Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait l'alcool... [ PV Lukaz ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
۞ Mutant Neutre ۞

avatar

Matthew Derkins
۞ Mutant Neutre ۞

◊ Nombre de Messages : 435
◊ Nombre de Messages RP : 38
◊ Age : 27
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 26 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Maîtrise de la peur / Un automatique


Informations

» Métier: Croupier dans le casino Gambino

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait l'alcool... [ PV Lukaz ] Mar 2 Aoû - 21:27

Ville pourrie... Rien à faire ici... C'était mon un de mes deux jours de congés de la semaine et je ne faisais rien à part regarder le plafond toujours aussi sale. J'avais épuisé deux paquets de cigarettes et j'étais maintenant à sec en ce qui concernait cette ressource. J'avais eu le temps de compter toutes les taches, les décollements de papier peint du plafond. Le crépuscule arrivait alors que je résumais ce que j'avais fait dans la journée : le strict minimum. Ce fut quand je jetais un énième coup d’œil au cendrier qui débordait toujours de mégots, pensant sérieusement à en racheter. Flemmard jusqu'au bout, j'attendais de craquer complètement et ce ne fut que quand je commençais à voir rouge que je me dis qu'il était temps de sortir.

Le ciel passait du rouge au bleu foncé alors que je me levais pour m'habiller. La chemise noire du travail, qui sentait déjà bien la sueur accumulée par la journée, retrouva sa place sur mon torse. Un jean délavé bleu et déchiré aux genoux la suivit, je repliais mes manches sur mes coudes en jetant un coup d’œil au dehors. Le ciel se fonçait de plus en plus, mais n'était pas couvert. Je m'asseyais sur le lit, qui lâcha une nouvelle fois un nuage de poussière que je chassais de la main, et mon choix se porta sur des slip on grises, ça valait mieux que ses affreuses chaussures qu'on m'avait achetées pour mon uniforme de travail au Casino Gambino. Encore une soirée a les porter et il aurait fallu me couper les pieds, j'imaginais déjà douloureusement le lendemain où je devais remettre ces fameuses chaussures. Ajustant mon bracelet, vérifiant que tout était en place et me coiffant à la va vite devant la glace qui me faisait face, j'empoignais mon portable et finalement la veste cintrée grise que je possédais toujours depuis mon départ de chez moi, décidant que je l’emmènerais.

La porte claqua derrière moi, je la refermais à double tour, mâchant le dernier chewing gum que je venais de trouver dans ma veste avec bruit... Plus trop de goût... tant pis... Mon voisin de palier, la chambre six donc, qui était sorti lui aussi, croisa mon regard marmottant un grognement énervé. Encore un qui n'avait pas supporté mon sommeil agité, on dirait. Je soutins son regard pendant quelques secondes marmonnant un « bonsoir » plus acide que poli et je tournais les talons traînant les pieds dans le couloir. Je descendais rapidement les escaliers, le propriétaire était toujours là, comme statufié, je n'osais pousser le vice à regarder si une pellicule de poussière ne s'était pas déposée sur lui. Un léger signe de tête et j'étais enfin dehors, sous la lueur bleutée du néon qui grésillait toujours. Je levais la tête, posant mes yeux sur la cause du bruit même si je savais pertinemment ce qui en était l'instigateur.

Deux ou trois mouvements de mâchoire après j'étais dans la rue, le quartier n'avait pas changé, toujours les mêmes gens, les mêmes détritus et la même odeur sauf que cette fois il fallait être un peu prudent que de jour. Les premières fois j'avais été racketté, puis je ne me laissais plus faire, n'hésitant pas à frapper ou à user de mon pouvoir si jamais je ne pouvais pas m'en sortir avec les poings. Machinalement, je jouais avec mes anneaux sur ma main gauche, les faisant bouger alors que j'avançais. J'avais mon petit coin pour prendre mes cigarettes, le bouge n'était pas loin du motel, se balader en ville avec des clopes était au moins aussi dangereux que de traverser ce quartier les poches remplies de billets. Je m'arrêtais devant le magasin, vérifiant qu'il allait rester ouvert toute la nuit et je décidais d'aller prendre un verre ailleurs.

Un rapide salut de la tête au vendeur du magasin avec les mots « je reviens bientôt » articulés silencieusement qu'il comprit immédiatement. Mes mains retournèrent dans mes poches alors que j'avançais, cherchant le bar que j'allais choisir pour prendre quelques verres avant de revenir à mon premier amour : les cigarettes. Le troquet qui était dans le coin était miteux et pratiquait des prix certes modiques mais servait une vraie m... Bref je décidais de ne pas m'arrêter et de continuer plus loin.

Mes pas me conduisent finalement dans un autre coin de la ville, ici plus de clochards, ou alors beaucoup moins et on les voyait plus si il y en avait encore. Là j'avais droit à d'autres regards, les mêmes que ceux qui m'étaient adressés pendant mon travail, des œillades discrètes ou pas, des commentaires plaisants ou pas, de femmes et d'hommes aussi. Si ils avaient une idée sur moi en me voyant, la seconde d'après ils ont sûrement changé d'avis : je venais de cracher la matière dans ma bouche avec bruit dans le parterre non loin de moi. Des exclamations surprises et dégoûtées se firent entendre alors que je continuais à avancer. Je commençais à me dire que j'aurais mieux fait d'acheter mes cigarettes et de rentrer au motel pour faire un solitaire ou m'entraîner à distribuer pour le travail plutôt que de traîner dans les rues.

