suspendu au soleil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Vincenzo Gambino
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 99
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 26
◊ Informations : Primo : Vincenzo Gambino
Secundo : sugets et relations

◊ Age du Personnage : 20 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Peau de diamant


Informations

» Métier: un contrat ici et là...

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: suspendu au soleil Mer 15 Juin - 22:29

-Ha ha ! Oui, Tony me l’a dit hier !

Le sourire de Vincenzo resta suspendu à ses lèvres, jusqu’à ce qu’il tourne la tête vers un bruit et que son visage se transforme. Sous la gifle du soleil, il plissa les yeux, puis remmena son regard devant lui; fidèle à lui-même, il ne portait pas de lunettes de soleil. Déboulant du bruit, deux verres, si froids qu’ils étaient couverts de gouttelettes d’eau, furent déposés sur une petite table de jardin entre les deux jeunes hommes. Vincenzo étira le bras, agrippa le verre le plus près de lui et en prit une gorgée. Les glaçons se cognèrent à ses lèvres et un frisson lui courut tout le corps sous la fraicheur de la boisson.

Lukaz était venu le voir sous son invitation. Rien de particulier ne s’était produit, seulement qu’il y avait longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus. En passant devant une salle commune, où se trouvait son oncle, Vincenzo avait appris que Lukaz n’avait pas de contrat ce jour-là, il avait donc tenté un appel, lequel s’était révélé fructueux, au grand bonheur de Vince. Ainsi, le choix était tombé : le bord de la piscine serait confortable, très chaud, mais déjà moins suffoquant que la ville, et puis l’eau était tout près si la chaleur devenait trop grande ! Toutefois, elle ne gênait guère Vince; torse nu au soleil de 13h00, le jeune homme semblait se gaver de la chaleur qu’il lui dispensait. Puis, un sourire étira ses lèvres; vu le don de son ami, c’est plutôt lui qui devait profiter le plus du soleil en ce moment.

Une brise légère et isolée souleva une mèche de ses cheveux qui retomba lâchement devant ses yeux. Il la ramena vers l’arrière pour libérer son visage au soleil et continua son mouvement pour aller frotter sa nuque; il était songeur. Au sud de la villa Gambino, baignée de lumière, la grande piscine creusée le regardait avec de grands yeux humides; il était certain qu’il n’allait pas lui résister tout l’après-midi. Très propre et bien entretenue, l’eau cristalline miroitait et se lamentait en frappant contre les parois du bassin. Du bord de l’eau, on voyait dans la villa par l’intermédiaire d’un mur richement vitré. À travers les fenêtres, Vince vit un serviteur passer. Celui-même qui leur avait apporté leurs consommations. Il sourit en coin; les fameux serviteurs invisibles. Ceux-même qui sont partout, mais que personne ne voit. Ceux-même qui entretiennent la piscine à l’insu de tous, bien que tout le monde s’en doute bien. Ceux-même qu’il croise tous les jours dans les larges couloirs de la même façon qu’il croise le buste exposé sur le palier d’un des nombreux escaliers de la villa. Et sachant à quel point Vincenzo a d’intérêt pour l’art classique, ce n’est certainement pas avec contemplation qu’il les croise. En effet, ils font partie intégrante du décor depuis qu’il est tout jeune et n’ont pour discourt depuis toutes ces années que des « oui, monsieur » répétitifs et monotones. Quand il prenait le temps d’y penser, il trouvait toujours cela singulier que des hommes soient ainsi invisibles. Ce genre de réflexion le ramenait toujours à comparer ces serviteurs aux gens qui, comme lui, cachaient leur véritable nature et en devenaient aussi invisible que ces domestiques.

Sortant de ses réflexions, Vince secoua légèrement la tête. Relâchant sa nuque, Il tourna la tête vers Lukaz :

- Alors ? Comment c’était ton dernier contrat ? J’ai entendu dire qu’il était assez complexe et coriace.


SIGNATURE


Dernière édition par Vincenzo Gambino le Mer 20 Juil - 0:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Lukaz Le Guen
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 826
◊ Nombre de Messages RP : 63
◊ Age : 32
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption et projection d'énergie solaire


Informations

» Métier: Voleur à gages

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: suspendu au soleil Ven 17 Juin - 23:10

Le mois de juin était chaud. Très chaud même. Ca n’avait rien de très étonnant dans le Nevada, mais pour l’étranger que Lukaz était, ça restait malgré tout surprenant. Cela dit, il n’allait pas s’en plaindre. Il était tellement dépendant du soleil que plus il y en avait, mieux c’était ! En plus, grâce à son pouvoir, il avait la chance de ne pas prendre de vilain coup de soleil ou de souffrir d’insolation. En effet, si le soleil avait de bons effets sur sa personne, il lui évitait tous les désagréments dus à une exposition trop longue à l’astre de feu. Il pouvait donc resté toute une journée au soleil sans que ça ne lui pose le moindre problème. Et quand on était blond à la peau claire, on ne pouvait que s’en réjouir.

En raison de la chaleur qui régnait, Lukaz était donc au top de sa forme. Mais étrangement, il trouvait là-dedans une excuse parfaite pour lambiner et se reposer encore plus que d’habitude. Autant dire qu’il ne faisait pas grand-chose de ses journées… Surtout qu’il travaillait plutôt de nuit et qu’il se reposait donc plutôt en journée. Sans oublier ses diverses virées nocturnes qui terminaient de manière plus ou moins mouvementée. Une vie qui n’était pas de tout repos et qui l’incitait grandement à trainasser, que ce soit sur un canapé, une serviette de plage ou un transat. La plage artificielle de la ville était un endroit sympa à fréquenter, que ce soit pour se prélasser ou se rincer l’œil. Lukaz y avait fait une rencontrer surprenante la dernière fois qu’il y avait été et ça n’avait donc pas été pour lui déplaire. Mais la plage était aussi extrêmement fréquentée en cette période et il avait donc bien souvent l’impression que les autres baigneurs lui volaient son soleil. C’était idiot, vu que ça ne pouvait pas avoir la moindre incidence, mais ça restait l’impression qu’il avait.

Par chance, aujourd’hui le programme était différent. Adieu la plage et bonjour la piscine privée des Gambino. Si ses relations avec oncle Sal’ étaient plutôt professionnelles, Lukaz s’était avant tout lié avec le neveu du mafieux. Ainsi, il avait par moment le droit de passer du temps avec lui tout en profitant des installations de la famille. La piscine étant sans doute la plus intéressante de toutes. Sans oublier que de voir Vince dans l’eau, c’était à la fois un régal pour les yeux et un réel plaisir, tant on avait l’impression de voir un poisson. Il s’y mouvait s’y facilement que s’en était déconcertant. L’entrainement payait visiblement bien et il lui conférait en plus une musculature discrète mais pas désagréable. Détournant le regard de l’Italien, Lukaz le leva vers le ciel bleu.

Cela faisait un moment qu’ils ne s’étaient pas vus, Vincenzo et lui. C’était dommage, parce que le Français appréciait vraiment beaucoup le jeune homme. Leur relation avait débuté d’une manière peu conventionnelle, mais elle avait fini par déboucher sur une amitié plutôt solide et sincère. Il n’y avait donc pas la moindre raison à ce qu’ils s’évitent et Lukaz espérait profiter de tous les instants passés avec son ami. Installé sur les chaises longues disposées au soleil, les deux compagnons discutaient pour tenter de rattraper le temps perdu. Leurs vies étaient telles qu’il y avait toujours des choses à raconter, qu’elles concernent les histoires de mutants, celles de la mafia ou celles de leurs vies nocturnes dans les bars et les boites.

Un bruit finit par attirer leur attention, celui de verres qui s’entrechoquent. Un employé de maison vint en effet déposer deux verres chargés de désaltérer les deux amis. Vince ne tarda pas à en saisir un pour en avaler une gorgée rapidement imité par Lukaz. Ne souffrant pas réellement du soleil, ce dernier n’avait pas nécessairement le besoin de boire beaucoup. Ni même de boire tout cours, en fait. Parfois, comme à ce moment, il le faisait simplement par simple habitude tandis qu’à d’autres moments, il s’en passait aisément. Son regard fut une nouvelle fois attiré par Vince qui avait soif de nouvelles. Le Français posa donc son regard sur le jeune homme, lui offrant par la même occasion un sourire ravi quant au spectacle qu’il lui offrait. Puis, reposant son verre sur la petite table, il se mit à lui répondre.


« Le dernier que ton oncle m’a confié remonte à quelques temps maintenant. Il avait été plus facile au final, mais si j’ai eu du boulot pour préparer tout ça… Par contre, le tout dernier que j’ai fait, j’avoue qu’il a pas été facile… C’était pour un antiquaire. J’avais réussi à lui revendre un vieux bouquin volé y a pas si longtemps et au cours de la transaction, il m’a fait comprendre qu’il pourrait bien payer pour quelques vols spécifiques. J’ai donc accepté sa proposition, pour voir ce que ça donnerait… » Cet homme s’appelait Jace Valeskine et il fallait avouer que selon les critères habituels, il était un type plutôt louche, malgré ses bonnes manières et ses propos soutenus. « Il voulait que je lui vole un chandelier en or décoré. A priori, ça valait plutôt cher et pas que à cause de l’or. Il m’avait donné l’adresse et j’ai donc pu repérer les lieux de loin pendant quelques temps. J’en avais aussi profité pour voir à quoi ressemblait vraiment l’objet en question. Ca m’a pas eu l’air très compliqué et il faut bien avouer que ça ne l’a pas été. C’est la sortie qui a été chiante en fait… On dirait pas comme ça, mais l’or, ça pèse lourd ! Enfin, tu sais peut-être ça toi, mais moi, j’avais jamais vu de chandelier de ce genre. J’ai été assez surpris sur le moment et ça aurait pu bien m’handicaper pour ressortir. Mais au final, j’ai réussi à me débrouiller et j’ai pu ramener l’objet à l’antiquaire. Il paye plutôt bien. »

C’était un fait. L’antiquaire était une sacré source de revenus, que ce soit en servant d’intermédiaire à des clients riches ou pour lui-même. D’ailleurs à ce niveau, il payait même se sa personne mais ça, c’était l’un des détails qu’il valait mieux occulter, surtout avec Vince. Se redressant un peu sur sa chaise, Lukaz se pencha et attrapa le sac qu’il avait apporté et qui ne le quittait jamais. Il en tira un petit paquet qu’il lança à son ami. « Avant que j’oublie, c’est pour toi ! Un petit cadeau, parce que ça faisait longtemps qu’on s’était pas vu. J’espère que ça te plaira. » Le Français savait que son ami aimait bien tous les accessoires de mode et il avait donc jugé bon de lui en acheter quelques uns. Bien évidemment, ça n’aurait rien à voir avec ce qu’il pouvait déjà avoir, mais c’était surtout l’intention qui comptait. Cela dit, il n’avait pas non plus acheté de la camelote ! Il s’agissait d’un ensemble de quelques bagues. Si certaines pouvaient faire plutôt pauvres, il y en avait quelques unes en argent dont une qui reproduisait une tête d’aigle. Pour parfaire le lot, il y avait aussi mis un beau bracelet en cuir qui donnait l’impression qu’il avait déjà un peu vécu. Restait à espérer que tout ça soit au goût de son ami. Vincenzo étant sans doute la personne la plus proche de lui et surtout la plus sincère, Lukaz avait souvent envie de lui faire plaisir. D’autant plus que c’était aussi un moyen de se racheter de ce qu’il ne pouvait pas vraiment lui donner…

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Vincenzo Gambino
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 99
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 26
◊ Informations : Primo : Vincenzo Gambino
Secundo : sugets et relations

◊ Age du Personnage : 20 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Peau de diamant


Informations

» Métier: un contrat ici et là...

