloo n'était pas en colère, ni même agacée. Elle n'avait pas cette excuse. Elle avait simplement été touchée par les propos de Liam et comme tout le monde, lorsqu'on touchait à son intégrité elle ne pouvait s'empêcher de répondre. Il y a quelques années il ne lui serait même pas venu à l'idée de répondre de cette façon à quelqu'un. La jeune Littleton n'avait jamais eu de crise d'adolescence, elle n'en avait jamais eu l'occasion :

- « Tu as raison, il n'y a que les chercheurs. »

        Elle avait insisté sur le 'que', lui signifiant ainsi sans vraiment le dire que quoiqu'il arrive Liam ne comptait pas. En dehors du travail tout deux n'avaient rien à se dire, et ils ne s'étaient d'ailleurs jamais rien dit jusqu'à aujourd'hui où Liam semblait vouloir faire du zèle en venant la narguer sur son propre territoire. D'habitude c'était ici qu'elle se réfugiait et là, à cause de lui, c'était impossible. Elle se sentait repoussée peu à peu contre un mur qu'elle ne pouvait même pas espérer franchir. Face à l'adversaire si on ne peut pas reculer il faut l'affronter, or affronter Liam était hors de question. Il se montrait amical, certes, mais cette soudaine gentillesse l'effrayait peut-être davantage. De gêne elle commença à jouer avec le bracelet que l'Agent lui avait mis à son entrée, elle le faisait tourner autour de son bras comme une bague que l'on ferait pivoter autour de son doigt. Par cette action elle s'empêchait de trop penser et par la même de trop stresser. Leeloo avait toujours été comme ça, confiante en apparence mais suffisait de l'avoir déjà croisé une seule fois pour savoir que ce n'était qu'une fine pellicule facile à percer
Liam la dominait clairement, autant sur le plan psychologique que physique mais cette situation avait toujours été ainsi pour Leeloo. Elle savait se taire, là n'était pas le problème, elle savait obéir aussi, c'était ce qu'elle faisait le mieux. Néanmoins elle était incapable de savoir parler à Liam pour qu'il arrête de l'insulter. Il y avait sûrement quelqu'un qui le pouvait mais il n'était pas chez Apocalypto. Dorian n'avait droit à son respect - et encore - seulement car c'était son supérieur. Le stratagème du bracelet ne fonctionna pas, elle se mit à penser et une phrase pensive fusa :

- « La dernière fois dans le journal, j'ai lu qu'un homme de la quarantaine s'était couché humain et s'était réveillé mutant. L'un des chercheurs dit toujours que si une chose se produit une fois c'est que c'est possible et donc répétable. »

        Elle s'imaginait l'inverse : se coucher mutante se réveiller humaine. Quoique dans un sens elle n'aurait plus sa place au sein de sa famille. L'un dans l'autre elle n'était réellement bien qu'en tant que mutante. Pour Liam c'était une autre affaire, s'il devenait mutant il perdait tout, même sa propre estime. Elle avait lancé cette phrase comme ça, plus pour elle que pour Liam. Elle ne voyait même pas la portée que ça pouvait avoir sur sa propre personne. Être humaine, ça voudrait dire ne plus passer à travers les choses, ne plus aider l'Opération. Ca voulait dire perdre sa famille, ses amis, ses collègues, quelque part sa vie sociale entière. Face à la détresse qu'elle pourrait ressentir si ça arrivait elle s'enquit d'en savoir plus. Leeloo arrêta de jouer avec son bracelet, preuve qu'elle reprenait peu à peu confiance :

- « Il te resterait quoi, à toi, si tu te réveillais mutant ? »

        Cette fois la question n'était pas innocente. Elle voulait comparer. Voir si elle avait au final plus de chose que lui, voir si elle le surpassait au moins quelque part, ce dont elle était persuadée. Elle avait brièvement réfléchit et non, Liam n'aurait plus rien s'il devenait mutant du jour au lendemain. Plus de travail autant dans la ville qu'au sein de l'équipe Bastet, pire il serait alors traqué puisque l'Opération le saurait automatiquement. Le chasseur chassé. Nul doute que Liam saurait leur échapper un temps, mais tout finit par se savoir, tant et si bien que parfois les gens parviennent à anticiper vos réactions.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Liam Winchester
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 7431
◊ Nombre de Messages RP : 481
◊ Age : 28
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 32 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Un Colt M1911A1 9mm, l'équipement de base d'un Agent Spécial Apocalypto


Informations

» Métier: Agent de l'équipe spéciale 'Bastet' - Policier (sous couverture)

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Jeu 11 Aoû - 19:07

     Il sentait bien qu'il la mettait mal à l'aise et un peu à la manière du professeur qui sait pertinemment que l'élève qu'il interroge n'a pas appris sa leçon, Liam s'en délectait. Il n'avait pas le droit de « s'occuper d'elle » ? Soit ! Il se réservait le droit de la harceler mentalement, ne manquant pas une occasion de lui faire comprendre que tant qu'il serait dans les environs, elle n'aurait pas une vie facile, puis de lui faire remarquer autant de fois que possible, qu'il se trouvait dans les parages. Dorian et les autres chercheurs avaient beau tenter de lui faire cesser ses petites séances de torture mentale, ils ne pouvaient que l'empêcher d'accéder à la chambre où séjournait Leeloo. Seulement il aurait été stupide d'agir de la sorte, il avait souvent besoin de la chercher pour des missions qui se déroulaient « en tandem », bien que le terme ne convenait pas à l'agent Bastet qui ne voyait la demoiselle que comme une arme et donc qui n'entrait pas dans les effectifs. Non, personne ne parviendrait à le faire cesser son comportement agaçant vis-à-vis de la pauvre jeune femme qu'était Leeloo, déjà que ses supérieurs ne parvenaient pas à le faire se comporter aimablement avec ses collègues, il ne fallait pas trop espérer. D'un autre côté, l'Opération était là pour permettre la destruction du gène mutant, qu'ils viennent présenter une mutante membre de l'Opération ne pouvait éveiller que des sentiments hostiles chez la plupart des agents d'Apocalypto. Excepté la majorité des chercheurs qui faisaient tout différemment bien entendu.

     La voix de Leeloo exprima le fait qu'elle avait visiblement plutôt mal pris sa remarque, est-ce que les animaux pouvaient se sentir vexés ? Certains disaient que non, Liam était du même avis et le fait d'avoir blessé le cobaye #53 ne faisait que l'amuser davantage. Sa dernière réplique agaça légèrement l'agent Winchester, bien qu'elle l'amusa tout autant lorsqu'il vit que la jeune femme baissa les yeux comme si elle craignait qu'il ne se mette en colère après avoir entendu ça. Il sourit intérieurement, se contentant de lui offrir un visage qui se voulait quelque peu offensé, c'était loin d'être le cas, mais il espérait que cela mettrait la demoiselle mal à l'aise et lui ferait fermer sa bouche à la prochaine réplique du genre. Quelques mots se glissèrent hors de ses lèvres comme s'il voulait ajouter à son malêtre.

