Suivi journalier | Jaina D'Arcy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

avatar

Jaina D'Arcy
۞ Equipe Spéciale Bastet ۞

◊ Nombre de Messages : 73
◊ Nombre de Messages RP : 16
◊ Age : 25
◊ Informations : Fiche de Jaina D'Arcy
◊ Age du Personnage : 32 ans
◊ Pouvoirs / Armes : Sig Sauer modifié


Informations

» Métier: Membre de l'opération Apocalypto.

» Statut RP: Ouvert

» Particularités:

MessageSujet: Suivi journalier | Jaina D'Arcy Mer 3 Nov - 15:24

Journal de bord [Entrée 34-B]

Jaina pose la caméra sur un meuble en face d’elle. Elle est en simple débardeur, son regard vairon se fixe sur un point à droite, elle croise ses bras sur sa mince poitrine, se gratte la peau. Ses yeux sont vaguement rougis. Elle respire profondément. Dans le fond, vous pouvez apercevoir la petite silhouette de son fils qui dort. Il fait nuit, la jeune femme a à peine éclairé le champ de la caméra. Elle caresse du doigt son paquet de cigarettes. Et prend son inspiration.

« On a tous des rêves. Devenir riche, avoir la belle vie, dominer le monde, que sais-je encore ? La plupart du temps, ils sont insensés. Ils sont insensés car à la hauteur de nos espérances. Nous possédons tout ce que nous voulons pour combler nos besoins les plus primitifs. Manger, dormir, boire, aimer. Alors, les ambitions se développent, la volonté de puissance devient galopante, et on perd rapidement pied dans la profusion de désirs inutiles. Ce n’est pas mon cas. »

Elle fait une pause, baisse les yeux. Ses mains sont serrées sur ses genoux, à tel point que ses jointures sont blanches, et elle tremble. Brusquement, son regard se fixe à nouveau sur la caméra. Elle est un peu pâle, et serre ses lèvres en une ligne fine, comme si elle était en colère.

« Bon, écoutez. D’accord, ce journal n’est peut-être destiné qu’à moi-même, pour mes vieux jour, ou comme si c’était un bloc note digital. Mais peut-être qu’un jour quelqu’un va visionner ces vidéos. C’est peut-être simplement un fantasme. Enfin peu importe. Tout ce qui importe, c’est que vous voyiez la sincérité de mes sentiments. Voyez dans mon regard ce que j’ai vécu. Je n’ai pas besoin de condescendance ou de quoi que ce soit. J’ai besoin qu’on m’écoute et qu’on me comprenne. Je n’ai pas vos désirs. Je ne veux pas devenir multimilliardaire. Je ne veux pas mettre les Etats-Unis à ma botte. Tout ce que la vie pouvait m’offrir de bon, je l’ai déjà eu. Je n’étais pas non plus une golden girl. Mais j’ai eu des parents aimants, une femme magnifique et intelligente, un enfant qui m’émerveille chaque jour. Seulement voilà. On m’a tout enlevé. Oui, j’ai un destin tragique. Comme ces héros de la mythologie grecque. Je n’en demandais pas tant. Mes rêves se sont arrêtés une fois que ma femme a été enlevée. La douceur du rêve, de mes désirs, les seules barrières qui me retenaient de sombrer dans la folie lorsque mes parents ont été massacrés, se sont effondrées avec sa disparition. Quels sont mes rêves ? Je vais vous les dire. »

Jaina est émue. Ce brusque épanchement de sentiments lui a fait monter les larmes aux yeux, sa voix se brise de douleur, sa lèvre inférieure tremble légèrement. Elle vous montre pour la première fois une faiblesse qui n’était jamais apparue auparavant. Elle continue, sa respiration s’accélère, alors qu’elle évoque ses souvenirs. Derrière elle, Keryan s’agite doucement dans son sommeil.

« Je me sens devenir folle. J’ai des hallucinations olfactives. Je sens son odeur, quand bien même je sais parfaitement qu’elle n’est pas là. Je ressens sa présence, parfois, je sens sa main effleurer mon épaule, son souffle sur ma nuque, comme elle le faisait si souvent. Dans la nuit, les ombres dessinent son visage, sa silhouette. Imaginez simplement cette douleur. Avec l’impression que jamais on ne vous lâchera avec ces souvenirs. Vous avez beau supplier, maudire, vous éloigner, hurler pour que cela s’arrête. Cela ne s’arrête jamais. »

Cette fois-ci, la jeune femme laisse des larmes amères rouler sur ses joues pâles, silencieusement. Pourtant, elle trouve la force de continuer.

« Mon rêve… On y vient enfin… Mon rêve, c’est de retrouver ses bras, son étreinte rassurante, la chaleur de sa voix. Je ne veux rien d’autre. Je veux me souvenir de ce que c’est, vivre… Vivre réellement, pas dans la peur qu’un jour on vienne me livrer la preuve de sa mort. Qu’on me dise qu’on a retrouvé un corps décomposé qui ressemble à celui de ma femme, avec un anneau en or blanc avec nos initiales marquées dedans. Mon rêve ? C’est de me réveiller un jour à côté d’elle, voir son visage paisible appuyé sur l’oreiller, les yeux fermés. Je veux me dire que tout ça n’est qu’une putain d’illusion. Et que je vais recommencer à vivre maintenant. Est-ce que c’est trop demander ? »

SIGNATURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Suivi journalier | Jaina D'Arcy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A p o c a l y p t o :: » Journal de Bord-