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: suspendu au soleil Mar 21 Juin - 4:03

Une fois sa question posée, Vincenzo tourna la tête vers Lukaz, en attente d’une réponse. Malgré qu’il connaisse plutôt bien le français à sa droite, il ne savait pas s’il en aurait long à lui raconter. Il l’espérait du moins, car il adorait l’écouter raconter ses péripéties. Toutefois, ce n’était pas avec le même intérêt qu’il aimait quand son oncle lui parlait de l’histoire des siens, ou quand sa mère lui relatait ses récits de voyages, quand il était plus jeune… C’était plutôt l’intérêt de partager l’événement vécu par son ami, de se retrouver dans le même moment que lui, mais à un temps différent du sien. Un intérêt bien différent, mais combien plus riche et attirant… surtout en la personne de Lukaz ! Pour lui, c’était comme son attrait pour l’eau, et tout le monde sait à quel point cet attrait est grand ; une genre de soif qu’il ne s’explique pas, mais qui est, on ne peut plus, présente.

Alors qu’il regardait le français, celui-ci lui sourit. Ses yeux n’étaient pas nécessairement posés dans ceux de Vince. Ce dernier lui rendit innocemment son sourire, se doutant bien de la pensé qu’il pouvait avoir en arrière-tête, mais se refusant à l’affirmer avec exactitude et à l’en accuser. Et puis, qui est-ce qu’une telle pensé irait blesser ? Qui donc voudrait empêcher ces idées d’exister ? Surement pas lui en tous cas; il était de ceux qui avaient le privilège de pouvoir en profiter, alors pourquoi s’en priver ! Comme prédit, Lukaz se plongea dans le récit de son dernier contrat. Vincenzo avait oublié, l’espace d’un instant, en posant sa question, qu’il ne dépendait pas seulement de son oncle pour se trouver de l’emploi. À vrai dire, il trouvait qu’il se débrouillait plutôt bien de ce côté. Naviguant avec légèreté dans ses pensés, Vince n’en perdit toutefois pas un mot de ce qu’il lui déballait.

Alors que Lukaz parlait, un petit nuage isolé vint jeter son ombre sur lui. Puis, quand il se retira, le soleil vint jouer sur le français, rappelant aux yeux de Vincenzo la façon dont il tressait ses reflets dans les cheveux blonds de son ami et l’éclat qu’il donnait à ses yeux, mettant en valeur ces traits que l’italien avait oublié de remarqué, ou simplement qu’ils lui avaient semblés être acquis après quelques minutes sous le soleil. En fait, il s’était habitué à ses reflets et ne les avait plus remarqués. Un sourire s’étira sur ses lèvres; il était charmant. Vince revint à lui et reporta son attention sur ce que disait Lukaz; il avait perdu 2 ou 3 secondes du discourt, malgré que ça lui avait paru bien plus long…

- Un antiquaire, j’avoue que j’y avais pas pensé ! Bonne source de revenu, tu le dis, avec tous les vieux trucs de valeur qu’ils vendent ! Mais il était gros comment son chandelier ? Il devait être vieux, et je pense qu’ils n’étaient pas petits les chandeliers qu’ils moulaient à l’époque. Dans les films du moins ils sont assez gros.

Vince marqua une pause, puis sourit en imaginant son ami avec un chandelier de la taille de ceux qu’il avait vu dans un vieux film; okay, il exagérait peut-être un peu sur la taille de l’objet dans ses pensés.

- Ha ha ! Et il a fallu que tu le tires hors de la maison. Ouais, ça a pas dû être léger !

Le jeune homme avait tourné les épaules vers son invité; le voyant se pencher vers son sac du coin de l’œil, il avait espéré qu’il ne le quittait pas déjà. Au même moment un objet vola vers lui. Ouvrant les mains en bol, il le reçu au centre du torse. Lukaz lui expliqua brièvement de quoi il en retournait.

- Heu… Vraiment ?

Laissa-t-il échapper, surprit, en portant inconsciemment sa main à sa nuque. Il était vrai qu’ils ne s’étaient pas vus depuis un bon bout déjà… trop longtemps selon lui. Mais il ne s’était pas attendu à une telle attention de la part de son ami. À vrai dire, il ne lui avait pas vraiment demandé plus que sa simple présence, laquelle lui suffisait. Toutefois, il n’allait pas s’en plaindre et il devait s’avouer curieux de voir ce que le petit paquet contenait. À deux main, il entreprit d’ouvrit la boite. Ce fut tâche aisée, pas comme les cadeaux que lui avait déjà offert Antonio il y a quelques années : des boites enrobées de pellicule adhésive… et pas qu’une épaisseur.

Il posa la boite sur la table de patio et sorti du sac qu’elle contenait, un assortiment de quelques bagues et d’un bracelet. Laissant le sac choir sur son pantalon, il les regarda avec un sourire satisfait : « il a visé juste ! » se dit-il. En effet, les pièces lui plaisaient bien, toutes des joncs cylindriques réguliers avec divers gravures ou traits spéciaux. Et puis il y avait ce bracelet en cuire usé qui avait fier allure. Il l’enroula autour de son poignet et le noua. Puis, profitant du fait qu’il avait laissé ses bagues dans sa chambre –prévoyant une baignade-, il trouva par essai-erreur un doigt pour chaque anneau de métal. Pendant qu’il assemblait le casse-tête, il offrit un sourire à Lukaz et lui dit en le regardant par intervalle :

- Elles sont superbes, merci ! Elles me plaisent vraiment ! Tu m’étonnes d’avoir pensé à ça; entre tes contrats et les soirées, c’est vraiment sympa !

Puis, dans un geste en voilant déposer le sac vide sur la table, ce dernier se retourna et libéra un dernier objet de métal qui atterrit sur son shirt. D’un air neutre et septique, il prit ce bijou, qui était comme un bonus pour sa collection, et l’apporta au niveau de ses yeux. Le soleil se refléta sur l’objet poli qui imitait la tête d’un aigle. La pièce se détachait agréablement du lot, non pas seulement pas sa forme différente, mais surtout pour l’impression qu’elle lui donnait. Elle vénérait un oiseau qui lui rappelait la liberté, SA liberté alors qu’il était sous l’eau, la liberté à laquelle TOUS avaient droit. Son visage s’éclaira et il laissa échapper un rire satisfait:

- Mais où as-tu trouvé tout ça ! Celle-ci surtout ! fit-il en tournant la petite tête d’aigle entre ses doigts. Elles sont super sympas ! Et tu sais que tu tombes pile poil : je commençais justement à regarder pour quelque chose de nouveau. J’ai dû passer deux heures, sinon trois, à déambuler en ville hier, mais je n’ai rien trouvé d’intéressant, même sur cette rue marchande où on avait vu tout plein de bagues intéressantes il y a quelques mois. Tout les étals présentaient un peu la même chose, c’est seulement le discourt du vendeur qui changeait d’un lieu à l’autre. Je me suis même retrouvé devant un artisan en fin d’après-midi, il était très doué, mais de tout ce qu’il m’a présenté, il n’y avait rien de… il regarda le bijou qui se promenait d’un doigt à l’autre en chercha le mot qui lui fallait. En riant : Damn, je n’ai même pas le mot ! Est-ce que ça vient vraiment d’Achaea tout ça ?

Vincenzo était bien heureux de ce cadeau. Mais qu’il le réalise ou non, au fond ce n’était pas seulement les objets eux-mêmes qui lui faisaient plaisir, quoi qu’ils étaient très à son goût, mais surtout le fait que le cadeau viennent de Lukaz.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Lukaz Le Guen
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 826
◊ Nombre de Messages RP : 63
◊ Age : 32
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption et projection d'énergie solaire


Informations

» Métier: Voleur à gages

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: suspendu au soleil Lun 4 Juil - 21:52

Lukaz avait été plutôt surpris lorsque Vincenzo l’avait contacté, mais il avait apprécié l’initiative. S’il savait qu’il ne devait pas céder à la tentation, il n’avait rien contre le fait de se rincer l’œil. Comme on dit, ce n’est pas parce qu’on est au régime qu’on n’a pas le droit de lire la carte. Et dans son cas, il fallait avouer que la carte était vraiment très alléchante. Mais stop, il fallait arrêter de jouer avec le fruit de la tentation. Ce qui n’était quand même pas évident dans un sens parce que quand on répondait à une question, c’était toujours plus poli de regarder la personne. Poli et surtout une excuse facile pour ne pas avoir l’air de simplement mater, comme on dit. Bref, Lukaz avait donc répondu à la question de son ami, nourrissant sa curiosité avec des histoires pas forcément très légales. C’était d’ailleurs amusant de voir comme ils pouvaient discuter de vols et autres idées du genre sans même sourciller. D’autant que si quelqu’un surprenait leur conversation, de quelque manière que ce soit, ils risquaient gros. Mais ça, ils n’en avaient pas réellement conscience sur le moment.

Lukaz avait donc abordé le dernier contrat qu’il avait eu, celui confié par l’antiquaire Jace Valeskine, un homme des plus surprenants. Il avait volé un chandelier en or pour lui et il avait été payé d’une façon des plus agréables. Il avait aussi appris que les gens les plus innocents en apparence cachaient souvent très bien leur jeu. En même temps, pourquoi pas ? C’était quand même eux que l’on soupçonnait le moins, donc ça semblait finalement être l’évidence même. A se demander ce que cachait Vince, derrière l’innocence de son visage… En parlant de Vince, il avait justement réagi à ses propos et il avait avoué que lui non plus n’aurait jamais pensé à l’antiquaire pour se faire de l’argent. Comme quoi, ce n’était pas le plus évident ! Lorsqu’il demanda quelques précisions sur le chandelier, Lukaz prit le temps de réfléchir un peu.


