L'appel de l'art !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Lukaz Le Guen
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 826
◊ Nombre de Messages RP : 63
◊ Age : 32
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption et projection d'énergie solaire


Informations

» Métier: Voleur à gages

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: L'appel de l'art ! Ven 29 Juil - 23:04

Une fois n’était pas coutume, Lukaz se prélassait sur le canapé qui lui servait aussi de lit, la télé en fond sonore diffusant une émission sur la reproduction des ratons laveurs. Bien que c’était les vacances et que les gens partaient souvent en voyage pendant cette période, le Français n’avait pas plus de travail que le reste de l’année pour autant. Pourquoi ? Parce qu’en été le jour durait plus longtemps et que par conséquent, le voile protecteur de la nuit la plus noire ne pouvait pas le dissimuler aux regards indiscrets des passants ou des voisins curieux. Il n’y avait vraiment rien de pire que d’être un cambrioleur qui avait un besoin vital du soleil… Quel choix de merde il avait pu faire pour sa carrière, franchement ! Enfin, c’était ainsi et ce n’était plus à son âge qu’il allait changer ça. Se penchant un peu, Lukaz ramassa un papier qui trainait sur le sol pour le lire une fois de plus. A force, il allait sans doute finir par l’effacer, encore que ça ne serait pas forcément gênant puisqu’il le connaissait par cœur… En plus, ce n’était rien de très important. Il s’agissait simplement d’une annonce passée par un quelconque artiste à la recherche d’un modèle pour un projet non précisé. Extrêmement vague, mais pas inintéressant pour autant.

Bon, visiblement l’artiste n’était pas une jolie fille, sauf si dans certains pays Logan était un prénom féminin… Mais ça, on pouvait quand même beaucoup en douter. Cela dit, on pouvait aussi imaginer qu’il ne s’agissait que d’un pseudo qui visait à détourner l’attention des petits pervers dans son genre. Bref, au final, ce qui semblait évident, c’est que c’était un étudiant, étant donné son adresse. Il devait donc avoir le même âge que le Français, à peu de choses près, ce qui n’était pas une mauvaise chose en soi. Par contre, le projet artistique était plutôt vague dans sa description… Est-ce que c’était pour un tableau ? Un dessin, plutôt ? Ou peut-être même une photo quelconque ? Difficile à dire, d’autant que ce n’était pas précisé sur l’affiche. Il avait juste besoin d’un modèle, sans qu’on ne sache ce qu’il comptait lui faire faire… L’inconnu pouvait faire peur. Mais ça pouvait aussi être terriblement séduisant. Et puis depuis le temps, si ça se trouvait, Lukaz se verrait simplement renvoyer chez lui… Qu’est-ce qu’il risquait à se lancer ? Rien du tout, il fallait bien l’avouer.

Changeant de position pour s’asseoir, Lukaz jeta un œil vers la télé avant de prendre sa décision finale. Il n’avait rien à faire pour occuper son après-midi alors pourquoi n’irait-il pas faire un tour vers le campus et les cités universitaires ? Au pire, on lui dirait que ce n’était plus d’actualité et il pourrait tenter de dénicher une proie pour la nuit quelque part sur le campus. Au mieux il était accepté et passerait un moment plutôt sympa et amusant. Voir plus, selon la personne qui avait passé l’annonce. Se levant, le jeune homme s’habilla un minimum décemment, éteignit la télévision, glissa le papier dans une poche de son pantalon et sortit de son studio miteux, direction la rue. Avec le métro, il mit près d’une trentaine de minutes à rallier la zone du campus, mais au final, il y parvint quand même.

Comme ce n’était pas le lieu qu’il connaissait le mieux vu qu’il n’y avait jamais été ou presque, il tourna en rond plusieurs minutes avant d’enfin trouver son chemin. C’est donc vers le milieu de l’après-midi qu’il se retrouvera devant la cité universitaire indiquée sur l’annonce. Sortant le papier de sa poche, il regarda le numéro de la chambre indiqué dessus et se mit à grimper l’escalier jusqu’à atteindre l’étage approprié. S’y engagea, il regardait chaque porte afin d’en déchiffrer le numéro jusqu’à tomber sur la bonne. Il y était… C’était donc le moment de vérité. Frappant trois coups nets, il attendit qu’on lui réponde. Comme ça ne venait pas, il retenta sa chance et put enfin entendre le déclic de la serrure.
« Salut ! C’est toi Logan ? Je viens pour l’annonce ! » Tendant le papier au jeune homme qui s’était présenté, Lukaz força quelque peu le passage et s’introduisit dans la petite chambre. Ce n’était pas très grand et il n’y avait pas vraiment d’indices sur le fameux projet… Dommage. Se retournant vers l’occupant des lieux, il reprit la parole. « Alors, c’est quoi ce fameux projet ? T’as encore besoin d’aide au moins ? » Bon, ça semblait évident que ça n’était pas une jolie fille maintenant… Mais il n’en restait pas moins qu’il était tout sauf moche. Une fin d’après-midi plaisante en perspective !

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Logan C. Wayland
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 258
◊ Nombre de Messages RP : 8
◊ Age : 27
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption & Utilisation de chaleur / Un crayon HB (ben ouais ça peut faire mal)


Informations

» Métier: Etudiants en arts

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: L'appel de l'art ! Dim 7 Aoû - 14:47

[HRP/ j'espère que ça te plaira]


Il y a des jours avec et des jours sans. C'est une ritournelle que pas mal de mondes n'arrêtaient pas de répéter sans cesse. J'avais tendance à trouver un peu con. Des jours avec et des jours sans... Franchement, avec moi, les jours étaient plus souvent sans qu'avec. Et quand les jours n'étaient pas sans... et bien ils étaient juste rien du tout. Je n'avais jamais aimé cet endroit et ce depuis le premier jour. Le détester ? Ouais au départ je pouvais dire que je le détestais. Mais d'un coté, il me semblait que tous les endroits dans le monde, même les plus paradisiaques, auraient été tout à fait détestable pour moi. Alors au final, j'avais décidé de m'en accommoder. Après tout je n'allais pas le quitter avant... ben avant jamais. Alors j'avais plutôt intérêt à m'y faire à cet endroit. Bon ce n'était pas le top. On pouvait pas dire que je sautais de joie ou encore que j'étais content. Les choses auraient pu être bien pire après tout. Le monde aurait pu savoir que j'étais un mutant. Et ça, ça aurait été la galère. La pire des honte. Mais j'avais appris à bien le cacher. Au final, personne n'avait su... Enfin presque personne n'avait su. Il faut dire que depuis que j'avais découvert la malédiction j'avais appris plus ou moins à la contrôler. L'important pour moi ce n'était pas m'en servir. C'était surtout éviter au grand maximum les accidents. Alors tout ce qui était facteur à créer un accident, je faisais mon maximum pour l'éviter. C'était mieux comme ça. Le problème que j'avais actuellement c'était les saisons. Actuellement, mon plus gros problème c'était la chaleur ambiante. Trop chaude, beaucoup trop. Et je n'arrivais pas à empêcher mon pouvoir d'agir. Une solution existait, les douches froides, mais pas trop. Ça aurait été qu'on que j'attrape un mauvais rhume pour les vacances. Alors en attendant, comme je ne pouvais pas passer ma journée sous la douche, il fallait que je trouve un truc. Mon truc, c'était le dessin. Le moyen ultime de me vider la tête et de me garder au calme la journée. Bien que la période ne soit pas vraiment la bonne pour que je sois calme.