Mes pensées en étaient sur la puce et le fait que je n'avais pas vu quelqu'un pour le check up complet depuis longtemps quand je finis par trouver l'endroit que je voulais. Le NightClub. Au moins là, la devanture était agréable et le néon marchait, bon sang ça faisait du bien de ne pas entendre ce foutu grésillement ! Une jeune femme adossée au mur devant l'entrée me lança un sourire enjôleur alors que je la saluais en rentrant ajoutant un léger mot charmeur.

« Si vous entrez passez donc prendre un verre à ma table... »

Elle acquiesça silencieusement alors que je rentrais. Dedans la musique était forte et la pénombre était de mise, pénombre seulement tranchée par des flashs et des points lumineux aux couleurs vives. Une serveuse se trouvait là, je la saluais d'un sourire, la musique était agréable bien que les basses frappaient durement dans les oreilles. L'endroit été moyennement fréquenté, la plupart des tabourets de bar étaient pris et il en était de même pour les chaises. Alors que je me trouvais dans l'entrée, j'embrassais du regard l'étendue de la salle me passant la main dans les cheveux. Je repérais une table dans le fond assez isolée, ce qui était parfait. Je m'arrêtais au comptoir pour annoncer ma commande a la serveuse.

« Bonsoir... Une bouteille d'absinthe et un verre s'il vous plaît... Je vais aller m'asseoir là bas ! Vous pouvez l'amener ?... Merci ! »


La musique était forte et obligeait à parler fort, elle hocha la tête, je faisais de même et me dirigeais vers la table. Une nouvelle fois quelques regards sur ma personne alors que je m'installais nonchalamment sur la banquette, les mains dans les poches de mon jean. Il fallait vraiment que la serveuse se dépêche d'amener la bouteille, je commençais à sentir le manque de nicotine de façon violente. Serrant les dents et sentant mes doigts commencer à s'agiter dans ma poche, mes rêves de cigarettes furent interrompus par un bruit de reniflement et de toux. Je tournais la tête et vit deux jeunes femmes en train de sniffer de la poudre, elles avaient le rire de deux jeunes filles de bonne famille qui faisaient quelque chose d'interdit comme s'embrasser entre elles en soirée un peu trop arrosées, c'est à dire après une demi bouteille de Vodka. Un bruit de verre sur ma table me fit détourner les yeux de la scène, la serveuse me fixait avec un sourire articulant à moitié et chuchotant presque une remarque qui me fit hausser un sourcil.

« Voilà votre commande... Je vous ais vu regarder... Vous en voulez vous aussi ?... Je peux vous appeler quelqu'un si vous voulez... »

Je la remerciait gentiment marmonnant que non je n'en avais pas besoin, pour le moment et je la payais histoire qu'elle ne vienne plus me déranger. Je débouchais la bouteille de liquide verdâtre et me la versait lentement dans le verre, jusqu'à ras bord. La bouteille rejoint la table alors que mon autre main empoignait le verre, le descendant méthodiquement jusqu'à la moitié. Je le reposais fixant devant moi d'un air satisfait. Finalement, j'avais bien fait de m'arrêter ici, bientôt mon esprit allait divaguer, j'en vins presque à regretter de ne pas avoir assez d'argent pour me payer d'avance une seconde bouteille, je ferais le fond de mes poches plus tard, après avoir fini la seconde moitié de ce liquide émeraude...

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Lukaz Le Guen
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 826
◊ Nombre de Messages RP : 63
◊ Age : 32
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption et projection d'énergie solaire


Informations

» Métier: Voleur à gages

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait l'alcool... [ PV Lukaz ] Jeu 4 Aoû - 22:01

Depuis quelques temps maintenant, Lukaz avait pris l’habitude de se rendre sur le campus universitaire d’Achaea afin de dénicher de quoi s’amuser, que ce soit une invitation pour une soirée débridée, un bon plan pour passer la nuit ou même des partenaires ouverts à pratiquement tout. Jusqu’à présent, ça n’avait pas souvent donné des résultats probants, mais ce jour-là, il fallait avouer qu’il avait déniché le gros lot. En effet, en se promenant sur les chemins bétonnés du campus, il était tombé sur un petit coin d’herbe verte à l’abri des regards et ombragé par de beaux arbres feuillus. Et sous ces arbres, deux jeunes filles qui n’avaient visiblement peur de rien ou qui cherchaient justement à allumer les garçons. Il n’en fallait pas plus pour réveiller son instinct de chasseur et tel un fauve, Lukaz s’était approché. D’un sourire charmeur, il avait réussi à se faire inviter et c’est ainsi qu’ils avaient passé l’après-midi à discuter.

Mais comme la journée arrivait à sa fin et que le Français ne s’était pas encore vraiment amusé, il avait tenté le tout pour le tout et, servant des arguments pas forcément très moraux, il avait réussi à inviter les deux filles pour la soirée… Et peut-être même pour la nuit. Il semblait évident que ça allait lui coûter cher, mais par chance, il venait de finir un contrat juteux auprès des Gambino et il souhaitait donc plus que tout en profiter. Il avait ainsi commencé par inviter les deux filles à manger et même s’il ne les avait pas trainées dans un restaurant de luxe, le simple fait de pouvoir payer pour trois avait fait son petit effet. Cela faisait donc une petite victoire de plus ! C’était le plus important, les petites victoires, parce qu’à chacune d’elle, il se rapprochait de son but, ramener les deux filles dans un lieu contenant un lit – que ce soit chez lui, chez elles ou dans un motel – et faire ce que l’on appelle communément, tirer son coup.