« Comme je l’ai dit, il était pas spécialement grand. » Ecartant les mains pour simuler la taille, Lukaz désigna un objet qui devait faire entre 60 et 80 centimètres. « Le truc, c’est que j’ai pas un sac sans fond, du coup, c’était assez compliqué pour le transporter. Et comme j’avais besoin de mes deux mains, je pouvais pas le tenir. En fait, j’étais passé par l’étage, donc j’avais du jouer les acrobates. Et faut bien avouer que je sais pas encore escalader à une seule main… Cela dit, à cause du système de sécurité, je pouvais pas passer non plus par le rez-de-chaussée. » Et pour sûr, quitter la maison n’avait pas été une mince affaire… Il allait devoir garder en tête que la fois d’après, il demanderait des infos sur la taille d’un objet avant de le voir en vrai, histoire de refuser ou de mieux se préparer avant. « Comme il prenait de la place dans mon sac, le chandelier bougeait un peu dans tous les sens et j’avais peur qu’il tombe par terre. Pas parce que ça l’aurait cassé, mais parce que ça aurait fait un boucan à réveiller les morts… Et là, j’aurais fini en taule et je préfère éviter… »

Tout en parlant, Lukaz avait regardé Vincenzo déballer son cadeau, un ensemble de bracelets et de bagues qui, pensait-il, allait l’intéresser. Voyant un sourire apparaître sur les lèvres de Vince, le Français sut qu’il avait tapé juste et il en était plutôt content. Offrir un cadeau qui plaisait, c’était le meilleur moyen de renouer vite fait relation et il devait avouer que ça lui avait manqué. Il avait bien sûr rencontré plusieurs personnes, des filles comme des garçons, mais pas de relations amicales durables. Et il en avait marre de sortir tout seul à la recherche de compagnie. Les virées entre amis, c’était quand même mieux. Ce sentiment fut encore accentué lorsque Vincenzo passa le bracelet en cuir autour de son poignet, démontrant par ce simple geste qu’il aimait. Il essaya ensuite les différentes bagues tout en le remerciant.

« A ce point là ? Je t’étonne ? Tu sais, les contrats, c’est pas tous les jours non plus. Pis les soirées, sans toi, c’est pas pareil, donc normal que j’y pense ! » C’était vrai, il multipliait les soirées et par conséquent, il multipliait les chances de s’ennuyer. Et lorsque ça arrivait, il se demandait souvent ce que faisait Vince à ce moment, s’il était chez lui, s’il nageait, ou s’il faisait la fête de son côté… Et par la suite, il se demandait aussi s’il était seul ou en charmante compagnie. La seconde option arrangerait bien leurs affaires à tous les deux, mais égoïstement, Lukaz préférait presque la première… Mais alors qu’il pensait à ces choses finalement pas sympa du tout, Vincenzo découvrit un dernier trésor, la bague aigle qu’il avait visiblement raté au moment de déballer le cadeau. Il l’admira un moment avant d’éclater d’un rire qui fit bondir le cœur de Lukaz dans sa poitrine. Visiblement, cette bague l’enthousiasmait au plus haut point et ça faisait vraiment plaisir à voir. Lukaz adorait voir cet air ravi sur le visage de son ami et il le laissa donc manifester sa joie.

Vincenzo expliqua qu’il trouvait ces bagues et bracelets vraiment sympas et qu’ils tombaient vraiment bien parce qu’il cherchait justement de nouveaux bijoux. Il avait visiblement passé plusieurs heures en ville la veille, mais il n’avait rien trouvé, tous les étals présentant les mêmes camelotes. Il se demanda ensuite si tout l’ensemble venait vraiment d’Achaea, ce que Lukaz ne savait pas… Il l’avait acheté en ville, oui, mais il n’avait aucun moyen d’en connaître la provenance… D’un autre côté, ça ne ressemblait pas au genre de truc dont on fait la contrebande et donc ça devait soit venir du marché local, soit venir d’Asie, sur demande du marché local… Donc bon, autant dire que ça n’avançait pas beaucoup.
« Je les ai acheté à Achaea oui, mais de là à dire d’où ça vient… Disons que je les ai trouvé dans des endroits un peu surprenant… Le genre d’endroit où on ne cherche pas trop à connaitre les provenances. Et me demande pas où c’était, je te le dirais pas ! Un magicien ne révèle jamais ses trucs et si je te le dis, je devrais trouver un nouveau vendeur pour la prochaine fois, alors pas question ! »

Lukaz souriait, ça n’était pas dit méchamment, bien au contraire. C’était une manière dissimulée de dire qu’il y aurait d’autres paquets du genre, ce que son ami méritait bien. Le regardant encore un peu, il reprit la parole. « Tu comptes l’essayer aussi ou tu vas la regarder toute l’après-midi ? Pas que je sois pressé, mais j’aimerais bien savoir si elle te va… Les autres bijoux, je les ai pris comme ça, parce qu’ils étaient sympas. Mais cette bague, dès que je l’ai vu, j’ai pensé à toi. Me demande pas pourquoi, je sais pas trop… Je trouve juste que l’aigle, ça te va bien. D’après l’antiquaire, l’aigle est le symbole du prestige et de la force. Et aussi de la beauté. En plus, l’aigle est souvent lié au roi du ciel apparemment. Il me semble qu’on raconte aussi que l’aigle est le seul oiseau à voler au-dessus des nuages et à fixer le soleil. » Et quand on connaissait le pouvoir de Lukaz, lié au soleil, la signification devenait assez tendancieuse. Mais c’était aussi assez amusant à constater. « Bref, je vais pas faire un cours, surtout que j’en sais pas beaucoup plus, mais je le redis, l’aigle est un animal qui te colle bien, je trouve. Pis c’est quand même plus flatteur et sexy que la truite ! » Souriant, Lukaz laissa planer un petit silence avant de reprendre. « Et toi, qu’est-ce que tu as fait de beau ces derniers temps ? Tu t’occupes ? T’as trouvé quelqu’un ? »

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Vincenzo Gambino
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 99
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 26
◊ Informations : Primo : Vincenzo Gambino
Secundo : sugets et relations

◊ Age du Personnage : 20 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Peau de diamant


Informations

» Métier: un contrat ici et là...

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: suspendu au soleil Lun 18 Juil - 3:58

Vincenzo souriait; il était amusé par la suite du récit de Lukaz. Le voir ouvrir les bras pour désigner la taille du chandelier, apprendre comment on met un si grand objet dans un petit sac à dos restreint, l’imaginer escalader, chancelant, le mur extérieur… tout ça le faisait beaucoup sourire. Puis, il mentionna la possibilité de se retrouver en prison, il est vrai qu’il jouait avec le feu à tout moment au travers son gagne pain… et il n’était pas le seul, lui-même participait parfois à des entreprises qui lui vaudrait la prison si l’état lui mettait la main dessus. Pire encore, ce n’est pas les geôles qui les attendaient, mais un trou perdu dans le milieu du désert du Nevada, alors que tous vous prennent pour mort. Cette idée, il la tirait du sort que son paternel avait subit. C’est ce que son oncle Sal’ soupçonnait du moins. Et puis, avec le lien qui les unissait dans la famille, il ne pouvait faire autrement que de lui faire confiance et l’aider comme il le pouvait, dans l’espoir que son père lui reviendrait… pour lui, mais surtout pour sa mère.

Le regard vide, rivé sur les bagues enchaînant ses doigts, il s’était perdu dans ses pensés. À un point tel qu’il n’avait même pas eut le réflexe de se frotter la nuque du plat de la main. Dans un mouvement fluide, il fit tourner le bracelet de Lukaz autour de son poignet avec son index. La voix bien connue de Lukaz le sortit de ses pensés :

- À ce point là ? Je t’étonne ? Tu sais, les contrats, c’est pas tous les jours non plus. Pis les soirées, sans toi, c’est pas pareil, donc normal que j’y pense !

- Dans ce cas-là on sortira un soir, moi aussi ça me manque ! Il tourna la tête et sourit à son ami avant de continuer. On laissera Antonio et tous les autres en plan et on ira voir ce qui se fait de bon en ville un soir.

Se débarrassant de son petit sec de velours qui avait contenu les bijoux, c’est là qu’il découvrit la dernière trouvaille du français. Suivant sa réaction et son rire franc, il tourna la tête et trouva les yeux changés de son ami. Un petit quelque chose. Tout anodin que ça puisse paraitre, Vince trouvait tout à coup un petit quelques chose caché dans le visage de son ami; les yeux ? Ou peut-être seulement la commissure des lèvres… un petit quelque chose qu’il qualifia de ravi sur le coup. Cette idée raviva son sourire. Puis il lui demanda où il avait trouvé tout ça. Sa réponse lui fit secouer la tête, pseudo-découragé de l’information qu’il tenait à lui cacher, mais certes amusé. Est-ce que c’était pour éveiller sa curiosité ? Ou encore pour se réserver l’exclusivité sur le marchant et ainsi pouvoir lui offrir d’autre présents du même genre ? La deuxième option lui semblait plausible étant donné qu’il avait sincèrement et expressivement apprécié le cadeau. Mais la première était tout aussi vraie. Toutefois, il n’eut pas le loisir de demander précision, car Lukaz le brusqua à essayer l’anneau sculpté; ce qui ne le vexa pas du tout, au contraire, il y trouvait quelque chose de charmant dans son empressement. Vince se mit au travail et alla jusqu’à retirer les bagues ayant déjà trouvé leur confort sur un des ses dix doigts pour s’assurer de trouver un emplacement pour y faire siéger le bijou. Il trouverait ça plus que dommage de ne pas avoir les doigts pour aller avec la bague, surtout en voyant à quel point Lukaz y tenait. En effet, il s’était lancé dans l’exposé de pourquoi il avait choisit l’aigle pour lui… ou plutôt qu’il se confondait et se perdait en explication pour l’Italien. Toutefois, il y avait des passages dans ce qu’il disait qui lui plaisaient bien !

-le seul à pouvoir fixer le soleil tu dis ?


