Chaleur estivale sur le campus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Lukaz Le Guen
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 826
◊ Nombre de Messages RP : 63
◊ Age : 32
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption et projection d'énergie solaire


Informations

» Métier: Voleur à gages

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Chaleur estivale sur le campus Jeu 21 Juil - 14:55

L’été était arrivé depuis plusieurs mois maintenant et ça se voyait clairement à travers la météo. Pour Lukaz, c’était même encore plus clair que pour n’importe qui d’autre, parce qu’avec la présence quasi constante du soleil, il était en forme comme jamais auparavant. Si au début il avait hésité à partir aux Etats-Unis, il était maintenant plus que content d’avoir fait ce choix. Le temps qu’il avait passé à Las Vegas l’avait plutôt amusé et maintenant qu’il était enfin clairement installé à Achaea, il ne pouvait pas nier qu’il s’était bien intégré. Enfin, d’une certaine façon bien sûr, parce qu’à y regarder de plus près, il n’en restait pas moins un gros marginal. Mais ça, il s’en moquait assez. Il avait un logement et même si c’était un petit studio miteux, c’était mieux que rien. Pour ce qu’il y faisait, de toute façon… Il avait un travail, voir même plusieurs, et bien que ça ne soit pas des trucs légaux et appréciés des gens, ça payait relativement bien et il pouvait profiter de petits plaisirs. En plus, il avait des amis, ou du moins des gens qu’il pouvait considérer comme tels, comme Kaileen, sa colocataire, ou Vincenzo. Enfin, même s’il n’avait pas de petite amie, il avait une multitude de conquêtes et ça lui convenait amplement. Que pouvait-il vouloir de plus ? Il avait beau chercher, il ne voyait vraiment pas…

Toutefois, comme il y avait du soleil, il trouvait dommage de rester enfermé chez lui. Il préférait sortir pour profiter des rayons bienfaiteurs mais sortir pour juste se promener, ça n’était pas pour lui. Faire des courses ? Et puis quoi encore… La dernière fois, il avait acheté des bracelets et des bagues pour Vince, mais c’était un cas bien particulier. Il aurait aussi pu tenter de chercher un boulot, mais oncle Sal’ l’appelait en général de lui-même et la boutique de l’antiquaire Jace Valeskine était fermée pour cause de vacances. Quant à d’autres contacts, ils ne sortaient qu’à la nuit tombée… Que faire alors ? Les bars étaient encore fermés à cette heure là et c’était donc même la peine d’espérer aller draguer là-bas… Dure vie qu’il menait. Soudain, une pensée sauta à son esprit ! Alors qu’il avait rencontré Baby sur la plage artificielle d’Achaea, ils avaient discuté ensemble et le jeune homme avait expliqué qu’il faisait ses études à la fac de la ville. Autant dire que si on trouvait des garçons dans son genre là-bas, ça valait la peine de faire un tour sur le campus. Il devait y avoir moyen d’y draguer quelques personnes dans le but de se trouver une bonne occupation pour la nuit suivante… Ou alors, tenter de décrocher un petit job facile pour quelques billets. Et pourquoi pas combiner les deux ? Lukaz n’était pas du genre à se prostituer et il ne l’avait d’ailleurs jamais fait. Mais s’il pouvait gagner de l’argent en couchant avec un étudiant mignon, pourquoi s’en priver ?! L’idée était plutôt plaisante et ça valait donc la peine de se renseigner un minimum. Cherchant ses papiers dans sa veste, il les glissa dans la poche de son pantalon, hésita un instant et finit par lancer la veste sur le canapé. Il faisait beau, pourquoi s’en encombrer ? S’il voulait draguer, autant en rester à son t-shirt moulant…

Après plusieurs dizaines de minutes de métro et trois changements de ligne, Lukaz arriva enfin sur le campus universitaire. C’était un endroit dans lequel il n’avait jamais mis les pieds, que ce soit à Achaea ou même en France. L’école était un endroit qu’il n’avait jamais fréquenté puisqu’il avait surtout été à l’école de la vie, aussi, ça lui faisait un peu bizarre. Mais en même temps, le Français ne dénotait pas trop dans cet environnement, si ce n’était qu’il n’avait pas de sac et qu’il faisait donc plutôt touriste… Mais ça, c’était surtout du détail. Qui s’en inquiéterait ? Et puis, à sa connaissance, le campus n’était pas interdit aux visiteurs. Bref ! Inspirant un grand coup, le jeune homme s’élança sur le chemin bétonné et remonta lentement en direction des bâtiments, lançant des regards à droite et à gauche à la recherche d’un bon plan. Il y avait moyen qu’il apporte de l’aide dans de nombreux domaines, que ce soit récupérer des sujets d’examens pour un étudiant désespéré, animer une soirée privée entre filles – ou entre garçons – ou encore occuper les nuits d’une personne intéressée. En plus, il n’était pas du genre timide et aborder de tels sujets ne les dérangeait absolument pas.