L’avantage des petites bourgeoises qui étudient à la fac, c’est qu’à un moment ou à un autre, elles vont forcément chercher à faire un truc fou. Si elles ne trouvent rien, elles laisseront tomber et finiront frustrées pour un bon bout de temps. Mais si elles parviennent à mettre la main sur un truc valable, ça peut finir de très belle manière ! Une jouissance comme on en voit rarement ! Et là, il suffit qu’un garçon comme Lukaz passe dans le coin pour s’offrir un moment de plaisir gratuit (ou presque) et sans autre condition que le fun. Ce qu’il essayait justement de faire. Maintenant, restait à faire avancer la soirée sur la voie qu’il souhaitait pour qu’elle se termine à trois sur un lit, sous quelques draps. Et le meilleur guide pour suivre cette voie, c’était l’alcool. Bien entendu, pour trouver de l’alcool, il suffisait d’aller dans un bar, une boite de nuit ou tout autre lieu du genre. Par chance, le Français étant un oiseau nocturne, il les connaissait comme sa poche.

Il conduisit donc ses deux conquêtes du moment vers un nightclub qu’il connaissait et cela, même si c’était encore trop tôt pour faire la fête. Pourquoi donc faire cela alors ? Pour prendre un peu d’avance et placer les filles sur le chemin qu’il voulait mais aussi parce que s’il prenait soin de bien les imbiber d’alcool à ce moment, il avait plus de chance de monopoliser leur attention par la suite et d’éviter qu’elles ne partent avec un autre. Sournois et calculé ? Totalement et c’était parfaitement assumé. Lukaz n’était pas un ange, même s’il n’était pas non plus un démon. Il flirtait avec la moralité comme il flirtait avec la loi et cela ne lui déplaisait pas. Après tout, il n’avait jamais rien connu d’autre, non ? Dans la boite, l’atmosphère était plutôt sombre et la musique forte. Tant mieux, c’était le meilleur moyen pour avoir un peu d’intimité et peut-être que s’il s’y prenait bien, il allait avoir droit à quelques gâteries avant de passer au plat de résistance. Il s’installa à une table, entrainant les filles derrière lui et il leur prit une bouteille de vodka. C’était en général suffisant pour les mettre dans un état euphorique et s’il le fallait, il enchainerait avec une seconde bouteille voir même un peu de son arme secrète.

Alors que la nuit avançait, le club se remplissait, même si à l’heure qu’il était, la plupart des chaises et des tabourets de bar étaient encore vides. Dans un sens, Lukaz s’en moquait parce qu’après tout, il avait déjà ce qu’il lui fallait pour passer une bonne nuit. Ce n’était pas comme s’il était venu daguer ou chercher un partenaire. C’était d’ailleurs tant mieux, parce que plus la bouteille se vidait, plus les filles devenaient délurées et peu cohérentes dans leurs propos. Un détail vu qu’il ne leur demandait pas de tenir la conversation. Remplissant à nouveau leurs verres, il vida enfin la bouteille. Ca n’allait pas ça, il allait falloir y remédier. Souriant, le Français fouilla dans sa poche et il en sortit un petit sachet de poudre. Glissant sa main sous une chemise, il leur chuchota ce qu’il fallait en faire pendant que lui allait chercher de quoi se ravitailler. Se levant, Lukaz laissa les deux filles à leurs découvertes pendant qu’il allait donc chercher une nouvelle bouteille de vodka, ce qui lui prit malgré tout plusieurs minutes, entre quelques moments de drague, des mains aux fesses, données ou reçues et aussi un regard pas très amical.

Alors que le Français revenait à la table pour y déposer la boisson durement gagnée, il constata qu’un jeune homme s’était installé non loin d’eux. Un garçon seul, pas forcément très joyeux, mais pas spécialement moche non plus… Hum. Un rapide coup d’œil révéla qu’il n’avait qu’un seul et unique verre, autrement dit, il n’attendait personne. Un petit alcoolique ? Ou alors une âme solitaire ? Et lui, il avait deux filles bien imbibées sous la main… Cela dit, il n’était pas du genre à partager ou du moins, pas en lui en laissant une des deux. Mais un plan à quatre… C’était à tenter. Reposant le regard sur ses deux compagnes, Lukaz les découvrit en train de s’embrasser. Eh ben, c’est qu’elles avançaient vite comme ça ! Mais au moins, elles étaient occupées et il avait le temps d’aller chasser un peu ailleurs. Il allait quand même garder un œil sur elle parce que ça serait vraiment ballot de se faire piquer le fruit de son boulot aussi bêtement !