Il le regarda dans les yeux. Il le laissa semer le silence, sans savoir ce qu’il voulait recueillir de ce dernier. Plus il le regardait, plus il le trouvait bien; non pas dans le sens physiquement, non, ce mot était bien trop léger pour le décrire. Et puis, l’intérêt que Vincenzo portait à Lukaz n’était pas traduisible en mots. Non, plutôt bien dans le sens à l’aise, confortable, qu’il se plaisait ainsi sur le bord de la piscine… Puis il se dit que c’était peut-être plus le soleil qui lui plaisait ! Oui, absolument, il lui semblait briller… plus qu’à l’habitude … comme s’il imitait le soleil duquel il puisait son don. Vincenzo le regardait, profitant du silence qu’il lui offrait pour se gaver de chacun de ses traits et ainsi se sculpter une image mentale, une image à lui seul. Sans en prendre compte, sans le réaliser, les mots de Lukaz ne pouvaient mieux le décrire qu’à ce moment-là, car de sa position, il regardait le soleil briller sans en être aveuglé. Et malgré tout les serviteurs qui pouvaient s’affairer autour d’eux, malgré tout les passants qui pouvaient tourner la tête pour regarder le français marcher dans les rues, il avait la certitude qu’il était le seul à pouvoir le voir briller ainsi. Vincenzo sursauta quand Lukaz reprit, il tourna la tête en inspirant profondément, puis lança sa main jusqu’à sa nuque. Il se retourna vers Lukaz et se mit à parler en recommençant à passer la bague en forme d’aigle d’un doigt à l’autre :

-Une truite, il y a plus sexy qu’une truite, ça est certain ! Ha ha ! Mais tu sais qu’il y a d’autres poissons aussi… plus sexys que la truite ! Et pour te répondre, c’est plutôt calme ces temps-ci, je dors beaucoup, et quand je ne dors pas, je passe mon temps à nager !


Continuant de jouer avec la bague, il n’avait toujours pas trouvé de doigts. Il la passa au pouce gauche, sans plus de succès. Puis, prenant son temps avec le bijou, il s’engagea dans une avenue:

-Tu sais…


Puis bifurqua sur une autre idée. Il baissa la tête et joua de sa main sur sa nuque, refermant l’autre poing sur l’aigle sans doigt. Maintenant qu’il s’apprêtait à répondre à la question de son ami, il en mesurait la teneur et en était amusé, mais surtout timide tout à coup, ce qui n’était pas fréquent en compagnie de Lukaz, mais qui n’était pas une première non plus. Ce qui le faisait rougir, c’était qu’elle venait de Lukaz cette dernière question.

-Si j’ai trouvé quelqu’un ? Oui…
il laissa le mot en suspend puis, et non en même temps. Les rencontres ne manquent pas, ça c’est certain, il y a tellement de gens à Achaea. Des rencontres charmantes ? Ça aussi il y en a eut plusieurs. J’ai bien dû goutter à quelques lèvres ici et là. Mais je dois t’avouer qu’aucun n’a été assez doué pour me charmer et me tirer au lit…

Puis il lui servit un sourire espiègle, légèrement défieur, comme celui d’un enfant qui vous invite à entrer dans son jeu et à essayer de le surpasser. Pourquoi il lui disait ça ? Il ne le savait pas trop… Il avait laissé ses lèvres s’animer d’elles-mêmes et livrer à sa place leurs secrets et leurs découvertes.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Lukaz Le Guen
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 826
◊ Nombre de Messages RP : 63
◊ Age : 32
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption et projection d'énergie solaire


Informations

» Métier: Voleur à gages

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: suspendu au soleil Ven 22 Juil - 0:15

S’il y avait une chose que Lukaz adorait quand il racontait sa vie à Vincenzo, c’était de voir son sourire orner son visage. Il ne s’en lassait vraiment pas, même si c’était quelque chose d’assez difficile à gérer dans un sens. Souvent, Lukaz se disait que s’il n’était pas devenu l’ami de Vince, il en profiterait largement pour finir au lit avec lui aussi souvent que possible… Après tout, il était mignon, gentil et il avait un corps superbe, alors pourquoi s’en priver ? Justement, parce qu’ils étaient amis. Oh, bien sûr, il y avait bien des amis qui pratiquaient ce genre d’activités ensemble, mais ça finissait souvent mal à cause des sentiments. Et Lukaz ne voulait pas que Vince craque sur lui… Tout simplement parce que si lui l’aimait bien et le désirait encore plus, ce n’était pas de ce genre d’amour dont Vince devait avoir envie… Même si pour le coup, il devait avouer qu’il n’en savait strictement rien. Mais bon, si les choses dégénéraient entre eux, c’était toute sa vie qui allait être foutue… Malgré tout, ce sourire était juste un pur régal. Le plus beau des joyaux en ce monde.

Une fois les explications terminées, il y avait eu le déballage du cadeau et un Vince un peu surpris qui pensait Lukaz trop occupé par toutes ses activités. Ce qui était le cas tout en étant un peu faux. Le Français le lui fit d’ailleurs savoir et en échange, il eut droit à une invitation. Passer une soirée avec Vince, ça ne serait pas de refus. Même si le combo soirée, alcool et Vince risquait de finir d’une manière non désirée, ça valait le coup de prendre le risque.
« Ah ? Tu veux planter ton cousin ? Ca veut dire… Juste toi et moi ? Une idée plutôt plaisante je dois dire… Mais, pourquoi se limiter à un soir ? » C’était vrai, de ce qu’il se souvenait, Vincenzo était plutôt libre en ce moment, après qu’il ait arrêté les cours. Alors autant en profiter et le trainer un peu partout. A eux deux, il y avait moyen de bien s’amuser !

Lukaz avait ensuite tenté d’expliquer pourquoi il avait choisi cette fameuse bague à l’aigle et cela, sans même savoir pourquoi… Après tout, y avait-il besoin de justifier un cadeau ? Dans ce cas précis, oui. Après tout, il ne l’avait pas pris au hasard… Ca ne cachait pas un message secret ou quelque chose du genre, mais ça montrait juste l’attachement réel qu’il avait pour le jeune Italien. Un attachement qu’il n’avait encore donné à personne d’autre. Vince était un cas unique dans sa vie et ça lui plaisait très largement. Avec lui, il n’avait qu’une envie, lui faire plaisir et lui montrer du respect. Une question le tira toutefois de ses pensées et il y réfléchit un peu avant d’y répondre.
« Oui, visiblement, on raconte que l’aigle peut regarder le soleil sans ciller. Je sais pas si c’est vrai, mais j’aime bien l’image. Ca montre qu’absolument rien ne peut le gêner. » Et dans un sens, s’il avait comparé Vince à l’aigle, il se voyait aussi dans le soleil… Ca n’avait rien d’un message caché, mais c’était plus une sorte de petit clin d’œil. Un clin d’œil qui faisait que le jeune Italien se perde un peu dans ses pensées, le regard rivé sur le Français. Lukaz ne savait pas ce qu’il se passait dans sa tête, mais vu son expression, ça devait être plutôt agréable. Finalement, il brisa le silence pour faire une comparaison animalière induite par la passion de Vincenzo et cela sembla le ramener à lui.

La comparaison avec la truite le fit sourire et il mentionna l’existence de poissons plus sexys, même si pour le coup, Lukaz avait du mal avec l’idée… Peut-être le dauphin ? Mais sinon, c’était assez étrange comme pensée. D’un autre côté, ça ne l’intéressait pas des masses, contrairement à la suite. Que faisait Vincenzo et surtout, était-il casé ? La réponse fut simple, le temps étant partagé entre le sommeil et la natation. Il fallait avouer que ça aurait pu être pire que ça et la natation avait au moins la caractéristique de lui tailler un corps plus qu’attirant… Jouant toujours avec sa bague, Vince commença alors une phrase qu’il ne conclut jamais… Qu’avait-il voulu dire ? Etait-ce secret ? Il allait falloir le questionner là-dessus et cela, même s’il semblait en rougir, ce qui était tout de même dur à cerner avec son teint. Lorsqu’il répondit enfin qu’il avait trouvé quelqu’un, Lukaz crut que son cœur allait s’arrêter… Par chance il reprit lorsqu’il comprit enfin que ce n’était pas de la manière dont il l’entendait. Vincenzo avait visiblement fait des rencontres, ce qui n’avait rien de surprenant, mais ça n’avait jamais débouché sur rien. Il avait échangé quelques baisers, mais ce n’était jamais allé plus loin… Est-ce qu’il était donc le seul à y avoir eu droit ? Il tiqua quand même sur la fin de la phrase – assez doué pour le charmer et le tirer au lit – et le sourire qui l’accompagnait… Qu’était-il en train de faire là ? Il cherchait à le provoquer ? Comme si c’était pas déjà assez dur de lui résister. Quelle poisse ! Pourquoi est-ce que c’était justement avec lui que Lukaz devait ressentir la seule once d’honneur et de respect !

Mais soit… S’il avait envie de jouer à ça, autant entrer dans son jeu. Et puis, un peu de provocation n’allait pas faire de mal. Bien au contraire, ça allait même le détendre un peu puisqu’il n’aurait plus l’impression de se débattre pour ne pas succomber. Se levant de sa chaise longue, Lukaz commença à parler tout en faisant le tour du transat de son ami.
« Ah ça, des garçons doués, y en a pas des masses… Il faut juste se consoler en se disant que quand tu en trouveras un, ça sera absolument génial ! » Il termina sa phrase au moment même où il arrivait derrière Vincenzo, prenant place à ses côtés sur la chaise longue. Comme il était redressé, le jeune homme lui tournait le dos et il ne pouvait donc pas voir ce que faisait le Français. Cela n’était pas très gênant puisque ça faisait justement partie de son jeu. Se penchant vers la table, Lukaz tendit le bras pour attraper un tube de crème solaire, effleurant au passage le corps de Vince dans un frisson. « C’est pas parce que moi je résiste au soleil que c’est aussi ton cas. Même avec ton joli teint, faut faire attention avec ça, ça peut être dangereux. » Terminant sa phrase, Lukaz fit couler une noix de crème dans le creux de sa main et il se mit à la déposer sur les épaules et la nuque de son compagnon. Il posa ensuite ses mains à plat sur son corps et se mit consciencieusement à étaler la crème… Du moins au début, parce que cela se transforma vite en ce qu’on pourrait appeler un massage sensuel… Se penchant vers son oreille, il susurra alors quelques mots. « Si je suis pas assez doux, faut le dire… »

Lukaz laissa planer un instant de silence avant d’enfin reprendre la parole.
« Je suis curieux, tu sais. C’est mal, mais j’y peux rien. Et puis, faut pas lutter contre sa nature, ça sert à rien. Bref… Avant, tu as commencé avec un tu sais et puis tu t’es arrêté. Comme je ne crois pas savoir, je me demandais ce que tu voulais dire par là… Et je te préviens, ne cherche pas à te défiler ! Je te lâcherais pas avant que tu ais tout avoué, même s’il faut que je t’attache à la chaise ou que je m’installe sur toi pour te bloquer ! » Et pour tout avouer, il y avait une de ces techniques qui l’enchantait beaucoup plus que les autres… Mais de là à être sûr de pouvoir la pratiquer sans risque de manifestation impromptue de la part de son corps… c’était une toute autre histoire !