Au fur et à mesure qu’il avançait, Lukaz se rendait compte que les bienfaits de l’été se faisaient aussi très largement sentir sur le campus puisque les garçons comme les filles se dénudaient plus ou moins et dans pas mal de cas, c’était un véritable régal pour la vue. Du moins, en apparence, puisqu’étrangement, il y avait aussi des gens qui gardaient malgré tout une impressionnante couche d’habits, et cela bien que le temps était presque à la canicule. Ca aurait été compréhensible s’ils avaient été plutôt banals, physiquement parlant, mais quand c’était le cas d’une jolie fille… Ca devait certainement cacher quelque chose ! Mais quoi ? Lukaz avait toujours pensé qu’il était quelqu’un de différent, d’à part. Il était donc intrigué par les gens qui manifestaient visiblement une différence. On disait bien sûr que la curiosité était un vilain défaut, mais le Français s’en moquait franchement. Suivant donc un peu la jolie blonde très habillée, Lukaz chercha une excuse bidon avant d’accélérer enfin le pas dans le but de l’aborder.
« Salut ! Excuse-moi de te déranger, mais c’est la première fois que je viens dans le coin et je dois dire que je suis un peu perdu… Je devais retrouver quelqu’un aux environs de la bibliothèque mais j’ai pas de plan. J’ai bien essayé de suivre les panneaux mais c’est assez mal indiqué… Je pourrais te demander de me guider ? Si tu as le temps, bien sûr… » Restait à espérer que la jeune fille accepte et ensuite, il allait falloir trouver une meilleure excuse pour l’accaparer un peu plus longtemps. Et puis, il fallait espérer qu’elle ne soit pas trop curieuse…

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutante Pacifiste ۞

avatar

Angeline Ontario
۞ Mutante Pacifiste ۞

◊ Nombre de Messages : 455
◊ Nombre de Messages RP : 19
◊ Age : 25
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 19 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Possède des ailes


Informations

» Métier: Etudiante en Biologie

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: Chaleur estivale sur le campus Lun 25 Juil - 23:48

Les vacances ça craint....

C'était plutôt bien parti, enfin, ça avait commencé comme d'habitude : une ou deux semaines à rien faire, juste végéter, se lever tard, histoire de "se reposer" de l'année scolaire, enfin bref, vivre comme une reclus, asociale, une marmotte. Puis vint le temps ou j'avais envie de sortir et profiter un maximum des journées : levés très tôt, couchés très tard, fêtes entre amis, sorties en tout genre, à toute heure du jour et de la nuit... enfin les vacances quoi. Mais maintenant, la plupart des gens étaient partis et c'était bien plus compliqué pour organiser les choses, en plus, je ne rentrais au Canada qu'à la fin du mois d’août, ce qui me laissait un mois à tuer et à occuper. Pour cela plusieurs options s'offraient à moi : tout d'abord bosser, mais vu que je ne m'y suis pas intéressé avant, je doutais dégoter un boulot, même un petit job de saisonnier, et puis, (même si ce n'était pas une excuse) j'avais de la chance que mon père puisse me payer études et logement, donc question argent, je ne roulais pas sur l'or mais je n'avais pas besoin de bosser pour l'instant. Sinon, je pouvais aussi faire du bénévolat comme les années passées, à Afflictis Lentae chez qui j'avais proposé mes services plus d'une fois, mais je devais avouer que durant la période estivale, je déclarais une forte poussée de flemmardise. La troisième et dernière option, eh bien... travailler, mais pour mes études. Non pas que j'ai besoin de quelconque soutien ou cours particuliers (loin de la, aux vues de mes résultats), et puis, j'aurais tout simplement pu demander à Hope, mais même si j'étais très bonne élève, je souhaitais qu'il en reste ainsi, et réviser le programme de l'année passée pour consolider mes bases n'allait pas non plus me faire de mal ! Il fallait aussi que j'aille m'acheter les bouquins de cours et compléments pour l'année prochaine, comme ça, je pourrais toujours jeter un coup d'oeil histoire de m'avancer et conserver cette avance.

Ne perdant pas non plus de vue que c'était les vacances, je me levais vers 10h, traînant paresseusement dans l'appartement que je partageais avec Hope, prenant une douche plutôt fraîche à cause de la température qui régnait dehors, avant de "m'équiper" pour sortir dehors. Malgré la chaleur qui devait peser sur la ville, j'enfilais une longue robe, assez épaisse pour ne pas être transparente, le genre de vêtement qu'on mettrait en été mais lorsqu'il faisait frais. C'était vraiment problématique de cacher mes ailes en été, car si je voulais pas attirer l'attention en portant des habilles totalement décalés par rapport au temps, je devais quand même rester dans le ton de la saison. Raaah ! j'étais toujours tiraillée entre la peur d'être mise à l'écart et cette envie de me libérer et de m'affirmer pleinement ! Mais pour l'instant, je préférais ne pas trop m'exposer à la fac. Bref, engloutissant un grand bol de céréales avec du lait, je laissais un petit mot à Hope sur la table pour la prévenir du déroulement de ma journée et ou elle pourrait me trouver si elle le souhaitait avant de m’éclipser de notre appartement.