S’avançant vers la table du solitaire, Lukaz prit la parole.
« Eh bien ! C’est drôlement triste tout ça. T’es tout seul à te saouler comme ça ? Ou tu attends quelqu’un ? » Faisant mine de s’installer à l’une des chaises, Lukaz reprit très rapidement. « Si tu veux, j’ai deux amies là derrière, tu pourrais toujours te joindre à nous… C’est quand même mieux de boire à plusieurs, nan ? Pis j’ai quelques bonus, si ça te dit. » Regardant la bouteille d’absinthe, il constata qu’elle se vidait bien vite et c’était tant mieux, pour lui. « A ce rythme, ça va pas te durer longtemps. Mais à quatre, c’est quatre fois plus long ! Et quatre fois meilleur ! » Puis, tout souriant, il termina par un : « Alors, t’en dis quoi ? Si tu viens, je te paye ta prochaine bouteille ! »

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Neutre ۞

avatar

Matthew Derkins
۞ Mutant Neutre ۞

◊ Nombre de Messages : 435
◊ Nombre de Messages RP : 38
◊ Age : 27
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 26 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Maîtrise de la peur / Un automatique


Informations

» Métier: Croupier dans le casino Gambino

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait l'alcool... [ PV Lukaz ] Jeu 4 Aoû - 23:41

Allons bon... On ne pouvait vraiment pas boire en paix ici ! Alors que je finissais la seconde moitié de mon verre, je remarquais à travers le flou un peu sale de mon verre que quelqu'un s'approchait. Je n'avais même pas terminé que déjà il me parlait. Je l'écoutais distraitement alors que je reposais le verre sur la table et entreprit de me resservir, faisant disparaître un autre tiers de la boisson dans le contenant. Mes sourcils se froncèrent alors qu'il déplorait ma façon de boire seul, non mais de quoi je me mêle ! Super... le type avait l'air d'être collant en plus, tout ce que j'aimais.

J'attendis qu'il eut fini de me sortir tout ce qu'il avait à me dire alors que je le détaillais du regard. Sauf qu'avec cette lumière, ces éclairages, je ne voyais pas grand chose, ou alors le type avait de sacrés problèmes de peau. Alors qu'il faisait mine de s'asseoir près de moi, je le regardais toujours faire, ne bougeant pas un muscle et lui offrant un visage neutre. Un blondinet, avait de sacrés cernes du reste fichés en dessous d'yeux dont je ne pouvais déterminer la couleur, une tenue indescriptible étant donné que toutes les couleurs changeaient. Mon verre trouva de nouveau le chemin de mes lèvres alors que ma pomme d'Adam bougeait au rythme du liquide ingurgité. Si j'avais choisi l'absinthe c'était qu'il y avait de bonnes raisons, déjà parce que c'était un alcool que j'affectionnais particulièrement depuis qu'on me l'avait fait découvrir dans une des universités que j'avais sporadiquement fréquentée et surtout qu'il était fort, même si le faire sans le rituel du canard rendait le liquide infect, j'étais trop ailleurs pour avoir pensé à demander à la serveuse de me ramener le nécessaire. Un léger coup d’œil alors que la lumière jaune s'allumait me permit de vérifier le degré de la boisson, 50°... Et lui il parlait toujours, me parlant de ses deux « copines » là qui riaient en sniffant quand je les avait vues et qui maintenant en étaient limite à des jeux lesbiens sur la banquette d'à côté. Un léger sourire naquit sur mon visage, quelle belle bande d'allumés ! Et lui là qui me proposait de les rejoindre.

« Dis donc... tu penses pas qu'un mec pour deux filles c'est le top ? Si tu as besoin d'un con pour filmer alors t'es mal tombé... »

Une nouvelle gorgée de liquide alors que je regardais la serveuse derrière moi, nos yeux se croisèrent et elle comprit qu'elle devait venir car j'avais une requête à formuler. Quand elle fut près de moi, j'articulais que je voulais les accessoires qui étaient normalement servis avec l'absinthe. Elle s'exécuta et au bout de plusieurs minutes, me ramena ce que j'avais demandé. Je plaçais donc le sucre, la cuiller et diluait la moitié de mon verre dans l'eau. Quand je levais les yeux il était toujours là et termina son offre en disant qu'il m'offrait la prochaine bouteille. Je constatais déjà une certaine lenteur quand je levais les yeux, signe que l'alcool faisait son effet. La musique me parut d'un coup plus sourde alors que je tentais de réfléchir. Je terminais mon verre, me maudissant de ne plus avoir de cigarettes sous la main. Et dire que la soirée ne faisait que commencer...

« Si tu laisses tes copines toutes seules elles auront plus besoin de toi tu sais... »

Un rapide coup d’œil derrière moi me permit de constater qu'en effet, elles savaient très bien se débrouiller toutes seules. Mes yeux mirent un peu de temps à retourner vers le garçon, puis à la bouteille, puis à lui, tentant de faire marcher ce qui voulait bien marcher, donc la majorité de mon esprit pour le moment. Un instant de réflexion me fit replonger mes mains dans les poches de ma veste, histoire de voir si j'avais le compte pour m'en payer une seul... de bouteille. Je ne quittais pas les yeux cernés du type alors que le constat me fit mordre la lèvre malgré moi. Le choix était en effet cornélien, j'avais assez pour me payer mes précieuses clopes mais si je prenais une bouteille maintenant alors elles me fileraient sous le nez... Alcool ou cigarettes... Seigneur pourquoi ce choix pire qu'appuyer sur « le bouton qui déclenche la bombe atomique ou pas » ? Je restais quelques secondes là, le fixant une lueur de provocation dans le regard. Ma voix se fit froide alors que je marmonnais d'un ton sans équivoques.

« Explique moi quand même pourquoi tu t'intéresses à ma pomme monsieur...? »

Il pouvait bien me raconter ce qu'il voulait je m'en fichais. Tout ce que je voulais savoir c'était pourquoi moi et pourquoi maintenant. Y'avait bien d'autres paumés dans cet endroit qui eux vendraient leur âme pour une bouteille ! Je sentais mon énervement commencer à monter, mauvais présage pour lui donc. Et la musique... la musique était toujours aussi forte ! A côté j'entendais les rires des filles qui avaient l'air de bien faire leur petite affaire toutes les deux.