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Vincenzo Gambino
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 99
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 26
◊ Informations : Primo : Vincenzo Gambino
Secundo : sugets et relations

◊ Age du Personnage : 20 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Peau de diamant


Informations

» Métier: un contrat ici et là...

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: suspendu au soleil Dim 24 Juil - 2:26

- Absolument que ça veux dire juste toi et moi, qu’est-ce que ça pourrait vouloir dire sinon ! Ha ha ! Sourire franc, il regarda Lukaz un moment avant de reprendre. Et puis, si ça ne te suffit pas un seul soir, on répétera… après tout, ce n’est pas moi qui dirai non !

Absolument, l’idée de sortir et de s’amuser avec le Français lui plaisait bien. Il était toujours agréable de fréquenter les gens le jour et le soir, car bien souvent, les sujets changeaient selon l’heure du jour et le lieu de rencontre. L’après-midi, comme ça autour de la piscine, chacun sur sa chaise longue, la conversation ne pouvait être que légère et parsemée de silence. Les sujets allaient de pair avec l’aspect de la conversation, des sujets plus sérieux, plus terre à terre. Mais sortir avec le jeune homme le soir lui donnerais bien accès à une conversation plus animée, plus électrique. Des conversations toujours très intéressantes concernant des trucs qui souvent mouraient sous le son de la musique ou s’égarait dans les mémoires soumises aux vapeurs de l’alcool et de la drogue. Bien qu’éphémères, ces conversations-là étaient toujours très révélatrice et intéressantes !

Suivant le commentaire selon lequel Lukaz dénigrait les truites -et avec raison, car malgré son respect et son admiration envers tout ce qui nage, il était impossible même pour Vince de trouver quoi que ce soit de sexy à une truite- Vince lui renvoya la balle avec une maigre défense. À ce moment, il avait eut en tête bien des images de poissons aux couleurs chatoyantes et aussi diversifiées que le sont leurs formes et leur grosseurs. Toutefois, aucun nom ni rien de précis ne lui vint en tête pour fortifier sa défense, mais cela avait-il vraiment de l’importance ? Pour lui un peu, étant donné son intérêt pour le milieu aquatique. Pour Lukaz, cela l’aurait beaucoup surprit !

Puis le temps avait passé un peu. Maigrement meublé de paroles, mais riche en silence lourd de réflexion. Rêverie pour lui certes beaucoup, mais aussi du côté de Lukaz, il en était à peu près assuré. Puis il avait ouvert la bouche; intention espiègles de l’intérieur, sourire défieur visible à l’extérieur. Il ne quitta pas le français des yeux, voulant s’assurer de récolter au maximum ce qu’il venait de semer. Et, bien que ce fut subtil -à un point tel que ça relevait de l’impression, et même à se demander si cela ne retournait pas de son imagination-, il était satisfait de ce qu’il avait perçut ! Lukaz lui avait semblé tendu, comme s’il était inconfortable tout à coup sur sa longue chaise de piscine généreusement matelassée. Cette pensée était totalement absurde; ce n’était pas les chaises qui étaient en cause, car l’instant d’avant il était le plus confortablement installé, ainsi au chaud soleil. Non. Cet inconfort lui venait plutôt des mots de Vince. Tout comme l’inconfort qui avait suivit sa réponse positive un peu plus tôt, signifiant qu’il avait trouvé quelqu’un d’autre que Lukaz. Dans cet inconfort momentané, Vincenzo y avait traduit une préoccupation du côté de son ami… peut-être même qu’il était un peu perturbé… son sourire redoubla, mais ce n’était pas un sourire nourrit de méchanceté et du plaisir de perturber son ami. Ho non ! Loin de lui l’idée de faire souffrir. Seulement, cela lui faisait plaisir de voir son ami réagir sur ce détail –majeur- de leur relation. Ça allait jusqu’à lui gonfler le cœur d’un mélange de confiance et de satisfaction.

Il fut surpris de le voir se lever. S’avouant vaincu sur le fait qu’il ne sut déchiffrer ses intentions, Vince se redressa légèrement et rompit le lien visuel avec Lukaz. Il ferma les yeux un moment; il était quelque peu aveuglé par le soleil… et par Lukaz. Il suivit la voix qui tourna autour de lui sans relever la tête. Il en profita même pour reprendre conscience de l’aigle qui nichait, à l’étroit, au creux de sa main. Il lui restait encore trois doigts pour tenter sa chance et espérer. De sa main droite, ils étaient tous trop petit ou trop grand pour le bijou. Parfois de si peu, mais assez pour rendre le port inconfortable à long terme. Il espérait trouver chaussure à son pied avec cette anneau, bien que ce la le surprendrait bien, parce que tout ses doigts avait un peu le même diamètre. Un diamètre étroit comparativement à une main d’homme, mais qui laissait suffisamment de place à une poigne solide.

Vince perdit la voix de Lukaz derrière lui. « Mais qu’est-ce qu’il fait ? » se demanda-t-il, souhaitant qu’il ne s’était pas éclipsé, silencieux comme le voleur qu’il était. Toutefois, son sac était encore là; il n’était pas parti, conclu-t-il, réjouit. Sa conclusion fut renforcée par le léger contact sur son bras et l’ombre qu’il perçu du coin de l’œil. Sauf un imperceptible mouvement de la tête vers la table de patio, Vince ne sourcilla pas. Il avait bien sûr noté l’objet qui avait disparu et il voyait un peu les intentions de Lukaz, mais il le laissa faire. Revenant à ce que Lukaz venait de dire, il sourit et leva la tête pour regarder le ciel bleu immaculé et brillant, puis il se dit : « Et si je l’ai trouvé, je fais quoi là ? »Sans qu’il ne sache trop pourquoi, la soirée de leur rencontre lui revint en tête; la façon dont il l’avait encouragé à boire, les tours de main utilisés pour le charmer –si le mot n’est pas trop faible, bien que ses souvenirs de cette soirée datant d’un an soient un peu troubles- et comment tout ça avait… plutôt bien fini. Selon Vince, Lukaz l’avait peut-être eut par des moyens détournés, mais à son souvenir, il ne s’y était pas opposé ! Comment l’aurait-il pu de toute façon ? La soirée avait été bien arrosée et il s’était retrouvé sans défense devant l’arrivée impromptue du Français et ses intentions imprévisibles… Et puis, même s’il avait pu se défendre, l’aurait-il vraiment fait ? Puis, faisant le lien avec la situation présente, il se dit : « il a pas changé lui, il est toujours aussi sournois et imprévisible ! » Sournois ? Oui, mais ça n’avait rien de mal selon Vince. Même qu’à quelque part, et ce malgré le fait que ça pouvait parfois le troubler, c’était un peu ce qu’il aimait du jeune homme… voire même qui l’attirait.

Ce ne fut pas tant les mots de son ami que la tiédeur de la crème sur sa peau qui provoqua un frisson dans son dos et le tira de ses pensées. Quelques secondes plus tard, alors que le frisson venait de terminer sa course dans le bas de son dos, il senti les mains de Lukaz parcourir sa nuque et ses épaules. Il y eut une tension momentanée au contact de ces mains encore presque inconnues. Un soubresaut musculaire s’était emparé des muscles supérieurs de son dos à la peau basanée. Mais bien vite il se détendit. Comment en faire autrement; Lukaz ne se contentait pas d’étendre la protection solaire, non, il en faisait bien d’avantage ! En fait, il en faisait profiter Gambino et son attention particulière pour la peau de son ami avait plutôt pris l’allure d’un massage très agréable. À un point tel que lorsque Lukaz se pencha à son oreille, Vince se contenta de tourner la tête de quelques degrés vers l’arrière, sourire aux lèvres, et de lui servir un léger « hum », lui laissant ainsi savoir qu’il avait compris

Le discourt du français le fit énormément sourire. Sans se presser, il se tourna un peu, s’étira le bras et se saisi du verre de Lukaz sur la table. Il pivota un peu plus les épaules et porta le contenant à porté de lèvre de son ami. Une étincelle brilla. Attirant l’attention sur le majeur gauche de Vince, où trônait fièrement la tête d’aigle. Durant un moment, elle vola la vedette, se faisant gonfler par le regard de Vincenzo. Prétextant devoir solidifier son équilibre, l’Italien posa sa main libre à plat sur la cuisse de Lukaz. Puis il lui dit :

- Que tu t’installes sur moi ? Je suis désolé, mais là tu viens de me convaincre de ne pas dire un mot !

Il se dit qu’il aurait pu développer un peu plus, mais pour l’instant, sa concentration était ailleurs. Et puis, il était plutôt agréable jusqu’à maintenant de provoquer Lukaz. Définitivement, il était satisfait de ce qu’il avait semé. Toutefois, il était encore curieux de voir jusqu’où il pourrait le pousser. « Hum… l’après-midi promet d’être profiteuse ! Et puis, je lui rendrai bien l’ascendeur… »

SIGNATURE


Dernière édition par Vincenzo Gambino le Sam 1 Oct - 2:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Lukaz Le Guen
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 826
◊ Nombre de Messages RP : 63
◊ Age : 32
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption et projection d'énergie solaire


Informations

» Métier: Voleur à gages

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: suspendu au soleil Lun 1 Aoû - 23:14

Lorsque Vincenzo avait proposé à Lukaz de sortir ensemble un soir, rien que tous les deux, le Français n’avait pu nier que cela lui faisait vraiment très plaisir. En effet, il trouvait cette idée plus que séduisante et il devait bien avouer que Vince faisait tout pour qu’elle le demeure. Depuis qu’il avait fait sa connaissance, Lukaz ne se souvenait pas avoir déjà vu le jeune Italien de cette manière. Il était vrai que pendant l’année qui s’était écoulée, ils n’étaient pas vraiment sortis ensemble très souvent et leurs rencontres se réduisaient souvent à une bête discussion autour d’un verre quelque part dans la villa. Alors le découvrir aussi charmeur et dragueur, c’était une surprise plutôt intéressante bien qu’elle avait aussi ses mauvais côtés. Mais bon, il ne fallait pas nier l’évidence, ça faisait plaisir de savoir qu’il avait lui aussi envie de passer le maximum de temps possible avec le jeune Français.