Je n'aimais pas l'été, je ne l'aimais plus vraiment depuis celui que j'avais subi il y a de cela déjà cinq années. Bien qu'ici l'été était beaucoup plus tardif qu'en Australie. Là-ba, les périodes les plus chaudes étaient en janvier ou en février. En ce temps là où nous étions tout le temps dehors. En ce temps-là où nous pensions qu'à une seule chose, nous amuser. C'était bien loin cette période. Très loin de moi c'était sûr. Maintenant autant dire que je préférais rester chez moi. Mon minuscule petit chez moi. Une chambre universitaire que j'avais aménagée comme j'avais pu. Les parents m'avaient laissé de l'argent sur un compte, histoire que je puisse me payer les études, les trucs comme ça. Durant mes retours d'espoir fous je me mettais à penser que c'était parce qu'ils me considéraient encore comme leur fils... ouais. Ou pas.

Les journées étaient longues et se ressemblaient toutes. J'avais presque hâte que les cours recommencent. Histoire que j'ai un semblant d'occupation. Les cours... D'ailleurs en parlant des cours. Je devais commencer à envisager le fait de réaliser mon projet pour la rentrée. Encore un truc qui me courrait sur le haricot. Un projet de nu en plus. Franchement quelle idée saugrenue. Par malheur, c'était obligatoire. Alors j'avais bien été obligé de penser à le faire. J'avais passé quelques annonces dans la rue, des affiches placardées un peu n'importe où. Franchement, vous pensiez que j'étais du genre à aller dans la rue pour dire que j'avais besoin de quelqu'un ? En plus pour se désaper. Mais bien sûr. Vous croyez au Père Noël vous ! Sans compter que mon annonce était très évasive concernant mon projet. Si quelqu'un y avait répondu j'aurais sûrement improvisé pour annoncer la chose. Mais en fait, le problème ne se posait même pas. Pour tout avouer, la petite annonce n'avait pas vraiment remporté un succès fulgurant. C'était même plutôt l'hécatombe. Je commençai un peu à me désespérer. A un tel point que j'étais en train de me demander si je ne devais pas demander à mon voisin au nom imprononçable de poser pour moi.... quoi que non, vraiment en dernier recours. Non fallait pas abuser non plus. Je ne ferai appel à lui que si j'en avais vraiment besoin. Comme par exemple, juste avant la rentrée. Saleté de projet quand même. Fallait quand même être un peu con et pervers pour avoir envie de dessiner quelqu'un à poil quoi. Il n'y avait pas à dire, dans la nature, y'avait vraiment des gens déréglés mentalement parlant.

Milieu d'après-midi, il faisait chaud... du moins vu la température qu'indiquait la météo... c'était chaud. Pour moi, c'était... ben je ne faisais pas vraiment la différence avec les températures « normales ». On pouvait même dire que j'étais parfaitement bien. C'était tout à fait logique, à l'heure actuelle, toutes les cellules de mon corps étaient en train de se nourrir de la chaleur ambiante. C'était un processus que je pouvais sentir en moi. Ce qui avait la sale habitude de me rappeler ce que j'étais réellement. J'essayais de me vider la tête. J'essayais de ne plus penser. En position demie-assise sur mon lit qui me servait à la fois de canapé (vive les multi-fonctions), je traçais les traits au crayons de papier d'une scène de bord de mer. Une scène qui me rendais toujours mélancolique. Un soirée comme j'en passais souvent avec ma sœur. Le soleil couchant, elle marchait le long de la mer, pied dans l'eau. Dans mes oreilles le sont des vagues et son rire cristallin. Dans mon nez les fragrances iodées et humides de la mer. Et dans mon regard les paysages orangée de soleil tombant, ces teintes caressant les cheveux de ma sœur. Un souvenir intense. Distinct. Mes sens arrivaient presque à s'en rappeler eux même. J'étais en plein dans ce souvenir, traçant inlassablement les trait au crayon de papier, puis repassant avec un feutre fin noir. Ajoutant la couleur à la page de mon carnet. Des mouvement totalement incalculés mais à la fois très précis. Embarqués dans un flot, passé dans un autre univers. Alors quand à la porte quelqu'un tambourina, je failli sauter au plafond. Putain qui était l'imbécile qui me dérangeait ? Je regardais le papier, à cause de la surprise, mon crayon avait dérapé et un trait venait barrer le dessin. Put.... Fichtre !

Je me levai, très légèrement agacé. Si c'était le voisin russe au nom impossible qui venait me casser les pieds, autant dire que cette fois il prendrait autre chose que la porte dans le nez. Mais à l'ouverture de la porte, surprise. Ce n'était pas Macarena – ou autre chose. Un blond se présentait devant moi. J'affichais un mine surprise. Mais immédiatement il me tendit l'annonce que j'avais affiché. Ah certes, ça expliquait pas mal de choses en fait. Je fixai successivement l'affichette puis le blond. Et même pas le temps de répondre qu'il passa pour rentrer dans ma chambre. Eh beh... la politesse ça lui écorchait l'arrière-train à celui-là. Franchement je le sentais pas du tout. Mais alors vraiment pas. Je pouvais même dire plus, ça puait du cul mais violent.

    LOGAN - « Ouais c'est moi, annonçai-je sur un ton tout à fait neutre. »


Non franchement je le sentais pas du tout ce type. C'était un peu comme la première fois que j'avais rencontré Shawn. Je l'avais pas du tout senti. Et mon impression c'était avérée très vraie. Je pouvais dire que ce gros lourdingue – et un tantinet sourdingue aussi – n'arrêtait pas de me pomper l'air. Là franchement, ouais, je le sentais très très mal ! Enfin bref, peut-être que ça n'était qu'une certaine paranoïa de ma part. A force de me méfier de tout. Peut-être qu'à force de jouer les associables, je l'étais vraiment devenu. En tout cas, il semblait vouloir commencer directement. Sympathique, ce type en tout cas... sentez mon ironie. Je me glissais vers mon lit pour attraper mon carnet de dessins qui était resté sur mon lit. Un truc que je n'aimais pas qu'on voit, surtout pas ce blond qui avait des politesses très étranges. Un type dont je ne connaissais même pas le prénom. Bon okay... c'était pas super bien parti là.