     « Je suis antipathique, mais moi je suis humain. »

     C'était bas de l'attaquer sur ce détail, mais aussi naïve qu'elle soit, la jeune fille devait se douter qu'elle n'était pas forcément le genre de personne à qui l'on avait envie de parler. Beaucoup des agents de l'Opération n'aimaient pas l'idée de discuter avec une mutante, l'évitant comme si son gène mutant était aussi contagieux qu'un rhume. La jeune femme confirma le fait que seuls les chercheurs étaient là pour elle, il fut amusé de constater qu'elle ne parla pas de Dorian et ne manqua pas de le souligner.

     « Amusant de voir que tu ne penses pas à Dorian. »

     Elle jouait avec son bracelet comme si cela la gênait visiblement, à moins qu'elle ne soit trop gênée pour oser le regarder en face et cherchait à occuper son attention par ce biais. Il resta silencieux, laissant glisser sournoisement ses quelques mots. Dorian avait toujours été très présent pour elle, certainement qu'il devait être le seul agent Bastet à accepter de la considérer autrement que comme une chose ou une arme. La peluche qu'il avait tendue à Liam en lui demandant de l'offrir à la jeune femme, lui revint à l'esprit. L'agent Winchester ne pouvait pas comprendre qu'un homme aussi intelligent et doué que l'agent Whitewood puisse perdre son temps et son argent à acheter des cadeaux pour une mutante. La voix de Leeloo le tira de ses pensées alors qu'elle avançait le fait qu'un homme s'était couché humain pour se lever mutant et prétexta quelque chose qu'un chercheur aurait raconté. Liam la regarda en silence au moment où elle lui demande ce qu'il ferait s'il se réveillait mutant. La bonne blague, il n'hésita pas une seule seconde avant de répondre.

     « C'est des conneries. Clair, net et sans réponse possible. Tu sauras que les journaux racontent pas mal de conneries puisqu'ils parlent extraterrestres qui finalement ne sont que des avions de l'armée. Ton prétendu humain devait sûrement n'être qu'un non recensé et il s'est fait chopper par les contrôleurs du coup il a inventé cette connerie. Brève pause. Oublie tes illusions, ton gène ce n'est pas une maladie, les chercheurs ont beau prétendre le contraire, c'est une tare comme les gens naissent crétins ou dénué d'humour, tu nais comme ça, tu meurs comme ça, tu ne deviens pas mutant et tu ne deviens pas humain. Désolé de te l'annoncer, mais tu es condamnée à rester mutante jusqu'à ce qu'on puisse te régler ton compte. »

     Liam savait bien qu'il poussait le bouchon trop loin pour le coup, Leeloo n'avait pas besoin de connaître son avis sur la question, mais il ne résistait pas à l'envie de le glisser. Après tout elle lui avait demandé son avis non ? Il resta un moment silencieux, même s'il s'était déclaré « désolé » de devoir lui dire cela, en réalité c'était tout le contraire, même s'il doutait que Leeloo n'allait pas le croire et privilégier les conneries des chercheurs. On disait que l'amour rendait aveugle, visiblement c'était tout à fait vrai. Il décida toutefois de jouer dans son jeu, voyant encore une fois l'occasion de tourner tout cela à son avantage et de la mettre mal à l'aise en lui répondant clairement.

     « Si je devenais mutant je peux t'assurer que j'en profiterais pour me débarrasser de tous mes collègues porteurs du gène, quel meilleur moyen pour les démolir que de se faire passer pour quelqu'un de leur côté ? »

     Le pire, c'est qu'il en serait parfaitement capable. En y songeant, il n'avait déjà pas grand-chose dans sa vie à ce jour, Liam avait toujours préféré se débrouiller seul, s'isoler des autres et ne rien devoir à personne. La seule différence, c'était que lui avait cherché ce mode de vie, Leeloo était totalement seule, mais la différence étant qu'elle de son côté, elle subissait cela. Sans se départir de son côté arrogant et hostile, il s'adressa une dernière fois à elle.

     « Et toi, si tu devenais humaine, tu n'aurais plus rien, les chercheurs n'auraient plus aucun intérêt pour toi et tu te retrouverais seule. Finalement, t'es utile uniquement à cause de tes pouvoirs. »

SIGNATURE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Leeloo S. Littleton
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 19
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 24
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 25 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Blocage des pouvoirs et Intangibilité


Informations

» Métier: Aucun

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Sam 13 Aoû - 0:40

        Humain, au final ce n'était qu'une histoire de gène. Ainsi si l'on parvenait à rendre un tournesol résistant à un champignon où à faire pousser une troisième ailes sur une mouche il est très probable qu'un jour on puisse rendre le gène humain résistant à la mutation et donc éradiquer ce qui ne pouvait actuellement plus porter le nom d'épidémie. Elle ne put qu'acquiescer brièvement lorsqu'il parla de tare et non de maladie. Toutefois elle restait persuadée qu'il se trompait : un crétin pouvait s'instruire, ça la peinait de le reconnaître mais elle se servit d'elle-même en guise d'exemple. Quand bien même Liam était antipathique - il se plaisait à le revendiquer - il pouvait changer, ce n'était qu'un trait de caractère, comme la mutation dans un gène, rien qu'une facette. L'apparence est à la connaissance d'autrui ce que la carte d'identité est à la personne : rien. Ce que l'on dégage, ce qu'on ressent, on peut le changer et les gens peuvent provoquer ce même changement. Loin de Leeloo l'idée de changé Liam dans son ensemble, elle souhaitait seulement qu'il arrête de se comporter de cette façon et si ce n'était pas avec elle, la demoiselle ne demandait qu'à se sacrifier pour qu'il soit agréable avec les autres. Mais chez l'Agent la notion du sacrifice était bien différente puisqu'il ne jurait que l'arme au poing.
Leeloo n'oubliait jamais Dorian. Elle ne pensait peut-être pas à lui tout le temps - qui le peut ? - mais il ne la quittait jamais vraiment. Il n'y avait qu'à regarder un minimum la pièce pour s'en rendre compte, 90% des objets elles ne se les étaient pas achetés et ne savait même pas où se les procurer. C'était sa collection. Alors que Liam vienne lui dire qu'elle n'y pensait pas, c'était insensé. Elle ne releva pas. A quoi bon ? Dorian n'était pas un chercheur, il n'était pas non plus un agent. Dorian c'était avant tout une personne, et les personnes ça manquaient cruellement à la jeune Littleton, les vraies personnes. C'était sûrement ça qui lui plaisait tant dehors, dehors tout le monde est plus ou moins pareil, humains, mutants, on n'en savait rien et dans un sens ça rendait les déplacements encore plus excitants. Cependant, dans cet aspect angélique, se cachait le démon, chaque personne dont on ignorait le gène pouvait être potentiellement dangereuse. Qui, en tant que mutant, était à l'abri d'une fuite de pouvoir ? Fuite de pouvoir, à savoir un dérèglement, comme elle lorsqu'elle était devenue incapable de bouger sans passer à travers tous les meubles. Voilà ce qui guettait le monde : une suite d'accidents. La remarque de son collègue la fit réalisé quelque chose, ça se sentait à son regard qui s'était nettement fixé pour rien dans l'une des rainure du carrelage:

- « Si je devenais humaine, je serais humain. J'aurais beau être stupide, sans humour et antipathique : je serais humain et à t'entendre c'est la meilleure situation au monde, du moins préférable à celle d'un mutant. Si je reste en possession de ma mutation, je ne serais peut-être pas humaine mais j'aurais une utilité non négligeable. Je suis l'une des seules personnes pour qui on a décidé de mon gène, je suis utile car je suis là pour ça. Alors non, je ne serais peut-être jamais humaine. Mais au final que je sois humaine ou mutante, je suis gagnante. Je ne suis utile que pour mes pouvoirs, tu n'es utiles que parce que tu n'en as pas. La vie est bien faite. »

        Il n'y avait aucun intérêt dans sa voix, uniquement une profonde détermination, on avait l'impression qu'elle récitait une leçon. Non pas car elle l'avait appris mais car ça lui était venu comme une évidence, Liam lui avait ouvert les yeux. Elle constatait la situation, voilà tout. Echanger sa place avec un humain elle ne le ferait peut-être jamais, elle s'était parfois mise à s'imaginer humaine, sans pouvoir, sans rien. Et elle n'en gardait pas une bonne impression. Quoiqu'il arrive elle était favorisée alors pourquoi troquer quelque chose contre une autre si ça pouvait faire sauter tout ce beau petit monde ? Sa dernière phrase "La vie est bien faite" lui avait arraché un sourire qui se voulu presque soulagé, oui la vie était bien faite, il n'y avait donc aucune raison de s'en faire. Elle se replongea dans son occupation du moment : faire tourner son bracelet, toujours souriante, sereine, comme si rien ne pouvait désormais l'atteindre, elle qui était outrée quelques secondes plus tôt. Elle voulait sortir mais tenter de s'éclipser avec cette chose au poignet était plutôt risqué en présence de Liam, elle le savait, quitte à subir un châtiment quelconque autant que ça ne soit pas lui qui le fasse. Elle ne cessait de se répéter que la visite de l'Agent n'était pas désintéressée, pourtant elle ne voyait pas où il voulait en venir. Il y avait-il une mission ? N'importe quoi ferait l'affaire, pourvu qu'elle ne reste pas seule avec lui trop longtemps. D'habitude Leeloo serait restée muette et aurait attendu que Liam s'en aille de lui-même, lassé de ses propres pointes, mais aujourd'hui n'était pas comme tous les autres jours, aujourd'hui Liam traînait les pieds et jouait sur la lenteur. Alors elle prit la parole, pour sûr elle parlait beaucoup, enfin... Disons que pour aujourd'hui elle parlait beaucoup à Liam :

- « Je participe à la destruction du gène. Je fais exactement ce que tu ferais si tu étais à ma place et pourtant... elle hésita une fraction de seconde, pourtant j'ai l'impression de ne pas t'être utile. Si tu passais plus de temps à m'utiliser plutôt qu'à perdre ton temps à discuter avec moi, peut-être que nous irions beaucoup plus vite. Tu as la chance d'avoir de ton côté un élément qui fait strictement ce que toi tu ferais et tu n'en profites pas. »

        Elle s'arrêta un instant. Elle n'était pas entièrement consciente de tout ce que ces paroles voulaient dire, Leeloo avait dit ça comme ça, parce que ça lui passait par la tête. Elle n'avait pas pris la peine de tourner sept fois la langue dans sa bouche, pas besoin. Depuis le début elle n'avait pas regardé à nouveau Liam, fuyant encore et toujours ce regard qui la faisait se sentir si mal. Cependant à fuir de la sorte elle ne se rendait pas service pour autant :

- « Pourquoi, fit-elle en aparté avant de relever la tête en sa direction. J'ai fait ça toute ma vie, Liam. »

        Pourquoi l'Agent se refusait-il à l'emmener en mission ? Pourquoi faisait-il durer aussi longtemps ce dialogue où elle finirait évidement perdante ? Liam était plus intelligent, plus cultivé, plus mature, plus fort, plus sérieux, plus professionnel... Qu'importait ce qu'il était car il l'était sûrement plus qu'elle alors à quoi bon lutter à essayer d'argumenter une cause perdue. Il n'y avait que Dorian qui la mettait au même niveau que les autres, il voyait quand elle se sentait pas bien et s'en inquiétait, les autres mettaient ça sur le compte des examens, de la mission passée. Ce qui inquiétait Dorian ce n'était pas le cobaye #53, c'était Leeloo. Et rien que cette différence suffisait à opposer Liam et son supérieur. La demoiselle voulait sortir, c'était devenu une obsession... Ca s'était d'ailleurs remarqué au nombre de sortie ces derniers mois, comme elle se l'était juré "Le tour du monde en un an" pourquoi se précipitait-elle alors qu'elle avait tout son temps à présent ? Elle savait déjà qu'il ne fallait plus croire les journaux "Les journaux ce sont des conneries", voilà ce qu'elle répondrait si on lui posait la question. Leeloo voyait en Liam une sorte de modèle de liberté, son inimitié envers elle la confortait dans l'idée qu'il avait dû avoir une vie peu facile et prenait en considération la moindre de ses remarques. Si Liam disait que la glace au chocolat c'était à gerber alors il y avait de grande chance pour que la jeune femme essaie la glace au chocolat pour se faire une idée. Là il s'était passé l'inverse, elle avait testé le journal et Liam avait dit que le journal c'était n'importe quoi : soit, elle ne lirait plus le journal, il est inutile d'apprendre des "conneries".