« Tu devrais te dépêcher alors qu'elles apprennent trop comment se servir de leur mains Don Juan. »

Malgré moi j'avais prononcé cette phrase sur un ton goguenard. L'alcool faisait effet, je riais alors que la fin du verre disparaissais dans ma gorge. Une nouvelle fois je regardais ce type, quel âge pouvait il avoir ? Plus jeune que moi c'était certain mais pas tellement... Après il restait la question à dix mille balles, était il un mutant ou pas ? Si ça se trouve son pouvoir c'était emmerder les mecs seuls dans les bars où ils espéraient boire tranquillement. Bien chiant comme pouvoir, surtout pour moi en fait. Si je ne voulais pas m'énerver plus il fallait que je continue de boire, mais pour continuer de boire il me fallait de l'argent donc au final je devais accepter d'aller avec lui pour continuer de boire pour réduire mon énervement alors que lui même était en train de m'énerver... Woh... Je m'impressionne tout seul là... C'est pas normal que j'arrive encore a avoir la tête sur les épaules.

Toujours est il qu'avec tout ce que je disais, je ne donnais pas encore de réponses claires à sa demande à lui, trop occupé à régler déjà mon conflit mental entre mes cellules grises et l'alcool. Puis au bout d'un moment, moment où trop fatigué d'être tiraillé par tous ces conflits je frappais du poing sur la table, pile au moment où la musique était plus basse, ce qui fit vibrer mon verre et la bouteille vide, interpellant la serveuse qui me jeta un coup d’œil du bar, serrant la mâchoire. Je n'entendais plus les filles à côté et le type attendait ma réponse. Soudain, sans crier gare, mon cerveau déclencha le processus et me fit articuler d'une voix que je trouvais décemment trop molle pour m'appartenir.

« D'accord mais pas de vos cochonneries avec moi... et surtout j'aimerais savoir si tu as des clopes, je suis à sec et je dois m'en acheter ensuite... »

Voilà, alea jacto... jactus... jacta... Oh et puis merde ! Voilà c'était fait. Je le regardais, histoire de voir comment il prenait ma réaction. Il avait intérêt à en avoir des clopes, sinon il était foutu. En fait il n'était qu'une façon comme une autre d'avoir une bouteille pour moi, et de regarder deux filles en train de « s'amuser » également. Mon esprit ne répondait plus très bien, mes paupières semblaient battre au ralenti pour moi alors que la musique était à la fois forte et sourde et ma tête dans un étau. Cela n'était vraiment pas sans me rappeler les soirées à la fac, des soirées open bar où la plupart du temps je me réveillais sur un matelas gonflable dans une piscine inconnue appartenant à une maison dont je ne connaissais pas le propriétaire. Mais toutes ces choses, j'avais mis un frein, surtout depuis que je travaillais la nuit, on ne pouvait pas et bosser et faire la fête... même si on bossait dans un lieu où on faisait la fête.

C'est pas vrai voilà qu'il faisait chaud, j'écartais du doigt le col de ma chemise noire ne le quittant pas des yeux. La brume d'un vert émeraude s'infiltrait dans mon esprit, lentement mais sûrement, altérant tous mes sentiments et surtout massacrant sauvagement ma raison et mon libre arbitre à grands coups de batte de base ball... N'attendant pas sa réponse, je me levais de ma table, faisant craquer mes coudes et mes genoux. Il faisait la même taille que moi le salaud, moi qui espérait être encore un peu plus grand c'était foutu. Je reniflais d'un air méprisant ajoutant.

« Si tu veux de moi à ta table, tu prends des shooters, de la tequila et tu me garantis que j'aurais des clopes... Sinon je me barre compris le blond ? »

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Lukaz Le Guen
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 826
◊ Nombre de Messages RP : 63
◊ Age : 32
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption et projection d'énergie solaire


Informations

» Métier: Voleur à gages

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait l'alcool... [ PV Lukaz ] Dim 14 Aoû - 21:55

Installé à la table du jeune homme plutôt intéressant, physiquement parlant, Lukaz ne savait pas vraiment comment il allait être reçu. Il était très probable qu’il se fasse jeter comme un chien errant galeux mais bon, si ça arrivait, il ne perdait pas grand-chose. Après tout, ce n’était pas comme s’il le connaissait ou comme s’il avait eu le moindre signe d’une affaire juteuse en préparation. Et c’était justement parce qu’il n’avait rien à perdre qu’il s’était approché de la table et installé comme s’il était invité. En effet, s’il arrivait à faire quoi que ce soit de probant avec lui, on pouvait dire que c’était du bonus non négligeable. Il attendait donc de voir ce qu’il allait répondre et surtout, quel genre d’homme il était. Enfin, s’il se révélait capable de faire autre chose que de boire son absinthe, ce qui semblait au premier abord très mal parti. Finalement, le jeune homme démontra le contraire en s’intéressant avant toutes choses aux deux filles qui accompagnaient le Français et à la proposition de ce dernier. « Le top ? Ah si, totalement. Encore que… Mais non, il n’est pas question de filmer quoi que ce soit. C’est juste que j’ai pour habitude de dire que plus on est de fous, plus on jouit. »