    LOGAN - « D'accord, avant tout t'as un prénom ? Que je t'appelle pas « Truc Bidule » ou Sylvie... bien que ça ne me gênerai pas plus que ça. »


Bon c'était pas super bien parti je le confirmais. J'essayais de fermer les yeux pour faire abstraction de cet énergumène qui sortait très clairement de l'ordinaire. Je ne savais pas pourquoi, mais mon mauvais pressentiment était en train de se confirmer de manière relativement cuisante. Sur le coup j'étais en train de me tâter entre plusieurs choix. Est-ce que je devais virer ce gêneur et aller chercher Macarena pour me porter secours ? Ou bien allais-je essayer de supporter cet individu blond ? Le dilemme était train dur. Choix cornélien. Et après quelques secondes pendant lesquels mes méninges tournèrent à plein régime, je décida de garder ce type chez moi. Et si il devenait trop chiant... eh bien je le dégagerai à grands coups de pieds au cul. Finalement, je me détendis un peu.

    LOGAN - « Alors... le projet c'est un nu. Donc si ça te dis pas... Je lui indiquais la porte d'un signe de la tête. Sinon, tu peux commencer à te déshabiller. J'allais commencer à récupérer quelques trucs pour commencer le dessin. Oups désolé, tu veux peut-être que je t'offre un diner avant de te mettre à poil sur dans mon lit ? »


Peut-être était-ce un peu de l'humour. Ou juste du sarcasme. Allez savoir. Peut-être que dans un coup de miracle j'avais envie d'être sympathique. Sympathique avec un type qui me faisait une mauvaise impression. Je rangeais le carnet de dessin dans un coin. Et pendant que je récoltais de quoi dessiner. Alors que je lui tournais le dos je dis quelques choses.

    LOGAN - « Mets toi à l'aise... fais comme chez toi. Mais pas trop. »

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Lukaz Le Guen
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 826
◊ Nombre de Messages RP : 63
◊ Age : 32
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption et projection d'énergie solaire


Informations

» Métier: Voleur à gages

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: L'appel de l'art ! Ven 26 Aoû - 20:52

Lukaz était arrivé à la cité universitaire en milieu d’après-midi et il s’était directement rendu à la chambre qu’occupait le jeune artiste qui avait passé l’annonce. Là, il frappa à la porte qui ne mit pas trop longtemps à s’ouvrir, laissant le passage libre pour un Lukaz un peu trop… envahissant ? C’était bien le mot, en effet. Sans même attendre qu’on l’y invite, le jeune Français s’était avancé dans la pièce, forçant quelque peu le passage. Jetant un rapide coup d’œil à l’environnement, il ne découvrit rien qui pouvait l’intéresser et c’est pour cela qu’il fit volte-face afin d’enfin poser son regard sur le prénommé Logan. C’était un garçon pas trop mal, physiquement parlant, et il semblait même être relativement bien foutu sous ses vêtements, encore que là, c’était quand même difficile d’être affirmatif. Quoi qu’il en soit, il ne lui restait plus qu’à attendre sa réponse… Quel était donc ce fameux projet pour lequel il allait apporter son aide ?

Avant d’avoir sa réponse, Lukaz vit le jeune homme fermer la porte et se diriger vers son lit pour ramasser diverses affaires dont une sorte de carnet. Sans doute un recueil de dessins, vu que ça semblait évident qu’il en possède un – voir même plusieurs – étant donné sa passion. C’était le genre de truc qu’on appelait un book, nan ? Ou alors c’était autre chose qui n’avait rien à voir… Difficile à dire pour Lukaz, surtout qu’il s’en moquait que de sa première paire de chaussettes en fait. S’adressant à lui, Logan essaya de se renseigner sur son nom, proposant de l’appeler Truc Bidule ou Sylvie, le cas échéant… Des noms étranges, s’il en est. D’où ça sortait, ça… Sylvie…
« Un prénom ? Bien sûr que j’en ai un. On en a tous un, nan ? Le mien, c’est Lukaz. Après, t’en fait ce que tu veux. Je sais m’adapter. » Bon, ça ferait quand même très bizarre de se faire appeler Sylvie, il fallait l’avouer… Mais si ça pouvait lui faire plaisir, pourquoi pas.

Laissant les mots filer, Lukaz attendit la suite… Ca dura un petit moment. Bon, en fait, ça ne dura pas plus de quelques secondes, mais on sentait que Logan réfléchissait à quelque chose et c’était comme si ça prenait un temps fou. C’était mauvais signe pour lui, nan ? Du genre à se faire dire qu’au final, il avait déjà eu une personne et que c’était plus d’actualité. Ou alors, qu’il avait juste pas envie de lui ou qu’il ne correspondait pas aux critères voulus… Mais si tout ça était vrai, pourquoi lui demander son prénom ! C’est que ça devait être autre chose alors… Est-ce que… ? Nan, pas possible. Ou alors… Etait-il possible qu’il ait une touche avec lui ?! Il n’eut pas le temps de chercher à en savoir plus parce que Logan se décida enfin à répondre à sa question. Le projet artistique mentionné dans l’annonce était en fait un nu. Tiens donc, étonnant, ça.

Logan proposa ensuite à Lukaz de partir si ça ne lui plaisait pas. Dans le cas contraire, il l’invitait donc à se déshabiller. Il fallait l’avouer, pour une entrée en matière, c’était une sacrée entrée en matière ! Et comme si ça ne suffisait pas, Logan enchaîna sur une petite blague, demandant à Lukaz s’il voulait d’abord se faire offrir un diner avant de se faire déshabiller sur le lit. Belle petite erreur que voilà. En effet, le Français n’avait vraiment pas envie de se priver d’une occasion pareille !
« Un diner ? J’avoue que ça ne serait pas forcément de refus. Je n’ai pas pour habitude de refuser ce qu’on m’offre, ça serait vraiment idiot ! Quant à la suite… L’idée de me faire déshabiller sur ton lit… C’est vraiment très intéressant. Donc si tu es partant, pourquoi pas. »

Souriant, Lukaz s’approcha du bureau sur lequel Logan farfouillait à la recherche de matériel ou de quoi que ce soit d’autre. Il avait suivi le trajet du carnet qui était maintenant rangé et il avait aussi entendu sa dernière petite remarque. Bien entendu, il s’y était attendu, ce n’était qu’une blague. Toutefois, Logan l’invitant à se mettre à l’aise, il n’allait pas se priver de le faire ! Ce n’était pas tous les jours qu’un inconnu lui proposait de se mettre intégralement nu à peine cinq minutes après leur rencontre ! Alors pour une grande première, il fallait sauter sur l’occasion. Et uniquement l’occasion, pour le moment, bien entendu. Se tournant vers le lit, Lukaz retira son tee-shirt qu’il jeta négligemment dessus. Ce faisant, il dévoilait non seulement le piercing qu’il avait au téton gauche, mais aussi les deux tatouages qui n’étaient pas encore totalement visibles. Il y avait ainsi une tête de tigre dans le bas de son dos et un scorpion habilement positionné au niveau de son pubis. S’asseyant sur le lit, le Français se débarrassa de ses vieilles baskets et de ses chaussettes. L’ensemble fut glissé sous le lit histoire de ne pas gêner et Lukaz se releva, déboutonnant son jeans qu’il laissa glisser au sol avant de l’attraper pour l’envoyer rejoindre le haut. Ne restait plus qu’un unique vêtement. Il resta immobile un moment, réfléchissant à la situation, puis il se décida enfin. Retirant son boxer, qui révélait alors l’intégralité de son corps et de ses deux tattoos, Lukaz le posa lui aussi sur le reste des vêtements avant de s’étirer. Voilà, il avait obéit ! Il était à poil.