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Liam Winchester
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 7431
◊ Nombre de Messages RP : 481
◊ Age : 28
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 32 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Un Colt M1911A1 9mm, l'équipement de base d'un Agent Spécial Apocalypto


Informations

» Métier: Agent de l'équipe spéciale 'Bastet' - Policier (sous couverture)

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Lun 15 Aoû - 13:26

     Leeloo avait une attitude de jeune chiot pris en faute, Liam avait souvent remarqué cela : les animaux avaient une fâcheuse tendance à fuir le regard des humains lorsqu'ils savaient qu'ils avaient fait quelque chose qui n'était pas autorisé. La jeune mutante répondait d'une manière plutôt... Effrontée – si l'on puis présenter les choses ainsi – à l'agent Bastet, peut-être qu'elle savait que ce n'était pas vraiment conseillé et que ça risquait de lui retomber dessus ? Allez savoir, en tous les cas l'agent Winchester n'était pas décidé à la laisser s'en tirer aussi aisément de son côté, elle ressentait une pointe de malaise ? Soit, il allait faire son possible pour accentuer le tout, un peu comme le médecin qui appuyait sur la blessure en demande « est-ce que ça fait mal ? ». Elle avait toutefois bien répliqué, même si Liam n'avait aucune amitié, aucun respect ou même aucun sentiment autre que la haine pour elle, il devait admettre qu'elle était capable de fournir des réponses plutôt « potables » en songeant qu'elle avait la maturité d'une gamine – pour beaucoup de points – et qu'elle était particulièrement naïve dans beaucoup de domaines. La nature était bien faite, pas forcément, l'agent Bastet ne ratait jamais une occasion de la mettre encore plus mal à l'aise, bien souvent les simples ajouts de mots suffisaient largement, il s'autorisa donc le luxe d'agrémenter sa dernière réplique de quelques mots de son cru.

     ▬ Si elle était bien faite, nous n'aurions pas besoin de toi et je ne serais pas là. »

     Après tout, si la nature avait été bien faite, les mutants n'existeraient pas et le policier serait encore dans la police ou dans une autre unité et non là à perdre son temps avec les mutants. Mais visiblement quelque chose en avait décidé autrement, il y avait bien ces illuminés qui prétendaient que c'était Dieu ou Dame Nature elle-même qui aurait fait le choix de faire naître les premiers mutants pour punir la race humaine de son égoïsme et de son racisme envers les autres. Déjà, Liam ne croyait pas en dieu ou en une quelconque force supérieure, trop cartésien et trop pragmatique qu'il était, ce genre de croyances n'était ciblé que pour les personnes qu'il disait « faibles ». Puis de toute manière, l'agent Winchester savait bien que plusieurs mutants - comme le présumé chef des hostiles - étaient nés depuis bien plus longtemps que ce que l'on pouvait imaginer, à une époque si reculée que le racisme n'existait pas encore. À ceux qui prétendaient qu'il avait toujours existé, Liam leur demandait simplement des preuves. Oui, il était de ce style, les personnes qui ne croyaient que ce qu'elles voyaient, ce qui n'était pas vraiment surprenant lorsqu'on le connaissait assez. Au final, même si les mutants avaient été créés pour permettre aux humains de ne plus être racistes, leur créateur avait bien foiré son coup, parce que jamais le racisme n'avait été plus fort qu'à ce jour. Allez savoir, c'était peut-être des victimes du racisme qui avaient cherché une solution pour que d'autres subissent leur sort, après tout, l'homophobie et l'antisémitisme avaient beaucoup diminuées depuis l'arrivée des mutants. Liam se fichait pas mal de toutes ces conneries, à ses yeux l'essentiel c'était surtout que les mutants devaient être exterminés parce qu'ils n'avaient pas leur place sur Terre, un peu comme les dinosaures à leur époque. Si puissants et pourtant ils n'existaient plus. Les humains ne se laisseraient pas avoir aussi facilement.

     Les pensées de Liam étaient passées en un instant, un pêle-mêle d'informations pas franchement utiles, ça l'emmerdait d'avoir l'esprit envahit par ce genre de conneries et pour une fois, le cobaye #53 parla au bon moment pour le tirer de ses pensées. Il ne la quittait pas des yeux alors qu'elle cherchait encore une autre source d'inspiration, expliquant qu'elle travaillait comme lui à la destruction du gène avant d'avancer le fait qu'elle ne se sentait pas utile pour autant. Il aurait encore été tenté de sourire si cela avait été dans ses habitudes, voilà qu'elle réclamait et protestait - à sa manière, tout est relatif - parce qu'il parlait avec elle ! Habituellement il la traitait comme un objet et les chercheurs s'en plaignaient, il faudrait se mettre d'accord ! Parler avec lui n'était pas vraiment une partie de plaisir il en était conscient cela dit, c'était justement ce qui l'amusait, faire ce qu'on lui demandait et qu'au final, ce soit plus embêtant pour les protestataires que s'il ne l'avait pas fait. Une légère pause après, puis elle ajouta une petite phrase qui déclencha un léger haussement d'épaules chez son interlocuteur. Il laissa passer un bref instant de silence, comme s'il se donnait le temps de la réflexion, avant de répliquer.

     ▬ Je ne fais que ce que l'on m'a dit. Tu vois, tes copains chercheurs disent que je me sers de toi comme d'un objet et que j'ai même plus d'affection pour les armes que pour ta personne. Ils m'ont dit que je devais apprendre à faire connaissance avec toi. Il parcourut les environs du regard, un simple coup d'œil suffisait à voir le peu d'objets présents. Je suis discipliné, je viens faire connaissance et discuter avec toi au lieu de te considérer comme une arme. Si tu veux en revenir à l'ancien système, t'as juste à le dire aux chercheurs et je le ferai avec plaisir. Un excellent moyen pour avoir une excuse valable pour la traiter comme de la merde, si la concernée demandait en personne à ce qu'il joue à nouveau les insensibles. Souvent être ignoré par quelqu'un était plus agréable que si l'autre s'intéressait à nous. Surtout lorsque l'autre s'appelait Liam Winchester. Je t'ai toujours utilisée parce qu'on m'y a obligé, mais je n'aime pas dépendre d'une autre personne, ce n'est pas pour rien que je n'ai jamais de coéquipier, ou si rarement. Lorsque le collègue en question est un mutant, j'ai encore moins confiance, mais ça, tu le sais bien. Il soupira légèrement. Tu ne sors pas aujourd'hui, j'attends simplement Kailee qui est en retard pour changer, toi tu vas rester là avec des peluches. Le coup du bracelet c'était juste pour lui faire un faux espoir au final. T'es en train de me dire que c'est une chance pour moi que tu sois là ? Tu imagines que sans ta présence, l'Opération n'arriverait pas aussi facilement à capturer des mutants ? »

     Histoire de la mettre encore plus mal à l'aise, l'agent s'approcha légèrement d'elle. Leeloo n'avait jamais été entraînée à savoir comment mettre les gens dans l'embarras, pendant son internat de flic, Liam lui avait eu des cours pour apprendre ce genre de comportements. Inutile de préciser qu'il y brillait tout particulièrement vu son caractère naturel. Leeloo c'était du menu fretin, lorsqu'il était au poste de police où il avait bossé à sa sortie de l'école, ils avaient eu affaire à des chefs de gang et l'agent s'était entraîné sur pas mal de gars plus coriaces que la malheureuse demoiselle. Il ajouta quelques mots d'un ton clairement arrogant et qui suintait le mépris.