La première étape de la journée était donc l'achat des livres et complément de cours. Me dirigeant vers l'université, je m'arrêtais à la librairie spécialisée qui faisait face à l'école. Je repérerais rapidement les ouvrages dans les rayons avant de revenir à la caisse ou j'échangeais quelques mots avec le vieil employer qui me connaissait assez bien depuis le temps. Payant à l'aide de mon smartphone, je pris les bouquins dans les bras avant de quitter le magasin puis je traversais la rue pour pénétrer dans le campus. Je fus surprise d'y croiser un peu de monde, enfin la plupart n'étaient pas là pour travailler mais juste profiter de l'agréable campus, ses jardins ou ses installations sportives comme la piscine ou les divers terrains de Basket, Baseball etc... et d'ailleurs, la plus grande majorité était en maillot de bain ou autre tenue dénudée pour profiter du soleil et de la chaleur estivale. Et moi... et moi sous mes vêtement, je crevais de chaud ! C'était tout simplement insupportable, et avec les ailes plaquées dans le dos, c'était encore pire. Je pressais le pas pour attendre au plus vite l'ombre salvatrice des bâtiments pour m'y engouffrer en quatrième vitesse. Le contraste de température était frappant, bien que les couloirs ne soient pas climatisés et que la température y soit toujours élevée, ça n'avait rien à voir avec l'extérieur.

J'arpentais les couloirs d'un pas plus lent, me dirigeant vers la bibliothèque universitaire, qui elle était climatisée. Je m'arrêtais à une fontaine à eau pour me désaltérer avant de reprendre mon chemin quand je fus aborder par quelqu'un. Le jeune homme, très attirant soit dit en passant, me salua avant de me demander le chemin de la bibliothèque. Je lui jetais tout d'abord un regard surpris, le prenant pour un étudiant, de me demander quel type d'élève pouvait bien ne pas connaître son établissement mais de la manière dont il tourna sa phrase, je saisis quasi instantanément qu'il n'étudiait pas ici. Affichant un petit sourire, je lui répondis :



« Ça tombe plutôt bien, je m'y rendais justement ! Viens, je vais te montrer. »


Continuant ma route, le bel inconnu m’emboîta le pas. J'avais remarqué son léger accent français, qui ne faisait que renforcer son charme, et je le soupçonnais même d'entretenir ce petit accent qui plaisait à beaucoup d'Américaines. Pour ma part, je n'y étais pas insensible, mais beaucoup moins "réceptive" peut être à cause de mes origines acadiennes ? Durant le trajet, j'en profitais pour observer furtivement le Français. Ce qui me frappa en premier, c'est qui semblait déborder d'énergie, dans sa démarche, dans ses paroles, et sa posture. Débordant d'énergie mais se contrôlant : pas comme après avoir vider une demi-douzaine de canettes de boissons énergisantes ! Un peu plus grand que moi, les cheveux presque aussi clairs, plutôt bien, voir très bien foutu, il était vraiment agréable à regarder. Tâchant d'en savoir un peu plus sur lui, je risquais en français :


« Tu es Français non ? Tu vis ici, à Achaea ? »


J'évitais de poser une avalanche de questions comme j'en étais spécialiste, tout d'abord pour ne pas passer pour une sang-sus et aussi parce que je ne sais pas pour quoi je passerais s'il n'était pas Français. Heureusement pour moi, on arrivait aux portes de la bibliothèque. Poussant le grand battant, j'y pénétrais et soupirais de bonheur quand l'air conditionner m'enveloppa. Je posais mes livres sur une grande table en bois avant de jeter un rapide coup d'oeil aux alentours et je ne fus pas surprise de voir que la grande salle était vide, ce qui devait être la même chose pour les deux annexes un peu plus loin. Je me retournais vers celui qui me suivait pour annoncer une évidence :


« Voila la bibliothèque. Et apparemment, la personne que tu dois rencontrer n'est pas encore arrivée. Si tu veux te servir des ordi, prend ceux de l'entrée, tu n'as pas besoin de session, aussi il y a des toilettes au fond à droit .Si tu veux d'autres infos, n'hésite pas et demande. »


Je m'apprêtais à découvrir mes bouquins mais visiblement, le Français n'avait pas tellement envie de rester à poireauter en silence. En même temps, tant mieux car je n'avais pas tellement envie de bosser non plus. Moi qui, pour réviser, avait fuit l'appartement pour éviter les distractions, Hope en tête de liste, je trouvais encore le moyen d'échapper aux contraintes que j'essayais de m'imposer. Par contre, j'esperais juste qu'il ne reste pas trop longtemps, car s'il n'y avait effectivement personne dans les environs, j'aimais tout aussi bien pouvoir prend l'air, les ailes libres...

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chaleur estivale sur le campus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A p o c a l y p t o :: ◄ Les Écoles "Harmin Tamzarian"-