Souriant, le jeune homme se dirigea vers le bureau, frôlant Logan de son corps sans vraiment en avoir l’air. Il était doué à cela, vu l’entrainement qu’il avait suivi en boite de nuit. Saisissant le carnet qu’il avait vu posé sur le lit en entrant, il se tourna ensuite face à l’artiste, les fesses contre le bureau, ne cachant absolument rien à la vue. Ouvrant le livre, il ne posa toutefois pas les yeux sur le contenu mais plutôt sur son interlocuteur.
« Tu dessines pas mal, visiblement. Tu as déjà dessiné des gens nus ? » Question pertinente dans un sens. Après tout, c’était toujours utile de savoir s’il était le tout premier ou pas ! « D’ailleurs, tu as plus de détails sur ce nu ? Je dois faire quoi ? Juste rester debout comme ça et attendre que tu me dessines ? Ou alors, je devrais plutôt prendre une posture ? Je sais pas, tu as peut-être un thème à suivre… » Sur le moment, Lukaz devait avouer que l’idée d’une posture spécifique éveillait en lui des idées vraiment… intéressantes. Il espérait que c’était le truc à faire ! Parce que de cette manière, il pouvait éventuellement faire celui qui ne comprenait pas et qui avait besoin d’aide. Et la simple pensée des mains de Logan sur lui pour le guider, c’était une idée plus qu’agréable. « Ou alors, tu attends peut-être carrément tout autre chose… » Aucune précision, mais le sourire qui accompagnait ces propos était clairement significatif de leurs sens. Lukaz ne poursuivit toutefois pas et, gardant son sourire, il posa enfin son regard sur la première page du carnet.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Logan C. Wayland
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 258
◊ Nombre de Messages RP : 8
◊ Age : 27
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption & Utilisation de chaleur / Un crayon HB (ben ouais ça peut faire mal)


Informations

» Métier: Etudiants en arts

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: L'appel de l'art ! Mer 31 Aoû - 20:56

    LOGAN - « Mais attend, j'ai jamais dit que... Je m'arrêtais quelques secondes. Me repassant en tête ce quelles paroles j'avais prononcées. Et c'est à ce moment que je me rendis compte que, oui, je lui avait proposé un diner. Je m'envoyai une bonne claque mentale. Parfois qu'est-ce que je pouvais être con, ça en était effrayant. Tourner sa langue sept fois dans la bouche Logan. Ça t'évitera de dire des trucs de merde. Je finis par soupirer, sans vraiment si j'étais blasé ou désespéré... Ou peut-être les deux en même temps. D'accord un diner, mais JUSTE un diner. Bon sang dans est-ce que j'étais en train de m'embarquer ? J'allais devoir payer un resto à ce type... ou alors juste un truc dans un fast-food pourri... et partir avant de payer l'addition ? Bon sang, j'allais vraiment pas pouvoir m'en sortir moi. En tout cas une chose était sûre, pour qu'il squatte mon lit... autant dire qu'il pouvait aller se faire voir chez tout nu – bon certes là l'expression était mal choisie. Non mais déjà que je n'avais pas touché à la moindre fille depuis... cinq ans, tout ça a cause de mon pouvoir. J'allais pas partager ma couche avec lui ! »


Houston, vous avez un problème. Un sacré de problème oui. Un blond prénommé Lukaz ! Non franchement ce type je le sentais mais pas du tout ! Peut-être allias-je devoir envisager le fait de le mettre à la porte pour demande à … Macarena de me servir de modèle. Mais après quelques secondes d'intenses réflexions... Je préférais toujours ce type que mon voisin à l'accent russe tout à fait insupportable. Enfin si j'avais su que Lukaz serait bien pire que l'accent russe du voisin. Enfin de toute manière, je n'aurais même pas pu lui dire de prendre la porte et mon pied là où je pense... pour la simple et bonne raison qu'il était déjà en train de se préparer pour mon projet. Autrement dit de se déshabiller. Je le regardais quelques instants, déboutonner son pantalon. Mais rapidement je lui tournais le dos, passant mes doigts sur mes yeux pour les frotter d'un geste sec. Ouais, franchement ça puait du cul mais violent. Mais je devais absolument faire ce projet, mettre un terme à ce crique le plus rapidement possible. Bon certes, je n'allais pas non plus m'en débarrasser, même si ce n'était pas l'envie qui me manquait. J'avais une sainte horreur du travail bâclé et mal fait. Je crois que j'avais n petit fond trop perfectionniste. Voilà bien une chose qui m'empêcherai de faire ce projet à la va vite, seulement pour m'en débarrasser. De la patience, me disais-je en prenant mes instruments un à un. J'allais devoir mobiliser toute ma patience face à ce type qui avait un sens de la politesse et des bonnes manières qui n'appartenaient qu'à lui. En tout cas être assez patient pour ne pas le brûler. Je sentais que ça allait relever de l'exploit.

Mais malgré les beaux discours de la patience. Je savais très bien que j'étais tout, sauf un type patient. Sa présence se finit sentir soudainement. Je me raidis. Autant dire que j'étais devenu aussi droit que la justice, et ce sans mauvais jeu de mots. Un type nu commençait à s'approchait trop près de moi... A ça c'était un truc que j'aurais jamais pensé dire un jour. Enfin bref, je ne sais pas ce qui me gênait le plus dans cette affaire. Qu'un mec à poil se comporte bizarrement. Ou qu'il soit beaucoup trop prêt de moi. Je détestais la proximité. Surtout quand elle devenait presque oppressante, tellement qu'elle en devenait promiscuité. Incapable de réagir, j'étais beaucoup trop concentré pour contenir ma chaleur en moi. Autant dire que ce genres de situations étaient parfaitement propices aux accidents. J'avais appris à me contenir. Mais là c'était devenu compliqué. Je sentais d'ailleurs parfaitement la moindre cellule de mon corps vibrer et chauffer comme ce n'était pas permis. Sûrement pour ça qu'il pu se glisser devant moi et commencer à jouer les fouineurs sans que je puisse réagir. Ce type ! C'est... c'est un dinosaure... Ça c'était sûr ! Les manières d'un dinosaure ! Non mais vous pensiez que je parlais de quoi ? Je finis par soupirer sans le cacher. Je m'éloignais de lui, sans prendre la peine de récupérer mon carnet de dessin. J'allais lui laisser en pâture histoire qu'il n'ai pas la bonne idée de revenir trop près de moi – peut-être était-ce une erreur après tout. M'en j'étais sûrement trop blasé pour aller me battre contre un type tout nu. Je finis par observer la pièce du regard histoire de m'imaginer qu'elle pose il pouvait adopter.