En effet, Lukaz n’avait encore jamais eu l’idée de filmer ses ébats avec des demoiselles ou des éphèbes, mais c’était une idée à creuser si ça pouvait rapporter du blé. A voir, plus tard… Enfin, quoi qu’il en soit, s’il s’était approché, c’était surtout pour se dénicher un partenaire masculin pour la nuit. Ca lui manquait depuis le temps et même si les filles faisaient ça bien, il n’était pas contre un beau garçon de temps en temps. Le Français le laissa passer sa commande auprès de la serveuse, imaginant en même temps ce dont était capable le jeune homme dans l’intimité… Il fut toutefois bien vite ramené à la réalité lorsque ce dernier commença à jouer au petit chimiste avec sa boisson. Lukaz le regarda faire, à la fois curieux et fasciné, attendant de savoir s’il acceptait l’invitation à sa propre table. Mais sans répondre, le buveur reporta une fois de plus son attention vers les jeunes filles. « Je ne crois pas qu’elles ont les jouets pour me remplacer. Et de ce que j’ai calculé les fois précédentes, il me reste encore 6 minutes et 50 secondes avant qu’elles ne s’ennuient et se cherchent un autre mâle. Bon, je dois avouer que c’était d’autres filles, donc je peux me tromper… »

Dans un sens, Lukaz se moquait un peu du fait de finir avec elles, s’il trouvait une compensation valable, bien entendu. Il en avait une potentielle sous les yeux, mais c’était relativement mal engagé, soit dit en passant. Il restait donc cinq minutes pour que le jeune homme les rejoigne à la table, sans quoi sa soirée risquait d’être totalement pourrie jusqu’à la moelle. Le Français gardait donc les yeux rivés sur le jeune homme qu’il avait importuné sans en demander l’autorisation, attendant toujours sa réponse quant à l’invitation. Il le vit chercher dans une poche, fouiller un petit peu, réfléchir difficilement avant d’enfin se remettre à parler. Cette fois-ci, il voulait savoir pourquoi Lukaz s’intéressait à lui, tout en cherchant à connaître son nom. « Lukaz, mais sans le monsieur. Et pourquoi je m’intéresse à toi ? Comme ça. Je sors souvent et je l’ai dit, je trouve ça triste de rester seul à sa table. Quand on boit, autant le faire à plusieurs, nan ? On discute, on déconne, on s’amuse et chacun paye sa tournée. Alors d’accord, tu vas peut-être me dire que tu n’as rien à m’apporter, mais ça, personne peut le savoir. J’ai bien appris qu’en discutant autour d’une bouteille, on peut se trouver plus de bons plans et de points commun que n’importe où ailleurs. »

Bien entendu, ça pouvait répondre à sa question comme ça pouvait le laisser sur sa fin. Mais dans un sens, Lukaz ne pouvait décemment pas lui dire qu’il avait envie de tirer un coup et qu’il le trouvait plutôt beau gosse, nan ? Enfin, il le dirait, mais plus tard, quand il serait dans un état qui permet de mieux accepter ce genre de révélation. En attendant, il allait s’en tenir aux banalités d’usage et voir ce que ça donnait. Lorsque le jeune homme reparla une fois de plus des filles, Lukaz ne fit que lui sourire. Il restait encore près de quatre minutes à son compteur alors il avait encore un peu de temps. Mais le mieux était d’entendre l’air amusé de son interlocuteur. Soit il commençait doucement à l’apprécier, soit l’alcool faisait son chemin. Mais dans tous les cas, c’était du tout bon pour lui. Enfin, Lukaz en avait eu l’impression jusqu’à ce que le mec se mette à frapper un grand coup sur la table… Ca voulait dire quoi ça ? Qu’il était fin bourré ? Qu’il était fou ? Ou totalement autre chose ? Allez savoir. Dans un bar quel qu’il soit, on tombe toujours sur des gens étranges et c’était encore plus vrai dans les nightclubs comme celui-ci.

Malgré tout, sa réponse rassura le Français. Finalement, c’était bon, nan ? Bon, Lukaz ne savait pas trop ce qu’il entendait par le terme cochonneries, mais bon, il considérait que c’était juste un détail. Il aviserait bien au fur et à mesure de la soirée et des découvertes qu’il ferait sur son partenaire. Souriant, le Français regarda le jeune homme sur qui il avait jeté son dévolu se lever en faisant craquer ses articulations avant de le jauger du regard. Ils faisaient la même taille. C’était une bonne chose ça, même si Lukaz avait encore le désavantage du poids. S’approchant un peu de lui, il répondit à ses requêtes.
« Je t’ai promis une bouteille, donc tu les auras tes shooters et ta tequila. Concernant les clopes, je vais voir ce que je peux faire. Je peux pas te le garantir pour dans les cinq minutes, mais tu en auras avant de partir d’ici, je pense. Tu peux aller t’asseoir et je vais chercher tout ça. Tu pourras toujours te barrer à mon retour. » Désignant la table, Lukaz sourit avant de partir une fois de plus vers le bar.