     ▬ J'arrêtais des gens avec juste une arme bien avant que tu ne naisses ma chère, sache que je pourrais très bien me passer de toi et de tous les systèmes inventés par tes copains chercheurs si cela ne tenait qu'à moi. »

     C'était assez vantard, il avait appris à interpeller des suspects simplement avec une arme – qu'il n'avait généralement jamais le droit d'utiliser cela dit – et il était vrai que les équipements des chercheurs, bien qu'ils lui facilitaient la tâche, pouvaient être aisément mis de côté. Étant donné qu'il considérait la jeune femme comme un objet, il était bien sûr évident que l'agent Winchester n'aurait aucune peine à la mettre de côté. Bien sûr, c'était surtout pour la provoquer et la mettre mal à l'aise, dans l'intérêt de la jeune fille, il aurait mieux valu que l'agent Kerry se presse d'arriver.

SIGNATURE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Leeloo S. Littleton
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 19
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 24
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 25 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Blocage des pouvoirs et Intangibilité


Informations

» Métier: Aucun

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Mar 16 Aoû - 11:53

        En fin de compte ce n'était peut-être pas seulement Liam qui la faisait tressaillir. Il y avait aussi de cette fatalité, celle qui s'immisçait quand vous aviez tort quoique vous fassiez. Oui c'était sûrement ça. A quoi bon. Elle écouta en silence les réponses de son collègue qui démolirent une à une ses remarques qui étaient sans aucun doute sans fondement et à peine développées. Liam avait eu une éducation, il faisait son métier depuis bien avant sa propre naissance, il avait raison. Raison sur tout et par conséquent elle avait faux sur tout autant. Ce constat l'attrista. Liam avait raison, ça devrait l'enjouée, il y avait au moins une personne sur cette Terre qui disait des choses vraisemblables, mais non, au lieu de ça elle était éperdument atterrée de se rendre compte qu'elle n'était en fait qu'une simple personne. Non. Du point de vue de Liam elle était moins que ça encore, elle était mutante, et parce qu'elle était de son côté il la considérait comme une arme, elle aurait dû se sentir plutôt flattée : tout le monde n'est pas nommée comme était l'arme d'un homme. Devait-elle s'excuser de vivre ? Certainement pas, elle était convaincue de son utilité, du moins jusqu'à ce que d'autres armes la remplace. Leeloo se savait éphémère, elle savait qu'un jour tout ça s'arrêterait et le redoutait plus que tout. Son cœur se serra. Ce que l'Agent disait était inexacte, pas faux, inexacte. Il ne faisait que prendre quelques années d'avance : oui cobaye #53 d'ici quelques années tu seras à la rue. Elle ne voulait pas finir comme ça, pas comme une de ces personnes, pas comme un de ces mutants en cavale, elle ne s'allierait jamais avec eux, ils avaient fait trop de mal. Dans un certain sens, sans eux sa situation ne serait pas la même, d'ailleurs elle ne serait certainement pas née. Liam avait tout bon, sans les mutants elle n'existerait pas et lui ne servirait à rien. Elle devait faire un choix, qu'était-il le plus enviable ? Ne pas exister ou ne pas être utilisé ? Loin de dédramatiser la situation, ce dilemme la plongea un peu plus dans la tourmente.
Tel un compte à rebours, les mots de Liam avait sonné le glas de son existence. Elle venait de se rendre pleinement compte que quoiqu'il arrive elle disparaîtrait et pas lui. Quoi de plus angoissant que de se dire que les autres sont éternels ? Depuis la deuxième tirade de Liam, Leeloo s'était arrêtée net. Elle était calme, impassible, figée, cependant elle ne semblait pas absente, elle semblait vide, tout simplement. Pour quelqu'un qui ne la connaît pas il aurait pu dire qu'elle était insensible, sans âme, Liam, lui, devait bien se douter qu'il en était tout autre. Non, elle tentait de réfléchir, pesait le pour et le contre et du pire choisissait le moindre, parfois ce n'était pas possible et ce parfois venait justement d'arriver. Ne plus exister ou ne plus être utilisée, il semblerait que pour elle l'un et l'autre soient synonymes. Si elle n'était plus utilisée alors elle n'existait plus aux yeux de personne, retourner le problème dans l'autre sans était absurde, si elle n'existait plus et bien elle n'existait plus - je l'avais dit que c'était absurde.

        Paniquée comme elle l'était, elle ne remarqua pas la faille dans la discours de Liam, pour cause même si elle avait été saine d'esprit il n'était pas dit qu'elle l'aurait soulignée. Oui, Liam arrêtait des gens, pas des mutants. Il y avait d'énormes différences, ce n'était pas lui qui s'était fait incendié le bras, ce n'était pas lui qu'on envoyait toujours en premier. Alors qu'il arrête des gens avec une arme classique, passe encore c'était normal après tout, mais qu'il arrête des mutants avec une arme lambda... Il lui faudrait une bonne dose de chance pour que celui d'en face ait le pouvoir de respirer sous l'eau. Leeloo était l'un de ces mutants dont on avait besoin, l'un des seuls. Seul mutant utile contre un humain surentraîné ? Tout le monde peut s'entraîner, personne ne choisit ses pouvoirs où son lieu de naissance. Alors à deux contre un elle aurait sûrement pu se relever des méprises de son collègue. Mais non, tout ça lui passa au-dessus, son cerveau faisait barrage. Depuis l'arrivée de Liam on pouvait dire qu'elle était un peu déboussolé de ne pas le voir changer. Elle ne comprenait pas. Elle s'insulta intérieurement : "Tu ne comprends rien ma pauvre" oui il y avait un peu de ça. Ce qu'elle aurait dû comprendre c'était que la visite de Liam était désintéressée, ce qu'elle aurait dû comprendre c'est que Liam était peut-être en train de changer et sinon vers le mieux au moins c'était différente d'avant. Et elle, seule idiote de la pièce, l'avait envoyée dans les roses sous prétexte qu'elle pensait avoir mis la main sur une trouvaille intellectuelle visait à démontrer que l'Agent n'était pas là pour rien. Pour honnête, elle tombait de haut :