    LOGAN - « Même si ça en a pas l'air, je ne demande pas à tout le monde de se dépoiler pour finir sur papier. Je continuais de fixer divers endroit de la pièce. Les doigts sur le menton, un air de réflexion sur le visage. J'essayais de me visualiser les différentes postures et de sélectionner la plus... intéressante. Pas que ça me fasse plaisir. Mais comme j'ai pas vraiment le choix. »


Mon regard se tourna vers Lukaz. Prenant le temps d'observer son corps. Immédiatement quand il y avait un distance de sécurité entre nous, je me sentais beaucoup mieux. Non parce que cette proximité me faisait perdre totalement mes moyens et m'empêchais d'utiliser mon cerveau correctement. N'imaginez pas que c'était parce qu'il m'attirait. De tout manière, là n'était pas la question. Puis ça ne m'intéressais franchement pas de jouer les jolis cœurs. Enfin ce n'était plus du tout mon genre. M'enfin c'était quand même parfaitement dérangeant que de se faire pomper l'espace vital. Allé ! Zen on reste zen ! En regardant le corps de Lukaz, je me demandais qu'elle position serait la plus sympathique à rendre, sans que ça fasse pour autant salace – même sur le coup je me demandais si les professeurs n'avaient pas fait ça pour se payer un peu de pornographie sans passer par les chaines payantes du câble. Remarquant son tatouage, je pensais que cela aurait pu rendre assez sympa sur le papier. Puis miracle, le flash, la lumière, l'illumination. Allelujah ! Hmmm sans s'emporter bien sûr... Le doigt levé vers le ciel – signe de mon idée qui venait d'apparaitre, presque une ampoule éclairée au dessus de ma tête comme dans les bandes dessinées – je me tournai vers mon lit. Et saisissant les draps, je les dégageais d'un geste sec. Tant pis pour ce qui c'était trouvé dessus. Ça allait être impeccable.

    LOGAN - « Viens vers moi. J'aimerais que tu prennes une pose comme celle-ci. »


Alors je m'assis sur le lit, ouais je sais s'asseoir sur le lit avec des chaussures, c'est mal. Au diable les interdictions pensais-je. Je prenais la pose que j'avais imaginé histoire qu'il puisse comprendre un peu ce que j'attendais. Les jambes sur le lit, repliées. Le buste et le visage de trois quart pour qu'on ne les voit pas en totalité. Un regard comme s'il était égaré sur un point qui n'existait pas. Enfin je savais que comme ça, ça n'avait pas l'air super évident à comprendre. Dans ma tête, c'était pourtant super évident. Enfin je voulais pas rester à faire le mariole trois cent ans pour qu'il comprenne. Pas besoin d'être diplôme mention parfait pour comprendre ! Alors je me levais et l'invitais à prendre la pause. Je le laissais faire. Mais rapidement je commençais à râler. Éternel insatisfait que j'étais et franchement désagréable.

    LOGAN - « Mais non pas comme ça les bras. Tourne ta tête. Non mais ! Dans un automatisme incontrôlable, je m'approchais et positionna son visage avec deux doigts. Et plus fermement, le plaçais ses jambes.... à plein main cette fois. Et c'est à ce moment que j'ai compris ma connerie. Je l'avais touché. Avec ma peau qui devais dépasser les quarante degrés. J'allais devoir aviser... et faire comme si... comme si rien du tout ! Je m'écartai d'un coup, comme si quelque m'avait brûlé – comme si cela était possible. Non c'est bon... dis-je pour couper court à toutes idées qu'il aurait pu avoir. Espérons qu'il n'ai pas remarqué... »

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Lukaz Le Guen
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 826
◊ Nombre de Messages RP : 63
◊ Age : 32
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption et projection d'énergie solaire


Informations

» Métier: Voleur à gages

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: L'appel de l'art ! Dim 4 Sep - 21:54

Lukaz avait cru comprendre que l’histoire du diner et du déshabillage était une blague et de ce fait, il n’avait pas hésité à jouer là-dessus, sans vraiment penser que ça irait plus loin. C’est d’ailleurs pour ça qu’il avait laissé filer ces propos pour commencer à se déshabiller réellement. Au fond, les paroles n’avaient plus rien d’important. Après tout, ce n’était qu’une petite blague et une fois cette blague passée, il n’y avait plus rien à en tirer. Pourtant, soit Logan avait une manière particulière de faire passer son humour, soit Lukaz avait raté un épisode… Parce que visiblement, cette idée de diner était très sérieuse… Bon, dans un sens, le Français aurait préféré le supplément proposé avec ça, mais ça ne semblait pas tellement possible. Donc le diner seul ferait l’affaire, encore qu’il fallait voir ce qu’il allait donner… Ca pouvait être un truc sympa comme une grande catastrophe. Mais quoi qu’il en soit, Lukaz n’était pas du genre à dire non à quelque chose de gratuit.

Il ne répondit toutefois pas, ne faisant que sourire. Néanmoins, il grava la proposition dans son esprit, bien qu’il était sûr de ne pas l’oublier. Continuant de se dévêtir, Lukaz nota le bref regard de Logan qui ne fit qu’agrandir son sourire un peu plus encore. A priori, le jeune artiste n’était pas du genre voyeur ou alors, les hommes ne l’intéressaient pas. Dommage, mais après tout, personne n’est parfait. D’un autre côté, Logan pouvait aussi essayer d’éviter de lui faire peur en jouant les gros pervers… Parce que bon, il fallait avouer qu’il avait quand même des circonstances aggravantes contre lui. Par exemple ? Demander à un inconnu de se mettre à nu dans sa chambre.

Finissant de se déshabiller, Lukaz se dirigea vers le bureau pour s’emparer du calepin de croquis qu’il commença à feuilleter après avoir posé quelques questions. En même temps, il essayait d’analyser la situation vis-à-vis de Logan, notant ses réactions face à ses gestes et ses postures, cherchant à capter ses regards, bref, faisant tout son possible pour déterminer s’il avait une chance que ce rendez-vous professionnel débouche un jour prochain sur un plan cul. La première conclusion était que ça semblait très mal parti… En effet, Logan n’aimait visiblement pas la présence d’un jeune homme nu trop près de lui. Un comble alors qu’il allait devoir l’observer sous toutes les coutures pour le dessiner. En plus, ça semblait être sa première expérience du genre, vu que dans son carnet, il n’y avait pas le moindre nu. Ce que confirma en même temps le jeune artiste, précisant que cette idée ne lui faisait pas vraiment plaisir… Vraiment dommage ça. Mais bon, il devait sans doute y avoir un moyen de lui faire aimer ça !