S’adressant à la serveuse, le Français commanda une bouteille de téquila et demanda d’y ajouter les quatre verres, même s’il doutait que les deux filles soient encore en état de boire quoi que ce soit. De son côté, il avait bu très peu surtout parce qu’il avait envie de garder ses moyens pour la nuit. Mais là, il sentait que s’il voulait le beau mâle, il allait devoir descendre pas mal d’alcool… Ne restait qu’à espérer qu’il tienne le plus longtemps. Bon, en même temps, l’autre avait une bouteille d’absinthe d’avance, donc ça allait pas mal l’aider. Lorsque la serveuse lui apporta le tout, il paya et glissa un billet supplémentaire en lui demandant s’il était possible qu’on leur amène un paquet de cigarettes. Devant le regard interrogateur de la jeune femme, Lukaz comprit qu’il devait rajouter un nouveau billet pour qu’elle accepte enfin. Il fallait juste espérer qu’elle ne le plante pas et qu’elle lui procure quand même ce qu’il avait demandé. Elle ne serait pas la première à empocher le blé sans rien faire. Attrapant la bouteille et les verres, Lukaz revint vers la table et s’installa à l’une des places libres, laissant les deux filles jouer ensemble. Posant les shooters, il les remplit avant d’inviter le jeune homme à se servir.
« Les clopes devraient arriver dans pas longtemps. En attendant, tu peux toujours en profiter pour boire. Au fait, tu m’as pas dit… C’est quoi ton nom ? »

Saisissant l’un des verres, Lukaz le souleva pour l’observer, un sourire aux lèvres. Il était amusant de ce dire que ce petit verre d’alcool l’avait quelque peu fait avancer sur le chemin qui menait à un lit, ou un canapé, ou quoi que ce soit d’autre. Bon, il n’était pas encore sûr que le beau brun les accompagne, ni même qu’il soit en état de faire quoi que ce soit mais c’était relativement bien parti malgré tout. « Alors, comme je te l’ai dit, on peut commencer à faire connaissance, nan ? Ca se trouve, on s’est déjà croisé sans le savoir. Vas-y, sers-toi. Les verres sont là pour ça après tout. Donc je disais… Tu passes toujours tes soirées seul dans un bar ? C’est pas très gai, faut l’avouer, nan ? T’es nouveau en ville ? » Après tout, une arrivée récente en ville pouvait clairement justifier le fait qu’on n’ait pas encore d’amis et qu’on passe donc ses soirées seul. « C’est jamais évident au début, c’est sûr. Les gens du coin sont assez méfiants, on va dire… Comme s’ils avaient des trucs à craindre. Enfin… Tu crèches dans le quartier ? » Lui laissant le temps de répondre, Lukaz avala son verre, cul sec.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Neutre ۞

avatar

Matthew Derkins
۞ Mutant Neutre ۞

◊ Nombre de Messages : 435
◊ Nombre de Messages RP : 38
◊ Age : 27
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 26 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Maîtrise de la peur / Un automatique


Informations

» Métier: Croupier dans le casino Gambino

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait l'alcool... [ PV Lukaz ] Lun 15 Aoû - 0:39

Spoiler:
 

Le blond me sortit une expression à la mord moi le nœud qui me fit lever les yeux au ciel. D'accord, il avait clairement annoncé la couleur là, un espèce de léger rire contrit passa mes lèvres alors que je portais le verre à celles ci. Il me sortit deux ou trois évidences sur son expérience des deux jeunes femmes qui étaient toujours en train de glousser à la table derrière eux. Alors que je continuais à boire l'écoutant à moitié. Six minutes cinquante hein ? Alors comme ça je n'étais qu'une question de temps c'est ça ? Il me sortit enfin son prénom... Lukaz... Pas un truc du coin quoi.

Alors comme ça il s'apitoyait sur mon sort hein ? Mais de quoi je me mêle, on ne pouvait plus boire seul maintenant ? C'était dans les lois de cet état ? Il ajouta qu'avec les autres on pouvait plus échanger, mais moi je passais mes moments de boulots à échanger avec n'importe quel quidam du coin, les jours de repos étaient censés servir de repos non ?! Une chose est sûre, après ce qu'il m'avait sorti avant, il pensait à autre chose, l'absinthe avait beau me rendre complètement ailleurs, j'étais encore apte à réfléchir un peu. Il nous avait prévu un petit amusement avec les deux éponges imbibées qui étaient en train d'en venir au main de façon ne peut plus intime ? Une chose est sûre, si c'était le cas, elles seraient sans doute en train de s'amuser toutes les deux alors qu'il serait en train de fumer quelque part. Réjouissant comme projet quoi.

Je reposais mon verre vide, y'avait pas a dire, préparée comme il faut l'absinthe était nettement meilleure. Malgré moi par contre, je mis a cligner des yeux, le bruit ambiant devenant petit à petit cotonneux. La bouteille était finie et je m'étais levé, exposant mes conditions au possible fait que je pouvais rester en sa compagnie. Je fis un rapide et de plus en plus laborieux retour en arrière pour me souvenir de ce qui venait de se passer. Il avait sursauté quand j'avais frappé la table, sursaut qui avait fait naître un petit rire moqueur dans ma gorge. Le con... Pas habitué à ça on dirait. Ainsi donc j'aurais ce que je voulais si je le suivais. Les clopes, l'alcool et... bon pour les filles on repasserait, elles avaient l'air de bien s'amuser entre elles, un crime de les déranger en somme.

Passant ma main sur mon front, pour sentir qu'il était légèrement humide, je me dirigeais comme je pouvais à la table qu'il m'avait désigné. L'alcool commençait à monter, l'avantage et désavantage de toujours préférer les alcools forts. Je réussis à me déplacer sans trop de peine, même si on pouvait noter une légère maladresse. Ma main finit par toucher le rebord de la banquette en face des deux jeunes femmes qui étaient allongées et semblaient maintenant somnolentes, enlacées l'une contre l'autre, au moins deux personnes dans cet endroit se seraient bien amusées. Ironie de merde, moi qui venait là pour être tranquille, c'était foutu. Il observa d'un regard vague le dénommé Lukaz prendre la commande au bar. Je l'observais d'un air absent alors qu'il se mit à bouger pour revenir vers moi, la tequila et les verres dans la main.