- « Bien. »

        Ce fût tout. Ce "bien" presque trop simple, presque désobligeant de simplicité, ce fût tout ce qui sorti de sa bouche à l'intention de Liam. Elle n'avait rien à dire, elle ne trouvait rien à répliquer et même si elle avait trouver de quoi faire elle ne l'aurait pas dit. Son collègue savait y faire, elle ne se rendait pas compte il avait juste retournée la situation, c'était sûrement ça aussi l'entraînement : ne pas montrer qu'on s'est entraîné. Aujourd'hui Liam ne l'emmenait pas, elle était déçue, certes, mais elle savait aussi qu'elle n'avait plus besoin de lui ou de quiconque pour sortir. Elle n'aurait pas de mission mais elle serait libre l'espace de quelques heures et ça lui suffisait. Dès que l'Agent sortirait elle ferait de même. Pas juste derrière lui, ç'aurait été le provoquer, mais quelques minutes plus tard, assez pour qu'il ne la voit pas sortir mais rentre avant elle afin de voir qu'elle était sortie. Voulait-elle lui donner tort ? Peut-être bien. Lui donner tort sur la seule chose sur laquelle il pouvait avoir tort : ce qu'elle ferait dans les cinq minutes à venir. Aussi doué soit-il Liam ne pouvait pas le prévoir. Quand bien même il le devinerait, il ne saurait pas ce qu'elle y ferait et cette notion de liberté lui suffisait à ne pas souffrir du fait que "Tu ne sors pas aujourd'hui". C'était si arbitraire, aujourd'hui elle s'en rendait compte, c'était sans aucun doute pour ça qu'elle sortait souvent. Elle profitait. Liam et Leeloo étaient le genre de personne qu'affectionnait les chercheurs et les entreprises : ils ne savaient pas si leur présence allait leur rapporter quoique ce soit à la base mais ils savaient qu'ils ne devaient pas travailler pour la concurrence.

        Il était clair que si les pouvoirs de Leeloo n'avaient pas été satisfaisants elle aurait fini la à poubelle - d'une façon plus ou moins nuancée d'ailleurs. Elle ne se rendait pas compte de son existence, à quoi peut-on penser lorsqu'on sait que l'on a aucun parent ? Peut-être qu'elle en avait, peut-être que la semence utilisée appartenait à des gens encore vivant, peut-être qu'on l'avait aussi créé de toute pièce. Elle n'en savait rien. On ne lui avait rien dit à ce sujet, pour cause elle n'avait jamais posé la question et ne se l'était jamais posé avant de sortir. Elle s'était simplement arrêté lorsqu'elle avait vu des tonnes d'enfants courir en sortant d'un établissement : en fasse des tonnes et des tonnes d'adultes. Elle avait presque eu du mal à réaliser que leur rôle était parental. Sur le coup ça ne l'avait pas plus choquée que ça, chacun naissait à sa façon, elle n'avait pas de parents et n'était certainement pas la seule. Elle s'imaginait qu'aujourd'hui beaucoup étaient dans son cas. A cause ou grâce à ça, elle n'avait pas besoin d'aller ailleurs, pas besoin d'habiter autre part, pas besoin d'autres relations que celles qu'elle possédaient déjà. Elle restait néanmoins ouverte, peut-être un peu trop, Liam avait raison, elle avait l'air un peu pommée quand elle était dans la rue et ça aurait pu lui attirer des ennuis, elle ferait attention. Aujourd'hui, lorsqu'elle sortirait, elle tenterait de faire la fille sérieuse et confiante. Ca risquait d'être amusant, ironiquement parlant.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Liam Winchester
۞ Fondateur - Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 7431
◊ Nombre de Messages RP : 481
◊ Age : 28
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 32 Ans
◊ Pouvoirs / Armes : Un Colt M1911A1 9mm, l'équipement de base d'un Agent Spécial Apocalypto


Informations

» Métier: Agent de l'équipe spéciale 'Bastet' - Policier (sous couverture)

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Mer 17 Aoû - 14:38

     Elle était complètement larguée, ça se voyait clairement dans son regard, sa manière d'avoir l'air absente, totalement à côté de la plaque. C'était justement ça, ce que l'agent avait souligné au début de leur conversation, avec son air de gamine paumée elle attirait les mauvaises personnes. Est-ce que cela signifiait que lui-même était quelqu'un de mauvais sachant qu'il se sentait amusé et supérieur face à elle ? Peut-être bien, allez savoir, la différence entre l'agent Winchester et les autres connards, c'était que l'Américain s'assumait totalement. À la question « est-ce que vous êtes un connard ? » il répondait « oui » sans hésiter. Certains disaient que de s'assumer et d'être pleinement conscient que l'on était détesté par tout le monde minimisait les choses. C'était peut-être vrai, mais pour tout dire lui s'en contrefichait, il n'agissait pas pour avoir l'approbation des autres, il ne cherchait pas à avoir des amis, à plaire aux supérieurs. Non, Liam était là pour faire son travail et de temps en temps l'agent Bastet s'accordait des petits plaisirs en allant narguer et prendre de haut les plus faibles. Quelques fois c'était les chasseurs, quelques fois la malheureuse Leeloo. Elle en devenait lassante certains jours, comme actuellement pour tout dire. Son air de chien battu laissait place à un vide totalement, donnant l'impression que c'était le vide intersidéral dans sa tête. Elle n'était pas idiote, pas ignare non plus, simplement trop étrange. L'agent aimait bien que ses « victimes » répliquent, qu'elles se défendent, cela ne rendait que le tout plus délectable. Quel bonheur et quel plaisir y avait-il à emmerder quelqu'un qui ne réagissait pas ? Sans le savoir, la jeune femme agissait exactement comme il le fallait pour être laissée en paix par le Bastet.