La suite était un peu plus étrange, même pour lui. Debout contre le bureau à feuilleter le carnet, Lukaz ne pouvait pas s’empêcher de sentir le regard de Logan qui le scrutait sous tous les angles, détaillant son corps, cherchant à le connaître pour éventuellement trouver le meilleur moyen de le coucher sur papier. Quoi qu’il en soit, un tel regard, c’était quelque peu dérangeant… On l’avait déjà regardé de bien des manières, mais jamais avec une telle intensité. Et ça, ça avait de quoi le troubler. Il fut finalement tiré de ses pensées par une vive réaction de l’artiste qui pointait son index vers le ciel en parfait cliché tiré d’une bande dessinée quelconque. Il venait d’avoir une brillante idée et Lukaz se doutait qu’il n’allait pas tarder à la connaitre à son tour. Comme pour lui donner raison, Logan se leva et dégagea les draps de son lit, préparant une sorte de piédestal pour son modèle.

Alors qu’il y était invité, le Français s’approcha du lit et observa la position présentée par le jeune artiste. Il nota plusieurs petits détails, comme la position des jambes, l’angle de la tête, la direction du regard, la gestuelle des bras, etc. Finalement, Logan dut supposer qu’il en avait assez montré et il se leva, laissant à Lukaz le soin de prendre place dans la même position. Ce dernier vint donc s’asseoir sur le lit avant d’y remonter les jambes, en repliant une sous lui tout en tendant l’autre. Il plaça ensuite son torse dans la position indiquée par le dessinateur et regarda dans la même direction… La position devait être assez sympa à regarder, mais il fallait avouer qu’elle n’avait rien de pratique. Absolument rien ! En effet, dans cette position, il n’avait pas le moindre appui, à moins de se servir de sa main pour ne pas s’effondrer sur le lit. Mais visiblement, ça n’était pas ce qu’attendait Logan puisqu’il râlait au sujet de la position de ses bras… Nan mais c’était quoi encore que ça ? Il venait l’aider gratuitement, il se foutait à poil alors qu’ils ne se connaissaient même pas et monsieur trouvait le moyen d’être exigeant ! Une chose était sûre, le Français n’allait pas le laisser continuer comme ça bien longtemps.

Toutefois, avant qu’il n’ait pu réclamer, Lukaz sentit les doigts de Logan se poser sur son menton afin de positionner correctement son visage. Puis ce fut au tour de ses jambes que le jeune homme agrippa fermement… Alors ça, pour une surprise ! S’il suffisait de faire semblant de ne pas comprendre pour se faire tripoter, ça allait devenir très drôle. Bon, il ne fallait pas pousser non plus, mais jouer un petit peu dans ce domaine, ça pouvait être amusant. Surtout pour lui ! Après, il n’allait pas pousser trop loin non plus parce que mine de rien, il aimait la situation et ça l’ennuierait beaucoup de se faire jeter comme un chien galeux. Ces pensées se bousculèrent rapidement dans son esprit et elles furent rapidement remplacées par une autre pensée, plus simple. Elle tenait en un seul mot : chaud. L’information mit du temps à percuter, mais quand elle le fit, Lukaz ne put s’empêcher de casser la posture prise en posant un regard interrogateur sur le visage de Logan. Ce dernier y répondit presque instantanément, ce qui ne pouvait qu’augmenter son interrogation.


« C’est bon ? Qu’est-ce qui est bon ? Sûrement pas ma position, vu comme tu râlais à ce sujet. » Il le prenait vraiment pour un gros débile s’il avait pensé que l’excuse marcherait comme ça. Et s’il tentait de s’en sortir comme ça, c’est qu’il avait des choses à cacher… Mais quoi ?! Regardant le jeune artiste, Lukaz réfléchit et il se laissa finalement aller. D’un geste rapide, il attrapa la main de Logan. Ca n’avait rien de très difficile, vu qu’il était très près de lui et qu’il ne s’y attendait visiblement pas. Ne lui laissant pas le temps de réagir, Lukaz plaqua ensuite la main capturée sur son propre torse et il fut certain de remarquer ce qui l’avait alors surpris. Une moue dubitative sur le visage, il relâcha la main et se leva, faisant le tour de Logan en l’observant. Finalement, il tenta de le surprendre une fois de plus pour poser sa main sur son front, histoire de prendre sa température.

« Je suis pas médecin et je m’y connais pas trop dans le domaine… Mais faut avouer que tu as un truc qui cloche. » Prenant son menton dans sa main, Lukaz tenta de se donner un air interrogateur, façon grand détective. Ca ne marchait que moyennement, il faut l’avouer… « Techniquement, je dirais que tu as de la fièvre… Mais si c’était le cas, tu serais pas aussi vivace, bien au contraire. Donc il doit y avoir une autre solution… » Se rapprochant le plus près possible sans que Logan ne batte en retraite, Lukaz reprit. « Tu personnifies peut-être le terme hot… Et dans ce cas, j’ai rarement rencontré un garçon plus hot que toi… » Souriant, le Français s’écarta avant de se prendre un coup de poing dans les dents. « Ou alors, c’est… autre chose. Remarque, ça me concerne pas, hein. Mais j’aimerais juste savoir si tu as la grippe ou si je vais me brûler en te touchant… Déjà que je me fous à poil gratuitement pour toi… Tu sais, si j’avais été une pute, j’aurais pu te facturer tout ça ! T’as quand même de la chance d’être tombé sur moi. »

Tirant la langue de matière mutine, Lukaz finit par mettre fin à ce petit jeu. En fait, si Logan voulait parler, il n’avait qu’à le faire. Et s’il préférait se taire, c’est lui que ça regardait. Du moment qu’il lui certifiait qu’il ne risquait rien, le Français s’en tiendrait à ça. Retournant sur le lit, il reprit la position qu’il avait quittée plutôt. « On en était là, nan ? Si tu veux m’aider à me positionner, te gêne pas. Ca me dérange pas que tu me touches et je poserais plus de questions. Mais si ça te pose un souci à toi, alors essaye d’être le plus clair possible dans tes propos ! » Et voilà, de cette manière, il pourrait voir si Logan était vraiment gêné par la situation ou s’il allait lui faire plaisir en le touchant un peu. D’accord, c’était rien du tout, mais bon, on fait avec ce qu’on a ! « D’ailleurs ! Si tu as vraiment chaud, ne te gêne pas, tu peux aussi te déshabiller, hein. Et proteste pas ! Si je dis ça, c’est aussi pour moi. En général, je me fous pas à poil devant un inconnu, et dans la situation je dois avouer que ça me fait un peu bizarre. Imagine je me mets à bander devant toi !? J’aurais l’air malin moi… Au moins, si tu enlèves tes vêtements, ça remet les choses à plat. Nan ? T’es pas d’accord ? »