D’un autre côté, Lukaz s’était ensuite levé pour aller aider Vincenzo à se mettre de la crème solaire. Mais avant de commencer quoi que ce soit, le Français avait pris la parole pour répondre en écho à Vincenzo, mentionnant le fait que lorsqu’il aurait trouvé un garçon doué, il vivrait alors quelque chose de génial. Il ne sut toutefois pas ce qu’en pensait son compagnon du moment et ami parce que ce dernier avait gardé un silence absolu sur la question, le regard levé vers les cieux. S’imaginait-il un de ces fameux moments géniaux ? Ou cherchait-il un garçon potentiellement compatible avec cette idée dans ses connaissances ? Difficile à dire, d’autant plus que Lukaz n’était pas télépathe.

Le Français déboucha ensuite le tube de crème solaire et commença à en passer sur son ami. Alors qu’il caressait délicatement le corps au teint hâlé du jeune homme, Lukaz se demanda si c’était vraiment une si bonne idée que ça de sortir avec lui le soir… S’ils allaient dans des boites, des bars ou tout autre lieu de fêtes nocturnes, ils allaient forcément consommer de l’alcool voire même de la drogue et chaque chose en entrainant une autre, il serait très difficile d’éviter de reproduire la nuit de leur première rencontre. Bien sûr, ça ne serait pas un mal si terrible, mais Lukaz s’en voudrait ensuite certainement. Encore que ça, ce n’était pas une certitude non plus. Après tout, il ne savait vraiment pas ce que Vincenzo pensait de la situation. Lukaz voulait seulement éviter de le blesser et il se doutait que si Vince tombait amoureux de lui, il ne pourrait pas lui rendre ce sentiment et alors, le jeune homme en souffrirait. Mais si ça se trouvait, il n’en était rien du tout… Seulement ça, il ne le savait pas puisqu’après tout, ils n’en avaient jamais parlé ensemble.

Tout en massant tendrement Vincenzo, Lukaz lui avait proposé de signaler s’il n’était pas assez doux, un moyen comme un autre d’apporter un peu plus de provocation dans le jeu. Visiblement, ça marchait plutôt bien puisque le bel Italien ne répondit qu’avec un petit soupir de contentement et un sourire à faire fondre les glaciers. Une chance que le pouvoir de Lukaz était plutôt solaire ! Il n’eut toutefois pas le temps de s’y appesantir plus que cela puisque poussé par la curiosité, il avait posé une question concernant des propos tus un peu plus tôt… La réponse mit toutefois bien longtemps à venir. En effet, Vincenzo se retourna vers lui avec une lenteur calculée tout en tendant le bras pour saisir le verre du Français. Pivotant sur lui-même, il souleva doucement le verre pour le porter aux lèvres de Lukaz, présentant enfin la bague à son doigt. Souriant devant un tel manège, le blondinet but une gorgée tout en posant son regard sur l’aigle. Il n’eut toutefois pas le temps d’avaler qu’il s’étouffa presque ! Décidément, l’Italien était de plus en plus provocateur ! En effet, comme cherchant un point d’appui, il avait posé sa main sur la cuisse de Lukaz. Il essayait de l’échauffer ou quoi ?

Tentant de retrouver son sourire, le jeune Français regarda son ami dans les yeux alors qu’il s’apprêtait à répondre. Malheureusement, ce sourire devint un peu plus crispé alors que Vincenzo plongeait en plein dans le jeu que Lukaz avait mis en place. Il n’aurait vraiment pas pensé à cela… Si on lui avait posé la question, le blondinet n’aurait jamais imaginé que son ami réagirait ainsi. Que devait-il faire maintenant ? Abandonner ? Ou au contraire, continuer jusqu’à éprouver les limites ? Et s’il n’y avait pas de limites, que ferait-il… Réfléchissant un instant, Lukaz put ainsi faire revenir son sourire, un petit sourire à la fois amusé et sournois.
« Vraiment ? Tu persistes dans le silence ? » Saisissant le verre entre les doigts de Vince, le Français vint le poser au sol avant de passer à l’action. Glissant sa main sur celle de son ami qui se trouvait sur sa cuisse, il attrapa aussi la deuxième main avant de faire basculer Vincenzo en arrière de manière à l’allonger sur la chaise. Puis, sans vraiment lui laisser le temps de réagir, il l’enjamba de manière à se retrouver à cheval sur lui. Et voilà, il était installé sur le bel Italien ! Mais quitte à provoquer, autant le faire jusqu’au bout ! En moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, Lukaz retira son tee-shirt et l’envoya sur l’autre chaise, révélant enfin son corps aux yeux de son ami. S’il voulait jouer, ils allaient jouer, mais à un niveau supérieur.

Se penchant vers Vincenzo, Lukaz posa ses bras à plat au-dessus de sa tête, arrêtant son visage à quelques centimètres à peine de celui de l’Italien.
« Je suis sûr que si je te menaçais encore de faire quelque chose si tu ne parlais pas, tu te tairais encore. Ca ne serait donc pas très drôle. Faire l’inverse, ça ne changerait rien de la situation normale alors ça n’aurait aucun intérêt. Il ne reste donc qu’une seule solution… » Souriant encore plus que la fois précédente, Lukaz laissa planer un petit silence en jouant de sa langue – et du piercing qui l’ornait – entre ses lèvres. « Est-ce que tu parlerais si je te disais qu’en échange, tu m’aurais pour une nuit entière et que tu serais libre d’avoir absolument tout ce que tu voudrais ? Tu voudras manger une pizza ? On le fera. Tu voudras nager ? On le fera aussi. Et ça sera la même chose pour le reste, même si tu en demandes bien plus. Beaucoup plus. Je suis sûr que tu as énormément d’imagination pour voir tout ce qu’il est possible de réaliser, nan ? »

Se redressant, Lukaz laissa passer un peu de temps, histoire que ses propos fassent mouche. En attendant, il étudiait attentivement le corps de son ami tout en laissant à ce dernier le loisir de faire de même. Puis, histoire de détendre un peu l’atmosphère avant d’avoir sa réponse, il posa une nouvelle question. « Tu n’as jamais eu envie de te faire un piercing ? La lèvre ou le téton ? C’est hyper-sexy, je trouve. Ca t’irait bien. » Tout en parlant, il avait glissé les doigts jusqu’au sien avant de se pencher pour ramasser son verre et boire une gorgée. Ne restait qu’à voir si Vincenzo allait répondre ou non.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Vincenzo Gambino
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 99
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 26
◊ Informations : Primo : Vincenzo Gambino
Secundo : sugets et relations

◊ Age du Personnage : 20 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Peau de diamant


Informations

» Métier: un contrat ici et là...

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: suspendu au soleil Sam 20 Aoû - 4:45

Sous le bruit du clapotis de l’eau sur les murs de céramiques colorés du bassin de la piscine et le voile brulant du soleil, Vince souriant. Intérieurement, il était plutôt bien, mais rien de bien extraordinaire comparativement à l’extérieur; le traitement de faveur auquel il avait droit le ravissait grandement. Voilà au moins quelques semaines qu’il n’avait pas vu son ami, malgré qu’il ne l’ait pas vu beaucoup plus avant ça. Puis il y avait la journée, bien sûr le temps était au beau fixe, mais aujourd’hui, il lui semblait que la chaleur était plus agréable et le soleil légèrement plus généreux.

Puis les pensées de l’Italien dérivèrent sur le moment présent et sur lui-même. Il réalisa qu’il n’avait pas eu l’occasion de montrer cette facette de lui-même à personne depuis bien longtemps… pas depuis la fin de son passage au Private High School de Achaea, il y avait de ça 2 ou 3 ans, ça c’est certain. Mais maintenant c’était une tout autre histoire, bien plus intéressante celle-là ! Et à voir l’expression de Lukaz quand il posa sa main sur sa cuisse, il se dit que son ami aussi devait ignorer cette facette de lui-même. Puis Vince devint curieux; il connaissait bien le Français comme étant sournois et imprévisible de son œil à lui, mais jusqu’à quel point pouvait-il le provoquer ? Jusqu’à quel point pouvait-il jouer ainsi avec lui avant d’en subir les représailles ? Personnellement, il trouvait Lukaz très séduisant, mais il se doutait bien qu’il n’était pas le seul. Il savait qu’il se montrait assez naïf parfois, mais il n’en était pas pour autant aveugle et idiot. Lukaz devait bien s’amuser ailleurs, selon lui il n’était pas le genre de gars à se contenter d’un seul s’il pouvait en avoir plusieurs. Alors il y avait cette curiosité qui lui brulait l’esprit et qui occupait les moindres recoins de ses pensées, cette question qu’on ne pose pas, car on sait pertinemment que la réponse en mot ne nous satisfera pas. Et c’est avec cette idée en tète qu’il plongea, libre, habilement dans ce jeu qui lui manquait :

- Que tu t’installes sur moi ? Je suis désolé, mais là tu viens de me convaincre de ne pas dire un mot !


Il faut dire que l’expression de Lukaz au contact de sa main sur sa cuisse et son sourire, quelque peu incertain, l’avait achevé, le convainquant d’oublier le reste et de s’amuser du moment présent. Vincenzo regardait Lukaz, puis le sourire de ce dernier devint revint en force. Suivant la question qui lui fut posée, ou plutôt l’avertissement que le Français lui servit, Vince pensa : « ho, que si je persiste ! Ce que j’avais à dire ne vaut vraiment pas le jeu dans lequel je me suis plongé ! ». Le verre glissa des doigts de Vince qui laissa sa main en suspend dans l’air. Intrigué, il laissa Lukaz poser sa main sur la sienne et se saisir de celle flottant toujours devant lui. Il se demandait bien comment il allait pouvoir le retourner; Vince était légèrement plus massif que Lukaz et il pensait bien avoir une bonne base, assis ainsi sur la chaise de piscine. Il n’eut même pas le temps de terminer sa réflexion que son compagnon était à cheval sur lui. Il lui servit un regard des plus étonnés; il avait été surprit par la vitesse et l’agilité de son ami qui avait pourtant commencé avec des gestes lents pour se saisir de ses mains. Toutefois, ce n’était pas tant ce tour de main agile qui le surprenait, mais aussi l’endroit où était rendu Le Guen… malgré qu’ils avaient mentionné de s’installer sur Vince… mais la prouesse en était tout de même saisissante.