     L'agent Winchester ne répliqua pas à sa brève réponse, que voulez-vous donc répondre à un simple « bien » ? Elle avait réussi – certainement sans le vouloir – à lui clouer le bec, il n'allait pas s'amuser à la noyer sous les critiques et les reproches alors qu'elle ne disait rien pour le lancer non ? Un bref soupir de lassitude, décidément cette sale gosse allait même lui ôter son petit plaisir. Peut-être bien que Kailee était arrivée et qu'il pourrait prendre congé ? Leeloo ne l'amusait plus, comme un chat lassé par sa proie qui ne se défendait plus, le trentenaire commençait à s'ennuyer. Le divertissement qu'il était venu chercher ici n'était pas au rendez-vous, même s'il avait certainement réussi à lui faire enclencher les méninges pour qu'elle réfléchisse à tout ce qu'il venait de lui dire. Un peu bêtement, Liam se demanda si cette fois-ci elle trouverait une bonne raison de le détester. À force d'être toujours aussi gentille avec lui, des fois il en venait à se demander si elle n'était pas du genre à aimer tout le monde, pourtant les mutants n'arrivaient jamais à la corrompre. Peut-être bien qu'elle avait un côté maso et aimait se faire malmener, allez savoir. Après un bref instant, il lâcha quelques mots.

     ▬ J'allais le dire. »

     Une nouvelle fois le sentiment d'être venu jusqu'ici pour rien, décidément il ne ferait plus « d'efforts » pour elle vu la manière dont elle réagissait. Pourtant, au fond de lui l'agent était plutôt satisfait, pour lui avoir fait faire la grève des mots, c'était certainement qu'il devait avoir touché un point sensible. Est-ce que notre jolie petite cobaye avait des états d'âmes ? Visiblement oui. L'agent ne se laissa pas aller plus en avant dans ses pensées divertissantes puisque - alors qu'il dévisageait toujours Leeloo - son talkie-walkie accroché à la ceinture de son équipement, se mit à brailler. En quelques mots, Liam reconnut la voix si élégante et féminine de sa collègue Bastet, apparemment elle venait d'arriver.

     ▬ Liam ! Qu'est-ce que tu fous ? Je t'attends dans l'aile des Bastet, magne-toi de.... »

     Ils ne connaîtraient jamais le fin mot de l'histoire, instinctivement l'agent Winchester avait glissé sa main jusqu'à l'appareil histoire de couper le son pour ne pas entendre le lot de reproches que sa collègue allait lui faire. Les femmes, toutes les mêmes, à râler alors qu'il l'attendait depuis un bail, est-ce qu'elle allait encore lui reprocher d'avoir été discuter avec Leeloo au lieu de l'attendre sagement à la table de leur salle ? Qu'elle essaye donc, resté sur sa faim de prise de bec, il n'y avait pas le moindre doute sur le fait que la demoiselle allait récolté des répliques cinglantes si elle s'aventurait sur ce terrain là. Peu lui chalait que la mutante s'imagine qu'il était à la botte de Kailee, si cela lui faisait plaisir ma foi, il avait si peu d'estime pour elle qu'il se fichait pas mal de savoir ce qu'elle pouvait bien penser de lui. Pire que la haine, l'indifférence. Il n'y avait pas le moindre doute que l'agent Kerry n'allait pas croire une seule seconde que son collègue était allé taper la discute avec la mutante de leur équipe, il y avait autant de chances de voir cela que de voir la fin du monde. On en parlait, mais personne ne l'avait jamais vu. Sans quitter la mutant du regard, Liam lui adressa une dernière fois la parole.

     ▬ Tu as de la chance, je vais enfin te laisser tranquille comme ça tu pourras cogiter ton dico pour me sortir d'autres définitions la prochaine fois que je viendrai te rendre visite. Petite pique pour la faire réfléchir au fait qu'il ne comptait pas la laisser en paix. Enfin, sauf si tu préfères que j'évite de te revoir, dans ce cas faudra en avertir tes copains chercheurs. S'approchant de Leeloo, il lui attrapa le bras pour lui ôter son bracelet. Bien sûr, notre discussion restera entre nous. »

     Il n'avait pas peur qu'elle le « balance », mais disons que Dorian n'apprécierait que moyennement de savoir qu'il avait parlé de cela avec la jeune cobaye. Après, l'agent Whitewood devait très bien se douter qu'il n'était pas venu jusqu'ici simplement pour parler de la pluie et du beau temps. Terminant de lui ôter son bracelet, il se détourna d'elle pour se diriger vers la porte avant de poser sa main sur la reconnaissance digitale qui permettait de l'ouvrir. Si la jeune femme désirait sortir de l'enceinte de la base, il faudrait qu'elle en avertisse un agent, s'il lui avait laissé le bracelet elle aurait pu le faire sans devoir déranger qui que ce soit, excepté les contrôleurs évidemment. Tout pour l'emmerder. Sans lui accorder un dernier regard, l'agent Winchester sortit de la pièce pour ranger le bracelet sur son support à quelques dizaines de mètres de là, enclenchant la sécurité, puis décida enfin à rejoindre l'agent Kerry. Une bonne journée pour se prendre le bec à n'en pas douter !


Spoiler:
 

SIGNATURE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateurhttp://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Leeloo S. Littleton
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 19
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 24
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 25 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Blocage des pouvoirs et Intangibilité


Informations

» Métier: Aucun

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo Jeu 18 Aoû - 20:13

        Sauvée par le gong. Le talkie-walkie de Liam se mit à grésiller d'une voix incompréhensible. De la même façon, on ne comprenais jamais rien aux talkie-walkie des vigiles dans les grandes surfaces. A croire qu'un décodeur est implanté dans chaque possesseur de ces appareils grondant à chaque appel et dont les parasites n'avaient pas été éradiqués en plus d'un siècle d'existence. Elle ne comprit pas un traître mot de ce qui pouvait bien ce dire. Aucun. Pourtant Leeloo savait que cela sonnait l'arrêt de l'acharnement de son bourreau. Liam était un bourreau, un bourreau forcé, de ceux qui restent cachés derrière leur cagoule et qui ne s'assumeront jamais malgré leur cris de victoire lorsque la tête de leur victime était entre leurs mains. Oui, Liam était de ceux là et chaque négation de sa part ne faisait que confirmer cette inavouable vérité. L'Agent lui enleva ce bracelet inutile. N'avait-il pas été mis au courant ? Le bracelet n'était plus nécessaire, plus depuis son opération au niveau de sa cheville. Dorian ne lui avait rien dit ? C'était étrange. Peut-être que Liam aimait les choses inutiles, un peu comme le bourreau qui affûte sa lame - à quoi bon puisqu'un ou deux coups ne changent aucunement la finalité de l'action. Elle acquiesça. Le dénoncer aurait été tout aussi futile que le bracelet, le dénoncer de quoi ? De lui parler ? Beaucoup lui disait de ne pas se laisser faire par Liam, beaucoup lui disait mais personne n'osait le prendre réellement à parti. Si personne n'osait alors pourquoi Leeloo en aurait-elle le courage ? Liam... Cet individu à part, tantôt seul, tantôt mal accompagné - selon lui. Il avait raison - encore une fois - un coéquipier pour lui était plus un fardeau qu'autre chose, nul doute qu'il aurait été capable de dire que son arme de poing était un handicap juste pour lui donner tort mais qu'importait vraiment. Toute cette inutilité la frappa. Liam était sorti, elle était restée immobile un instant, à se rappeler le jour de l'opération, cette seconde puce, cette chose qu'elle imaginait comme une plaque de fer dans sa cheville et qui en réalité n'était qu'un infime circuit imprimé pourvu d'un émetteur/receveur.
        Elle mit les deux pieds sur son lit, presque en tailleur elle releva son pantalon à demi hauteur du côté droit. Il n'y avait qu'un trace infime, sur le coup elle se demanda comment ils avaient pu faire passer une plaque en métal reliée à une centrale électrique dans une si petite parcelle de son corps. Idée stupide, elle le savait. Il n'y avait que deux points, peut-être trois, difficile à dire vu de dessus. Voilà pourquoi le bracelet ne servait à rien. Elle resta à s'observer le pied un moment. La jeune Littleton ne prenait pas souvent le temps de regarder autre chose que son visage dans la glace pour se maquiller, on pouvait dire que ce pied était une nouvelle découverte. Ses yeux s'arrêtèrent sur ses mains. Des mains abimées mais des mains utiles. Leeloo se leva, le temps était venu.