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Logan C. Wayland
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 258
◊ Nombre de Messages RP : 8
◊ Age : 27
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption & Utilisation de chaleur / Un crayon HB (ben ouais ça peut faire mal)


Informations

» Métier: Etudiants en arts

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: L'appel de l'art ! Sam 8 Oct - 10:01

Vous savez ce que ça fait quand on sent qu'on est dans la merde et qu'on ne peut pas s'en sortir ? Ben actuellement c'était vraiment dans cette situation que j'avais l'impression d'être. Ça sentait la merde à plein nez. Bien sûr, c'est une métaphore. Mais ça sentait les ennuis, si les ennuis pouvaient avoir une odeur... L'argent n'avait pas d'odeur, disait-on, les problèmes en tout cas en avait une. J'allais commettre des gaffes. Des gaffes que j'allais vraiment multipliés dans le futur. A croire que cinq années de contention volontaire m'avaient fait péter une durite au sens propre du terme. Mon ancien caractère spontané faisait toujours des retour fulgurants et je me mettais dans des situations impossibles tout seul ! Le genre de situations on voyait que j'étais quelqu'un de pas normal. Un immonde monstre dangereux. Un mutant qui se contrôlait à peine.

Et la gaffe arriva très vite. Surtout quand on arrivait à titiller mon coté perfectionniste. Et Lukaz était tombé en plein dedans, malgré lui. En faisant les choses comme il ne fallait pas, il m'avait clairement agacé. D'ailleurs je ne m'étais même pas caché quand il avait fallu râler contre lui. Je détestais qu'on ne fasse pas les choses comme je les avais demandé. Pourtant prendre la pose c'était franchement pas compliqué ! Je lui avais montré en plus. Alors qu'il n'y arrive pas, c'était un peu beaucoup agaçant. Fallait être sincèrement bête pour pas comprendre. Non franchement j'avais eu la violente envie de râler contre lui. Et ce n'était pas dans mes habitudes d'être quelqu'un qui se retenait pour être agréable avec quelqu'un qui me faisait mauvaise impression. Alors forcement le pauvre type avait reçu. Mais pas autant que ce je pensais vraiment. Des plaintes en quelques sorte adoucies. Mais j'avais fait la stupide erreur de le toucher. Il fallait savoir que ma peau était beaucoup plus chaude que la moyenne. Mais pas comme après avoir pris le soleil. C'était comme si j'avais une fièvre... une fièvre qui serait dans le genre relativement mortel. Alors autant dire que c'était quelque chose qui avait tendance à se voir facilement. Surtout quand j'étais en pleine phase d'énervement. Ma peau devenait encore plus chaude. Une des utilisations de mon « pouvoir ». quand j'étais énervé, mes mains devenaient très chaudes et je pouvais brûler quelqu'un par mégarde. Et là, ça commençait à faire cet effet. Je le sentais bien. Alors j'essayais de me calmer. J'essayais de garder un minimum de self-control. Après ma gaffe j'avais préféré m'éloigner de lui. Histoire de ne pas me trahir. Histoire de lui faire oublier qu'il y avait quelque chose qui clochait. Mais j'avais la grande malchance de tomber tomber sur un type très insistant. Et il n'allait pas lâcher l'affaire. Bien sûr qu'il avait compris que quelque chose n'allait pas avec moi. Je sursautai légèrement quand il me prit la main pour la plaquer sur son torse. Un contact imprévu. Un contact qui eu le don de me mettre extrêmement mal à l'aise. Mais le pire, c'est qu'il n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. Il allait continuer de me mettre encore plus mal. Je me demandais s'il ne le faisait pas exprès là !Son petit jeu n'eus pas le don de me rassurer en tout cas.

C'était même le contraire. Tout le contraire. Avait-il compris ? Vu ces réactions je ne saurai vraiment pas quoi dire. En tout cas son comportement... il était.... Comment dire ? Trop proche. Trop intrusif. Et autant dire que je ne pouvais pas être plus mal en point. En tout cas il était assez intelligent pour comprendre qu'il y avait quelque chose chez moi qui n'allait pas. D'un coté pas besoin d'avoir fait huit années d'études en médecine pour comprendre que j'avais une fièvre qui pourrait assommer un être humain normalement constitué... pour ne pas dire le mettre totalement dans le comas. Mais je ne savais pas ce qui était le pire dans ma situation. Le fait que le blond découvre ma mutation, ou le comportement... relativement bizarre qu'il adoptait. Devais-je plus céder à la panique ? Ou la colère ? Je n'arrivais pas vraiment à savoir sur quel pied danser sur le coup. Moi qui avais toujours une réplique cinglante à lancer en réponse, je me retrouvais totalement incapable de réagir devant un sortir de blondinet tout droit sorti de je ne savais où, sûrement de l'espace. Mais franchement qu'un type à poil s'approche de moi comme ça. Ça avait le don de me mettre relativement...très mal. Il était vraiment trop proche de moi à mon goût. Vraiment beaucoup trop. Et le pire, c'était qu'il avait tout calculé pour que je ne puisse pas m'enfuir. L'avait-il fait exprès ? Mon petit doigt me disait que oui. Enfin bref, il continuait de s'approcher, fuite impossible. J'étais fait comme un rat, et l'expression était tout à fait choisie sur le coup. Que devais-je faire ? Le frapper ou envisager sérieusement le fait de me jeter par la fenêtre. Mais vu son comportement, la seule réactions que j'étais en train d'avoir, c'était de rester totalement figé. J'osais à peine bouger le petit doigt. Et de manière volontaire je faisais vraiment tout éviter qu'il me touche à nouveau. J'éloignais mon corps du sien au maximum, en me courbaturant le dos d'une des manières les plus douloureuse au monde. S'il y avait eu un mur je crois que je me serai subitement découvert un don d'intangibilité. Surtout quand il me dit que je personnifiait le terme « hot » à moi seul. Rien qu'en entendant ça, ma mâchoire faillit se décrocher du reste de mon visage. Il jouait à quoi là ? Déjà qu'il s'approchait de trop de moi... mais en plus avec des répliques comme ça, je pouvais facilement croire qu'il était en train de me faire de la drague. Il me draguait ? Non... enfin c'était pas quelqu'un que je connaissais. Puis de toute façon, ça ne m'intéressait pas. Non pas que les garçons ne m'intéressent pas. La réalité était que, grossièrement, je faisais tout pour ne plus m'intéresser à ces choses. Certes, il fut un temps, j'avais eu un comportement totalement à l'opposé de ce que j'étais maintenant, dragueur, infidèle, cumulant les « relations » en même temps. Ouais, maintenant j'aurais du mal à agir de la sorte à nouveau, de peur de carboniser quelqu'un. Maintenant ma vie ressemblait plus à celle d'un moine... parfois j'avouais que j'avais du mal à le supporter d'ailleurs. Enfin bref, après cinq longues années de... ben de moine, j'avouais que je ne me posais plus vraiment la question si je préférais être une nana ou bien un mec. Je ne me posais simplement pas la question. Mais que ce type me fasse de la drague comme ça... ouais ça me laissais relativement sur le derrière.