Sans lui laisser le temps de réagir, Lukaz enchaina et retira son T-shirt. Vince sourit. Il se releva sur un coude avec l’intention de saisir son verre sur la table tout près d’eux, mais n’eut même pas le temps de se stabiliser qu’il dû se recoucher; le torse de Lukaz à quelques centimètres du sien faisait pression sur lui. Passif, il ne s’opposa pas et suivit le manège. Sous le mélange de cette proximité, des bras de Lukaz autour de sa tête et particulièrement du visage de ce dernier tout près du sien, Vincenzo manqua une respiration, ou était-ce son cœur qui avait fait un bond ? Il ne savait plus, il ne voulait pas savoir, cela lui était égal après tout, l’intérêt était ailleurs à présent. Peut-être était-ce son propre corps, mais ça lui paraissait plus plausible que ce soit celui de Lukaz… peu lui importait, mais la chaleur avait monté d’un cran en un moment. Il plissa légèrement les yeux en regardant le Français; il lui cachait peut-être le soleil, mais il n’était pas beaucoup moins brillant que ce dernier.

Vince écoutait les mots de Lukaz sans bouger ni broncher… avait-il vraiment le choix dans cette position ? Et à vrai dire, il n’en avait pas le goût non plus. Puis il servit un regard sceptique et amusé à son ami; il se doutait bien de la dite solution mais il hésitait entre deux qui lui semblaient possibles : il parle, ce qui lui paraissait trop gratuit, ou bien Lukaz le pousse à parler avec force de provocation, ce qui lui semblait amusant, surtout que le jeune homme s’était déjà engager dans cette voie avec le sourire qu’il lui servait et sa langue qui apparaissait puis disparaissait entre ses lèvres. Le supplice cessa quand il se remit à parler. L’expression sceptique de Vince se mua en une expression d’étonnement : « Juste ça ? Non, pas JUSTE ça : TOUT ça ! …Un plateau d’argent ? Je ne m’y serais pas attendu… » Puis, comme un flash, Vince pensa à tout ce qu’il pourrait obtenir et se mis à trouver cette offre plutôt alléchante !

Suivant le mouvement de Lukaz qui se relevait, Vince glissa son bras sous sa nuque pour donner un angle à sa tête, histoire de mieux voir le Français. Le commentaire sur le piercing le fit sourire, il devait avouer que ça ajoutait un petit quelque chose à Lukaz, mais sur lui ? Il se relava comme il pu, le français sur ses hanches compliquait quelque peu la manœuvre. Les yeux au niveau du torse de son ami, il saisit délicatement le piercing que Lukaz venait de mettre en valeur :

- C’est vrai que ça te donne un petit quelque chose ces piercings, c’est peut-être même ça… humm j’y avais pas tellement pensé avant, mais maintenant que tu le dis, ça serait intéressant. Il tourna ses doigts autour du petit objet de métal tout en effleurant par moment la douce peau du Français. Son souffle venait s’éteindre sur la peau de son compagnon. La lèvre ou le téton ? C’est toi après tout qui me regarde en ce moment et qui en profitera le plus, non ? Et puis, l’été vient de commencer, alors il faut te dépêcher si tu veux en profiter le plus longtemps possible.

Sans l’avoir prévu, ces derniers mots cachaient aussi une invitation à répéter la rencontre sur le bord de la piscine avant la fin de l’été. Comme Le Guen allait se départir de son verre, Vince le saisi et en tira une gorgée, prenant son temps et profitant de cette pause pour laisser ses mots planer, de la même façon que le Français le faisait si souvent. Puis, il décrocha le verre de ses lèvres et y accrocha un sourire. Il déposa le verre.

- L’offre est plutôt tentante, mais tu ne trouve pas ça un peu vaste tout ? Des plans pour que j’en abuse. J’ai de l’imagination tu sais, c’est toi-même qui me l’as dit ! Un sourire joueur étira la commissure de ses lèvres. Il baissa la tête et tourna les yeux sur sa main droite, accordant tout son attention visuelle aux bagues qui ornaient ses doigts. Et puis… tu sais, même si ce plateau d’argent a l’air plutôt complet, il lui manque un petit quelque chose…

Il referma sa main en un poing et releva la tête, malice au coin des yeux, en posant sa main à plat sur le côté de la hanche de Lukaz, son pouce sur la frontière que traçait son pantalon :

- Et si c’était le garçon doué qui menait le bal ?


SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Lukaz Le Guen
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 826
◊ Nombre de Messages RP : 63
◊ Age : 32
◊ Informations :
◊ Age du Personnage : 23 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Absorption et projection d'énergie solaire


Informations

» Métier: Voleur à gages

» Statut RP: Fermé

» Particularités:

MessageSujet: Re: suspendu au soleil Mar 13 Sep - 23:16

Installé comme il l’était, Lukaz savourait pleinement la situation présente. Il fallait quand même avouer que chevaucher Vince de cette manière était une expérience plus qu’agréable, ce qui était d’autant plus vrai qu’il ne l’avait pas encore réellement expérimentée. Un instant, il se demanda même ce que l’Italien en dirait et il se promit d’aborder le sujet, le moment venu. Toutefois, ce moment n’était pas encore arrivé puisque la situation actuelle n’était pas la plus propice à ce type de jeux adultes. Puis, ils en jouaient un autre de jeu et un des plus agréables. Le jeu de la tentation… Lukaz avait envie d’y succomber, mais il avait aussi envie de le gagner. Il n’allait donc pas céder aussi facilement à Vince et il souhaitait bien le tenter comme un diable pour voir jusqu’où il était capable d’aller. Et si par malheur le jeune homme finissait par se dérober, le Français lui laisserait la victoire, perdant de très bon cœur.

Lukaz avait toujours eu peur de faire souffrir Vincenzo et c’est pour cela qu’il avait évité les soirées trop arrosées à ses côtés. Après tout, l’alcool aidait à oublier ses limites et il pouvait pousser à faire des choses qu’on aurait ensuite regretté. Or voilà, Lukaz n’avait pas envie d’une relation, même amicale, pleine de regrets. Alors il avait attendu en prenant son mal en patience et en espérant qu’un jour, Vincenzo l’invite clairement de lui-même. En effet, dans un tel cas les choses se présenteraient sous un tout autre jour. Et c’était justement ce qui était en train de se passer en ce moment, petit à petit. Que du bon en perspective ! Une fois installé, Lukaz s’était donc mis torse nu et il avait quelque peu joué avec son compagnon en s’approchant très près de lui pour l’interroger. Il avait ensuite laissé planer un petit silence avant de revenir en arrière pour poser une question moins tendancieuse… Encore que…

Les yeux posés sur le bel Italien, Lukaz le regarda changer de position comme il le pouvait, attendant que les réponses viennent. Et quand elles vinrent enfin, il ne put qu’avouer que ce n’était pas de la manière qu’il avait pensé ! En effet, il put voir le bras de Vince se lever avant que ses doigts ne se referment sur son téton ! Enfin, sur son piercing, plus précisément. Mais il faut bien avouer que lorsqu’il se mit à jouer un peu avec le bijou, le bel éphèbe provoqua de douces sensations en Lukaz. Il n’aurait pas à s’étonner s’il provoquait une certaine réaction physique de sa part !
« Tu sais, la lèvre ou le téton, c’était que deux idées lancées comme ça. On peut en faire encore à pleins d’autres endroits… A bien y réfléchir, je suis pas sûr que la lèvre ça soit le meilleur choix pour le tout premier… Cela dit, l’arcade, ça peut être vraiment sympa sur toi et ça peut faire un bon début. » Souriant, Lukaz se pencha une nouvelle fois vers le visage de son compagnon, s’arrêtant à quelques centimètres de lui. « Après, c’est sûr que pour le côté sexy, le téton, c’est le top ! Ca fait un joli ornement qui attire les regards. Cela dit, je n’aurais rien contre en profiter même une fois l’été passé… » Le Français laissa planer un petit silence avant de se pencher encore plus, portant ses lèvres vers l’oreille de l’Italien tout en laissant leurs torses se frôler. Lukaz se remit alors à parler, susurrant ses propos. « Il faut aussi dire que le piercing au téton peut avoir une toute autre utilité… On peut jouer avec lui en se servant de la langue et crois-en mon expérience, c’est vraiment un pur plaisir pour celui qui le porte. Et en même temps, c’est aussi très plaisant pour celui qui joue. Tu devrais essayer si l’occasion se présente… »

Revenant en arrière, Lukaz rendit à nouveau son piercing visible aux yeux de Vincenzo. Il ne mentionna pas le fait que l’occasion était déjà présente, cela dit. C’était à Vince de voir s’il se laissait tenter, maintenant ou plus tard. Le Français voulait bien lui donner toutes les cartes, mais ça restait à l’Italien de les abattre de la manière qu’il préférait. « Quoi qu’il en soit, tu devrais te laisser tenter, je dis. Je connais une perceuse vraiment douée en ville… » Ah ça, elle était douée, dans bien des domaines. Désignant le tatouage du scorpion qui dépassait à peine de son pantalon, Lukaz continua. « C’est elle qui m’a fait ça. Si ça te tente vraiment, on pourrait y aller ensemble un de ces jours… Et après, je m’occuperais de toi, s’il le faut. »

Reprenant position plus correctement, le jeune Français posa son regard sur son ami et il attendit la suite, se préparant à une nouvelle surprise made in Vince. Vu ce que la rencontre avait donné jusque là, il semblait évident qu’il allait encore le surprendre de bien des façons. Restait à essayer de ne pas le montrer histoire de ne pas donner de nouvelles munitions à l’Italien. Lukaz tenta donc de rester impassible quand Vince l’invita presque ouvertement à lui faire des choses pas très catholiques… C’est qu’il commençait à faire chaud, ici. Inspirant, le jeune homme laissa retomber son rythme cardiaque avant de répondre. « Oui, c’est sûr, c’est vaste… On peut faire tellement de choses… Je sais pas, genre une soirée jeux vidéos avec des pizzas. Ou une soirée ciné. Bon, c’est sûr que là, tu gagnes pas grand-chose, mais tout dépend de tes goûts… La soirée natation, c’est sympa aussi, mais c’est vachement crevant… Sinon, y a d’autres sports possibles… Des sports d’intérieurs pour la plupart. » L’allusion était laissée libre à la compréhension. Lukaz réfléchit ensuite un peu – à moins qu’il ne fasse semblant – avant de reprendre. « Je pense que le garçon doué peut bien mener le bal. Après tout, il a l’expérience qu’il faut pour ça… Mais, ça ne serait pas si génial que ça, nan ? Je veux dire, ça n’aurait rien de surprenant. Tu ne penses pas que ça serait plus sympathique si c’était l’autre garçon qui menait la danse ? Il pourrait avoir de biens meilleures idées encore… Après, je comprendrais que l’autre garçon puisse avoir peur de l’inconnu. » Se rapprochant une nouvelle fois de son visage, Lukaz prit une expression plus tentatrice… « Ou alors, c’est qu’il préfère être guidé… Voir dominé. Ca peut aussi être plaisant, cela dit. »