        Elle s'approcha de son armoire comme s'il s'agissait d'une caverne, ouvrant les porte dans un élan de magie qu'elle était la seule à comprendre. Elle se voyait déjà dans la ville, faisant la fière, tentant d'abandonné sa propre nature : l'air perdu. Qu'y avait-il de mal à paraître un peu ailleurs ? Ca ne faisait qu'une excuse de plus pour dire pardon à un lampadaire, ça ne faisait de mal à personne, à part à soi-même. Et les crétins dans tout ça ? Eh bien, s'ils étaient si idiots ils ne verraient certainement pas qu'elle jouait la comédie, pas plus qu'ils ne pourraient saisir la profondeur d'une balade à l'air libre. Liam, tu as raison, Leeloo attire les crétins et les opposés s'attirent. Masochiste ? Non, dans son monde elle était Dieu. Non, elle n'était pas Dieu. Elle se refusait à prendre la place d'un être si ignoble. A la télévision on se battait pour Dieu, on priait pour Dieu, ou quémandait Dieu. Elle se refusait à être aussi sadique et sourde. Dans son monde elle serait Leeloo et c'était déjà pas mal. Les vêtements retenus par la porte n'eurent pas le temps de rester fixe qu'ils se retrouvaient balloter dans l'autre sens. La jeune femme n'avait pas une garde-robe extraordinaire, néanmoins elle aimait choisir. Avoir le choix c'est toujours important. Aujourd'hui il fût vite fait. Une veste, des chaussures, la voilà devant la porte à reconnaissance digitale. Elle ne pouvait pas sortir seule, c'était un fait, mais elle pouvait être seule dehors et ça lui suffisait amplement.
Le poing fermé, la phalange de son majeur tapota lentement contre la porte. On lui répondit après quelques secondes, il faut dire qu'elle n'était pas difficile à surveiller alors dès qu'elle bougeait plus que d'habitude les responsables étaient prêts. Il lui fallait prévenir de ses sorties. Une équipe spécialement dédiée n'agit que si l'on a besoin d'elle, aussi fallait-il le temps de les prévenir que la raison de leur travail s'en allait. Cinq, dix, peut-être quinze minutes plus tard, la porte s'ouvrit. Elle se fit très digne, malgré qu'elle puisse sortir sans vraiment le prévoir un jour à l'avance elle avait toujours cette ivresse qui s'emparait d'elle quand elle mettait un pied dehors. Le plus merveilleux c'est qu'elle n'avait pas besoin d'une raison pour faire ce qu'elle faisait actuellement. Elle voulait sortir ? Soit, elle sortait, accompagnée à la manière un convoi exceptionnel. Pour une fois Leeloo avait la nette impression d'avoir la main. La balle était dans son camp, si elle ne voulait pas sortir elle s'imaginait ces gens à ne rien faire, dès qu'elle sortait elle les imaginait sauter dans leur chaussures sourire aux lèvres. Elle y croyait, certains diraient que l'important c'est d'y croire si ça vous permet de rester la tête hors de l'eau.

        "Le cobaye 53 sort", hier encore cette phrase n'aurait eu aucun sens. Leeloo ne savait pas à qui elle devait se miracle, les chercheurs ? Qu'elle sorte ou non qu'est ce que ça pouvait bien changer ? Elle avait menti à Liam, ou disons qu'elle lui avait caché quelques facteurs essentiels. Ses sorties étaient dirigées par quelques règles supplémentaires qu'elle ne comprenait pas. Par défaut elle n'avait dit à son collègue que ce qu'elle avait compris - quitte à s'abstenir de dire n'importe quoi autant bien le faire. Certes, si elle voyait un mutant en flagrant délit c'était un appel ou un signal quelconque, si elle obtenait des informations elle devait dans la mesure du possible en apprendre davantage afin de coincer d'éventuels complices, la liste était longue sur ce qu'elle devait faire "en cas de". Puis il y avait ses consignes à elle : ne pas dire son prénom, ni son nom, ni d'où elle vient. Mentir absolument mais bien le faire, ne pas se contre dire au bout de dix minutes de conversation - ça c'était déjà plus difficile -, rester vague à son sujet, en bref elle devait cacher non seulement sa famille mais elle-même. C'est compréhensible, le monde est dangereux. Alors dans son intérêt, comme pour le leur, elle faisait ce qu'on lui disait, elle avait déjà inventé pas mal de chose, par chance il n'y avait que de faibles probabilités pour qu'elle recroise les touristes auxquels elle avait parlé. La jeune Littleton n'avait jamais vu les personnes en charge d'elle, elle savait seulement que si elle faisait n'importe quoi elle se retrouverait dans une sorte de black out, ça suffisait pour la dissuader. Invisibles mais présents, imperceptibles mais existants, voilà ce qu'étaient les membres de l'équipe qui la suivait de loin.

        Seule en apparence et pourtant si bien entourée, elle quitta la base de l'Opération. Elle prit le train, puis le métro, et termina par le bus, ces vadrouilles routières et ferroviaires participaient autant à son plaisir qu'à brouiller les pistes de son départ. D'une pierre deux coups, niveau rentabilité c'était pas trop mal pour une débutante.


Spoiler:
 

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo


SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas

Pour se sentir respectable, il faut respecter les autres ▬ Leeloo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A p o c a l y p t o :: ◄ Archives RP-