Quand il s'écarta, je me sentais comme à nouveau respirer. Sûrement le faisait-il en prévision d'une réaction violente, mais j'étais bien trop estomaqué pour avoir la moindre réaction. Et encore moins de lui mettre un pain dans la figure. Je failli encore me figer quand il dit que c'était autre chose que les solutions énoncées... Mais apparemment il annonça que ça ne le regardait. Et encore heureux tiens ! Bien sûr que ça ne le regardait pas du tout. Il avait sa vie et moi la mienne, point final. Ce n'était pas parce qu'aujourd'hui on se parlait que je finirai un jour par lui avouer la vérité me concernant. Mais en tout cas je savais bien que ces derniers mots avaient vraiment un sens particulier. J'avais vraiment peur qu'il puisse deviner mon secret. Qu'il est comprit ce que j'étais. J'aurais pu parfaitement détourner la conversation et parler de tout autre chose... Mais au final ça n'aurait pas eu le moindre intérêt. Je finis par soupirer. De tout manière, Lukaz serait toujours un gars parfaitement désespérant. Un type collant et chiant. J'allais devoir improviser sur le feu un manière de luter contre cet envahisseur blond.

    LOGAN - « Promis tu n'auras pas la grippe, dis-je en levant le yeux au ciel... ou plutôt au plafond. »


Et là que faire ? J'étais devant un sacré dilemme. Devais-je continuer à le placer comme j'étais partie pour ? Ou bien devais-je l'orienter comme je l'avais fait au début ? Parce que si je le touchais, il se rendrait bien compte que ma peau était vraiment plus chaude qu'une fièvre, même s'il n'avait pas un thermomètre greffé dans le cerveau. Mais je devais quand même faire ce boulot. Et avec Lukaz, type totalement désespérant qui me tirait la langue en plus. Sauter par la fenêtre ? Pourquoi cette solution me paraissait de plus en plus séduisante ? Enfin bref... Je devais bien penser à ce que je devais faire. Je ne devais pas me planter. Mais alors que j'étais en pleine réflexion, le dénommé Lukaz me sortit un solution... que lui seul aurait pu trouvé je pense. Me déshabiller aussi. Ben voyons... Pourquoi est-ce qu'il me sortait des trucs comme ça sans prévenir à l'avance ? Je sais il pourrait y avoir un message pour m'informer qu'il allait me sortir une énormité. Que je me prépare mental à réagir et que je puisse réfléchir à ce que j'allais faire et/ou dire. Parce que franchement je ne savais vraiment plus quoi faire avec cet énergumène. Je devais cependant réagir et vite, sinon je savais bien que ses soupçons allaient se renforcer. Mais quelle solution adopter ? Je pouvais envisager le fait de ne pas réagir du tout, et dans ce cas-là, il se douterait bien de quelque chose. Ou bien jouer le jeu... faire comme si j'avais eu un coup de chaud et enlever mon haut... Franchement entre les deux je ne savais pas quoi faire. J'avouais que l'idée d'entrer dans son jeu et me déshabiller était loin de me plaire. Mais je n'avais pas non plus envie de me faire découvrir par quelqu'un. Autant dire que le choix était difficile. Et le pire... C'est que je n'avais pas non plus de pièce pour trancher ma décision. J'allais devoir faire ça sur un coup de tête. Et je sentais que j'allais m'en vouloir énormément après l'avoir fait.

Je finis par soupirer. Il n'y avait plus rien à faire je pense. J'essayais de trouver les manières de me rattraper sans commettre la pire des gaffes. Pourtant plus je réfléchissais plus ça me semblait totalement impossible. Je finis par me rapprocher de Lukaz, et comme j'avais commencé, le mettre dans la position que je voulais. Remettant son visage comme je le voulais. Je remontais ses jambes sur le matelas. J'essayais de ne plus faire attention à ma température corporelle. Sachant bien que si je paniquais à cause de ça, ça finirai forcement en catastrophe. Et je voulais l'éviter à tout prix. Alors j'essayais de ne pas trop y penser. Quand finalement j'eus finis ma corvée de tripotage, je m'éloignais pour observer. J'étais relativement content du rendu. C'est alors que j'eus cette stupide idée. Stupide, ouais c'était le bon mot. Je venais de le toucher dans tous les sens, et je supposais qu'il en avait profiter.... Et là, j'allais en rajouter. C'était vraiment le pompon. La fin des haricots verts. J'enlevais mon tee-shirt, histoire de jouer le jeu. Histoire de faire comme si. Un peu de comédie allions dire. J'espérais franchement que ça allait me donner un alibi. Ou quelque chose pour « m'innocenter ».

    LOGAN - « En fait, t'as raison. Il fait chaud. Fichue canicule »


Je râlais en me faisant de l'air avec la main. Avoir chaud... bon sang. Voilà quelque chose que je ne connaissais plus du tout. La chaleur je ne la ressentais plus du tout. Mes cellules étaient totalement immunisées contre la sensation de chaud. Alors bon... Intérieurement ça me faisait quand même bien rire de dire une telle chose. Enfin je faisais surtout ça pour donner l'illusion que j'avais vraiment chaud. Pas sûr que ça marche. Mais bon. Il fallait bien que je tente quelque chose. Une chose était sûre, c'était que cette séance de dessin, je la sentais de moins en moins. Et j'avais l'impression que tout ce que je faisais était en train de totalement m'enfoncer. Quelqu'un vienne m'achever là. Au moins ça me semblerai toujours moins douloureux que la situation actuelle. Je finis par attraper mon carnet et les quelques instruments pour mon dessin. J'espérais que ça se finisse vite. J'espérais que j'allais vite emballer l'affaire pour ne pas que cette histoire s'envenime totalement. Pour que ce Lukaz quitte vite mon chez moi. Et puis qu'on ne parle plus de cette journée relativement poissarde. Je pris place sur le premier truc qui me permis de m'asseoir.

    LOGAN - « Essaye de garder, la pause,annonçai-je sur le ton le plus neutre que je pouvais. J'essayais d'oublier le blond. J'essayais de me concentrer sur mon dessin. Mais je savais bien que la partie n'allait pas être gagnée d'avance... surtout avec ce type ! »

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'appel de l'art !


SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas

L'appel de l'art !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A p o c a l y p t o :: ◄ Quartier Moyen :: ◄ Chambre U' de Logan Wayland-