Mes yeux se posèrent sur la table, juste devant les filles endormies dans des rêves saphiques à ne pas douter, et avisèrent un dernier tas allongé de poudre blanche. Je ne pus réprimer un sourire alors qu'après un peu de réflexion et l'alcool aidant, je transformais le tas en rail et me saisissais du billet qui avait servi auparavant et, le roulant comme je pouvais, je finis par faire disparaître et la poudre et le billet par le même coup, l'un dans le nez et l'autre dans la poche. C'était toujours ça de pris. Je ne m'adonnais pas souvent à ce genre de choses, la dernière fois ça devait remonter à la fac, j'avais découvert tant de choses là bas, des fois je me disais même que j'avais payé pour des expériences et pas des cours.

Le bruit des verres sur la table me tira de mon manège de reniflements et de clignements des yeux alors que je me pressais la narine. Mon esprit partait à la dérive, tout semblait plus lointain maintenant... Je levais la tête vers Lukaz, des yeux un peu écarquillés et reniflant une dernière fois. Les clopes allaient arriver, tant mieux... Il s'installa à côté de moi, les deux jeunes filles prenant manifestement toute la banquette qui était en face.

« Matthew... »

Je n'en dis pas plus, déjà que le nom avait été presque grommelé alors que je me frottais le nez, sorti tout seul du reste, même pas eu le temps de me demander si je devais donner un faux nom ou pas. Après cet enflure de flic qui avait déboulé dans ma piaule et qui m'avait blessé au côté, du reste je portais toujours le bandage que le médecin miteux du quartier m'avait fait. J'avais du le menacer pour être sûr d'avoir quelque chose de propre.

Soudain Lukaz, alors qu'il servait les verres, se sentait causant me posant des tas de questions sur ma vie, chapelet de questions qui me fit froncer les sourcils car il était en train de me polluer la cervelle. Qu'est ce que cela pouvait bien lui importer, mes yeux se posèrent sur mes mains qui me semblaient lointaines, si lointaines alors que mes lèvres articulèrent lentement, reportant mon regard sur Lukaz.

« Ce que je viens faire au bar... ça ne regarde... que moi... » Mes doigts se saisirent du verre alors qu'il le remplissait. « Je sors des fois quand j'ai du temps de libre dans mon boulot... » Le verre vide alla frapper la table quelques secondes après qu'il eut terminé de prononcer sa phrase. La musique ne semblait arriver à ses oreilles qu'au goutte à goutte, une bulle s'étant formée dans sa tête, autour de la table, laissant toutes les autres choses à part le blondinet, les deux lesbiennes et lui. Mon regard se posa sur Lukaz alors que je terminais. « Je ne suis pas nouveau ici, je connais déjà le coin... »

Enfin je connaissais surtout le quartier miteux du Motel, le casino et la boutique du coin de mon quartier où j'allais chercher mes clopes. Du reste en parlant de clopes, je levais la tête pour voir la serveuse venir déposer un paquet de clopes sur la table qu'elle envoya d'une pichenette vers moi. Je m'en saisis et ne pus résister à l'envie de m'en aller une de suite. Sortant mon briquet j'allumais une du paquet, pas ma marque préférée mais je m'en foutais. Renâclant la fumée avec plaisir, je me laissais mollement tomber dans la banquette, regardant mon verre vide d'un air absent, comme je le plaignais ce verre.

Lukaz avait lancé une banalité sans fond sur le quartier et sur toute la ville par extension. Puis avança une question un peu plus délicate me demandant où je résidais. J'étais toujours dans ma chambre de Motel, même si cet enflure de vieux flic de merde avait décidé de tout venir péter en me cassant la gueule tout ça parce que j'étais là. Mauvaise journée et mauvais souvenir, il était temps que je me mette à la recherche de Jacob, sinon je me ferais virer de chez moi tôt ou tard.

Bon sang, il faisait chaud ici ! Ma veste quitta mes épaules alors que je remontais tant bien que mal les manches de ma chemise et écartant un bouton de plus sur le col. Je marmonnais à Lukaz, de façon audible malgré le bruit.

« Franchement, t'en as quoi à faire d'où je réside ? Si ça peut te rassurer j'ai bien un toit au dessus de ma tête ! » La tronche du toit... J'empoignais la bouteille et servais de nouveau nos verres alors que je continuais. « Et toi alors ? Réponds à toutes les questions que tu viens de me poser tiens... »

Alors que je posais la bouteille, j'avisais encore un peu de restes de poudre blanche sur la table, les deux filles semblaient définitivement parties. Inutilisables en somme. Dans un réflexe un peu crétin, signe que les années de fac ne s'oubliaient pas comme cela, je portais mon index à la bouche, l’humidifiant et je ramassais le reste de poudre, le faisant disparaître sur mes dents. J'eus un rire goguenard, me contrôlant de moins en moins alors que je désignais du menton les deux filles.

« Je crois que là, elles ne vont plus pouvoir te servir pour ta soirée Lukaz... »

Je tapotais ma cigarette sur le cendrier alors que je tirais dans celle ci une nouvelle bouffée de tabac, achevant de liquider la moitié de ma raison et de mon esprit pour la soirée et pour la nuit...

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait l'alcool... [ PV Lukaz ]


SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas

Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait l'alcool... [ PV Lukaz ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A p o c a l y p t o :: ◄ Nightclub-