Se passant la langue sur les lèvres, Lukaz leva sa main et il la posa à plat sur l’épaule gauche de Vincenzo. Puis, revenant en arrière, il la laissa glisser tout doucement de manière à ce que ses doigts effleurent le corps au teint hâlé du beau jeune homme. Il s’arrêta au niveau de son nombril avec lequel il commença à jouer, doucement, le caressant aussi délicatement qu’il le pouvait. « Après, je l’ai dit. Tu es libre d’avoir tout ce que tu veux. Il suffit de demander. Alors si ton envie, c’est que le garçon doué mène le jeu, soit. Tu es en droit de l’avoir. » Décalant légèrement son corps, Lukaz dégagea quelque peu une partie des vêtements de Vince qu’il avait pris pour cible. Ils étaient au bord de la piscine donc il était probable que le jeune homme porte une tenue de bain. Le Français ne savait toutefois pas s’il s’agissait d’un short ou d’un slip de bain… Il préférait très largement la deuxième solution, nettement plus séduisante. Mais avant de pouvoir s’en rendre compte, il fallait le débarrasser de son short qui camouflait un peu trop tout ça… Ca faisait partie du jeu. Faisant glisser ses doigts un peu plus bas, Lukaz commença à jouer avec la ceinture de Vincenzo, s’amusant un petit peu avant de défaire totalement la boucle. Il posa ensuite ses doigts sur le bouton du short et reprit la parole avant d’en faire plus. « D’un autre côté, le garçon doué peut avoir des idées vraiment dingues… Tu le laisserais vraiment mener la danse ? Tu serais prêt à prendre un tel risque ? » Lui laissant quelques secondes pour réfléchir, Lukaz reprit. « Tu sais, vu que je suis déjà là, on peut faire d’une pierre deux coups. Tu me dis ce que tu as mis en silence tout à l’heure et tu auras droit à cette nuit entière dès ce soir, si tu es libre… Et tant qu’à faire, pourquoi ne pas allonger cette nuit et la faire commencer… Maintenant ? Ou du moins, dès que tu auras parlé. » Se reconcentrant sur ses gestes, Lukaz défit enfin le bouton du short. « Alors, tu parles ? Ou tu préfères que je te torture un peu avant… » Un sourire de défi presque pervers vint ponctuer cette phrase.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
۞ Mutant Non Recensé ۞

avatar

Vincenzo Gambino
۞ Mutant Non Recensé ۞

◊ Nombre de Messages : 99
◊ Nombre de Messages RP : 6
◊ Age : 26
◊ Informations : Primo : Vincenzo Gambino
Secundo : sugets et relations

◊ Age du Personnage : 20 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Peau de diamant


Informations

» Métier: un contrat ici et là...

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Re: suspendu au soleil Sam 1 Oct - 2:00

L’idée d’un piercing, même s’il ne l’avait pas montré, ne l’enchantait pas tellement. Sur Lukaz ça avait son charme, et ça, il ne pouvait le nier, mais sur lui … c’était une tout autre affaire. Oui, bien sûr, il aurait pu simplement le lui dire et le sujet serait clos, mais pourquoi couper court à l’introduction d’une toute nouvelle carte dans leur jeu ? Et puis, Vince aimait bien, répondre à une question par une autre question lui avait toujours plus. Toutefois, la réponse à sa propre question le surprit; il s’attendait à ce que Lukaz tranche entre le téton et la lèvre, ou qu’il dévie tout simplement la question –malgré que d’après ce qu’il connaissait de son ami, ce n’était guère du genre de Lukaz de se dérober- mais au lieu de cela, il élargie le champ et lui retourna la balle. Sur le coup, l’idée de l’arcade plu déjà beaucoup plus à Vince; pas trop voyant, pas trop encombrant, ça donnait un style et on pouvait jouer énormément sur le style de l’ornement. Mais l’idée ne resta pas longtemps en suspend dans son esprit quand Lukaz s’approcha une fois de plus de lui pour lui souffler quelque chose. Décidément il aimait de plus en plus les idées de son partenaire de jeu ! Non pas seulement le fait de renouveler les rencontre même l’été passé, mais surtout l’utilité des piercings qu’il lui dévoilait. N’ayant jamais eut ces jouets sur lui, il ne pouvait s’en douter, mais maintenant qu’il le disait… Puis l’Italien tourna la tête pour croiser le regard de Lukaz qui se redressait. Ses yeux tombèrent sur l’anneau de métal et y restèrent accrochés, comme hésitant à agir, mais il se reprit; « C’est trop cliché et attendu, je trouverai bien. »

- Quoi qu’il en soit, tu devrais te laisser tenter, je dis.

Dans son esprit, ces mots eurent le même effet qu’un coup de fusil pour un coureur. Pensant toujours à ce que venait de lui apprendre le Français et croyait qu’il l’incitait ouvertement à prendre action. Vince sourit quand il réalisa qu’il avait un peu changé de sujet, mais pas trop non plus; il parlait du piercing qu’il voulait voir sur Vince. Puis il se mit à penser; il était étonné de voir comment le français semblait avoir plongé dans leur « relation » tout à coup, comme agrippé. Du moins, selon Vince, sa proposition de s’occuper de lui était plutôt une proposition du genre attachante de quelqu’un qui s’était attaché à lui. Vincenzo en déduit naïvement que le jeu avait porté ses fruits.

Vince laissa échapper un rire court; il trouvait amusant toutes les idées d’activités que Lukaz pouvait sortir, mais c’était surtout le fait qu’elles étaient plutôt hors contexte suivant la situation présente. Et le plus amusant dans tout ça, c’était la mention anodine, en apparence, des sports d’intérieurs… sans le vouloir, et sans chercher à l’empêcher, bien des images et des idées lui vinrent en tête.

Quand Lukaz lui souffla son idée de lui forcer la prise des commandes, il lui lança un regard du genre : « Vraiment ? Je vais vraiment avoir à me forcer pour ça ? ». Il était bien évident que, même s’il s’était plutôt bien débrouillé jusqu’à maintenant, il n’avait ni l’expérience de Lukaz ni son esprit sournois pour assurer en toute situation. Et sans vraiment vouloir se l’avouer, il se lançait en terrain glissant, et à chaque phrase et geste entamés par Lukaz, il ne savait pas s’il allait se retrouver pris de court, sans ressource et ne sachant pas quoi répliquer. Mais bien qu’il soit possible à tout moment qu’il se retrouve sans réplique ce n’était pas un argument suffisant pour le faire reculer, surtout pas à la mention du mot « dominé ». Une vague d’excitation s’empara de lui, l’empêchant de réfléchir plus longtemps. Et Lukaz le chevauchant n’aida pas à le calmer. Cette vague se provoqua une tension musculaire, puis il pensa : « Absolument que je veux me forcer pour ça ! ».

Les propos qui suivirent et les doigts qui glissaient sur son torse redoublèrent sa détermination. Mais quand Lukaz se mit à jouer avec la ceinture de Vince, ce dernier n’en pu plus; il se mordilla la lèvre inférieur en lançant les yeux sur le premier objet qui était à leur portée. Puis Lukaz se saisit du bouton du pantalon mais s’arrêta net. L’Italien se surprit à penser : « Pourquoi tu t’arrêtes ?! ». Pourquoi ? La raison était simple; il voulait une réponse, rien de plus. Bien que ça ne plaisait pas totalement à Vincenzo : « Ha, mais c’est du chantage ça ! Voire de la torture… mais je ne déteste pas » Un sourire étira le coin de ses lèvres comme Lukaz lui livrait les dernier détails de son plan d’action. Un sourire qui venait compétitionner avec celui que lui livrait son ami. Baissant les yeux et faignant de lever le drapeau blanc, Vince se lança, parlant lentement et employant un ton de confessionnaire :

- C’est bon, je vais parler. Il se frotta la nuque un instant, avant de se relancer. À vrai dire, c’est un peu compliqué et complexe à expliquer, donc je vais essayer d’y aller de façon structurée. Je vais y aller étape par étape, ça sera plus facile… Il releva la tête avec une étincelle dans les yeux et un sourire malicieux en coin. Malgré que je préfèrerais commencer par le dessert!

Il posa une main sur le côté du torse de Lukaz et en un tour de main –ou plutôt de jambe- dont il ne pourrait expliquer tout les détails, il se leva, entrainant Lukaz avec lui. Il s’approcha de Lukaz, le fixant dans les yeux avec envie et espérance. De par sa proximité, il força le français à reculer lentement, pas à pas. Du coin de l’œil, les reflets du soleil sur l’eau de la piscine attirèrent son attention : l’envie ne manquait pas d’y plonger avec Lukaz, mais le moment n’y était pas. Toujours la main reposant contre sa peau chaude, Vince s’en servit comme pour diriger Lukaz, si bien qu’ils se retrouvèrent dans la même position que plus tôt, à la différence près que les rôles étaient inversé et que c’était maintenant Vince qui profitait de la vue. Maintenant sur la chaise qu’avait occupée Lukaz au début de l’après-midi, ils étaient un peu plus à l’ombre, mais la chaleur n’en avait pas diminuée pour autant. Les grandes feuilles d’un jeune arbre venaient former un dôme au travers duquel filtrait beaucoup de lumière, mais il créait tout de même une aire d’intimité.

Appréciant pleinement la hauteur et la flexibilité de son nouveau rôle, Vince tenait à en profiter au maximum avant que Lukaz ne décide de reprendre le dessus. Mais après tout, n’était-ce pas ce que Vince espérait de lui ?

Son pantalon déboutonné ne tenait plus que par la fermeture éclaire, si bien qu’il avait un peu tombé, découvrant le rebord de son slip. Mais il ne porta aucune attention à ce détail. Glissant la langue contre sa lèvre inférieure, il se pencha vers l’oreille de sa victime –victime qui allait probablement devenir son boureau avant la fin de la journée- et l’effleura du bout du nez avant de susurrer :

- Et il se passe quoi si …

Il sourit, sourire que Lukaz ne pouvait voir ; il avait un plan derrière la tète et l’anticipait avec excitation. Sans trop lui laisser le temps d’analyser quoi que ce soit, Vince se dirigea vers le téton gauche de Lukaz en humectant la peau au parfum sucré au passage, puis il se saisit du piercing avec sa langue. Jouant avec le bijou délicatement. Puis, sans s’arrêter, il répéta les gestes de Lukaz et remonta aveuglément sa main de l’extérieur de sa cuisse pour s’emparer de la boucle de ceinture du jeune homme.

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: suspendu au soleil


SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas

suspendu au soleil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A p o c a l y p t o :: ◄ Quartier Riche :: ◄ Villa Gambino-